Tiraspol

Tiraspol
Tiraspol-wappen.pngFlagge der Tiraspol.png
Tiraspol Collage.jpg
Noms officiels
(ro) Tiraspol
(uk) Тирасполь
(ru) Тирасполь
Noms locaux
(ro) Tiraspol, (uk) Тирасполь, (ru) Тирасполь
Géographie
Pays
Entité territoriale administrative
État avec reconnaissance limitée
Capitale de
Superficie
50 km2
Altitude
26 m
Coordonnées
46° 51′ 00″ N, 29° 38′ 00″ E
Démographie
Population
133 807 hab. ()
Densité
2 676,1 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Municipality of Moldova ()
Chef de l'exécutif
Jumelages
Histoire
Fondation
Fondateur
Identifiants
Code postal
MD-3300
Site web
www.tirasadmin.org
Distinction

La municipalité de Tiraspol est une ville de Moldavie, située sur la rive est (gauche) du fleuve Dniestr. Elle est la deuxième ville la plus peuplée du pays : 159 163 habitants en 2004. C'est aussi la capitale de la République moldave de Transnistrie, entité sécessionniste de la Moldavie non reconnue internationalement.

Tiraspol est connue pour être l'une des dernières villes arborant encore les symboles de l'ancienne Union des républiques socialistes soviétiques. De nombreuses statues datant de l'ère communiste sont toujours présentes dans les rues (notamment celles de Lénine). La ville a aussi conservé de nombreux édifices de style stalinien.

Population

En 2004, la ville comptait 159 163 habitants dont 41,6 % de Russes, 33 % d'Ukrainiens et 15,2 % de Moldaves, pour 54,6 % de femmes et 45,4 % d'hommes.

Recensements ou estimations de la population :

Évolution démographique
1926 1939 1959 1970 1979 1995 2001
29 70038 00063 000105 000119 000130 870159 163

Histoire

Timbre de Transnistrie pour le 215e anniversaire de la fondation de la ville par Souvorov (1792)

Le nom de la ville vient du grec Tyras (nom grec du Dniestr) et polis (ville), selon la vogue grecque du projet de Catherine la Grande[1]. Elle est fondée en 1792 par Alexandre Souvorov.

Buste de François de Wollant à Tiraspol.
Vue de la place Souvorov après la parade du 21e anniversaire de la création de la république moldave du Dniestr en 2011
Symboles soviétiques dans une rue de Tiraspol.
  •  : pendant que les Moldaves réclament leur autonomie au sein de l'URSS et le statut de langue officielle du pays pour leur langue, les russophones majoritaires à Tiraspol et Tighina (en russe Bendery) organisent un référendum pour maintenir le russe comme langue officielle, pour déclarer leurs territoires indépendants de la Moldavie et pour réclamer leur maintien au sein de l'URSS. Ils contrôlent 80 % du potentiel industriel moldave et la voie ferrée reliant le nord et le sud du pays ainsi que son débouché vers Odessa.
  •  : Après la proclamation par la république de Moldavie du roumain comme langue officielle, les russophones et ukrainiens vivant à l'est du Dniestr et dans la ville de Bendery déclarent leur indépendance face à la Moldavie en tant que République moldave du Dniestr (que les russes appellent « Pridniestrie » et les étrangers « Transnistrie »), avec Tiraspol comme capitale. Le Soviet suprême de l'URSS ne reconnaît pas officiellement cette nouvelle république soviétique autoproclamée, mais le maintien de la XIVe armée russe en garnison à Tiraspol empêche le gouvernement de Chișinău d'établir son autorité sur la Transnistrie.
  • Lors de la dislocation de l'URSS, les autorités de Tiraspol proclament l'indépendance de la Transnistrie, mais celle-ci n'est pas reconnue internationalement (à l'exception d'autres républiques sécessionnistes autoproclamées comme l'Abkhazie ou l'Ossétie du Sud). Le pays conserve le système du parti unique, une armée très forte par rapport à sa taille (les forces armées transnistriennes sont aussi importantes que celles de la Moldavie), l'écriture cyrillique pour la langue moldave, l'ancien drapeau soviétique de la Moldavie et les symboles soviétiques, mais passe à l'économie de marché et accorde la liberté religieuse.

