Tournoi masculin de football aux Jeux olympiques d'été de 2012

Football aux Jeux olympiques d'été de 2012
Description de l'image Logo JO d'été - Londres 2012.svg.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) CIO
Lieu(x) Drapeau : Royaume-Uni Londres, Royaume-Uni
Date 26 juillet au
Participants 16
Site(s) 6 stades
Palmarès
Vainqueur Drapeau : Mexique Mexique
Deuxième Drapeau : Brésil Brésil
Troisième Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Brésil Leandro Damião (6)
Meilleur(s) passeur(s) Drapeau : Brésil Oscar (4)

Navigation

Le football est un des vingt-six sports officiels aux Jeux olympiques de 2012. Il y a deux compétitions, une féminine et une masculine. La compétition masculine est composée de seize participants. Elle se déroule par une phase de groupes puis par des matchs à élimination directe (quarts de finale, demi-finales et finale) du 26 juillet au . Vingt-septième édition d’une épreuve de football lors de Jeux olympiques, il ne s’agit cependant que de la vingt-cinquième à être reconnue par le CIO et la vingt-troisième par la FIFA.

Cette épreuve est réservée aux joueurs professionnels âgés de moins de 23 ans depuis les Jeux olympiques de 1992, chaque équipe est composée de dix-huit joueurs, dont pas plus de trois nés avant le 1er janvier 1989.

Quinze équipes se sont qualifiées par l'intermédiaire de plusieurs éliminatoires, la Grande-Bretagne étant automatiquement inscrite en tant que pays hôte. L'Argentine, tenante du titre, termine troisième de son groupe de qualification et ne participe pas aux Jeux olympiques. La Biélorussie, les Émirats arabes unis, le Gabon et le Sénégal prennent part pour la première fois à la compétition.

Durant la compétition, les éliminations dès le premier tour de l'Espagne co-favorite de l'épreuve, de l'Uruguay considérée outsider, et de la Suisse, constituent des surprises. En quart de finale, la Corée du Sud élimine la nation hôte la Grande-Bretagne. Le Mexique remporte son premier titre olympique en battant en finale le Brésil et son meilleur buteur Leandro Damião, qui inscrit six buts durant la compétition. La médaille de bronze est remportée par la Corée du Sud aux dépens du Japon, qui est récompensée au passage par le trophée du fair-play.

Acteurs et stades

Contexte

Les Jeux olympiques d'été de 2012, Jeux de la XXXe olympiade de l'ère moderne, ont été célébrés du 27 juillet[note 1] au à Londres, au Royaume-Uni.

Seules cinq sélections présentes ont participé aux Jeux olympiques de 2008 : le Brésil (médaille de bronze), la Corée du Sud, le Honduras, le Japon et la Nouvelle-Zélande (premier tour). L'Argentine, double tenante du titre, termine troisième du Championnat sud-américain des moins de 20 ans 2011 et ne se qualifie pas pour les Jeux olympiques[1],[2]. 26 sports sont inscrits au programme de la manifestation, dont le football.

Les vainqueurs des coupes du monde des moins de 17 ans 2009 et 2011 (Suisse et Mexique) et le vainqueur de la Coupe du monde des moins de 20 ans 2011 (Brésil) sont présents à ce tournoi.

Équipes qualifiées

Quinze équipes se sont qualifiées pendant les éliminatoires[3]. La Grande-Bretagne est la première équipe qualifiée pour le tournoi en tant que pays-hôte de la compétition. Le Brésil et l'Uruguay se qualifient en prenant les deux premières places du Championnat sud-américain des moins de 20 ans 2011[2],[4],[5].

Les trois premières équipes de l'Euro espoirs 2011 sont qualifiées pour les Jo[2]. L'Espagne (futur vainqueur de l'Euro espoirs) et la Suisse se qualifient pour les Jo en accédant à la finale de l'Euro espoirs[6],[7]. La Biélorussie décroche le dernier billet européen en disposant de la République tchèque lors du match pour la troisième place[6],[8],[9].

Le Championnat d'Afrique des nations des moins de 23 ans 2011 offre trois billets qualificatifs pour les jeux olympiques ainsi qu'une place en barrage contre une nation de l'AFC[2],[10]. Le Gabon[11],[12] et le Maroc[13],[14] en remportant leur demi-finales respectives se qualifient pour les jeux, l'Égypte en disposant du Sénégal dans le match pour la troisième place se qualifie également[15],[16].

Les nations membres de l'AFC disputent un Tournoi pré-olympique offrant trois places qualificatives ainsi qu'une place en barrage face à une nation de la CAF. Les douze derniers prétendants forment trois groupe de quatre, le premier de chaque groupe se qualifie pour Londres, les trois équipes terminant secondes disputent au sein d'une nouvelle phase de groupe leur qualification pour le barrage intercontinental[2],[17]. La Corée du Sud est la première nation asiatique à se qualifier[18]. Le Japon et les Émirats arabes unis sont les deux autres nations directement qualifiés pour les jeux[19]. Oman remporte le groupe des seconds et obtient le droit de rencontrer le Sénégal en barrage[20].

L'Oceania Football Confederation fait également disputer un Tournoi pré-olympique. Ce dernier est remporté par la Nouvelle-Zélande qui se qualifie pour sa seconde olympiade consécutive[21],[22].

Le Honduras et le Mexique se qualifient pour les jeux Olympiques en accédant à la finale du Tournoi pré-olympique de la CONCACAF[23].

Le Sénégal remporte le barrage intercontinental contre Oman, décrochant le dernier billet pour les jeux olympiques[24],[25],[26].

Les 16 équipes qualifiées pour le tournoi final sont :






Entre parenthèses, le nombre de participations aux Jeux olympiques[A 1].

Tirage au sort

Le tirage au sort de la phase finale des Jeux olympiques de Londres a lieu le 24 avril 2012 à Wembley[27],[28],[29].

La Grande-Bretagne, le Mexique, le Brésil et l'Espagne sont désignés comme tête de série la veille du tirage au sort, ces équipes sont placés chacune dans un groupe différent[30]. La répartition des équipes qualifiées dans chacun des quatre chapeaux a été décidée en tenant compte des critères géographiques, afin d'éviter les confrontations entre équipes du même continent[31].

Répartition des équipes avant le tirage au sort
Pot A Pot B Pot C Pot D
Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne Assigné (A1) Drapeau : Brésil Brésil Assigné (C1) Drapeau : Japon Japon Drapeau : Égypte Égypte
Drapeau : Espagne Espagne Assigné (D1) Drapeau : Uruguay Uruguay Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud Drapeau : Maroc Maroc
Drapeau : Suisse Suisse Drapeau : Mexique Mexique Assigné (B1) Drapeau : Émirats arabes unis Émirats arabes unis Drapeau : Gabon Gabon
Drapeau : Biélorussie Biélorussie Drapeau : Honduras Honduras Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Drapeau : Sénégal Sénégal
Composition des quatre groupes pour le premier tour
Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D
Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne (A1) Drapeau : Mexique Mexique (B1) Drapeau : Brésil Brésil (C1) Drapeau : Espagne Espagne (D1)
Drapeau : Sénégal Sénégal (A2) Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud (B2) Drapeau : Égypte Égypte (C2) Drapeau : Japon Japon (D2)
Drapeau : Émirats arabes unis Émirats arabes unis (A3) Drapeau : Gabon Gabon (B3) Drapeau : Biélorussie Biélorussie (C3) Drapeau : Honduras Honduras (D3)
Drapeau : Uruguay Uruguay (A4) Drapeau : Suisse Suisse (B4) Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (C4) Drapeau : Maroc Maroc (D4)

Ballon officiel

The Albert, ballon officiel de la compétition

Le ballon officiel de ces Jeux Olympiques se nomme The Albert. Fabriqué par Adidas, le nom du ballon et sa forme définitive ont été dévoilées le 1er mars 2012[32],[33],[34].

Stades retenus

Six stades accueillent les matchs le tournoi olympiques de football[35],[36] : les stades représentent l'Angleterre du Sud-Est, le Midlands, l'Angleterre du Nord-Est, l'Angleterre du Nord-Ouest, l'Écosse et le Pays de Galles[37],[A 2].

Ces stades existaient déjà avant la désignation d'organiser les Jeux olympiques, l'ancien Wembley et le stade d'Old Trafford, ont été utilisés pour la Coupe du monde de football 1966, ces deux stades ainsi que le St James' Park de Newcastle ont servi pour l'Euro 1996.

Le stade d'Old Trafford a reçu sept rencontres, deux stades ont accueilli six rencontres, St James' Park et Wembley hôte de la finale, le City of Coventry Stadium et le Millennium Stadium ont été le théâtre de 5 rencontres tandis que trois matchs ont été disputés sur la pelouse d'Hampden Park[A 3].

