Tirs au but

(Redirigé depuis Tirs aux buts)
Tir au but décisif de Didier Drogba lors de la finale de la Ligue des champions 2012

Au football, l'épreuve des tirs au but est utilisée pour départager deux équipes à la suite d'un match nul, si les règles du tournoi ne permettent pas aux équipes de se séparer sur un match nul (en particulier pour les matchs éliminatoires). Il ne faut pas confondre ces tirs avec des penalties, qui leur ressemblent mais sont joués eux pendant le déroulement normal du jeu, consécutifs à des fautes.

Les tirs au but sont presque toujours utilisés dans les compétitions à élimination directe, afin de décider quelle sera l'équipe qualifiée pour le tour suivant ou celle qui remportera la compétition. Ils ont souvent lieu après une prolongation. Dans quelques compétitions, comme la Community Shield en Angleterre, la Coupe Gambardella, le Trophée des Champions et la Coupe de la Ligue en France, l'éventuelle séance de tirs au but se joue après la fin du temps réglementaire. La Major League Soccer américaine et le championnat argentin ont fait une expérience de courte durée où les matchs nuls de championnat se terminaient par une séance de tirs au but.

Les tirs au but ne font pas partie de la loi 14 du football sur les coups de pied de réparation (couramment appelé penalties). Contrairement à ce qui se passe pour les penalties, les joueurs autres que le tireur et les gardiens de but doivent se trouver dans le rond central du terrain. Le gardien de but défenseur doit se trouver sur sa ligne de but entre les poteaux, le gardien de l'équipe du tireur doit se trouver à la limite de la surface de réparation, également sur la ligne de but. Le tireur ne peut frapper la balle qu'une seule fois, contrairement à un penalty, il ne peut ainsi pas la reprendre arès un rebond sur un poteau, la barre ou sur le gardien.

Les tirs au but ne sont pas inclus dans le score final. Le score reste celui de la fin des prolongations donc un match nul (et comptabilisé ainsi dans les statistiques). Il est rapporté selon le style «2-2, 6-5 t.a.b. » (et non « 3-2 après t.a.b. » ou équivalent).

Procédure

La procédure suivie pour la séance de tirs au buts peut être résumé ainsi :

