Troisième chaîne couleur de l'ORTF

Troisième chaîne couleur de l’ORTF
Logo de la 3e chaîne couleur du 31 décembre 1972 au 5 janvier 1975.
Logo de la 3e chaîne couleur du 31 décembre 1972 au 5 janvier 1975.

Création
Disparition
Propriétaire Office de radiodiffusion télévision française
Slogan « Des programmes comme la troisième chaîne, ça ne s'échange pas »[1]
Format d'image 4/3 couleur
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Généraliste nationale publique
Siège social 13-15 rue Cognacq-Jay, Paris 7e
Diffusion
Diffusion UHF Bande IV au standard 625 lignes SECAM IIIB norme L
Chronologie

La troisième chaîne couleur de l’ORTF est une chaîne de télévision généraliste française en couleur de l'Office de radiodiffusion télévision française, à vocation nationale et interrégionale, créée le et diffusée jusqu'au .

Historiquement, elle est la dix-neuvième chaîne de télévision créée en France, après la première chaîne de l'ORTF, les dix-sept chaînes régionales et la deuxième chaîne, mais elle est la troisième chaîne nationale.

Histoire de la chaîne

Le , le gouvernement fait mention d'un projet de création d'une troisième chaîne nationale de télévision. Jean-Louis Guillaud, attaché au Cabinet du Président de la République, coordonne les études préparatoires à son lancement à partir du mois de novembre 1969. Cette nouvelle chaîne nationale de l’Office de radiodiffusion télévision française (ORTF) doit être lancée directement en couleur et permettre une meilleure exposition des directions régionales de l’ORTF par de nombreux décrochages et par la production décentralisée des programmes de la chaîne. L’ORTF met en œuvre ce projet durant toute l'année 1972 sous la forme d'une chaîne à la fois nationale et interrégionale en couleur, sans publicité ni speakerine, proposant des soirées plus courtes aux horaires décalés par rapport aux deux autres chaînes, avec une majorité de programmes culturels, et s’appuyant largement sur les relais techniques et rédactionnels de ses stations régionales[2]. Pour ce faire, l'Office installe plusieurs centres de production lourde au sein de ses principales stations régionales destinés à produire des émissions pour le nouveau canal. Les plus importants sont ceux de Télé Marseille-Provence[3], de Télé-Lille et de Télé-Lyon. La troisième chaîne vient ainsi répondre à la principale préoccupation de la loi de réforme no 72-553[4] du sur le statut de l’ORTF qui vise à introduire la décentralisation de la production et la déconcentration des décisions sur les programmes au sein de l'Office.

La troisième chaîne couleur de l’ORTF ouvre son antenne le à 19 h par son indicatif d'ouverture[5], auquel succède le PDG de l'Office, Arthur Conte, et le directeur général de la chaîne, Jean-Louis Guillaud, qui présentent leurs vœux aux Français pour cette nouvelle chaîne et pour l'année à venir, puis laissent à Jean Amadou le soin d'accueillir les téléspectateurs pour brièvement leur expliquer ce qui va distinguer cette nouvelle chaîne des deux autres, notamment dans son habillage dynamique coloré et l'introduction de génériques de genre avant chaque programme, afin de remplacer les speakerines, et qui sont tous l'œuvre de la styliste Catherine Chaillet[6]. Puis, le premier programme, Jeunes années, un programme pour la jeunesse, est lancé en proposant le dessin animé Roulotte, suivi à 20 h 35 de la soirée inaugurale de la chaîne composée d'un spectacle de variétés écrit par Maurice Horgues, Jean Amadou et Robert Rocca[7], mis en scène par Dirk Sanders et produit par le centre de production de Lille[8] et dont la marraine nationale est la chanteuse Anne-Marie David[9], choisie par le PDG de l'Office.