Londres
Manchester
Wembley Stadium[38],[39] Old Trafford[40],[41]
90 000 places 76 212 places
Wembley Stadium interior.jpg Old Trafford inside 20060726 1.jpg
Cardiff Newcastle
Millennium Stadium[42] St James' Park[43]
74 500 places 52 387 places
Millennium Stadium, Cardiff - geograph.org.uk - 1346.jpg St James Park.jpg
Glasgow Coventry
Hampden Park[44] City of Coventry Stadium[45]
52 103 places 32 500 places
Hampden Park WP EN.JPG Ricoh Arena - geograph.org.uk - 901396.jpg

Arbitres

Le 19 avril 2012, la FIFA a publié la liste des seize trios d'arbitres retenus pour la compétition[46]. L'ensemble des arbitres sélectionnés sont des arbitres d’élite au sein de leur confédération. Il est à signaler que tous ont été sur la liste des arbitres candidats pour la Coupe du monde 2014[A 4]. Seize arbitres[47] et trente-deux assistants[48] ont officié au cours des rencontres olympiques. Les arbitres de la compétition viennent de tous les continents. Ainsi un trio vient d'Océanie, deux trios sont africains, deux trios viennent d'Amérique du Nord, trois trios sont originaires d'Asie, trois autres sont sud-américains et cinq trios proviennent d'Europe[A 5].

Confédération Arbitres Assistants
AFC Drapeau : Ouzbékistan Ravshan Irmatov[49] Drapeau : Ouzbékistan Abdukhamidullo Rasulov
Drapeau : Kirghizistan Bakhadyr Kochkarov
Drapeau : Japon Yuichi Nishimura[50] Drapeau : Japon Toru Sagara
Drapeau : Japon Toshiyuki Nagi
Drapeau : Australie Ben Williams[51] Drapeau : Australie Matthew Cream
Drapeau : Australie Hakan Anaz
CAF Drapeau : Gambie Bakary Gassama[52] Drapeau : Seychelles Jason Damoo
Drapeau : Érythrée Angesom Ogbamariam
Drapeau : Tunisie Slim Jedidi[53] Drapeau : Tunisie Bechir Hassani
Drapeau : Égypte Sherif Hassan
CONCACAF Drapeau : Mexique Roberto García[54] Drapeau : Mexique José Luis Camargo
Drapeau : Mexique Alberto Morín
Drapeau : États-Unis Mark Geiger[55] Drapeau : États-Unis Mark Hurd
Drapeau : Canada Joe Fletcher
CONMEBOL Drapeau : Bolivie Raúl Orosco[56] Drapeau : Bolivie Efraín Castro
Drapeau : Bolivie Arol Valda
Drapeau : Colombie Wilmar Roldán[57] Drapeau : Colombie Humberto Clavijo
Drapeau : Colombie Eduardo Díaz
Drapeau : Venezuela Juan Soto[58] Drapeau : Venezuela Jorge Urrego
Drapeau : Venezuela Carlos López
Confédération Arbitres Assistants
OFC Drapeau : Nouvelle-Zélande Peter O'Leary[59] Drapeau : Nouvelle-Zélande Jan-Hendrik Hintz
Drapeau : Fidji Ravenish Kumar
UEFA Drapeau : Allemagne Felix Brych[60] Drapeau : Allemagne Mark Borsch
Drapeau : Allemagne Stefan Lupp
Drapeau : Royaume-Uni Mark Clattenburg[61] Drapeau : Royaume-Uni Stephen Child
Drapeau : Royaume-Uni Simon Beck
Drapeau : République tchèque Pavel Královec[62] Drapeau : République tchèque Martin Wilczek
Drapeau : République tchèque Antonín Kordula
Drapeau : Norvège Svein Oddvar Moen[63] Drapeau : Norvège Kim Haglund
Drapeau : Norvège Frank Andas
Drapeau : Italie Gianluca Rocchi[64] Drapeau : Italie Elenito di Liberatore
Drapeau : Italie Gianluca Cariolato

Listes de joueurs

Chaque association nationale doit soumettre au plus tard le 9 juillet 2012, la liste définitive de 18 joueurs dont deux sont gardiens de but[B 1]. Pour la compétition, chaque équipe est composée de joueurs, nés avant le 1er janvier 1989. Les équipes peuvent inscrire en plus jusqu'à trois joueurs ayant atteint l'âge de 23 ans[B 2]. Chaque association peut sélectionner un maximum de quatre joueurs supplémentaires devant être présents sur les listes provisoires. Ils peuvent remplacer des joueurs blessés une fois la compétition finale commencée[B 3].

Tour préliminaire

Il s'agit du même format que celui utilisé depuis 1976. Les seize équipes sont réparties en quatre groupes de quatre. Chacune affronte les trois autres de son groupe. À l'issue des trois journées, les deux meilleures équipes de chaque groupe, soit huit au total, se qualifient pour les quarts de finale, où les premiers de chaque poule ont l'avantage théorique d'affronter les deuxièmes.

Règles de départage

Chaque équipe reçoit trois points pour une victoire et un pour un match nul. La FIFA a déterminé que le départage se fait comme suit (il s'agit du même règlement pour tous les groupes de qualification et de phase finale)[B 4] :

  1. le plus grand nombre de points obtenus dans tous les matches du groupe ;
  2. la différence de buts dans tous les matches du groupe ;
  3. le plus grand nombre de buts marqués dans tous les matches du groupe ;
  4. le plus grand nombre de points obtenus dans les matches de groupe entre les équipes à égalité ;
  5. la différence de buts particulière dans les matches de groupe entre les équipes à égalité ;
  6. le plus grand nombre de buts marqués dans les matches de groupe entre les équipes à égalité ;
  7. tirage au sort par la commission d’organisation de la FIFA.

Groupe A

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 7 3 2 1 0 5 2 +3
2 Drapeau : Sénégal Sénégal 5 3 1 2 0 4 2 +2
3 Drapeau : Uruguay Uruguay 3 3 1 0 2 2 4 -2
4 Drapeau : Émirats arabes unis Émirats arabes unis 1 3 0 1 2 3 6 -3


Qualifié pour le deuxième tour de la compétition.
Pts points ; G victoires ; N match nuls ; P défaites
Bp buts marqués ; Bc buts encaissés ; Diff différence de buts





La rencontre Grande-Bretagne-Sénégal à Old Trafford

L'Uruguay lance sa compétition par un succès (2-1) face aux Émirats arabes unis, malgré l'ouverture du score du capitaine émirati Matar. Les uruguayens reviennent à la hauteur de leur adversaire peu avant la pause grâce au coup franc direct de Gastón Ramírez, Nicolás Lodeiro marquant pour sa part le but de la victoire pour l'Uruguay à la 56e minute[65],[66],[67]. La Grande-Bretagne joue le second match de la journée disputé sur la pelouse d'Old Trafford face au Sénégal. Les Britanniques ouvrent le score par l’intermédiaire du gallois Craig Bellamy qui reprends de volé un coup franc du capitaine Ryan Giggs mal repoussé par la défense sénégalaise, à dix minutes du terme le Sénégal égalise par Konaté, qui bien lancé en profondeur trompe Butland d'un petit ballon piqué. La Grande-Bretagne commence son tournoi olympique par un match nul (1-1)[68],[69].

La seconde journée est disputée le à Wembley[70]. Lors de la première rencontre l'Uruguay est surpris par le Sénégal. Les lionceaux de la Téranga ouvrent le score dès la dixième minute de jeu, sur un corner Martín Campaña repousse une tête sénégalaise directement dans les pieds de Konaté qui pousse le cuir au fond des filets[71]. Le défenseur Abdoulaye Ba laisse ses partenaires en infériorité numérique dès la demi-heure de jeu à la suite d'une faute sur Luis Suárez[71]. Sept minutes plus tard Konaté inscrit son second but de la partie sur un nouveau corner victorieux[71]. Malgré sa supériorité numérique pendant une heure l'Uruguay ne réussit pas à faire son retard et s'incline (2-0)[72],[73],[74]. La Grande-Bretagne affronte ensuite les Émirats arabes unis lors du second match du jour. Les Britanniques prennent les devants en première mi-temps grâce à leur capitaine Giggs. Rashed Eisa remet les deux équipes à égalité à l'heure de jeu. Les Britanniques se reprennent en inscrivant deux buts en l'espace de trois minutes par Scott Sinclair puis Daniel Sturridge pour une victoire finale sur le score de 3-1[75].

La troisième journée est décisive pour la qualification en quart de finale, le Sénégal qui n'a besoin que d'un point pour se qualifier, rencontre les Émirats arabes unis au City of Coventry Stadium. Malgré l'ouverture du score de Matar en première période, les sénégalais reviennent dans le match grâce à l'inévitable Konaté qui ramène le Sénégal à hauteur dès la reprise. Le score n’évoluant plus par la suite, le Sénégal se qualifie pour les quarts de finale[76],[77],[78]. Dans le même temps la Grande-Bretagne et l'Uruguay se rencontrent au Millennium Stadium de Cardiff devant 70 438 spectateurs[79]. Les Britanniques prennent l'avantage juste avant la pause grâce à Daniel Sturridge, l'Uruguayen se procure une grosse occasion en fin de match lorsqu'une frappe de Gastón Ramírez touche les montants de Butland. Avec cette victoire 1-0 les britanniques se qualifient pour les quarts de finale tandis que l'Uruguay est éliminé[76],[80],[81],[82],[83].