  • L'arbitre tire au sort la surface dans laquelle seront bottés les coups, sauf si des conditions particulières le justifient (panne d'éclairage, une des deux surfaces gorgée d'eau...). Le résultat peut avoir des répercussions psychologiques importantes sur les joueurs, selon que les supporters de telle ou telle équipe se trouvent derrière un but ou un autre.
  • Le côté choisi ne peut plus être modifié sauf en cas de circonstances exceptionnelles (panne d'éclairage, etc.).
  • L'équipe désignée par un tirage au sort décide si elle tire en premier ou en second.
  • Tous les joueurs autres que le tireur et les gardiens de but doivent se placer dans le rond central.
  • Même si une équipe n'a pas utilisé son quota de remplacement, ceux-ci sont interdits une fois les prolongations achevées. Une exception est toutefois prévue en cas de blessure ou d'expulsion du gardien (voir plus bas).
  • Tous les joueurs doivent participer si leur tour de tirer arrive. Deux exceptions :
    • un joueur blessé peut être exempté par l'arbitre. À l'exception de ce cas de blessure, tout joueur pouvant être sur le terrain au coup de sifflet final doit tirer si son tour arrive. En particulier, un joueur qui se serait momentanément absenté (pour se désaltérer par exemple) doit revenir immédiatement sur le terrain dès le coup de sifflet final. Si un joueur ne respecte pas cette consigne son tir est considéré comme raté d'office lorsque son tour arrive.
    • un remplaçant, ayant pris place du gardien empêché de continuer peut également participer à l'épreuve en tant que tireur.
  • Chaque tir doit être frappé à la manière d'un penalty. En particulier, le gardien de but doit être sur sa ligne de but entre les poteaux au moment de la frappe.
  • Le tireur ne peut frapper la balle qu'une seule fois, contrairement à un penalty. En particulier, il ne peut reprendre la balle si le gardien la repousse. Cependant, un tir qui heurte la barre transversale, le poteau, le gardien, ou toute combinaison de ces éléments avant de franchir la ligne de but sans que le tireur le retouche est valable. Le tir au but réussi par le Français Bruno Bellone face au Brésil en quarts de finale de la Coupe du monde 1986 en est un célèbre exemple : Bellone avait tiré sur le poteau, mais le ballon avait ricoché sur le dos du gardien brésilien Carlos qui était parti du bon côté, pour finalement rentrer. Le but avait justement été validé malgré les protestations initiales de certains joueurs brésiliens
  • Les équipes tirent en alternance jusqu'à ce que cinq tirs aient eu lieu pour chaque équipe. Cependant, la séance prend fin si une équipe a acquis une avance suffisante pour ne pas être rattrapée.
  • Si un nombre identique de buts a été marqué après les cinq tirs, les tirs ont lieu un par un jusqu'à ce qu'une équipe marque et l'autre pas ; cette phase est appelée la « mort subite ».
  • Contrairement à une idée répandue, l'arbitre n'a pas à être informé de l'ordre des tireurs avant la séance. Le capitaine peut d'ailleurs le modifier tant que le penalty n'est pas exécuté.
  • Un joueur ne peut pas tenter un éventuel deuxième tir au but avant que tous les joueurs de son équipe, y compris le gardien, n'aient tiré au but. Idem, un joueur ne pourra pas tenter un éventuel troisième tir au but avant que tous les joueurs de son équipe, y compris le gardien, n'aient tiré deux fois, etc.
  • Si tous les joueurs ont tiré et qu'un nouveau passage s'impose, l'ordre de tir est libre ; il ne doit pas nécessairement correspondre à l’ordre de la précédente série.
  • Si une équipe a plus de joueurs qu'une autre à la fin de la prolongation (du fait d'une expulsion ou d'une blessure non remplacée), son capitaine désigne un ou plusieurs joueurs qui ne participeront pas à l'épreuve en tant que tireur, de manière que les deux équipes aient autant de tireurs. Cette règle a été ajoutée avant l'Euro 2000 afin que l'équipe ayant un joueur expulsé ne soit pas avantagée lors d'un éventuel 11e tir : avec l'ancienne règle, son meilleur tireur pouvait se retrouver face au plus faible tireur adverse, si tous les tireurs de l'équipe du joueur expulsé avaient tiré une fois. Le nom des joueurs exclus de la séance est communiqué par le capitaine à l'arbitre. Les joueurs exclus le sont complètement : ils ne tirent pas et ne peuvent pas non plus être gardien. Néanmoins, ils pourront prendre la place du gardien (et de sa fonction de tireur le cas échéant) en cas de blessure ou d'expulsion de celui-ci.
  • Dans l'hypothèse d'une blessure/expulsion pendant la série de tirs au but cette règle s'applique également, et le nom du joueur nouvellement exclu de tir est communiqué immédiatement par le capitaine à l'arbitre.
  • Un joueur blessé à l'issue du temps réglementaire et non remplacé est exempté de tirs : il est considéré comme hors du terrain, et de la même manière l'équipe adverse devra exclure un joueur de la séance de tir.
  • À l'exception de ce cas de blessure, tout joueur pouvant être sur le terrain au coup de sifflet final doit tirer si son tour arrive. En particulier, un joueur qui se serait momentanément absenté (pour changer un équipement ou se désaltérer par exemple) doit revenir immédiatement sur le terrain dès le coup de sifflet final. Si un joueur ne respecte pas cette consigne, son tir est considéré comme raté d'office lorsque son tour arrive.
  • Tout joueur qui participe à la séance peut prendre la place de son gardien à n'importe quel moment de la séance.
  • Si le gardien de but se blesse au point de ne pouvoir continuer l'épreuve, il peut être remplacé par un remplaçant n’ayant pas participé au match si l'équipe n'a pas épuisé son nombre de remplacements. Le changement est définitif et le remplaçant pourra (devra le cas échéant si son tour se présente) tenter un tir au but. Il prend à son compte les éventuels tirs au but exécutés par le gardien remplacé pour le décompte du nombre de tirs de chaque joueur. Le remplaçant doit immédiatement "essuyer" un tir en tant que gardien. Il peut ensuite éventuellement être remplacé dans ses fonctions de gardien conformément au point précédent.
  • Il peut également être remplacé par un joueur exclu de la séance, sans que cela ne compte pour un remplacement. Le changement est définitif et le remplaçant pourra (devra le cas échéant si son tour se présente) tenter un tir au but. Il prend à son compte les éventuels tirs au but exécuté par le gardien remplacé pour le décompte du nombre de tirs de chaque joueur. Le remplaçant doit immédiatement « essuyer » un tir en tant que gardien. Il peut ensuite éventuellement être remplacé dans ses fonctions de gardien conformément au point susmentionné.
  • Le gardien blessé peut également toujours être remplacé par un de ses coéquipiers sur le terrain. Dans ce cas, l'équipe adverse exclut immédiatement un de ses joueurs de la séance.
  • Si le gardien de but est expulsé, il peut être remplacé par un remplaçant n’ayant pas participé au match si l'équipe n'a pas épuisé son nombre de remplacements, à condition qu'un coéquipier sorte. Dans ce cas, l'équipe adverse exclut immédiatement un de ses joueurs de la séance. Le remplaçant prend à son compte les éventuels tirs au but exécutés par le gardien expulsé pour le décompte du nombre de tirs de chaque joueur. Le remplaçant doit immédiatement "essuyer" un tir en tant que gardien. Il peut ensuite éventuellement être remplacé dans ses fonctions de gardien conformément au point susmentionné.
  • Il peut également être remplacé par un joueur exclu de la séance, sans que cela ne compte pour un remplacement. Il prend à son compte les éventuels tirs au but exécutés par le gardien expulsé pour le décompte du nombre de tirs de chaque joueur. Dans ce cas, le remplaçant doit immédiatement « essuyer » un tir en tant que gardien. Il peut ensuite éventuellement être remplacé dans ses fonctions de gardien conformément au point précédent.
  • Le gardien expulsé peut également toujours être remplacé par un de ses coéquipiers sur le terrain. Dans ce cas, l'équipe adverse exclut immédiatement un joueur de la séance.
  • Comme à n'importe quel moment où l'arbitre est présent dans le stade, il est possible d'avertir ou d'exclure un joueur durant une séance de tirs aux buts. Dès qu'une expulsion intervient, l'équipe adverse exclut immédiatement un tireur de la séance.
  • Un joueur qui va tirer et est exclu avant le coup de sifflet de l'arbitre verrait son tir au but non compté, c'est-à-dire qu'un autre tireur pourra prendra sa place (le tir n'est pas considéré comme manqué). Ceci est lié au fait que le ballon n'est pas en jeu au moment de l'infraction, et que le capitaine peut jusqu'au dernier moment changer de tireur. Dès qu'une expulsion intervient, l'équipe adverse exclut immédiatement un tireur de la séance.
  • En revanche, si un joueur qui va tirer est exclu après le coup de sifflet de l'arbitre, il verra son tir raté d'office. Ceci selon les dispositions communes de la règle des penalties qui ne prévoient pas de seconde chance pour un tireur, même si le tir est réussi. Dès qu'une expulsion intervient, l'équipe adverse exclut immédiatement un tireur de la séance.
  • Si un joueur, non blessé, s'est momentanément absenté (par exemple pour changer un équipement ou se désaltérer) et ne revient pas sur le terrain au moment où son tour de tirer arrive, son tir est d'office considéré comme raté. Néanmoins, il ne s'agit pas d'une expulsion. Si la séance se poursuivait jusque là et que son tour de tirer revienne, il pourra participer s'il est de retour.
  • Si la séance de tirs aux buts commencée ne peut être menée à terme (panne d'éclairage par exemple), le gagnant sera désigné par l'arbitre par tirage au sort, sauf dispositions contraires prévues par le règlement de l'épreuve (comme jusqu'au 6e tour de Coupe de France, où c'est alors la plus petite équipe, et à même niveau, l'équipe évoluant à l'extérieur qui est qualifiée automatiquement).