Le directeur général de la troisième chaîne couleur, Jean-Louis Guillaud, décide de faire largement appel aux stations régionales de l’ORTF et à de jeunes réalisateurs pour la fabrication des programmes, car la troisième chaîne entend faire ses preuves en tant que nouvelle chaîne des régions et du cinéma, utilisant des technologies de pointe et des graphismes de haute qualité, à l'image de son logo C3 animé en 3 dimensions cavalières ou du générique de l'émission Écrans sans frontières formé des "C3" en 3D dans des blocs avec la Terre tombant comme un ballon. Il faut toutefois constater que le projet d'origine, qui prévoyait de s’appuyer sur les acteurs culturels et artistiques des régions dans le cadre de la décentralisation tant attendue au sein de l'Office, se résume en fait à une simple déconcentration des moyens de production, la télévision régionale restant confinée dans le peu d’espace concédé dans les décrochages de l’antenne nationale.

Pour la première fois, les candidats du second tour de l'élection présidentielle de 1974, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, acceptent de se confronter verbalement dans un débat télévisé, arbitré par Jacqueline Baudrier et Alain Duhamel et diffusé le simultanément sur les trois chaînes de télévision de l’ORTF.

La loi de réforme de l'audiovisuel no 74-696 du 7 août 1974[10] supprime l’ORTF et créé sept organismes autonomes dont trois sociétés nationales de programmes de télévision. Elle entre en application le et la troisième chaîne de l’ORTF ferme son antenne le à 21 h 40 pour laisser la place le lendemain à la nouvelle société nationale de programme France Régions 3 (FR3).

Faute d'un réseau complet à cette date du 5 janvier 1975, il est à remarquer qu'une bonne partie de la France n'aura jamais connu les programmes de la 3e chaîne de l'ORTF.

Identité visuelle

Le logo de la troisième chaîne couleur de l’ORTF ainsi que l'habillage d'antenne sont l'œuvre de Catherine Chaillet qui anime en perspective cavalière sur un fond très coloré les lettres C et U du mot couleur pour former le sigle C3 (Chaîne 3), le tout rythmé par un indicatif composé par Jacques Loussier[11] et intitulé Octave[12].

Organisation

Dirigeants

Capital

La troisième chaîne couleur de l’ORTF est une régie de l'Office de radiodiffusion télévision française, établissement public à caractère industriel et commercial dont le capital est détenu à 100 % par l'État français.

Sièges

La direction générale de l'Office de radiodiffusion télévision française siège à la « Maison » de l’ORTF au 116 avenue du Président-Kennedy, dans le 16e arrondissement de Paris.

Ces locaux sont toutefois mal adaptés aux nécessités de la télévision qui reste finalement dans son berceau historique du Centre Alfred Lelluch au 13-15 rue Cognacq-Jay dans le 7e arrondissement de Paris, bâtiment de huit étages qui abrite la direction des chaînes de télévision, les studios, régies et locaux techniques, et où naît la troisième chaîne.

Centres de production régionaux

La troisième chaîne dispose de centres de production lourde à Marseille, Lille, Lyon, Toulouse et Strasbourg, ainsi que des 11 structures régionales de l’ORTF et des nombreux Centres d'actualités télévisées (CAT), développés depuis 1963, qui leur sont rattachés .

Article connexe : Structures régionales de l'ORTF.

Programmes

Pour ses débuts, la troisième chaîne couleur de l’ORTF ne diffuse que trois heures de programmes par jour, la fin des émissions intervenant entre 21 h 30 et 22 h. Par la suite, elle diffuse ses programmes chaque jour de 18 h 55 à 22 h 30, en commençant par un flash d'information de la rédaction d'Inter 3, suivi à 19 h de l'émission Jeunes années consacrée aux enfants, dans le cadre de laquelle est diffusée du au la première saison de l'Île aux enfants, avec Casimir, produite par Télé Marseille-Provence, suivie à 19 h 20 des actualités régionales diffusées simultanément sur les deux autres chaînes de l’ORTF[N 1], suivies à 19 h 40 d'un magazine, suivi à 20 h 35 d'un film, feuilleton ou spectacle, puis d'un magazine, et enfin à 22 h 30 du journal télévisé Inter 3 qui clôt les émissions[13],.