Groupe B

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Mexique Mexique 7 3 2 1 0 3 0 +3
2 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 5 3 1 2 0 2 1 +1
3 Drapeau : Gabon Gabon 2 3 0 2 1 1 3 -2
4 Drapeau : Suisse Suisse 1 3 0 1 2 2 4 -2


Qualifié pour le deuxième tour de la compétition.
Pts points ; G victoires ; N match nuls ; P défaites
Bp buts marqués ; Bc buts encaissés ; Diff différence de buts





La rencontre Corée du Sud-Gabon à Wembley

La compétition débute au St James' Park de Newcastle pour les quatre équipes du Groupe B. Lors de la première rencontre le Mexique est opposé à la Corée du Sud. Les mexicains se procurent quelques occasions en fin de match mais n'arrivent pas à marquer. Les deux équipes font donc match nul (0-0) pour leur entrée dans la compétition[84],[85],[86]. La Suisse affronte ensuite le Gabon dans le second match du jour. Les helvètes obtiennent dès la troisième minute un penalty pour une faute de Henri Ndong sur Innocent Emeghara. La sentence est transformée par Mehmedi en prenant Didier Ovono à contre-pied. Les gabonais ne se laissent pas abattre et se procurent une occasion par l'intermédiaire de Jerry Obiang qui tire sur la barre transversale. Peu avant la mi-temps Pierre-Emerick Aubameyang idéalement lancé par N'Doumbou égalise, profitant du laxisme de la défense suisse. En fin de match Oliver Buff est expulsé pour une simulation à la suite d'un second avertissement. Gabonais et Suisse se séparent finalement sur un match nul 1-1[87],[88],[89],[90].

La seconde journée est disputée à Coventry. Tout d'abord, le Mexique rencontre le Gabon. Si, en première période les deux sélections font jeu égal, en seconde période les mexicains prennent le dessus avec un doublé de Giovani dos Santos qui ouvre le score à la 63e minute sur une contre-attaque avant d'inscrire un pénalty dans le temps additionnel[91],[92],[93]. Ensuite, la Corée du Sud affronte la Suisse. Les sud-coréens ouvrent la marque par Park Chu-young qui trompe Benaglio d'une tête plongeante à la 57e minute. Les suisses reviennent immédiatement dans le match, Emeghara égalisant de la tête sur un centre de Rodríguez trois minutes plus tard. Cependant, sur une reprise de volée de Kim Bo-kyung les sud-coréens reprennent définitivement l'avantage à la 64e minute. Les sud-coréens s'imposent donc 2-1 face à la Nati[94],[95],[96]. L'après-match est marqué par les insultes de Michel Morganella envers les joueurs sud-coréens[97]. Il est exclu de la sélection le lendemain[98].

Lors de la troisième et dernière journée, le Mexique affronte la Suisse qui est dans l'obligation de gagner par deux buts d'écart pour ne pas être éliminée. À la 69e minute, Peralta lancé par Giovani dos Santos vient battre Benaglio pour ce qui est le seul but de la rencontre. Ce résultat offre la première place du groupe au Mexique, la Suisse étant en revanche éliminée[99],[100],[101]. Dans le même temps, la Corée du Sud et le Gabon s'affrontent au Stade Wembley[102]. Les deux sélections font match nul (0-0), ce qui qualifie la Corée du Sud pour le tour suivant[99],[103].

Groupe C

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Brésil Brésil 9 3 3 0 0 9 3 +6
2 Drapeau : Égypte Égypte 4 3 1 1 1 6 5 +1
3 Drapeau : Biélorussie Biélorussie 3 3 1 0 2 3 6 -3
4 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 1 3 0 1 2 1 5 -4


Qualifié pour le deuxième tour de la compétition.
Pts points ; G victoires ; N match nuls ; P défaites
Bp buts marqués ; Bc buts encaissés ; Diff différence de buts





La rencontre Brésil-Biélorussie à Old Trafford

Lors de la première journée, la Biélorussie affronte la Nouvelle-Zélande au City of Coventry Stadium. Dans le temps additionnel de la première période, la Biélorussie ouvre le score sur corner, la sortie aux poings manquée d'O'Keefe permet à Dzmitry Baha de marquer de la tête dans le but vide. En seconde période, les biélorusses continuent de dominer mais O'Keefe repousse leurs tentatives. En toute fin de partie, Kornilenko voit sa puissante frappe repoussée par la barre néo-zélandaise. La Biélorussie lance idéalement sa compétition par un succès (1-0)[104],[105]. Le Brésil rencontre dans le même temps, l'Égypte au Millennium Stadium de Cardiff. Les brésiliens prennent rapidement les devants. Lancé par Oscar, Rafael ouvre le score au quart d'heure de jeu. Sur un long ballon vers l'avant Oscar récupère le ballon avant de dribler le portier égyptien. Sa passe en retrait trouve Leandro Damião qui marque dans le but vide. À la demi-heure de jeu, la star brésilienne Neymar donne trois buts d'avance aux siens de la tête. En seconde période, la physionomie du match évolue radicalement puisqu’après seulement sept minutes dans le second acte Mohamed Aboutreika réduit l'écart avant que Salah marque un second but pour les siens à la 76e minute. Cependant, le Brésil finit par s'imposer (3-2)[106],[107].

Lors de la seconde journée, l'Égypte et la Nouvelle-Zélande s'affronte à Old Trafford. Les All Whites ouvrent le score peu après le quart d'heure de jeu par l'intermédiaire de l’attaquant de West Bromwich Wood où il profite sur un corner de la déviation de Smith pour marquer. Peu avant la pause l'Égypte égalise, sur un centre d'Moteab, Salah vient tromper le portier kiwi. Malgré une relative domination des pharaons, les deux équipes partagent les points du match nul[108],[109]. Le Brésil affronte ensuite la Biélorussie. Le long centre de Kazlow trouve Bressan démarqué au second poteau. Sa tête piquée finit sa course dans le petit filet de Neto. À la quinzième minute de jeu, le centre de Neymar trouve la tête de Pato qui prend le meilleur sur le défenseur Kuzmyanok pour remettre les deux équipes à égalité. Neymar donne l'avantage aux Auriverdes sur un coup franc peu après l'heure de jeu. Dans le temps additionnel la Seleção inscrit un nouveau but. Oscar est lancé par la talonnade de Neymar et gagne son duel avec Hutar d'une puissante frappe de l’intérieur du pied. Ce succès Brésilien (3-1) qualifie les Auriverdes pour les quarts de finale[110],[111],[112].

Le Brésil déjà qualifié rencontre la Nouvelle-Zélande au St James' Park de Newcastle. Les brésiliens ouvrent le score au bout de vingt-trois minutes, Danilo trompant O'Keefe après un une-deux avec Leandro Damião. Damião inscrit six minutes après un second but sur un travail d'Alex Sandro. En seconde période, Sandro laissé seul au second poteau marque le dernier but de la rencontre, sur un coup franc excentré tiré par Marcelo. Avec cette victoire (3-0) les Auriverdes prennent la première place du groupe[113],[114],[115]. Dans le même temps l'Égypte et la Biélorussie se disputent la seconde place pour les quarts de finale sur la pelouse de l'Hampden Park de Glasgow. Malgré une certaine domination des égyptiens en fin de première période, il faut attendre la 56e minute pour voir l'ouverture du score par Salah. Par la suite, Mohsen puis Aboutreika inscrivent deux nouveaux buts. En fin de match, Varankow réduit l'écart. Cette victoire (3-1) permet à l'Égypte de se qualifier[116],[117].

Groupe D

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Japon Japon 7 3 2 1 0 2 0 +2
2 Drapeau : Honduras Honduras 5 3 1 2 0 3 2 +1
3 Drapeau : Maroc Maroc 2 3 0 2 1 2 3 -1
4 Drapeau : Espagne Espagne 1 3 0 1 2 0 2 -2


Qualifié pour le deuxième tour de la compétition.
Pts points ; G victoires ; N match nuls ; P défaites
Bp buts marqués ; Bc buts encaissés ; Diff différence de buts





La rencontre Espagne-Japon à Hampden Park

Lors de la première journée disputée à l'Hampden Park de Glasgow, le Honduras et le Maroc font match nul (2-2)[118],[119],[120]. Lors de la rencontre suivante le Japon s'impose (1-0) face à l'Espagne réduite à dix en première période[121],[122],[123].