Avantage à la première équipe à tirer ?

L’économiste espagnol Ignacio Palacios-Huerta a analysé les résultats de 1001 séances de tirs au but entre 1970 et 2002 (en reprenant les séances en Coupe du monde, dans les Coupes continentales des équipes nationales (exceptée l'Océanie), dans les trois Coupes d’Europe des clubs et dans les Coupes des fédérations anglaises, allemandes et espagnoles), l’équipe qui effectuait le premier tir se qualifiait dans 60,6% des cas[1]. Une autre étude menée par des chercheurs allemands, reprenant les résultats de 262 séances de tirs au but entre 1970 et 2003 sur un nombre moindre de compétitions (Coupe du Monde, Euro, les trois Coupes d’Europe des clubs et la Coupe d’Allemagne) obtenait un gain plus faible (53,4 % de qualification pour l’équipe qui tire le premier)[2],[3], la différence entre les deux études s’expliquant par le fait que les compétitions non retenues par la deuxième équipe de chercheurs et retenues par Palacios-Huerta ont toutes des taux supérieurs à 53,4% avec un taux qui monte même à 72,3% pour les 347 matchs de Coupe d’Espagne sur la période 1970-2002[1].

Pour corriger ce déséquilibre dû selon les chercheurs à la pression plus forte sur les tireurs de la deuxième équipe, l'IFAB a autorisé en mars 2017, les expérimentations pour changer l'ordre des tireurs au cours de la séance. Ainsi à la place de la classique alternance dans les tirs (équipe A, puis équipe B, puis A, puis B, etc. : AB AB AB AB AB…), l'ordre sera, comme pour le service dans un jeu décisif au tennis : équipe A, puis équipe B deux fois, puis A deux fois, puis B deux fois, etc. (A BB AA BB AA BB…)[3]. Selon Palacios-Huerta, ce nouvel ordre réduirait le déséquilibre existant 60,6%-39,4% à 54%-46%[1]. L'UEFA a décidé de mener une expérimentation sur ce nouvel ordre des tirs dans quelques compétitions en débutant avec l'Euro féminin U17 (moins de 17 ans) en mai 2017[4].

Toujours selon Palacios-Huerta, d’après une mise en évidence par les mathématiciens Eugène Prouhet, Axel Thue et Marston Morse, une autre séquence permettrait de réduire encore davantage le déséquilibre (à 51%-49%, toujours à l’avantage de la première équipe), cette séquence connue comme la suite de Prouhet-Thue-Morse alternerait les tirs de cette manière (A BB A B AA B A BB A…), c’est-à-dire après le premier tir de l’équipe A, deux tirs de l’équipe B, puis ensuite un de A et un de B, puis deux de A, puis un de B, ces huit premiers tirs faisant un cycle complet qui recommence de la même manière au neuvième tir. « Malheureusement, » indique Sylvain Frochaux, directeur de la recherche et fondateur de Swiss Invest Lab SA, « cet ordre n’a jamais été utilisé dans le sport. Il est possible que les joueurs eux-mêmes ne s’y retrouvent pas, sans parler du public »[1].

Historique

C'est le dirigeant de football israélien Yosef Dagan qui suggéra le premier cette méthode de désignation d'un vainqueur après que l'équipe israélienne eut été éliminée en demi-finale du tournoi olympique de 1968 par tirage au sort. Par ailleurs, cette même année, l'Italie accéda à la finale du Championnat d'Europe des nations par tirage au sort à la suite du match nul de la demi-finale contre l'URSS. Cette idée fut adoptée par l'UEFA et la FIFA.

La première séance de tirs au but de l'histoire eut lieu en 1970 entre Hull City et Manchester United pendant la Watney Cup. Le premier tireur était George Best, et le premier à manquer son tir Denis Law.

