Tracteur à marche électrique

Un TME avec du ballast garé à la station de métro Gare de Lyon.

Le tracteur à marche électrique (TME) est un matériel de travaux du métro de Paris commandé en 2002 et dont la livraison a commencé en 2005.

Histoire

Les 14 TME commandés ont remplacé la plupart des tracteurs Sprague-Thomson, anciennes motrices réformées en tracteurs de service, dont les pièces détachées devenaient délicates à obtenir. Ils sont affectés aux ateliers de la Villette. Ces matériels sont de configuration BB, dotées de deux moteurs asynchrones triphasés de 220 kW, alimentés en 400 volts triphasé par une électronique de puissance type IGBT. Ils sont couplables en unités multiples avec leurs cousins, les tracteurs à marche autonome (TMA)[1]. Les TME sont assemblés par les ateliers de la compagnie de chemins de fer départementaux à Bagnères-de-Bigorre (CFD Bagnères) avec des composants fournis par le groupe Vossloh-Kiepe[2]. La commande a été passée par la Régie autonome des transports parisiens (RATP) au groupement mené par les CFD en 2002, pour 22 millions d’euros[1].

Fiche technique

Un TME à Opéra sur la ligne 3.
  • Alimentation : 750 volts continu par troisième rail
  • Écartement : 1 435 mm
  • Diamètre des roues : 950 mm
  • Vitesse maximum : 45 km/h
  • Masse totale : 55 t
  • Locomotive/train masse : 60180 t
  • Traction : deux moteurs forcé-ventilé triphasé
  • Motorisation asynchrone
  • Puissance électrique : 220 kW

Notes et références

  1. a et b « TME (Tracteurs à Marche Electrique) », sur metro-pole.net via web.archive.org, article d'avril 2005 (consulté le 11 octobre 2015).
  2. [PDF] (en) (de) Electrical traction equipment for service locomotive TME of the Paris metro RATP

Voir aussi

Annexes

Lien externe