Lors de la seconde journée, le Japon bat le Maroc grâce à un but de Kensuke Nagai en fin de match. cette victoire qualifie la sélection olympique nippone pour les quarts de finale[72],[124]. lors du second match de la journée, l'équipe d'Espagne est une nouvelle fois défaite (1-0). La Rojita pourtant parmi les favorites de l'épreuve est donc éliminée dès la seconde journée[125],[126],[127].

Lors de la troisième et dernière journée, la rencontre entre le Japon et le Honduras disputée au City of Coventry Stadium se solde par un match nul (0-0)[128],[129]. La seconde rencontre du groupe entre l'Espagne et le Maroc disputée à Old Trafford se termine également sur un match nul et vierge[130],[131],[132]. Ces deux équipes sont donc éliminées.

Phase à élimination directe

Format et règlement

Les matchs de la phase finale (comprenant des quarts de finale, des demi-finales, un match pour la troisième place et une finale) sont à élimination directe. En cas de match nul à la fin du temps réglementaire, une prolongation de deux fois quinze minutes est jouée (une victoire après prolongation est indiquée par (a.p.) dans le tableau). Une pause de 5 minutes est d'abord observée entre le temps réglementaire et la prolongation. Aucune pause n'est observée entre les deux périodes de la prolongation. Les règles dites du but en or ou du but en argent ne s'appliquent pas. Si les deux équipes sont toujours à égalité à la fin de la prolongation, une séance de tirs au but (t.a.b.) détermine le vainqueur de la rencontre[B 5].

Tableau final

Quarts de finale Demi-finales Finale
 4 août 2012 - Cardiff      7 août 2012 - Manchester      11 août 2012 - Londres
 Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne  1 (4)
 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud t.a.b.  1 (5)  
 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud  0
 4 août 2012 - Newcastle
   Drapeau : Brésil Brésil  3  
 Drapeau : Brésil Brésil  3
 Drapeau : Honduras Honduras  2  
 Drapeau : Brésil Brésil  1
 4 août 2012 - Londres
   Drapeau : Mexique Mexique  2
 Drapeau : Mexique Mexique a.p.  4
 7 août 2012 - Londres
 Drapeau : Sénégal Sénégal  2  
 Drapeau : Mexique Mexique  3
 4 août 2012 - Manchester Troisième place
   Drapeau : Japon Japon  1  
 Drapeau : Japon Japon  3  10 août 2012 - Cardiff
 Drapeau : Égypte Égypte  0    Drapeau : Japon Japon  0
 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud  2

Quarts de finale

Le Japon vainqueur du groupe D affronte l'Égypte second du groupe C en quart de finale[A 6]. La rencontre disputée sur la pelouse d'Old Trafford est arbitrée par l'américain Mark Geiger. Lors de cette rencontre les Samurai Blue mettent rapidement la défense égyptienne sous pression. Suzuki se procure une première occasion au bout de dix minute sur un coup franc, sa tête passant devant la cage de El-Shenawy. L'attaquant du Nagoya Grampus Kensuke Nagai ouvre le score dès la 14e minute, à la suite d'une récupération de balle de Hiroshi Kiyotake sur le défenseur Ramadan. Nagai est lancé dans la profondeur par son coéquipier et devance la sortie du portier adverse pour marquer dans le but vide, le retour du défenseur adverse Saadeldine Saad n'y changeant rien[133]. Les égyptiens essaient de revenir dans la partie et se procurent à la demi-heure de jeu une occasion par Moteab. Peu avant la mi-temps, l'Égypte est réduite à dix à la suite de l'expulsion directe de Saadeldine Saad. Saitō entré en jeu pour suppléer le buteur nippon Nagai est balancé par le défenseur Saad alors qu'il se présentait seul face au gardien égyptien[133]. En seconde mi-temps, le Japon inscrit deux nouveaux buts grâce à Yoshida à la 78e minute d’une tête plongeante sur un coup franc venu de la droite et à la 83e minute d'un nouveau but de la tête signé Otsu sur un centre d'Ogihara, portant ainsi le score à 3-0 pour les siens[133]. Ce succès permet de renouer avec les demi-finales 44 ans après leur dernière participation à ce stade de la compétition lors des jeux de Mexico de 1968[133],[134],[135],[136],[137].


Le match Mexique-Sénégal

Le Mexique vainqueur du groupe B affronte le Sénégal second du groupe A en quart de finale[A 6]. La rencontre disputée sur la pelouse de Wembley Stadium[138] devant 81 855 spectateurs[135] est arbitrée par le britannique Mark Clattenburg. À la 10e minute de jeu les mexicains ouvrent le score. Le coup franc excentré de Giovani dos Santos étant prolongé de la tête par Jorge Enríquez dans le but sénégalais. À l'heure de jeu Javier Aquino donne deux buts d'avance au Mexique en profitant d'un cafouillage dans la surface sénégalaise[135]. Malmenés les Lionceaux de la Téranga reviennent à la hauteur des mexicains en sept minutes[133]. Sur un centre de Pape Souaré Konaté réduit l'écart d'une tête piquée, puis sur un corner de Souaré Baldé égalise à la 76e minute[133]. Plus rien n'étant marqué les deux équipes disputent une prolongation. En prolongation, sur une erreur du défenseur central sénégalais Gueye Giovani dos Santos récupère le ballon dans la surface adverse avant de tromper Ousmane Mané à la 98e minute. En seconde période, de la prolongation c'est au tour d'Héctor Herrera d'aggraver le score sur une nouvelle erreur défense sénégalaise, la tête en retrait d'Abdoulaye Ba marque de puissance, la tentative de lob de Giovani dos Santos est arrêtée par Mané mais Héctor Herrera qui a suivi pousse le ballon de la tête dans le but vide, offrant un succès (4-2) au Mexique[135],[139]. Ce succès permet de également au Mexique de retrouver les demi-finales pour la première fois depuis les jeux de Mexico de 1968[133],[134],[140].


Le Brésil vainqueur du groupe C rencontre le Honduras second du groupe D en quart de finale[A 6] sur la pelouse de St James' Park à Newcastle. La rencontre est arbitrée par Felix Brych. Les brésiliens pourtant favoris de la rencontre se font surprendre en début de partie par leur adversaire. À la 12e minute, Martínez reprend d'une volée un ballon de Maynor Figueroa et bat Gabriel[141]. Peu après la demi-heure de jeu, Crisanto auteur quelques secondes auparavant d’une faute sur Hulk aboutissant à un avertissement, est exclu par l'officiel allemand pour une nouvelle faute sur Neymar[141]. Leandro Damião égalise avant la pause en reprenant dans le six mètres un centre de Hulk que Velásquez n'avais pas réussi à dégager[141]. Le Honduras reprend l'avantage dès le retour des vestiaires, Roger Espinoza trompe le gardien brésilien d'une frappe lointaine passée entre les jambes de Rômulo[141]. Cet avantage n'est que de courte durée, Velásquez concède un pénalty deux minutes plus tard avec une faute sur Leandro Damião, Neymar transforme la sentence malgré le fait que Mendoza soit parti du bon côté[141]. À l'heure de jeu, Leandro Damião se débarrasse de la défense centrale hondurienne pour inscrire un doublé. En fin de rencontre le Honduras est réduit à neuf avec l'expulsion d'Espinoza pour un second avertissement. Avec ce succès 3-2, les brésiliens se qualifient pour leur seconde demi-finale consécutive aux Jeux olympiques[141],[134],[142],[143].


Le pénalty manqué par Aaron Ramsey
La rencontre Grande-Bretagne-Corée du Sud

La Grande-Bretagne nation hôte de l'épreuve et vainqueur du groupe A affronte la Corée du Sud second du groupe B en quart de finale[A 6]. la rencontre disputée sur la pelouse du Millennium Stadium de Cardiff devant 70 171 spectateurs est arbitrée par le colombien Wilmar Roldan. Les coréens ouvrent le score à la demi-heure de jeu par Ji Dong-won, la frappe puissante et lointaine de l'attaquant de Sunderland trompant Butland[144]. Quelques minutes plus tard, une faute de main de Oh Jae-suk sur une frappe de Ryan Bertrand offre l'occasion aux britanniques d'égaliser, Aaron Ramsey chanceux transforme le penalty, le ballon ayant été touché par Jung Sung-Ryong[144]. Les Britanniques obtiennent dans la foulée un nouveau pénalty, Aaron Ramsey voit sa frappe détournée par Jung Sung-Ryong cette fois-ci[144]. Malgré l'entrée en jeu du vétéran gallois Ryan Giggs, aucune des équipes ne fait la différence. Lors de la séance des tirs au but, tous les sud-coréens réussissent leur tir au but. L'ultime tir au but est effectué par le joueur de Chelsea Sturridge, mais son tir est arrêté par le gardien remplaçant Lee Bum-young[144]. Avec cette qualification, aux tirs au but la Corée du Sud se qualifie pour sa première demi-finale olympique[134],[145],[146],[147].

