The Word (magazine américain)

The Word était un magazine mensuel anarchiste individualiste américain de quatre pages. Il fut l'un des premiers à publier des textes de Bakounine aux États-Unis. Le journal est influent et dispose d'abonnés dans chaque État de l'Union, en Europe et même en Afrique du sud[1]. Il doit notamment sa notoriété à son engagement radical en faveur de l'amour libre.

The Word (magazine américain)

Sommaire

Histoire

Il fut publié par Ezra Heywood et Angela Heywood[2], de 1872 à 1890 et de 1892 à 1893, d'abord à Princeton puis à Cambridge dans le Masschusetts[3].

Le journal était sous-titré A Montly journal of Reform et il contenait des contributions de Josiah Warren, Benjamin Tucker et J.K. Ingalls.

The Word fut un des premiers journaux américains à publier les écrits de Bakounine Avec Woodhull & Claflin’s Weekly à New York, il devint l’organe officieux de l’aile libertaire de la Première Internationale aux États-Unis, défendant les principes du socialisme décentralisé et critiquant le Conseil Général de Londres pour son orientation autoritaire. « Il n’est pas plaisant de voir le Dr. Marx et d’autres dirigeants de cette grande fraternité en plein essor pencher autant vers des méthodes autoritaires », déclarait The Word en mai 1872. « Soyons gouvernés par les lois de la nature en attendant de pouvoir faire mieux. Si l’Internationale triomphait, cela serait vrai aussi de son idée phare — l’association volontaire au service de notre humanité commune. »

À ses débuts, The Word abordait l'amour libre comme un thème secondaire au sein d'une réforme du travail. Mais la publication devint ensuite un périodique explicitement consacré à l'amour libre[3].

À un moment Benjamin Tucker en fut un contributeur important avant d'être déçu par le nouveau thème central du journal, lui qui aurait préféré se consacrer en priorité à l'économie[5].

Bibliographie

  • Ronald Creagh, Utopies américaines, Marseille, Agone, 2009.
  • Ronald Creagh, Histoire de l'anarchisme aux États-Unis d'Amérique : les origines, 1826-1886, Claix : Pensée sauvage, 1981, texte intégral.
  • (en) Peiss Kathy, Major Problems in the History of American Sexuality, Cengage Learning, Inc, 2001, (ISBN 9780395903841).
  • (en) Martin Henry Blatt, The Anarchism of Ezra Heywood (1829-1893) : Abolition, Labor Reform, and Free Love, Boston U, Grad. School, 1983, notice.
  • (en) Martin Henry Blatt, Free Love and Anarchism. The Biography of Ezra Heywood, University of Illinois Press, Urbana and Chicago, 1989.

Articles connexes

Références

  1. Ronald Creagh, Histoire de l'anarchisme aux États-Unis d'Amérique : les origines, 1826-1886, Claix : Pensée sauvage, 1981, texte intégral.
  2. Ronald Creagh, Histoire de l'anarchisme aux États-Unis d'Amérique : les origines, 1826-1886, Claix, La Pensée sauvage, 1981, page 121.
  3. a et b The Free Love Movement and Radical Individualism By Wendy McElroy
  4. . La relation entre Tucker et Heywood se fit plus distante. Pourtant, lorsque Heywood fut arrêté à la faveur des lois Comstock pour ses prises de position en faveur de la contraception, d'août à décembre 1878, Tucker abandonna le Radical Review afin d'assurer le travail éditorial de Heywood. Après la libération de Heywood, The Word devint un journal ouvertement consacré à l'amour libre qui enfreignait la loi par des articles en faveur du contrôle des naissances et des thématiques explicitement sexuelles. La désapprobation de Tucker venait de sa conviction que « La liberté, pour être effective, doit trouver sa première application dans le champ de l'économie... »The Free Love Movement and Radical Individualism By Wendy McElroy