Thérain

le Thérain
(le Therain)
Le Thérain, rue de wagicourt (Villers-sur-Thère) sur la commune d'Allonne.
Le Thérain, rue de wagicourt (Villers-sur-Thère) sur la commune d'Allonne.
Caractéristiques
Longueur 94,3 km [1]
Bassin 1 218 km2 [1]
Bassin collecteur la Seine
Débit moyen 7,72 m3/s (Maysel) [2]
Organisme gestionnaire le SIVT ou Syndicat Intercommunal de la vallée du Thérain[3]
Régime pluvial océanique
Cours
Source près du lieu-dit Mondeville
· Localisation Grumesnil
· Altitude 175 m
· Coordonnées 49° 36′ 55″ N, 1° 40′ 53″ E
Confluence l'Oise
· Localisation Saint-Leu-d'Esserent
· Altitude 26 m
· Coordonnées 49° 14′ 29″ N, 2° 27′ 00″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Petit Thérain, Liovette,Wage
· Rive droite Avelon, ru de Berneuil, Sillet
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Seine-Maritime, Oise
Régions traversées Normandie, Hauts-de-France
Principales localités Beauvais, Creil

Sources : SANDRE:« H21-0400 », Géoportail, Banque Hydro

Le Thérain est une rivière française du bassin de la Seine. Affluente de rive droite de l'Oise, elle coule dans les départements de Seine-Maritime et de l'Oise dans les régions Normandie et Hauts-de-France.

Étymologie

Il est cité dans de vieux documents sous les noms[4] de Thérin, Tharyn (en 1269), Thara, Tara (en 988) et est aussi nommé rivière de Trace (Tracia).

Géographie

Le Thérain à Bailleul-sur-Thérain.

D'une longueur de 94,3 km[1], le Thérain prend sa source dans le pays de Bray entre Gaillefontaine, Haucourt et Grumesnil dans la Seine-Maritime à 175 mètres d'altitude, près du lieu-dit Mondeville[5].

Son cours, assez rectiligne, se dirige vers le sud-est et il passe à Beauvais.

En amont, la rivière coule dans une ébauche de dépression monoclinale du revers Nord du pays de Bray, puis, après Songeons, suit un synclinal jusqu'à sa confluence avec l'Oise (rive droite) en aval de Creil. Sa vallée, parallèle au pays de Bray, amène humidité et verdure dans l'aride plateau picard.

Son débit moyen atteint 7,72 m3/s à Maysel.

Sa vallée est industrialisée et peuplée (le Thérain arrose notamment Beauvais). Elle sépare le pays de Thelle au Sud, du Beauvaisis au Nord.

Sa confluence avec l'Oise se situe en face de Creil, après Montataire, à Saint-Leu-d'Esserent[5], à 26 mètres d'altitude juste au bout de l'écluse de Creil.

Communes et cantons traversés

Dans les deux départements de la Seine-Maritime et de l'Oise, le Thérain traverse quarante trois communes et douze cantons :

  • dans le sens amont vers aval :
    • Dans la Seine-Maritime :
Gaillefontaine (source SANDRE), Haucourt, Grumesnil (source Géoportail),
Canny-sur-Thérain, Saint-Samson-la-Poterie, Héricourt-sur-Thérain, Fontenay-Torcy, Sully, Escames, Songeons, Lachapelle-sous-Gerberoy, Vrocourt, Martincourt, Crillon, Haucourt, Bonnières, Milly-sur-Thérain, Herchies, Troissereux, Fouquenies, Beauvais, Allonne, Therdonne, Warluis, Rochy-Condé, Montreuil-sur-Thérain, Bailleul-sur-Thérain, Villers-Saint-Sépulcre, Hermes, Heilles, Saint-Félix, Hondainville, Angy, Mouy, Bury, Balagny-sur-Thérain, Cires-lès-Mello, Mello, Maysel, Saint-Vaast-lès-Mello, Cramoisy, Montataire, Saint-Leu-d'Esserent (embouchure).

Soit en termes de cantons, le Thérain prend source dans le canton de Forges-les-Eaux, traverse les canton de Formerie, canton de Songeons, canton de Marseille-en-Beauvaisis, canton de Beauvais-Nord-Ouest, canton de Nivillers, canton de Beauvais-Nord-Est, canton de Beauvais-Sud-Ouest, canton de Noailles, canton de Mouy, canton de Neuilly-en-Thelle et conflue dans le canton de Montataire.