Quelques jours plus tard, pour la première fois un match international se termine aux tirs au but : lors du premier tour de la Coupe des coupes 1970-1971, les clubs de Budapest Honvéd et d'Aberdeen FC n'arrivant pas à se départager (chacun gagne son match à l'extérieur 3-1) seront les premiers à les utiliser. C'est le club hongrois qui gagne la séance de tirs au but. Ils seront également utilisés en Coupe d'Europe des clubs champions dès la même saison : Everton FC prend le meilleur sur le Borussia Mönchengladbach en huitièmes de finale après deux matchs nuls 2-2. Comme durant les premières années de l'application de la nouvelle règle les finales restaient encore à rejouer en cas d'égalité, il faudra patienter jusqu'en 1980 pour voir la toute première finale européenne de clubs décidée par la séance des tirs au buts : Valence-Arsenal (0-0 a.p, t.a.b. 5-4) en Coupe des vainqueurs de coupes.

La première finale internationale à se jouer aux tirs au but fut celle de l'Euro 1976 entre la Tchécoslovaquie et la RFA (2-2, 5-3 t.a.b). Et pourtant cette séance de tirs au but historique, dont le tir vainqueur marqué par le Tchécoslovaque Antonín Panenka est resté dans toutes les mémoires, n'aurait jamais dû avoir lieu en ce soir du 20 juin 1976... En effet le règlement prévoyait qu'en cas d'égalité après 120 minutes de jeu la finale soit rejouée. Mais la perspective d'enchainer trois matchs en cinq jours pour un total d'au moins cinq heures et demi de jeu n'enchantait guère Helmut Schön, l'entraineur de la Mannschaft, voyant ses joueurs émoussés par une longue saison et déjà entamés par une éprouvante demi-finale allée jusqu'au bout de la prolongation. C'est ainsi que quelques heures avant le coup d'envoi le président de la DFB (Fédération allemande de football) soumit la proposition à l'UEFA, après concertation avec son homologue Tchécoslovaque (dont l'équipe avait également disputé la prolongation en demi-finale), de ne pas rejouer la finale en cas d'égalité après prolongation, mais de passer directement aux tirs au but. Les trois parties tombèrent d'accord : le match ne serait pas rejoué et la séance de tirs au but aurait éventuellement lieu le soir même[5],. La "Nuit de Belgrade" (c'est ainsi que les Allemands l'ont appelée Nacht von Belgrad) a probablement marqué un tournant dans l'histoire des finales internationales : l'UEFA mit définitivement au rencard après cette date la règle de la finale à rejouer pour ses finales européennes, la FIFA lui emboitant le pas pour la Coupe du monde quelques années plus tard.

En phase finale de Coupe du monde, la règle des tirs aux buts fut introduite en 1974[7]. Mais la formule championnat (phase de poules) en vigueur sur deux tours pour les Coupe du monde 1974, 1978 et 1982 limitèrent considérablement les possibilités de son application (en 1974 et 1978 seuls les matches pour la troisième place étaient directement concernés, les finales étant à rejouer avant de donner lieu à possible séance de tirs au but). Ce n'est qu'en 1982 en Espagne, chronologiquement à la quatrième possibilité directe que l'on assista à la toute première séance de tirs au but de l'histoire en Coupe du monde. Elle se déroula à Séville le 8 juillet 1982 à l'issue de la légendaire seconde demi-finale opposant la RFA à la France.

À partir de la première application effective de la règle des tirs au but lors de cette demi-finale RFA-France, sur les dix dernières phases finales de Coupe du monde (de 1982 à 2018), 30 matchs (sur 147 matchs concernés par le règlement[8]) ont été suivis d’une séance de tirs au but, soit en moyenne 3 matchs par Coupe du monde, et 1 match tous les 4,9 matchs concernés par ce règlement.

La règle historique de la finale à rejouer (où, de 1974 à 1982, la séance de tirs au but ne pouvait intervenir qu'après un deuxième match nul après prolongation) fut supprimée en 1986. Depuis que la finale peut donner directement lieu à une séance de tirs au but après un unique match nul après prolongation, 2 finales sur 9 de la Coupe du monde masculine se sont décidées aux tirs au but : en 1994, Brésil-Italie : 0-0, 3-2 t.a.b. et en 2006, Italie-France : 1-1, 5-3 t.a.b. Deux finales de coupe du monde féminine ont également connu un dénouement aux tirs au but : lors de la coupe du monde 1999, États-Unis-Chine : 0-0, 5-4 t.a.b. et lors de la coupe du monde 2011, Japon-États-Unis : 2-2, 3-1 t.a.b.

La toute première séance de tirs au but en phase éliminatoire de Coupe du monde se produisit en janvier 1977 dans la zone Afrique entre la Tunisie et le Maroc au début de la campagne du mundial argentin. Après deux nuls sur le score de 1-1 en matchs aller-retour (dont le second après prolongation) les Tunisiens se qualifièrent à Tunis pour le second tour en l'emportant par 4 tirs au but à 2. Cet épisode marqua le début d'une aventure qui conduisit après quatre tours éliminatoires la Tunisie en Argentine pour la Coupe du monde 1978 en tant que (seul) représentant de l'Afrique.