À l'exception des films, feuilletons et de l'information nationale, tous les magazines, documentaires et émissions de la chaîne sont produits en région dans les centres de production lourde. Elle diffuse aussi, en décrochage du programme national, des magazines régionaux propres à chacune des antennes régionales, chaque dimanche de 19 h 15 à 20 h 35[15].

La troisième chaîne couleur de l'ORTF s'adresse surtout à un public amateur de culture, de théâtre, de musique (concerts de jazz ou musique classique) et de patrimoine régional (architecture, archéologie), même si quelques émissions de variétés tournées en région, comme Libre Echange, viennent apporter un peu de fantaisie à cette grille assez austère et réduite. Selon son cahier des charges, elle doit consacrer un tiers de son activité à la production et diffusion de documentaires et de magazines.

La soirée du dimanche était fréquemment choisie pour rediffuser une émission qui vient d'obtenir très récemment sur une autre chaîne un grand succès auprès des téléspectateurs.

Émissions

Information

L'information sur la troisième chaîne est confiée à un pool de jeunes journalistes travaillant en étroite liaison avec la rédaction de France Inter et les stations régionales pour réaliser le petit journal télévisé d'information nationale, Inter 3, présenté chaque jour à 18 h 55 et 22 h 30 par Claude Pierrard, Jean-Claude Bourret, qui présente la première édition le jour de l'inauguration, Dominique Bromberger, Michel Denisot Régis Faucon, Henri Charpentier, Jean-Pierre Pernaut ou encore Patrick de Carolis. Le rédacteur en chef de cette nouvelle rédaction nationale est Christian Bernadac grand reporter et écrivain, Claude Lagaillarde et Yann Cotten sont les rédacteurs en chefs adjoints des éditions.

Feuilletons et séries

La troisième chaîne diffuse des feuilletons télévisés produits par les centres régionaux de production lourde de l’ORTF, comme La Feuille de Bétel, Le Renard et les Grenouilles ou la Juive du Château-Trompette, ainsi que des feuilletons en coproduction de l’ORTF, comme Les Aventures du capitaine Lückner ou Les Faucheurs de marguerites.

Voici une liste de feuilletons et séries, classés par origine et ordre de diffusion, qui ont été diffusées sur la troisième chaîne de l’ORTF :

Séries françaises
Séries allemandes
Séries américaines
Séries australiennes

Présentateurs et animateurs

Journalistes

Audience

Les téléviseurs à boutons préréglés par chaîne apparaissant tout juste sur le marché lors du lancement de la troisième chaîne, les huit millions de Français possédant un téléviseur construit entre 1962 et 1969, capable de recevoir les programmes de la deuxième chaîne par le réseau UHF 625 lignes, doivent rechercher manuellement la fréquence de la troisième chaîne couleur avec la molette du tuner UHF de leur téléviseur en déréglant le paramétrage de la deuxième chaîne, ce que peu de téléspectateurs acceptent de faire[16], rendant l'audience de la troisième chaîne couleur de l’ORTF assez confidentielle.

Diffusion

Pour diffuser cette nouvelle troisième chaîne nationale, les services techniques de l’ORTF bâtissent un nouveau réseau d'émetteurs analogiques hertziens qui utilise la nouvelle norme de diffusion couleur française de la deuxième chaîne au standard SECAM IIIB norme L à 625 lignes sur la bande IV UHF sans toutefois utiliser son réseau d'émetteurs intercalaires, l’ORTF préférant, dans un premier temps, utiliser les centres d'émission des émetteurs régionaux à grande puissance diffusant la première chaîne de l'ORTF qui permettent de toucher un public plus large à moindre frais, mais qui ne facilite pas la réception du nouveau programme avec les antennes existantes[17]. Fin 1972, ce réseau ne couvre que la région parisienne (canal 28), Lille, Nancy et Strasbourg, soit 26 % de la population française. Les services techniques de l'ORTF développent activement le réseau d'émetteurs de la troisième chaîne. Ainsi, les téléspectateurs de Provence peuvent la recevoir dès juillet 1973, suivis le des régions Rhône-Alpes et Auvergne[18], puis Midi-Pyrénées le sur le canal 24 de l'émetteur du Pic du Midi[19] et enfin de Nantes le . Il faudra ensuite seulement quatre ans à TDF pour finaliser la couverture de la troisième chaîne sur l'ensemble du pays.

