Transport d'hydravions

Le premier porte-hydravions, le La Foudre, en 1912.

Un transport d’hydravions est un navire de guerre qui sert de base flottante pour mettre en œuvre des hydravions. Contrairement aux porte-avions et aux porte-hélicoptères, le transport d’hydravions ne dispose pas d’un pont d’envol mais les hydravions sont lancés par des catapultes et amerrissent à proximité du transport d’hydravions.

Embarquement d’un hydravion Caudron à bord du Foudre en 1914.

Un transport d’hydravions est constitué des éléments suivants :

  • Les catapultes permettent de donner à l’hydravion une vitesse suffisante pour voler.
  • Les grues servent à récupérer les hydravions lorsque ceux-ci ont amerri.
  • Le hangar où sont stockés les hydravions.

Les transports d’hydravions étaient surtout utilisés dans les marines militaires pendant la première moitié du XXe siècle.

Les transports d’hydravions américains

  • USS Langley, porte-avions transformé en transport d’hydravions en 1937.
  • USS Mississippi ;
  • USS Currituck ;
  • USS Pine Island ;
  • USS Tangier, ancien cargo.

Les transports d’hydravions britanniques

L’HMS Engadine en 1916.

Les transports d’hydravions français

Le transport d'hydravions français Commandant-Teste en 1942.
  • La Foudre, 1911-1921, ancien transport de torpille lancé le 20 octobre 1895, 5 791 tonnes et 4 hydravions ;
  • Le Rouen, 2 août 1914- , ancien cargo lancé en 1912 de 92 mètres de longueur, 10,5 de largeur et 2,9 de tirant d'eau, embarquant 4 hydravions, escortant les convois en Méditerranée) ;
  • Le Pas-de-Calais, 3 août 1914-1919, ancien cargo lancé en 1898 et basé à Cherbourg en 1916-1917 ;
  • Le Campinas, 8 mars 1915- , ancien cargo lancé en 1896, 3 319 tonnes de 108,8 mètres de longueur, 12,8 de largeur et 7 de tirant d'eau, embarquant de 6 à 8 hydravions, servant dans la zone du canal de Suez en 1916) ;
  • Le Nord, 22 novembre 1915-1919, ancien cargo lancé en 1898 de 103 mètres de longueur, 10,6 de largeur et 3,4 de tirant d'eau, embarquant 3 hydravions, opérant depuis Dunkerque) ;
  • Le Commandant Teste, 1932-27 novembre 1942, lancé à Bordeaux en 1929, 10 000 tonnes et 26 hydravions[1].

Les transports d’hydravions japonais[2]

Le Chiyoda en 1938
  • Wakamiya, 1914-1931
  • Notoro, 1924-1944, (retransformé en navire-citerne en 1941)
  • Tsurumi, 1924-1941, (retransformé en navire-citerne en 1941)
  • Kamoi, 1933-1943, (retransformé en navire-citerne en 1943)
  • Mizuho, 1939-1942, torpillé et coulé le 02 mai 1942
  • Nisshin, 1942-1943, coulé par une attaque aérienne le 23 juin 1943
  • Chitose, 1938-1943, (reconstruit en porte-avions léger en 1943)
  • Chiyoda, 1938-1943, (reconstruit en porte-avions léger en 1943)
  • Cuirassé Ise, 1943-1945
  • Cuirassé Hyuga, 1943-1945

Les transports d’hydravions dans le monde

  • Europa, 1916, Italie.
  • HMAS Albatross, 1928, Australie.
  • Giuseppe Miraglia, 1927, Italie.
  • Dedalo, 1922, Espagne.
  • HMS Gotland, Suède.
  • L’Ostmark, 1936-194, Allemagne, Porte hydravion civil de la compagnie aérienne Lufthansa[3].

Notes et références

  1. Fiche Commandant Teste, Editions Atlas
  2. Gino Galuppini, Guide des porte-avions, Fernand Nathan, , 319 p. (ISBN 2-09-284 826-7), p. 21
  3. Aquanaute.com. Aquanaute.com.

Voir aussi

Articles connexes