Lors des 18 dernières finales de la Ligue des champions de l'UEFA (de 2001 à 2018), 6 finales (2001, 2003, 2005, 2008, 2012 et 2016) se sont décidées sur des tirs aux buts. Lors des 30 dernières finales (entre 1988 et 2017) de la Copa Libertadores (CONMEBOL), 8 se sont décidées aux tirs aux buts dont 4 consécutivement (1999, 2000, 2001 et 2002). Il est à noter que la finale de Copa Libertadores se joue en match aller/retour et qu'y était d'abord appliquée la règle des tirs au buts à la fin d'un troisième match de départage (première application en 1977, avant que la règle ne s'applique directement au match retour en cas d'égalité).

Il est difficile d'indiquer le score maximal atteint lors d'une séance de tirs aux buts : de nombreux matchs locaux entre équipes amateurs ont pu avoir des scores importants mais non nécessairement archivés. Un match de Coupe de France 1996-1997 a vu les deux équipes alsaciennes du FC Obernai et de Wittelsheim atteindre le score de 20-20 avant que l'arbitre n’interrompe la séance à cause de l'obscurité. La séance n'ayant pu être menée à terme, et selon le règlement de l'épreuve, le « petit poucet » Obernai avait été qualifié d'office[9]. Pour le nombre de tentatives, le record répertorié concernerait un match de Coupe de Namibie 2004/2005 où 48 tirs furent tentés (dont 15 échecs !) avant que KK Palace ne prenne le meilleur sur les Civics (17-16). En termes de score, le site de la Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation (rsssf) indique lui un record à 21-20 lors d'un match de barrage entre clubs amateurs argentins. General Paz Juniors battit Juventud Alianza. À noter qu'il n'y eut ce jour-là qu'un seul et unique échec : la 21e tentative de Juventud.

En match international, les séances fleuve sont à l'inverse plutôt rares. D'ailleurs, sur les 19 Coupes du monde disputées, seuls deux matchs vont au-delà du dixième tir au but : la fameuse demi-finale de 1982 entre la France et l'Allemagne (3-3, t.a.b. 5 -4) , ainsi que le quart de finale Suède-Roumanie en 1994 (2-2, t.a.b. 5-4)

Autres possibilités pour départager les équipes

D'autres méthodes pour départager les équipes furent proposées avant ou depuis l'instauration de la règle des tirs aux buts :

Historiquement, l'une des premières règles instaurées pour départager les équipes se trouvait dans les règles de Sheffield (Sheffield Rules) entre 1862 et 1871 avec le concept du rouge, pris en compte lorsque la balle passait non loin du but. La règle 14 statuait que « Un but pèse plus que n'importe quel nombre de rouges, mais si aucun ou un nombre égal de buts est marqué, le résultat est décidé par les rouges »

Rejouer le match

Pendant longtemps, en cas d'égalité après les prolongations, le match était rejoué. Cette règle historique notamment en vigueur en Coupe du monde jusqu'en 1970 (pour les huitièmes, quarts et demi finales) et jusqu'en 1982 pour la finale, est encore appliquée dans certaines compétitions à élimination directe comme lors des matchs jusqu'aux quarts de finale de la coupe d'Angleterre. Si les deux équipes sont à égalité à l'issue de la prolongation, le match est rejoué. S'il y a une nouvelle égalité à l'issue de ce second match, on procède alors une séance de tirs aux but. Jusqu'en 1991, le nombre de matchs rejoués entre deux équipes pouvaient aller jusqu'à 5. Une seule fois, en 1974, la finale de la coupe des champions fut rejouée.

But en or et but en argent

Le but en or (« mort subite ») et le but en argent (dans le premier cas, le match est gagné par la première équipe marquant pendant la prolongation, dans le second cas, le match est gagné par l'équipe menant au score à la fin de la première partie de la prolongation, ou de la seconde si égalité à la fin de la première) sont des règles qui furent mises en place pour essayer d'éviter les tirs aux buts (mais sans forcément les en empêcher). Cependant l'International Football Association Board (IFAB) décida de leur arrêt en 2004, ne les jugeant pas efficaces.

S'appuyer sur les statistiques du match

D'autres suggestions furent faites comme d'utiliser certains évènements du jeu venant de se dérouler comme le plus de tirs cadrés, le plus de corners obtenus, le moins de cartons jaunes ou rouges. Une autre proposition fut de jouer la prolongation en diminuant le nombre de joueurs sur le terrain à intervalles réguliers (à l'image de ce qui fait dans le championnat nord-américain de hockey sur glace où les joueurs jouent à 5 contre 5, puis 3 contre 3 lors des prolongations en saison régulière). Aucune de ces propositions n'a été autorisée par l'IFAB.

Tirs aux buts avant la prolongation

Le Britannique Henry Birtles, à la tête d'un cabinet de conseil médias pour le sport, fit la proposition de l'« avantage »[10]est que la séance de tirs aux buts se tienne avant la prolongation et seulement en qualité d'un jeu décisif, si le score reste à égalité après les prolongations. Alex Ferguson, ancien entraineur de Manchester United, a également repris cet idée mais souhaitant faire la séance de tirs aux buts avant le début du match[11].

Les partisans de cette règle, disent qu'elle conduirait à une prolongation plus offensive avec une des équipes sachant qu'elle doit marquer et donc qu'il n'y aura jamais de prolongations avec les deux équipes en attente. Un autre avantage est que les joueurs qui ont manqué leur tir lors des tirs aux buts auraient une chance de se racheter dans les prolongations. La faille évidente est que l'équipe qui gagne aux tirs au but serait encline à jouer défensivement lors de la prolongation puisqu'un score nul la qualifie.