Demi-finales

Le Mexique affronte le Japon en demi-finale[A 6] sur la pelouse du Wembley Stadium[148] devant 82 372 spectateurs. Ce match est arbitré par l'italien Gianluca Rocchi. Il s'agit de la seconde rencontre entre les deux équipes aux jeux olympiques. Lors de leur premier affrontement en 1968 le Japon avait obtenu la médaille de bronze en gagnant le match 2-0[149]. Les Samouraïs Blue ouvrent le score à la 12e minute. Yuki Otsu servi par Higashi reprend le ballon d'une demi-volée pour tromper Corona d'une frappe des 20 mètres dans la lucarne[150]. À la suite de l'ouverture du score nippone, les mexicains commencent à se montrer dangereux par Fabián puis par Giovani[150]. À la demi-heure de jeu, le Mexique égalise sur un corner frappé par Giovani, Enríquez prolonge de la tête avant que Fabián batte Gonda[150]. Les deux équipes rejoignent les vestiaires à égalité. Giovani dos Santos blessé en première période est remplacé par Jiménez. À la 65e minute, le Mexique prend les devants. Sur un ballon récupéré à proximité de la surface japonaise, Peralta marque d'une frappe lointaine dans la lucarne[150]. Dans les arrêts de jeu Cortés aggrave la marque malgré un angle fermé[150]. Avec ce succès trois buts à un, le Mexique se qualifie pour la première finale olympique de son histoire[150],[151],[152],[153],[154].


La rencontre Brésil-Corée du Sud

Le Brésil affronte la Corée du Sud en demi-finale[A 7]. La rencontre se déroule sur la pelouse d'Old Trafford[155] devant 69 389 spectateurs. Elle est arbitrée par le tchèque Pavel Královec. Il s'agit de la seconde rencontre entre les deux équipes aux jeux olympiques. Lors de leur unique affrontement, en 1964 le Brésil avait battu la Corée du Sud quatre buts à zéro en phase de groupe. À la 38e minute de jeu, la nouvelle recrue de Chelsea Oscar lance Rômulo en profondeur dans la surface adverse. La frappe instantanée à ras-de-terre du milieu de terrain brésilien passe sous le gardien coréen pour l'ouverture du score brésilienne[156]. Au cours de la seconde période, les brésiliens se détachent grâce au doublé de leur attaquant Leandro Damião[156]. À la 57e minute, Neymar et Marcelo combinent dans la surface à la suite d'un une-deux, Neymar remise en retrait vers Marcelo qui manque sa reprise; le ballon est alors repris par Leandro Damião au point de penalty et prend Lee Bum-young à contre-pied. Six minutes plus tard, Damião réussit son second doublé consécutif puisque sur une tentative de une-deux entre Oscar et Neymar le ballon est dévié par la défense sud-coréenne dans ses pieds. Le Brésil gagne ce match trois buts à zéro et se qualifie pour leur troisième finale après 1984 et 1988[152],[157],[158].

Match pour la troisième place

La Corée du Sud affronte le Japon lors du match pour la troisième place[A 7]. La rencontre se déroule sur la pelouse du Millennium Stadium de Cardiff[159] devant 56 393 spectateurs et est arbitrée par l'ouzbek Ravshan Irmatov. Les japonais se procurent la première occasion du match peu avant la demi-heure de jeu par Kiyotake, mais sa frappe lointaine est repoussé par Jung Sung-Ryong malgré un rebond. À la 38e minute, l'attaquant d'Arsenal Park Chu-young ouvre le score. À la suite d'un raid solitaire, il trompe Shūichi Gonda d'une frappe à ras-de-terre côté fermé[160]. Quelques minutes plus tard, les sud-coréens se procurent une nouvelle opportunité mais la reprise de Yun passe à côté de la cage nippone. En seconde période, les guerriers Taegeuk creusent l'écart. Lancé en profondeur par Park Chu-young, le capitaine Koo Ja-cheol marque d’une reprise croisée[160]. Deux minutes plus tard Kim Bo-Kyung a l'occasion d'aggraver la marque, mais sa frappe de l'extérieur de la surface est détournée par Gonda[161]. Les japonais sur un coup de pied de coin peu avant le terme croient réduire l'écart par Yoshida mais le but est refusé par l'arbitre pour une charge de Otsu sur Jung Sung-Ryong[160],[161]. Avec cette victoire la Corée du Sud monte sur son premier podium olympique. En revanche le Japon ne réussit pas à rééditer sa performance de 1968[162],[163],[164],[165].

Finale

Le Brésil affronte le Mexique en finale de ce tournoi masculin de football[A 7]. La rencontre est disputée sur la pelouse de Wembley à Londres[166] devant 86 162 spectateurs[167]. Elle est arbitrée par le britannique Mark Clattenburg[168],[169]. Les mexicains ouvrent le score après seulement vingt-huit secondes de jeu[170] après une erreur brésilienne. En effet, la passe en retrait de Rafael vers Sandro est interceptée par Aquino qui lance Peralta. Il bat d'une frappe à ras-de-terre Gabriel[170],[171]. Les Auriverdes se procurent une occasion par Hulk entré en jeu en cours de première période à la place d'Alex Sandro[171]. Sa frappe des trente mètres est difficilement repoussé par Corona[171]. Au retour des vestiaire, les brésiliens se portent de nouveau à l'attaque mais la frappe de Neymar passe au-dessus (47e)[171]. Peu après l'heure de jeu les mexicains sont proches de doubler le score sur une nouvelle erreur brésilienne. À la suite d'un dégagement raté de Thiago Silva, Fabián se retrouve en duel avec Gabriel, à la suite du duel perdu face au gardien de but Fabián reprend acrobatiquement le ballon qui termine sa course sur la barre transversale brésilienne[170],[171]. À la 69e Peralta inscrit un but mais qui est refusé pour un hors-jeu[167]. À un quart d'heure du terme, le coup franc de Fabián trouve Peralta démarqué au niveau du point de pénalty qui d'une tête puissante trompe Gabriel[171]. Dans le temps additionnel, Hulk lancé dans la profondeur vient tromper Corona[171]. Dans la dernière des trois minutes du temps additionnel Oscar se procure une occasion d'égaliser mais sa tête passe au-dessus de la barre transversale de Corona[167],[171]. Avec ce succès (2-1) le Mexique remporte sa première médaille d'or olympique en football[172],[173],[174], il s'agit également de la seule médaille d'or du Mexique lors des Jeux olympiques 2012, le Brésil échouant pour sa part en finale pour la troisième fois après 1984 et 1988[167].

Statistiques et récompenses

Classement

Planisphère multicolore du classement final de chaque nation engagée.
Classement final pour l'épreuve de football.
La podium final

À la fin du tournoi, la FIFA attribue un classement, en lien avec les performances de chaque équipe[175],[176],[A 8]:

Classement final
Rang Équipe J V N D Bp Bc Diff Pts
Médaille d'or, Jeux olympiques 1 Drapeau : Mexique Mexique 6 5 1 0 12 4 +8 16
Médaille d'argent, Jeux olympiques 2 Drapeau : Brésil Brésil 6 5 0 1 16 7 +9 15
Médaille de bronze, Jeux olympiques 3 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 6 2 3 1 5 5 0 9
4 Drapeau : Japon Japon 6 3 1 2 6 5 +1 10
5 Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 4 2 2 0 6 3 +3 8
6 Drapeau : Sénégal Sénégal 4 1 2 1 6 6 0 5
7 Drapeau : Honduras Honduras 4 1 2 1 5 5 0 5
8 Drapeau : Égypte Égypte 4 1 1 2 6 8 –2 4
9 Drapeau : Uruguay Uruguay 3 1 0 2 2 4 -2 3
10 Drapeau : Biélorussie Biélorussie 3 1 0 2 3 6 -3 3
11 Drapeau : Maroc Maroc 3 0 2 1 2 3 –1 2
12 Drapeau : Gabon Gabon 3 0 2 1 1 3 −2 2
13 Drapeau : Suisse Suisse 3 0 1 2 2 4 −2 1
14 Drapeau : Espagne Espagne 3 0 1 2 0 2 –2 1
15 Drapeau : Émirats arabes unis Émirats arabes unis 3 0 1 2 3 6 –3 1
16 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 3 0 1 2 1 5 –4 1

Ces Jeux olympiques constituent la meilleure performance du Mexique, de la Corée du Sud, du Sénégal[note 3], du Honduras, de la Biélorussie[note 4], du Gabon[note 5], et des Émirats arabes unis[note 6]. Le Brésil égale sa meilleure performance (médaille d'argent en 1984 et 1988) tandis que l'Uruguay enregistre sa plus mauvaise performance dans l'épreuve[note 7].