Toponymes

Parc Fernand Watteeuw à Beauvais.

Le Thérain a donné son hydronyme aux six communes suivantes de Bailleul-sur-Thérain, Balagny-sur-Thérain, Canny-sur-Thérain, Héricourt-sur-Thérain, Milly-sur-Thérain, Montreuil-sur-Thérain.

Organisme gestionnaire

L'organisme gestionnaire est le syndicat intercommunal de la vallée du Thérain (SIVT)[3],[6].

Affluents

Affluents de la ville de Beauvais

Le Thérain a cinq affluents de Beauvais référencés et trois bras :

  • L'Avelon
  • le St - Quentin
  • le St - Just
  • La Liovette
  • Le Wage

Affluent communs

Hydrologie

À l'instar de quelques rivières de l'ouest du bassin de la Seine, le Thérain est une rivière remarquablement régulière. Le Thérain a été observé aux deux station H7702010 - le Thérain à Bonnières (bassin versant de 202 km2)[7] et station H7742010 - le Thérain à Beauvais (bassin versant de 747 km2)[8] pour des bassins versants partiels.

Le Thérain à Maysel

Son débit a été observé depuis le (69 ans), à Maysel, à 33 m d'altitude, localité du département de l'Oise située à quelques kilomètres de son débouché dans l'Oise[2]. À cet endroit le bassin versant de la rivière est de 1 200 km2[2] soit 98,5 % du bassin total 1 218 km2[1].

Le module de la rivière à Maysel est de 7,72 m3/s[2].

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : H7742020 - Le Thérain à Maysel pour un bassin versant de 1 200 km2 et à 33 m d'altitude[2]
(08/07/2014 - données calculées sur 67 ans de 1948 à 2014)
Moulin à Therdonne sur le Thérain

Le Thérain présente des fluctuations saisonnières de débit très peu importantes, avec des hautes eaux d'hiver-printemps portant le débit mensuel moyen au niveau de 8,77 à 10,5 m3/s, de décembre à début mai inclus (avec un maximum en janvier-février), et des basses eaux d'été de juillet à octobre, avec une légère baisse du débit moyen mensuel allant jusqu'à 5,32 m3/s au mois d'août[2].

Étiage ou basses-eaux

Le VCN3 ou débit d'étiage peut chuter jusque 3 m3/s en cas de période quinquennale sèche, ce qui reste très confortable[2].

Crues

Les crues sont peu importantes. Ainsi le débit instantané maximal enregistré a été de 35,9 m3/s le , tandis que la valeur journalière maximale était de 35,6 m3/s le même jour. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 17 et 22 m3/s. Le QIX 10 est de 25 m3/s, le QIX 20 de 28 m3/s et le QIX 50 de 32 m3/s. D'où il ressort que les crues de mars 2001 étaient exceptionnelles. La hauteur maximale instantanée s'est établie à 158 cm ou 1,58 m ce même à 13h01[2].

Lame d'eau et débit spécifique

Le Thérain est une rivière petite mais régulière et relativement abondante, bien alimentée par des précipitations régulières. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 203 millimètres annuellement, ce qui est modéré, inférieur à la moyenne d'ensemble de la France. Le débit spécifique (ou Qsp) se monte à 6,4 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin[2].

Aménagements et écologie

Galerie

Voir aussi

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références

  1. a, b, c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Therain (H21-0400) » (consulté le 23 juillet 2014)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Thérain à Maysel (H7742020) » (consulté le 23 juillet 2014)
  3. a et b « Un plan d'action afin de sauver le Thérain », sur www.leparisien.fr (consulté le 23 juillet 2014)
  4. Source: Précis Statistique sur le canton de Beauvais, rédigé en 1851, Louis Graves page 8
  5. a et b Géoportail - Institut géographique national, « Géoportail » (consulté le 3 décembre 2010)
  6. « site du Syndicat Intercommunal de la Vallée du Thérain » (consulté le 9 juin 2015).
  7. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Thérain à Bonnières (H7702010) » (consulté le 23 juillet 2014)
  8. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Thérain à Beauvais (H7742010) » (consulté le 23 juillet 2014)