« Attaquant Défenseur Gardien »

« Attaquant Défenseur Gardien » (ADG) est une autre méthode pour éviter les tirs au but, développée par Timothy Farrell en 2008[12]. ADG présente une série de dix duels à un contre deux au cours desquels un attaquant a trente secondes pour marquer un but contre un défenseur et un gardien. À la fin des dix duels, l'équipe qui a marqué le plus de buts est victorieuse[13].

Tirs de corners

Une autre suggestion est de tirer une série de 10 corners avec cinq joueurs de chaque équipe dans la surface de réparation plus le gardien de but.[réf. nécessaire] L'équipe attaquante doit marquer avant que la balle ne sorte de la surface de réparation. L'équipe ayant marqué le plus de buts après les 10 corners est l'équipe gagnante. Dans ce cas, la victoire dépend plus d'un jeu d'équipe que d'une série de tirs individuels.

Expérimentations américaines

La North American Soccer League dans les années 1970 et l'actuel Major League Soccer dans les années 1990 expérimentèrent un variante aux tirs aux buts.

Au lieu d'un tir direct, comme celui d'un penalty, le tireur était placé à une trentaine de mètres du but et il avait cinq secondes pour tirer. Pendant ce temps, l'attaquant pouvait se déplacer avec le ballon avant de tirer. La méthode était similaire au tir de pénalité ou tir de fusillade employée au hockey sur glace. Comme pour une séance de tirs au but classique, chaque équipe tirait cinq fois et en cas d'égalité, on précédait à des tirs supplémentaires jusqu'à ce qu'une équipe gagne. Ce format était jugé comme récompensant plus les qualités des joueurs dans un duel en un contre un.

Critiques sur les tirs au but

Intégrée progressivement à toutes les confrontations à élimination directe dans les années 1970 et 1980, les tirs au but sont rentrés dans l'inconscient collectif du monde entier lors de la demi-finale de la Coupe du monde 1982 France - RFA qui tourna à l'avantage des Allemands après un match et une prolongation riche en suspense et au cours de laquelle les Français menèrent 3-1 puis furent rejoints à 3-3. Ce match est d'ailleurs le tout premier de l'histoire de la Coupe du monde à s'être achevé par la séance fatidique. La dimension dramatique et spectaculaire de ce match jusqu'à son épilogue inédit aura vraisemblablement influencé la FIFA elle même qui décida dès l'édition suivante en 1986, d'une part de revenir à une phase à élimination directe à partir des huitièmes de finale (ce qui multiplie les possibilités de séances de tirs au but) et d'autre part d'appliquer la règle des tirs au but en finale directement en cas d'égalité après prolongation, sans passer par le match à rejouer. Une finale mondiale tous les quatre ans ne mérite-t-elle pas la possibilité d'être rejouée une fois (comme le règlement le prévoyait depuis les origines en 1930) avant d'en arriver aux tirs au but ? Telle est la question. En tout cas, peu après la finale Italie-France de 2006 (depuis le Brésil-Italie de 1994, on comptait alors deux séances de tirs au but disputées en quatre finales !), Sepp Blatter en personne, à l'époque président de la FIFA, se l'est bien posée, qualifiant notamment ces séances de tirs au but en finale mondiale de « tragédie »[14]. La prise de conscience du problème posé par les tirs au but en finale entrainant la promesse de trouver rapidement une solution (le vraisemblable retour à la finale à rejouer) est semble-t-il restée lettre morte sur le bureau de la FIFA...

Généralement qualifiée de « loterie » par différents protagonistes du monde du football, les tirs au but ont beaucoup d'opposants, ceux-ci comprenant difficilement que le vainqueur d'un match important puisse être désigné « par le hasard ». Parmi ces opposants, on peut citer le principal journal sportif français L'Équipe qui n'a pas hésité à prendre parti ouvertement en titrant en une le 6 juillet 1990 « Non au foot loterie ! » après que les deux demi-finales du Mondial 1990 en Italie se furent achevées par cette épreuve. De plus, le monde du football étant plutôt superstitieux, certains joueurs ont vu leur carrière en sélection anéantie par un tir au but raté lors d'une phase finale d'une grande compétition et ne furent plus rappelés pour les phases finales suivantes, étant considérés comme des porte-poisse : c'est le cas notamment des Français Reynald Pedros (demi-finale de l'Euro 1996) ou David Trezeguet (finale de la Coupe du monde 2006). Aujourd'hui, les calendriers surchargés et établis longtemps à l'avance pour les matchs des clubs comme des sélections ainsi que l'ancrage de la séance de tirs au but dans le déroulement des compétitions semblent rendre impossible la possibilité d'un retour au « match à rejouer », pourtant plus équitable et encore utilisé dans de rares compétitions comme la FA Cup.

Statistiques des compétitions majeures masculines

Ci-dessous se trouvent des résultats par pays dans les compétitions majeures masculines. Le classement se fait par nombre de séances gagnées, puis par taux de réussite.