Notes et références

Notes

  1. La diffusion des informations régionales simultanément sur les trois chaînes de télévision de l'ORTF permettait de couvrir les zones où la troisième chaîne n'était pas encore reçue. Dans les zones de chevauchement régionales, elle permettait également de diffuser trois journaux télévisés régionaux différents sur un même émetteur, comme à Aurillac par exemple dont l'édition Auvergne était diffusée sur la première chaîne, celle de Midi-Pyrénées sur la deuxième chaîne et celle d'Aquitaine sur la troisième chaîne

Références

  1. Publicité pour la troisième chaîne de l'ORTF sur YouTube.com
  2. « Avant le démarrage de la 3e chaîne : les programmes et les régions », Micros et caméras du 09/12/1972, 1re chaîne de l’ORTF sur ina.fr.
  3. « L'avenir de la troisième chaîne à Marseille », Actualités Méditerranée du 17/01/1972, ORTF Télé Marseille-Provence sur ina.fr.
  4. Loi no 72-553 du 3 juillet 1972 portant statut de la radiodiffusion-télévision française, Journal officiel du 4 juillet 1972.
  5. Le démarrage de la troisième chaîne couleur de l’ORTF le 31 décembre 1972, inf2 du 1er janvier 1973, Deuxième chaîne de l'ORTF sur ina.fr.
  6. Lancement de la troisième chaîne couleur de l’ORTF présenté par Jean Amadou le 31/12/1972, Troisième chaîne de l'ORTF sur ina.fr.
  7. Soirée inaugurale de la troisième chaîne avec Jean Amadou et Maurice Horgues le 01/01/1973, Troisième chaîne de l'ORTF sur ina.fr.
  8. Dirk Sanders : soirée inaugurale de la troisième chaîne, Nord actualités du 28/12/1972, ORTF Télé Lille sur ina.fr.
  9. Anne Marie David mademoiselle troisième chaîne, Nord actualités du 27/12/1972, ORTF Télé Lille sur ina.fr.
  10. Loi no 74-696 du 7 août 1974 relative à la radiodiffusion et télévision française, Journal officiel du 8 août 1974.
  11. Indicatifs d'ouverture et de fermeture d'antenne de la troisième chaîne de l’ORTF de 1972 à 1975 sur Dailymotion.com.
  12. Jacques Loussier - Octave sur YouTube.com.
  13. Présentation de la troisième chaîne couleur de l’ORTF, inf2 du 28 décembre 1972, Deuxième chaîne de l'ORTF sur ina.fr.
  14. Générique des émissions régionales sur la troisième chaîne de l'ORTF sur YouTube.com
  15. « Le réglage des récepteurs pour la 3e chaîne », Micros et caméras, 14/10/1972, 1re chaîne de l’ORTF sur ina.fr.
  16. Avant le démarrage de la 3e chaîne : les antennes, Micros et caméras, 11/11/1972, 1re chaîne de l’ORTF sur ina.fr.
  17. « Le démarrage de la troisième chaîne à Lyon et à Clermont », Rhône Alpes actualités du 28/09/1973, ORTF Télé Lyon sur ina.fr.
  18. « La station régionale de Toulouse Midi-Pyrénées et les émetteurs de la 3e chaîne », Journal télévisé de Toulouse Midi-Pyrénées du 31/10/1973, ORTF Télé Toulouse Midi-Pyrénées sur ina.fr.

Voir aussi

Articles connexes