Illustrations

Transports

Trolleybus

Тrolleybus AKSM-321 à Tiraspol

Les lignes de trolleybus apparaissent à Tiraspol en 1967. En 1993, Tiraspol est reliée à Bendery (Tighina) par trolleybus, par une ligne de 13,3 kilomètres. Les lignes de trolleybus en 2012 atteignent plus de 70 kilomètres de longueur au total selon neuf itinéraires en ville et une ligne extérieure. Vingt-sept trolleybus sont en fonction de type ZiOu-682, dix de type AKSM-321, cinq de type МАZ-103Т et deux de type АКSМ-420[5]. Un trolleybus équipé de Wi-Fi a été lancé en novembre 2013[6].

Taxis

Les taxis collectifs constituent un moyen ordinaire (et commun à plusieurs pays de l'Est) pour relier les différents quartiers (micro-raions) de la ville entre eux. Il existe ainsi 28 lignes intérieures et 80 lignes extérieures qui relient les quartiers de la ville et de sa banlieue. Ce sont pour la plupart des compagnies privées qui les gèrent. Treize compagnies privées exploitent 24 heures sur 24 des taxis par réservation[7].

Autobus

Autobus МАZ-206 sur la ligne Tiraspol—Bendery

Lorsque le trolleybus est inauguré en 1967, il remplace plusieurs lignes d'autobus. Au début des années 1990, il existait six lignes no 3, 4, 6, 7, 9, 11. Dix ans plus tard, elles cessent de fonctionner. En 2012, l'administration municipale décide de remettre en fonction de nouvelles lignes avec un matériel nouveau.

Elles sont équipées d'autobus de type МАZ-103 et МАZ-104, qui fonctionnent sur la ligne no 9 (Tirotex — microraïon Zapadny, de l'Ouest) et no 11 (Тirotex — Blijny Khoutor), ainsi que du type МАZ-206 sur la ligne no 19 entre Tiraspol (Tirotex) et la ville de Bendery[8]. En juillet 2013, la ligne no 19 est suspendue et les autobus МАZ-206 sont mis en fonctionnement pour la ligne no 7 de la ville de Bendery (centre-microraïon Severny, du Nord)[9],[10].

Autocars

Il est possible de se rendre de Tiraspol par autocar vers Grigoriopol et les autres villes du nord de la Transnistrie, vers Chișinău, et vers Comrat en Gagaouzie.

Gare ferroviaire

Locomotive 2ТE10М-2650 sur la ligne Moscou-Chișinău
Gare de Tiraspol

C'est en 1846 que l'ingénieur belge Züber commence à planifier une ligne de chemin de fer entre Odessa, Tiraspol et Parcani, mais ce n'est qu'au début des années 1860 qu'elle est construite jusqu'à Tiraspol. La gare de Razdelnaïa est reliée en 1867 à de Tiraspol, ce qui en fait la première ville de la région à permettre d'atteindre Odessa directement en chemin de fer. La gare est terminée à la fin de 1867[11]. La ligne de chemin de fer jusqu'à Parcani est construite en 1870[12].

Au début du XXe siècle, le transport de passagers par chemin de fer est important pour la région. Il y avait plusieurs types de trains sur la ligne Odessa-Chișinău qui passait par Tiraspol : postal, passagers-marchandises, express. En avril 1944, la gare est incendiée par les armées allemandes et roumaines durant leur retraite devant l'Armée rouge, mais c'est l'un des premiers édifices à être reconstruits après la libération de la ville.

Jusqu'en 1992, une trentaine de trains par semaine passaient par la gare, mais depuis la sécession de la Transnistrie, la circulation des passagers vers la Moldavie est réduite à 3 ou 4 trains hebdomadaires ; vers Odessa en revanche, les navettes sont quotidiennes. En 2006, le train express no 65 Moscou-Chișinău s'arrête de nouveau à Tiraspol, et aussi, en été, le train Saratov-Varna. Depuis le 1er octobre 2010, la ligne n°641/642 Chișinău-Odessa est remise en fonction en passant par Tiraspol[13].

Le parvis de la gare a été reconstruit en 2013 et des projets d'agrandissement et de nouveaux éclairages sont en cours[14].

Аérodrome

L'aérodrome se trouve à un kilomètre au nord-ouest de la ville. Il a été construit en 1989, comme aérodrome militaire. En 1991, il est réaménagé en aéroport de transport civil, et doit devenir l'aéroport principal de Transnistrie, mais les travaux sont arrêtés à cause des événements et du manque de financement. Le président Chevtchouk annonce en octobre 2012 que les travaux doivent reprendre pour en faire un aéroport de passagers[15]. Le chef d'un délégation de parlementaires russes, Sergueï Gavrilov, annonce en novembre 2012 qu'à son avis l'aéroport devrait être financé par le budget russe[16].