Pays Coupe du monde
(Gagné-Perdu)
Euro
(Gagné-Perdu)
Copa América
(Gagné-Perdu)
Coupe des confédérations
(Gagné-Perdu)
Total
(Gagné-Perdu)
% réussite
Drapeau : Argentine Argentine 4-1 - 2-3 1-0 7-4 64 %
Drapeau : Allemagne Allemagne 4-0 2-1 - - 6-1 85 %
Drapeau : Brésil Brésil 3-1 - 3-2 - 6-3 67 %
Drapeau : Espagne Espagne 1-3 3-1 - 1-0 5-4 55 %
Drapeau : Uruguay Uruguay 1-0 - 3-3 0-1 4-4 50 %
Drapeau : Italie Italie 1-3 2-3 - 1-1 4-7 36 %
Drapeau : Portugal Portugal 1-0 2-1 - 0-1 3-2 60 %
Drapeau : France France 2-2 1-1 - - 3-3 50 %
Drapeau : Mexique Mexique 0-2 - 2-2 1-1 3-5 38 %
Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie - 2-0 - - 2-0 100 %
Drapeau : Colombie Colombie - - 2-1 - 2-1 67 %
Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas 1-2 1-3 - - 2-5 29 %
Drapeau : Turquie Turquie - 1-0 - - 1-0 100 %
Drapeau : Belgique Belgique 1-0 - - - 1-0 100 %
Drapeau : Bulgarie Bulgarie 1-0 - - - 1-0 100 %
Drapeau : République tchèque République tchèque - 1-0 - - 1-0 100 %
Drapeau : Honduras Honduras - - 1-0 - 1-0 100 %
Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 1-0 - - - 1-0 100 %
Drapeau : Ukraine Ukraine 1-0 - - - 1-0 100 %
Drapeau : États-Unis États-Unis - - 1-0 - 1-0 100 %
Drapeau : Russie Russie 1-0 - - - 1-0 100 %
Drapeau : Pologne Pologne - 1-1 - - 1-1 50 %
Drapeau : Costa Rica Costa Rica 1-1 - - - 1-1 50 %
Drapeau : Irlande Irlande 1-1 - - - 1-1 50 %
Drapeau : Suède Suède 1-0 0-1 - - 1-1 50 %
Drapeau : Croatie Croatie 1-0 0-1 - - 1-1 50 %
Drapeau : Danemark Danemark 0-1 1-1 - - 1-2 33 %
Drapeau : Paraguay Paraguay 1-0 - 0-2 - 1-2 33 %
Drapeau : Chili Chili 0-1 - 0-1 1-0 1-2 33 %
Drapeau : Angleterre Angleterre 1-3 1-3 - - 2-6 25 %
Drapeau : Équateur Équateur - - 0-1 - 0-1 0 %
Drapeau : Pérou Pérou - - 0-1 - 0-1 0 %
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 0-1 - - - 0-1 0 %
Drapeau : Suisse Suisse 0-1 0-1 - - 0-1 0 %
Drapeau : Grèce Grèce 0-1 - - 0-1 0 %
Drapeau : Nigeria Nigeria - - - 0-1 0-1 0 %

Séances de tirs aux buts lors des phases finales de Coupe du monde

Règle des tirs aux buts introduite en 1974.

  • 1974, aucun match sur un concerné (ou deux en cas de finale rejouée)
  • 1978, aucun match sur un concerné (ou deux en cas de finale rejouée)
  • 1982, 1 match sur 3 concernés par l'élimination directe, si on excepte la finale qui devait être rejouée en cas d'égalité (cette édition comprenait une seconde phase de poule pour accéder aux demi-finales) :
  • 1986, 3 matchs sur 16 (des huitièmes de finale à la finale et match pour la 3e place) :
    • Quarts de finale Brésil-France 1 - 1, t.a.b. 3- 4, Mexique - Allemagne 0 - 0, t.a.b. 1-4 et Belgique - Espagne 1 - 1, t.a.b. 5 - 4.
  • 1990, 4 matchs sur 16 :
    • Huitième de finale Irlande - Roumanie 0 - 0, t.a.b. 5 - 4
    • Quart de finale Argentine - Yougoslavie 0 - 0, t.a.b. 3 - 2
    • Demi-finales Argentine - Italie 1 -1, t.a.b. 4 - 3 et Allemagne de l'Ouest - Angleterre 1 - 1 , t.a.b. 4 - 3.
  • 1994, 3 matchs sur 16 :
    • Huitième de finale Mexique - Bulgarie 1 -1, t.a.b. 1 - 3
    • Quart de finale Suède - Roumanie 2 -2, t.a.b. 5 - 4
    • Finale Brésil - Italie 0 - 0, t.a.b. 3 - 2.
  • 1998, 3 matchs sur 16 (application du but en or pour cette édition)
    • Huitième de finale Argentine - Angleterre 2 - 2, t.a.b. 4 -3
    • Quart de finale France - Italie 0 - 0, t.a.b. 4 - 3
    • Demi-finale Brésil - Pays-Bas 1 -1, t.a.b. 4 - 2.
  • 2002, 2 matchs sur 16 (application du but en or pour cette édition) :
    • Huitième de finale Espagne - Irlande 1 - 1, t.a.b. 3 - 2
    • Quart de finale Espagne - Corée du Sud 0 - 0, t.a.b. 3 - 5.
  • 2006, 4 matchs sur 16 :
    • Huitième de finale Suisse - Ukraine 0 - 0, t.a.b. 0 - 3
    • Quarts de finales Allemagne - Argentine 1 - 1, t.a.b. 4 - 2 et Angleterre - Portugal 1 - 1, t.a.b. 4 - 2
    • Finale Italie - France 1 - 1, t.a.b. 5 - 3.
  • 2010, 2 matchs sur 16 :
    • Huitièmes de finale Paraguay - Japon 0 - 0, t.a.b. 5 -3
    • Quarts de finale Uruguay - Ghana 1 - 1, t.a.b. 4 - 2.
  • 2014, 4 matchs sur 16 :
    • Huitièmes de finale Brésil - Chili 1 - 1, t.a.b. 3 - 2 et Costa Rica - Grèce 1 - 1, t.a.b 5 - 3
    • Quart de finale Pays-Bas - Costa Rica 0 - 0, t.a.b. 4 - 3
    • Demi finale Pays-Bas - Argentine 0 - 0, t.a.b. 2 -4
  • 2018, 4 matchs sur 16.
    • Huitièmes de finale Espagne - Russie 1 - 1, t.a.b 3 - 4, Croatie - Danemark 1 -1, t.a.b 3 - 2 et Colombie - Angleterre 1 - 1, t.a.b. 3 - 4.
    • Quart de finale Russie - Croatie 2 -2, t.a.b. 3 - 4

