Tomás Reñones

Tomás
Une illustration sous licence libre serait la bienvenue : importer un ficher.
Biographie
Nom Pedro Tomás Reñones Grego
Nationalité Drapeau : Espagne Espagnol
Naissance (57 ans)
Lieu Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne)
Taille 1,71 m
Période pro. 1981-1998
Poste Arrière droit
Parcours professionnel1
Saisons Club 0M.0(B.)
1981-1982 Drapeau : Espagne SD Compostela
1982-1984 Drapeau : Espagne Atlético B
1984-1996 Drapeau : Espagne Atlético de Madrid 367 (2)
1996-1997 Drapeau : Espagne CA Marbella
1997-1998 Drapeau : Espagne UD San Pedro
Sélections en équipe nationale2
Années Équipe 0M.0(B.)
1985-1989 Drapeau : Espagne Espagne 19 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Pedro Tomás Reñones Grego (né le à Saint-Jacques-de-Compostelle) est un footballeur espagnol qui occupait le poste d'arrière droit.

Carrière de joueur

En club

Tomás a évolué au début de sa carrière au SD Compostela durant une saison avant d'intégrer l'Atlético de Madrid. Il joue d'abord dans l'équipe B du club durant deux saisons avant de rejoindre l'équipe principale. Il joue douze saisons au sein de cette équipe et remporte notamment le doublé coupe du Roi-Championnat en 1996. Il termine sa carrière en division inférieure à l'CA Marbella puis à l'UD San Pedro.

En sélection

Sa première sélection en équipe nationale a eu lieu le contre l'Autriche. Il a joué 19 fois pour La Roja. Il a fait partie de la sélection pour la Coupe du monde 1986 et pour l'Euro 1988.

Palmarès

Carrière politique

À la suite de l'arrêt de sa carrière de joueur, Tomás Reñones embrasse la voie politique au sein du GIL (« Groupe indépendant libéral »), parti fondé par le président de l'Atlético Jesús Gil. Il est élu adjoint aux sports de la ville de Marbella. À la suite de l'arrestation du maire par la police en 2006, il devient maire par intérim. Il est arrêté par la police lors de l'Operation Malaya en 2006[1].

Notes et références

  1. (es) « Corrupción en Marbella », sur www.elmundo.es (consulté le 6 mars 2010)

Voir aussi

Sources

Liens externes