Industrie

Tiraspol a développé une industrie centrée sur les meubles, les machines-outils, l'armement et les produits électriques.

Religion

Siège de l'éparchie[17] de Tiraspol et de Doubossary, au fond la cathédrale orthodoxe de Tiraspol.

La liberté religieuse a été rétablie en 1992 pour les fidèles de confession orthodoxe russe, qui représentent plus de 95 % des croyants. En revanche, l'activité des orthodoxes moldaves (évêché de Dubăsari et de Transnistrie), des orthodoxes vieux-croyants, des catholiques (archevêché de Tiraspol) et des évangéliques luthériens est surveillée de près et le prosélytisme leur est très difficile, car les autorités les considèrent comme des agents d'influence de puissances étrangères.

Au temps de l'Empire russe, l'archevêché catholique de Tiraspol avait juridiction sur toutes les paroisses catholiques du sud de l'Empire, mais l'archevêque résidait à Saratov où se trouvaient de fortes colonies d'allemands de la Volga. L'autre archevêque catholique, celui de Moguilev (résidant à Saint-Pétersbourg) avait juridiction sur toutes les autres paroisses du reste de l'Empire (hors Pologne). L'église catholique la plus importante est la cathédrale de la Nativité, et les catholiques disposent d'une paroisse en l'église de la Sainte-Trinité. Malgré les interdictions de prosélytisme, des églises néo-protestantes d'origine américaine, qualifiées de « sectes », sont apparues récemment.

Enseignement

La ville abrite l'Université d'État de Transnistrie, fondée en 1930.

Culture

Façade du théâtre d'État de Tiraspol

La vie culturelle est centrée autour d'institutions municipales ou étatiques. Les cinq musées de la ville sont regroupés sous la même institution d'État. Tiraspol dispose d'une bibliothèque centrale, la bibliothèque Pouchkine, avec huit filiales et une bibliothèque pour enfants, la bibliothèque Maïakovski.

La maison de la culture, intitulée « palais de la République », se trouve en centre-ville. C'est de lui que dépendent l'orchestre symphonique de Tiraspol, le chœur d'État de Transnistrie, la troupe de danse et de musique folklorique Viorica, le quintette Liberté, et le cirque d'État. Le groupe de danse et de musique folklorique « Vatra » est aussi important.

La ville dispose d'un théâtre dramatique depuis 1930, ainsi que d'un complexe multisalle de cinéma.

La municipalité a lancé en 1993 une association de culture et d'art qui regroupe 36 associations et institutions culturelles avec des correspondants dans plusieurs villes de l'étranger.

L'université d'État de Transnistrie exploite quatre musées: le musée d'Histoire de l'université, le musée archéologique, le musée zoologique et géologique et le musée de paléontologie.

Sport

Pièce de monnaie de collection «club de sport KVINT»

Les sports les plus variés sont pratiqués à Tiraspol et les équipes se produisent en Transnistrie, ainsi que dans des championnats en Moldavie et en Ukraine.

C'est à Tiraspol que se trouve le club le plus titré de l'histoire du football de Moldavie, le club Sheriff Tiraspol. Il existe aussi un autre club de football, le club Tiraspol qui joue en division nationale de Moldavie et joue aussi contre le FC Sheriff. Le club le plus ancien de Moldavie, fondé en 1938, est le Tiligul, mais il a cessé d'exister en 2009 par manque de moyens financiers.

La ville dispose aussi d'un club de boxe et de lutte[18], qui entraîne les jeunes pour la lutte gréco-romaine, le kick-boxing, le judo et la boxe.

Le complexe sportif de la patinoire « Snejinka » a ouvert en 2008. C'est ici que s'entraîne l'équipe de hockey Platina et qu'ont lieu des matches de la ligue de jeunesse de hockey.

Il existe aussi divers club nautiques, de tir, de gymnastique, de gymnastique acrobatique. Le club d'aviron est celui où s'entraînent de grands champions, comme la championne olympique d'aviron (1980) Elena Khloptseva, issue du club de Tiraspol, de même que les champions olympiques à Londres en 2012, Alexandre Diatchenko (canoë-kayak) et Youri Postrigaï (canoë-kayak), premiers dans l'histoire de cette discipline pour la Russie[19].

Le club « Kvint » fonctionne depuis 1995; il permet de pratiquer le tennis, la boxe, l'aïkido et le baseball. L'équipe de baseball du KNIT a remporté les championnat de Moldavie de 1996 à 2003 et en 1998 et 1999 la médaille de bronze en Ukraine.