Statistiques générales

Les seize équipes présentes disputent un total de trente-deux rencontres, vingt-quatre au premier tour et huit dans la phase à élimination directe. Soixante-seize buts sont inscrits dans ce tournoi[A 9], dont cinq penaltys marqués sur six sifflés[A 10]. La moyenne de buts inscrits par match est de 2,38 buts/match. Cette moyenne est supérieure à celle de Pékin 2008 (2,34 buts/match soit un but de moins sur l'ensemble de la compétition)[A 9]. Cette édition est la seconde plus faible de l'histoire concernant le ratio de but par match[177].

L'équipe la plus prolifique est le Brésil avec seize buts inscrits en six rencontres soit une moyenne de 2,7 buts par match, le Mexique est second de ce classement avec douze buts marqués en autant de rencontres soit une moyenne de 2 buts par match. Pour sa part, l'Espagne n'a inscrit aucun but au cours de ses trois rencontres[178].

Classement des buteurs

Les buteurs lors de ces Jeux sont présentés dans ce classement[179],[180] : le Brésilien Leandro Damião, joueur du SC Internacional, termine meilleur buteur de la compétition avec six buts[181],[182], il devance Pape Konaté et Oribe Peralta auteur de respectivement cinq et quatre buts au cours de la compétition[175],[A 9]. Sur les soixante-seize buts inscrits on compte quarante-neuf buteurs différents tandis qu'aucun but contre son camp n'a été inscrit au cours de la compétition.

6 buts
5 buts
4 buts
3 buts
2 buts
1 but

Classement des passeurs

Le milieu offensif brésilien Oscar de Chelsea termine meilleur passeur de la compétition avec quatre passes décisives à son actif. Il devance le mexicain Giovani dos Santos, son coéquipier Neymar et l’égyptien Mohamed Aboutreika auteurs de deux passes décisives chacun[A 9].

4 passes décisives
2 passes décisives
1 passe décisive

Discipline

Au cours de la compétition, cent-dix-neuf cartons jaunes ont été distribués, quarte-vingt-deux en phase de groupe et trente-sept en phase finale. Cinq cartons rouges indirects, trois en phase de groupe et deux en phase finale et quatre cartons rouges directs (trois en phase de groupe et un en phase finale) ont été sortis[A 10].

Le Honduras est l'équipe qui a reçu le plus de sanction au cours de la compétition, avec quatorze cartons jaune et deux cartons rouges indirects, la Corée du Sud est la seconde équipe avec le plus de cartons jaunes reçus, avec douze unités, l'Espagne et le Sénégal suivent avec onze cartons jaunes mais également un carton rouge pour chaque équipe. Quatre pays ont reçu un carton rouge au cours de l'épreuve[183]. Lors de la rencontre Honduras-Espagne treize avertissements ont été distribués par l'arbitre vénézuélien Juan Soto, ce qui constitue un record de cartons jaunes sortis lors des jeux olympiques[184].

Prix du Fair Play

Le Trophée du Fair Play de la FIFA est remporté par le Japon[175]. Les Japonais devancent le Mexique et l'Égypte deuxième-execo dans ce classement[A 11].

Bilan par joueur

Le joueur le plus indiscipliné de la compétition est le défenseur central sénégalais Abdoulaye Ba, sanctionné de deux cartons jaunes et d'un carton rouge direct. Au total quatre joueurs ont été expulsés directement, cinq l'ont été après un second avertissement, deux joueurs ont trois cartons jaunes, quatorze joueurs ont reçu deux cartons jaunes, et quatre-vingt-quatre ont reçu un seul avertissement au cours de la compétition[185].

carton rouge
Deuxième carton jaune et rouge
cartons jaunes
3 cartons jaunes 
2 cartons jaunes 

Spectateurs

Ce tournoi a accueilli 1 525 134 spectateurs d'après la FIFA ce qui constitue une moyenne de 47 660 spectateurs par match[A 12]. Ce total correspond à un record pour les compétitions olympiques de football[186]. La finale Brésil-Mexique avec 86 162 spectateurs est le match ayant eu le plus de spectateurs de la compétition, c'est également le record d'affluence pour une épreuve tous sports confondus au cours de cette olympiade[167]. La rencontre Égypte-Biélorussie disputée au City of Coventry Stadium est celle qui en a attiré le moins avec 8 732 spectateurs[A 12]. La phase de groupe a attiré 40 244 spectateurs de moyenne, la phase finale en a accueilli 69 910 de moyenne[A 12].

Notes et références

Notes

  1. La cérémonie d'ouverture officielle a lieu le 27 juillet mais l'épreuve masculine de football débute la veille.
  2. Neuvième participation en tant que Grande-Bretagne, dixième si on prend en compte les Jeux olympiques de 1900, où concourent le clubs de Upton Park FC.
  3. Première participation du Sénégal
  4. Première participation de la Biélorussie
  5. Première participation du Gabon
  6. Première participation des Émirats arabes unis
  7. Vainqueur lors de ses deux seuls participations en 1924 et 1928