Risques cardiaques pour les supporters ?

Selon une analyse de statistiques d'hôpitaux à la suite du match Pays-Bas-France du Championnat d'Europe 1996 et du match Angleterre-Argentine de la Coupe du monde 1998[15] les séances de tirs au but peuvent présenter certains dangers supplémentaires de crise cardiaque chez les supporters[15].

Une étude parue en 2002 dans le British Medical Journal avait montré une augmentation des admissions pour infarctus du myocarde de 25% en Angleterre le soir, et les deux jours suivant, du huitième de finale de la coupe du Monde 1998 entre l'Argentine et l'Angleterre[16], cette dernière ayant perdu aux tirs aux buts après un tir raté de David Batty. Aucune augmentation n'est constaté sur la même période aux urgences pour d'autres causes. Une étude allemande publiée en 2008 dans The New England Journal of Medicine faite pendant la coupe du monde de 2006 sur 15 services d'hôpitaux bavarois[16] montre que 6 des 7 matchs de l'équipe allemande ont été marquées par un pic d'urgences cardiaques, le pic le plus fort étant lors du match terminé par les tirs aux buts en quart de finale entre l'Allemagne et l'Argentine. Au global, il y a 2,66 fois plus d'accident cardiaques avec davantage d'hommes (71,5% contre 56,7% habituellement)[16].

Le professeur français en cardiologie Gilles Grollier indique lui que les cas sont limités à des personnes présentant de forts risques (hypertension artérielle, hypercholestérol, dépendance au tabac...)[16]. La Fédération française de cardiologie mentionne les matchs importants de Coupe du monde (mais sans distinguer les séances de tirs au but) comme un facteur de risque[16].

Mais d'autres études contredisent cette augmentation d'incidents cardiaques[16]. Ainsi en 2013, une étude réalisée en Bavière se basant sur les diagnostics approfondis et non plus les simples admissions n'a constaté aucune augmentation des crises cardiaques lors de la Coupe du monde de 2006[16].

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Références

  1. a, b, c et d Faites votre choix : Goldman Sachs ou Franck Ribéry ?, numéro 21 (9 juin 2016) de Lab Hebdo écrit par Sylvain Frochaux.
  2. (en) Psychological pressure in competitive environments: Evidence from a randomized natural experiment: Comment de Martin G. Kocker, Marc V. Lenz et Matthias Sutter, mars 2010, ISSN 1403-2473 (version papier), ISSN 1403-2465 (version en ligne).
  3. a et b Jean Le Bail, « Les tirs au but expliqués par l'économie », L'Équipe,‎ (lire en ligne).
  4. Jean Le Bail, « UEFA : une nouvelle formule de tirs au but, plus égalitaire, va être testée par les U17 », L'Equipe,‎ (lire en ligne).
  5. Kicker Edition: 100 Jahre Deutsche Länderspiele, S. 111 (en allemand : publication du magazine Kicker, "100 ans de matches internationaux allemands" p. 111)
  6. Kicker Sonderheft WM 74: Nur das Endspiel wird wiederholt, S. 131 (en allemand, numéro spécial CM 74 du magazine Kicker, "Seule la finale serait rejouée" page 131)
  7. 16 matchs par édition à partir des huitièmes de finale depuis 1986 et précédemment 3 matchs concernés par le règlement en 1982 (les demi-finales et le match pour la troisième place).
  8. [1]
  9. (en) « Sports Innovation - The Advantage », sur http://www.henrybirtlesassociates.co.uk (consulté le 9 avril 2014)
  10. "Et si les tirs au but étaient tirés... avant le match ?", Europe 1, 19 novembre 2014.
  11. "How to eliminate football’s penalty shootout “tragedy”" par Tim Farrel, février 2014.
  12. http://www.theadgalternative.com/
  13. (en) « Blatter contre les tirs au but en finale (Herald Tribune) »,
  14. a et b « Le foot côté science », in Lyon plus, mardi 1er juin 2010, p. 14
  15. a, b, c, d, e, f et g "Coupe du monde : est-ce dangereux pour le cœur d'être supporter ?" par Fabien Magnenou, francetvinfo.fr, 17 avril 2014.