C'est en 2004 qu'est apparue le SK Record, club universitaire pour le kickboxing et le 9 novembre 2012 le tournoi international de kickboxing en discipline К-1 selon les règles du WAKO PRO s'est déroulé à Tiraspol[20].

Le handball masculin est représenté par l'équipe «PGU-Sdiushor-1».

Personnalités liées à la commune

  • Daria Diachenko (1924-1944), Héroïne de l'Union soviétique, y est morte.

Jumelages

Notes et références

  1. Catherine II fit de l'Empire russe un pouvoir dominant au Moyen-Orient après la première guerre contre l'empire ottoman. Son projet visait à reconstruire l'Empire byzantin et de le donner à son petit-fils Constantin. Cet empire, qui aurait pour capitale Constantinople, aurait englobé la Grèce, la Thrace, la Macédoine et la Bulgarie, tandis que les principautés danubiennes auraient formé un « royaume de Dacie » promis à Grigori Potemkine. Le reste des Balkans, c'est-à-dire la Bosnie, la Serbie et l'Albanie, serait donné en compensation à l'Autriche. Venise obtiendrait la Morée, la Crète et Chypre : voir Georges Florovsky, Les Voies de la théologie russe, Paris, 1937, trad. et notes de J.C. Roberti, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, p. 150.
  2. Anthony Babel, La Bessarabie, éd. Félix Alcan, Genève et Paris, 1932.
  3. Anatol Petrencu, Les déportations staliniennes, Journal de Chisinau, no 294 du 2 juillet 2004.
  4. Nikolaï Théodorovitch Bougaï: Informations des rapports de Béria et de Krouglov à Staline, éd. de l'Acad. de sciences de Moldavie nr. 1, Chișinău, 1991 (Н.Ф. Бугай «Выселение произвести по распоряжению Берии…» О депортации населения из Молдавской ССР в 40-50- е годы – Исторические науки в Молдавии. № 1. Кишинев, 1991. 1.0), Déportation des peuples de Biélorussie, Ukraine et Moldavie, éd. Dittmar Dahlmann et Gerhard Hirschfeld, Essen, Allemagne, 1999, p. 567-581 (Депортация народов из Украины, Белоруссии и Молдавии : Лагеря, принудительный труд и депортация. Германия. Эссен. 1999. 1.3).
  5. (ru) Les trolleybus de Tiraspol
  6. (ru) Les Nouvelles de Tiraspol: Lancement d'un trolleybus avec «Wi-Fi»
  7. (ru) « Les taxis et autobus de Tiraspol » [archive du ], vse.md (consulté le 25 janvier 2014)
  8. (ru) Dina Leonidova, in Novy Region: Début de la mise en marche de lignes d'autobus à Tiraspol, 10-01-2013
  9. (ru) Kira Bolchakova, in Novy Region, Sur la ligne Tiraspol-Bendery le nombre de trolleybus augmente, 26-07-2013
  10. (ru), Une nouvelle ligne d'autobus ouvre à Bendery, 31-07-2013
  11. (ru) Dina Leonidova et Olga Kouryliova, in Novy Region, Tiraspol accueille l'empereur de Russie
  12. (ru) Un chemin difficile par rail
  13. (ru) A. Mospanov, 7 août, fête des cheminots, 05-08-2011, in Le Transnistrien
  14. (ru) Olga Koupyliova, Reconstruction de la gare de Tiraspol 28-08-2013, in Novy Region
  15. (ru) « Construction de l'aéroport de Tiraspol »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?) (consulté le 12 juin 2017), 29-10-2012, pan.md
  16. (ru) Des parlementaires russes en Transnistrie, 02-11-2012, in Les Nouvelles de Transnistrie
  17. Diocèse chez les orthodoxes
  18. (ru) Le Club de jeunesse de boxe et de lutte de Tiraspol, in Tirassport.org, 04-11-2013
  19. (ru) Slava Malamoud, Article de Sport-Express, 12 août 2012
  20. (ru) Andreï Mospanov Premier tournoi international de kickboxing à Tiraspol (photos), 09-11-2012, in Novy Region
  21. (ru) Jumelage Eilenburg-Tiraspol
  22. (ru) Jumelage Belgorod-Tiraspol
  23. (ru) I. Letiaga, Minsk et Tiraspol renforcent leurs liens
  24. (ru) « La capitale de Transnistrie Tiraspol fête son 214e anniversaire »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?) (consulté le 12 juin 2017) (vspmr.org)
  25. Depuis 1987
  26. (ru) Jumelage en 2006
  27. (ru) Jumelage en 2013

Liens externes