Références

  1. (en) « Messi and double Olympic champions Argentina to miss London 2012 », sur insidethegames.biz (consulté le 20 août 2015)
  2. a, b, c, d et e (en) « Road to Olympics 2012: How teams qualify for the Olympic games », sur goal.com (consulté le 16 août 2015)
  3. (en) « Games of the XXIX. Olympiad Football Qualifying Tournament », sur rsssf.com (consulté le 20 août 2015)
  4. (es) « Campeonato Sudamericano SUb-20 (Perú) », sur taringa.net (consulté le 20 août 2015)
  5. « JO 2012: Neymar et Lucas qualifient le Brésil », sur sport.gentside.com (consulté le 20 août 2015)
  6. a et b « Euro-2011 Espoirs: l'Espagne bat la Suisse et remporte son troisième titre », sur 20minutes.fr (consulté le 20 août 2015)
  7. « Espagne et Suisse en route pour Londres », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  8. « Le Belarus ira aux Jeux Olympiques », sur fr.uefa.com (consulté le 20 août 2015)
  9. « Le Bélarus signe une qualification historique », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  10. (en) « African U-23 Championship 2011 », sur rsssf.com (consulté le 20 août 2015)
  11. « Le Gabon premier qualifié pour Londres », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  12. « Le Gabon qualifié », sur lequipe.fr (consulté le 20 août 2015)
  13. « Le Maroc rejoint le Gabon en finale, et à Londres », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  14. « CA U23 : Le Maroc en finale et qualifié pour les JO », sur dzfoot.com (consulté le 20 août 2015)
  15. « Gabon, Maroc et Egypte qualifiés », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  16. « CAN U23 : Le Gabon sacré, l’Egypte qualifiée pour les JO », sur afrik-foot.com (consulté le 20 août 2015)
  17. « Trois billets à distribuer en Asie », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  18. « La Corée du Sud de la fête », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  19. « Le Japon et les EAU rejoignent la Corée du Sud », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  20. « Oman jouera l'Olympe contre le Sénégal », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  21. « Les Kiwis mettent le cap sur Londres », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  22. (en) « Oly Whites book ticket to London », sur oceaniafootball.com (consulté le 20 août 2015)
  23. « Honduras et Mexique qualifiés pour Londres », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  24. « Le Sénégal tient enfin son sésame », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  25. « Le Sénégal dernier qualifié », sur lequipe.fr (consulté le 20 août 2015)
  26. « Le Sénégal, dernier qualifié », sur francetvsport.fr (consulté le 20 août 2015)
  27. (en) « London 2012 - Olympic football draws made at Wembley », sur uk.sports.yahoo.com (consulté le 20 août 2015)
  28. (en) « London 2012: Team GB handed tough Olympic football draws », sur bbc.com (consulté le 20 août 2015)
  29. « Les destins olympiques révélés », sur fifa.com (consulté le 20 août 2015)
  30. (en) « Britain, Brazil, Spain seeded », sur uk.reuters.com (consulté le 20 août 2015)
  31. (en) « London 2012 Olympics: Team GB men's side avoid Brazil and Spain in group stage of football tournament », sur telegraph.co.uk (consulté le 20 août 2015)
  32. (en) « OLYMPICS 2012 - The Albert », sur soccerballworld.com (consulté le 20 août 2015)
  33. (en) « Cleverley has new goal as United star unveils football for 2012 Games », sur dailymail.co.uk (consulté le 20 août 2015)
  34. (en) « ADIDAS LONDON 2012 OLYMPIC FOOTBALL – THE ALBERT », sur footy-boots.com (consulté le 20 août 2015)
  35. (en) « London 2012 Olympic Venues », sur worldstadiums.com (consulté le 20 août 2015)
  36. « Jeux Olympiques 2012 » Stades », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  37. (en) « Sports & venues: Football stadia, UK-wide », London 2012 (consulté le 19 août 2009)
  38. (en) « London 2012 Olympics venues: Wembley Stadium », sur telegraph.co.uk (consulté le 26 août 2015)
  39. (en) « Wembley Stadium - The Games Venue Guide », sur eurosport.com (consulté le 26 août 2015)
  40. (en) « Old Trafford - The Games Venue Guide », sur uk.sports.yahoo.com (consulté le 26 août 2015)
  41. (en) « Old Trafford - The Games Venue Guide », sur eurosport.com (consulté le 26 août 2015)
  42. (en) « London 2012 Olympics venues: Millennium Stadium », sur telegraph.co.uk (consulté le 26 août 2015)
  43. (en) « St James Park Games Venue Guide », sur uk.sports.yahoo.com (consulté le 26 août 2015)
  44. (en) « Hampden Park - The Games Venue Guide », sur uk.sports.yahoo.com (consulté le 26 août 2015)
  45. (en) « City of Coventry Stadium - The Games Venue Guide », sur eurosport.com (consulté le 26 août 2015)
  46. [PDF] Tournoi olympique de football masculin 2012 - La liste des officiels
  47. « Jeux Olympiques 2012 » Arbitres », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  48. « Jeux Olympiques 2012 » assistants », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  49. « Ravshan Irmatov », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  50. « Yuichi Nishimura », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  51. « Ben Williams », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  52. « Bakary Gassama », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  53. « Slim Jedidi », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  54. « Roberto García », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  55. « Mark Geiger », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  56. « Raúl Orosco », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  57. « Wilmar Roldán », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  58. « Juan Soto », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  59. « Peter O'Leary », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  60. « Felix Brych », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  61. « Mark Clattenburg », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  62. « Pavel Královec », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  63. « Svein Moen », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  64. « Gianluca Rocchi », sur mondedufoot.fr (consulté le 20 août 2015)
  65. « L'Uruguay a du répondant », sur lequipe.fr (consulté le 15 août 2015)
  66. (en) « London 2012: UAE 1-2 Uruguay », sur bbc.com (consulté le 15 août 2015)
  67. (en) « Uruguay come from behind against UAE », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  68. « La Grande-Bretagne commence mal », sur lequipe.fr (consulté le 15 août 2015)
  69. (en) « London 2012: Great Britain denied by late Senegal strike », sur bbc.com (consulté le 15 août 2015)
  70. (en) « London 2012 Olympic Football: Senegal 2 Uruguay 0 / Team GB 3 UAE 1 », sur wembleystadium.com (consulté le 24 août 2015)
  71. a, b et c (en) « London 2012: Senegal's 10 men destroy Uruguayans and win neutral hearts », sur theguardian.com (consulté le 16 août 2015)
  72. a et b « Le Sénégal étonne, le Japon confirme », sur lequipe.fr (consulté le 16 août 2015)
  73. (en) « Senegal shock Suarez and Uruguay to blow Team GB's group wide open », sur dailymail.co.uk (consulté le 16 août 2015)
  74. (en) « Ten-man Senegal shock Uruguay », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  75. (en) « Olympics football: Ryan Giggs inspires GB win over UAE », sur bbc.com (consulté le 16 août 2015)
  76. a et b « L'Uruguay tombe de haut », sur lequipe.fr (consulté le 16 août 2015)
  77. (en) « London 2012: Senegal secure a place in quarter-finals with UAE draw », sur theguardian.com (consulté le 16 août 2015)
  78. (en) « Konate sends Senegal to quarters », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  79. (en) « Olympics football: 69,000 watch Team GB men beat Uruguay », sur bbc.com (consulté le 29 août 2015)
  80. (en) « Olympics football: GB beat Uruguay to reach quarter-finals », sur bbc.com (consulté le 16 août 2015)
  81. (en) « Great Britain 1 Uruguay 0: Super Sturridge adds to the joy and puts Team GB in quarters », sur dailymail.co.uk (consulté le 16 août 2015)
  82. (en) « Team GB clinch first, eliminate Uruguay », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  83. (es) « Uruguay, el oltro gran fracaso », El Mundo Deportivo, no 29 194,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  84. (en) « London 2012 highlights - Mexico 0-0 South Korea », sur bbc.com (consulté le 16 août 2015)
  85. (en) « Mexico Vs. South Korea, 2012 Olympics: Final Score, El Tri Disappoint In 0-0 Draw », sur sbnation.com (consulté le 16 août 2015)
  86. (en) « Mexico, Korea Republic finish goalless », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  87. « Suisse et Gabon dos à dos », sur lequipe.fr (consulté le 16 août 2015)
  88. « La Suisse à la peine face au Gabon », sur 24heures.ch (consulté le 16 août 2015)
  89. « Un nul décevant de la Suisse "olympique" », sur rts.ch (consulté le 16 août 2015)
  90. (en) « Gabon hold Swiss for historic point », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  91. « Gabon-Mexique, Dos Santos était trop fort (0-2) », sur gabonreview.com (consulté le 16 août 2015)
  92. (en) « Mexico 2 Gabon 0: Brace from Spurs misfit Dos Santos puts Mexicans on verge of qualification », sur dailymail.co.uk (consulté le 16 août 2015)
  93. (en) « Dos Santos kick-starts Mexico campaign », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  94. « Football: fiasco de la Suisse face à la Corée du Sud », sur www.tdg.ch (consulté le 16 août 2015)
  95. « La Suisse s'incline et se dirige gentiment vers la sortie », sur www.rts.ch (consulté le 16 août 2015)
  96. (en) « Swiss sunk by classy Koreans », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  97. « Un Suisse insulte les Sud-Coréens », sur lequipe.fr (consulté le 16 août 2015)
  98. « Michel Morganella est exclu des Jeux olympiques », sur lematin.ch (consulté le 16 août 2015)
  99. a et b « Mexique et Corée OK, Maroc KO », sur lequipe.fr (consulté le 16 août 2015)
  100. « La Suisse éliminée sans gloire », sur rts.ch (consulté le 16 août 2015)
  101. « Battue par le Mexique 1-0, la Suisse est éliminée », sur 24heures.ch (consulté le 16 août 2015)
  102. (en) « London 2012 Olympic Football: South Korea 0 Gabon 0 », sur wembleystadium.com (consulté le 24 août 2015)
