Toundra du Bas-Arctique

Toundra du Bas-Arctique
Écorégion terrestre - Code NA1114[1]
Description de cette image, également commentée ci-après
Paysage près de Kangirsuk dans le Nunavik (Québec).
Classification
Écozone : Néarctique
Biome : Toundra
Global 200[2] : Toundra du Bas-Arctique canadien
Géographie et climat
Superficie[3] :
801 765 km2
min. max.
Altitude[3] : 0 m 864 m
Température[3] : −36 °C 13 °C
Précipitations[3] : 2 mm 85 mm
Écologie
Espèces végétales[4] :
497
Oiseaux[5] :
71
Mammifères[5] :
31
Squamates[5] :
0
Espèces endémiques[5] :
0
Conservation
Statut[5] :
Stable / intact
Aires protégées[6] :
17,8 %
Anthropisation[6] :
0 %
Espèces menacées[6] :
3
Ressources web :
Site du WWF

Localisation

Description de l'image Low Arctic tundra map.svg.

La toundra du Bas-Arctique (Low Arctic tundra) est une écorégion terrestre nord-américaine du type toundra du World Wildlife Fund[7]. Elle faite partie de la liste « Global 200 », qui regroupe les régions se distinguant particulièrement au niveau biologique.

Répartition

La toundra du bas arctique s'étend sur les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut et le nord du Québec.

Climat

La température estivale moyenne oscille entre 4⁰C et 6⁰C. La température hivernale moyenne varie entre -17,5⁰C dans le sud-est de l'écorégion et -28⁰C dans le nord-ouest. Les précipitations annuelles varient entre 200mm dans le nord-ouest de l'écorégion et 500mm dans le nord du Québec[7].

Caractéristiques biologiques

La toundra du Bas-Arctique se caractérise par un couvert végétal arbustif étendu. On retrouve entre autres, l'épinette noire, le mélèze laricin, l'épinette blanche, le bouleau et le saule. Le lichen, la sphaigne et les herbacées recouvrent également le sol. Des pessières isolées se rencontrent dans certaines vallées abritées et les milieux humides sont communs dans les basses terres. Le pergélisol est présent sur la majeure partie du territoire[7].

Cette écorégion abrite une importante population de caribou (Rangifer tarandus arcticus) comportant 1,5 million de têtes. De même, les bœufs musqués s'y retrouvent en grand nombre et la variété blonde ne se trouve que dans cette écorégion. Une partie importante de la population d'oies des neiges y niche ainsi que la majorité de la population d'oies de Ross[7].

Conservation

On estime que 95 % de cette écorégion est toujours intacte[7].

Liens externes

  • (en) Canadian Low Arctic Tundra, sur le site du WWF

Notes et références

  1. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ , p. 935-938.
  2. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, R. Abell, T. Allnutt, C. Carpenter, L. McClenachan, J. D’Amico, P. Hurley, K. Kassem, H. Strand, M. Taye et M. Thieme, The Global 200 : A representation approach to conserving the earth's distinctive ecoregions, Washington DC, Conservation Science Program, World Wildlife Fund-US, (lire en ligne)
  3. a, b, c et d (en) World Wildlife Fund, « The Terrestrial Ecoregions of the World Base Global Dataset », sur http://worldwildlife.org (consulté le 29 septembre 2012). Disponible alternativement sur : Loyola RD, Oliveira-Santos LGR, Almeida-Neto M, Nogueira DM, Kubota U, et al., « Integrating Economic Costs and Biological Traits into Global Conservation Priorities for Carnivores », PLoS ONE, (consulté le 20 octobre 2012), Table S1. Les données de température et de précipitations sont les moyennes mensuelles minimales et maximales.
  4. (en) G. Kier, J. Mutke, E. Dinerstein, T. H. Ricketts, W. Küper, H. Kreft et W. Barthlott, « Global patterns of plant diversity and floristic knowledge », Journal of Biogeography, vol. 32,‎ , p. 1107–1116 (DOI 10.1111/j.1365-2699.2005.01272.x, lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  5. a, b, c, d et e (en)World Wildlife Fund, « WildFinder: Online database of species distributions », , données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  6. a, b et c (en) J. M. Hoekstra, J. L. Molnar, M. Jennings, C. Revenga, M. D. Spalding, T. M. Boucher, J. C. Robertson, T. J. Heibel et K. Ellison, The Atlas of Global Conservation : Changes, Challenges, and Opportunities to Make a Difference, Berkeley, University of California Press, (lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  7. a, b, c, d et e (en) « Low Arctic tundra (NA1114) », World Wildlife Fund,