  103. (en) « Point ensures progress for Koreans », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  104. (en) « London 2012: Highlights - Belarus 1-0 New Zealand », sur bbc.com (consulté le 16 août 2015)
  105. (en) « Belarus kick off with Kiwi victory », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  106. (en) « London 2012: Brazil hold off Egypt fightback as Belarus win », sur bbc.com (consulté le 16 août 2015)
  107. (en) « Brazil survive Egyptian revival », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  108. (en) « Olympic football: Highlights of Egypt 1-1 New Zealand », sur bbc.com (consulté le 17 août 2015)
  109. (en) « Honours even for Egypt, New Zealand », sur bbc.com (consulté le 17 août 2015)
  110. (en) « Brazil 3 Belarus 1: Neymar and Oscar turn on the style to sink spirited Belarusians », sur dailymail.co.uk (consulté le 17 août 2015)
  111. (en) « London 2012: Sparkling Neymar fires Brazil into the quarter-finals », sur theguardian.com (consulté le 17 août 2015)
  112. « Le Brésil patient et qualifié (3:1) », sur fifa.com (consulté le 17 août 2015)
  113. (en) « Brazil 3 New Zealand 0: Ten-man Samba boys in last eight with perfect record », sur dailymail.co.uk (consulté le 19 août 2015)
  114. « Le Brésil ne bouge pas (3:0) », sur fifa.com (consulté le 19 août 2015)
  115. (es) « NEYMAR A LA EUROPEA », El Mundo Deportivo, no 29 194,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  116. (en) « Olympics football highlights: Egypt 3-1 Belarus », sur bbc.com (consulté le 19 août 2015)
  117. « Les Pharaons y seront (3:1) », sur fifa.com (consulté le 19 août 2015)
  118. « Le Maroc accroché par le Honduras », sur sport.fr (consulté le 8 août 2015)
  119. « JO 2012 : Maroc-Honduras 2-2 », sur marocolympique.org (consulté le 8 août 2015)
  120. (en) « Honours even for Honduras, Morocco », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  121. « Le Japon s'offre l'Espagne ! », sur lequipe.fr (consulté le 8 août 2015)
  122. « JO 2012 : le Japon casse le mythe de l’invincibilité espagnole en football », sur rfi.fr (consulté le 8 août 2015)
  123. (en) « Skipper hails Japan's pass masters », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  124. (en) « Japan beats Morocco, moves into quarterfinals », sur japantimes.co.jp (consulté le 8 août 2015)
  125. « L'Espagne déjà éliminée ! », sur lequipe.fr (consulté le 8 août 2015)
  126. « L'Espagne déjà hors-course », sur eurosport.fr (consulté le 8 août 2015)
  127. (en) « Honduras eliminate frustrated Spain », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  128. (en) « Olympics football: Japan 0-0 Honduras highlights », sur bbc.com (consulté le 8 août 2015)
  129. (en) « Draw earns Japan top spot, Honduras second », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  130. (en) « Olympics 2012 football: Spain 0-0 Morocco highlights », sur bbc.com (consulté le 8 août 2015)
  131. (en) « Morocco, Spain say goodbye with stalemate », sur fifa.com (consulté le 16 août 2015)
  132. (es) « A casa sin gol y con escándalo », El Mundo Deportivo, no 29 194,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  133. a, b, c, d, e, f et g (en) « London 2012: Japan keep hopes alive for double Olympic football gold », sur theguardian.com (consulté le 24 août 2015)
  134. a, b, c et d « La Grande-Bretagne éliminée ! », sur lefigaro.fr (consulté le 24 août 2015)
  135. a, b, c et d (en) « Japan and Mexico set up Wembley showdown », sur independent.co.uk (consulté le 24 août 2015)
  136. (en) « Japan beats Egypt 3-0 in soccer, secures berth in Olympic semifinals », sur japantimes.co.jp (consulté le 24 août 2015)
  137. (en) « Japan reaches semifinals with 3-0 win over Egypt », sur indianexpress.com (consulté le 24 août 2015)
  138. (en) « London 2012 Olympic Football: Men's Quarter Final - Mexico 4 Senegal 2 », sur wembleystadium.com (consulté le 24 août 2015)
  139. (en) « Olympic football: Highlights of Mexico 4-2 Senegal (aet) », sur bbc.com (consulté le 24 août 2015)
  140. « Le Mexique rejoint le Japon », sur lequipe.fr (consulté le 24 août 2015)
  141. a, b, c, d, e et f (en) « London 2012: Brazil's men edge past Honduras to Olympic semi-final », sur theguardian.com (consulté le 24 août 2015)
  142. (en) « Olympics football: Brazil overcome stubborn Honduras », sur bbc.com (consulté le 25 août 2015)
  143. « Le Brésil a cravaché », sur lequipe.fr (consulté le 25 août 2015)
  144. a, b, c et d (en) « Olympics football: GB beaten by South Korea on penalties », sur www.bbc.com (consulté le 24 août 2015)
  145. (en) « London 2012 Olympics; Team GB 1 South Korea 1 aet (4-5 pens): match report », sur telegraph.co.uk (consulté le 25 août 2015)
  146. (en) « Olympics: Team GB out after Daniel Sturridge's penalty shootout miss », sur theguardian.com (consulté le 25 août 2015)
  147. « La Corée du Sud en demies », sur lequipe.fr (consulté le 25 août 2015)
  148. (en) « London 2012 Olympic Football: Men's Semi-Final - Mexico 3 Japan 1 », sur wembleystadium.com (consulté le 28 août 2015)
  149. (en) « Mexico Beats Japan To Reach Men's Soccer Final At London Olympics (PHOTOS) », sur huffingtonpost.com (consulté le 25 août 2015)
  150. a, b, c, d, e et f (en) « London 2012: Mexico beat Japan to reach first Olympic football final », sur www.theguardian.com (consulté le 28 août 2015)
  151. « Le Brésil s'est promené », sur sport24.lefigaro.fr (consulté le 25 août 2015)
  152. a et b « Une finale Brésil-Mexique », sur eurosport.fr (consulté le 25 août 2015)
  153. (en) « Olympics football: Mexico beat Japan to reach final », sur www.bbc.com (consulté le 25 août 2015)
  154. « Première finale pour le Mexique », sur lequipe.fr (consulté le 25 août 2015)
  155. (en) « Rafael set for OT semi », sur manutd.com (consulté le 28 août 2015)
  156. a et b (en) « Olympics 2012: Brazil reach football final by beating South Korea », sur www.theguardian.com (consulté le 28 août 2015)
  157. (en) « Olympics football: Brazil beat South Korea to reach final », sur www.bbc.com (consulté le 25 août 2015)
  158. (en) « South Korea 0 Brazil 3: Neymar stars as Samba Boys close in on elusive gold », sur dailymail.co.uk (consulté le 25 août 2015)
  159. (en) « Olympic football: Last match at Millennium Stadium », sur bbc.com (consulté le 29 août 2015)
  160. a, b et c (en) « Olympic football: South Korea beat Japan to men's bronze », sur www.bbc.com (consulté le 3 septembre 2015)
  161. a et b (en) « South Korea Vs. Japan, 2012 Olympics: Koreans Take Bronze With Disciplined Display », sur www.sbnation.com (consulté le 3 septembre 2015)
  162. (en) « South Korea 2 Japan 0: Park and Koo seal bronze for Koreans in Cardiff », sur www.dailymail.co.uk (consulté le 3 septembre 2015)
  163. (en) « South Korea gets Olympic soccer bronze, beats Japan 2-0 », sur www.indiatvnews.com (consulté le 3 septembre 2015)
  164. « La Corée du Sud se pare de bronze », sur lequipe.fr (consulté le 3 septembre 2015)
  165. « Des Guerriers en béton pour le bronze (2:0) », sur fifa.com (consulté le 3 septembre 2015)
  166. (en) « London 2012 Olympic Football: Men's Gold Medal Match - Brazil 1 Mexico 2 », sur wembleystadium.com (consulté le 29 août 2015)
  167. a, b, c, d et e « Le Mexique en or, le Brésil maudit », sur www.lequipe.fr (consulté le 3 septembre 2015)
  168. (en) « Premier League ref Clattenburg to take charge of Olympic final at Wembley », sur dailymail.co.uk (consulté le 29 août 2015)
  169. (en) « Clattenburg's Olympic call », sur thefa.com (consulté le 29 août 2015)
  170. a, b et c (en) « Mexico claim Olympic football gold after Oribe Peralta stuns Brazil », sur www.theguardian.com (consulté le 3 septembre 2015)
  171. a, b, c, d, e, f, g et h « Le Mexique s'offre l'or, et le Brésil », sur www.eurosport.fr (consulté le 3 septembre 2015)
  172. (en) « Olympics football: Mexico shock Brazil to win gold », sur www.bbc.com (consulté le 3 septembre 2015)
  173. (en) « Mexico 2-1 Brazil: Olympic final match report », sur www.telegraph.co.uk (consulté le 3 septembre 2015)
  174. « JO - Football : le Mexique crucifie le Brésil », sur www.leparisien.fr (consulté le 3 septembre 2015)
  175. a, b et c « Prix », sur fifa.com (consulté le 22 août 2015)
  176. (en) « London 2012 Football,football men FINAL STANDING », sur olympic.org (consulté le 22 août 2015)
  177. « Jeux Olympiques » Statistique » Buts par saison », sur mondedufoot.fr (consulté le 22 août 2015)
  178. « Equipes - Plus grand nombre de buts », sur fifa.com (consulté le 22 août 2015)
  179. « Joueurs - Plus grand nombre de buts », sur FIFA.com (consulté le 22 août 2015)
  180. « Jeux Olympiques 2012 » Liste des buteurs », sur mondedufoot.fr (consulté le 22 août 2015)
  181. (pt) « Sem medo de errar, Damião renasce na Seleção e briga por artilharia », sur superesportes.com.br (consulté le 22 août 2015)
  182. (pt) « Damião é o artilheiro das Olimpíadas », sur esportes.terra.com.br (consulté le 22 août 2015)
  183. « Equipes - Plus grand nombre de cartons », sur fifa.com (consulté le 22 août 2015)
  184. « Jeux Olympiques » Statistique » Le plus grand manque de fair-play », sur mondedufoot.fr (consulté le 22 août 2015)
  185. « Joueurs - Plus grand nombre de cartons », sur fifa.com (consulté le 22 août 2015)
  186. (en) « 2012 British Olympics set football attendance records », sur 90min.com (consulté le 20 août 2015)

Références issues du Rapport FIFA

  1. FIFA 2012, p. 87
  2. FIFA 2012, p. 70
  3. FIFA 2012, p. 71
  4. FIFA 2012, p. 14
  5. FIFA 2012, p. 94
  6. a, b, c, d et e FIFA 2012, p. 38
  7. a, b et c FIFA 2012, p. 39
  8. FIFA 2012, p. 69
  9. a, b, c et d FIFA 2012, p. 81
  10. a et b FIFA 2012, p. 85
  11. FIFA 2012, p. 80
  12. a, b et c FIFA 2012, p. 86

Références issues du Règlement FIFA

  1. FIFA 2010, p. 15
  2. FIFA 2010, p. 16
  3. FIFA 2010, p. 18
  4. FIFA 2010, p. 38
  5. FIFA 2010, p. 40

Bibliographie

Documents de la Fédération internationale de football association (FIFA)
  • (fr), (en), (es), (de) FIFA, Men‘s and Women‘s Olympic Football Tournaments London 2012 Technical Report and Statistics, . [1] (consulté le 20 août 2015)
  • (fr)FIFA, Règlement des Tournois Olympiques de Football Londres 2012, . [2] (consulté le 22 août 2015)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes