Tension des gaz du sang

La tension des gaz du sang signifie la pression partielle de gaz dans le sang[1]. Il y a plusieurs raisons pour mesurer le gaz de tension[2] ; les tensions de gaz les plus mesurées sont celles de l'oxygène[3] (PxO2), du dioxyde de carbone[3] (PxCO2) et du monoxyde de carbone[3] (PxCO). L'indice x dans chaque symbole représente la source du gaz mesuré; "a" correspond à artérielle[3], "A" à alvéolaire[3], "v" à veineux[3] et "c" à capillaire[3]. les tests des gaz du sang (tel que la gazométrie) mesure ces pressions partielles.

La tension d'oxygène

La pression partielle normale d'oxygène du sang artériel

PaO2 – se situe entre 75 et 100 mmHg mmHg, au niveau de la mer (765 mm hg)[4],[5],[6].

La pression partielle normale d'oxygène du sang veineux

PvO2 – se situe entre 30 et 40 mmHg mmHg au niveau de la mer[6],[7]

La tension du dioxyde de carbone

Le dioxyde de carbone est un produit du métabolisme des aliments. Il possède des effets toxiques à haute concentration, y compris: la dyspnée, l'acidose et l'altération de la conscience[8].

Pression partielle normale du dioxyde de carbone du sang artériel.

PaCO2 – se situe 35 mmHg et 45 mmHg[9].

Pression partielle normale du dioxyde de carbone du sang veineux.

PvCO2 – se situe entre 40 mmHg et 50 mmHg[9].

La tension du monoxyde de carbone

Pression partielle normale du monoxyde de carbone du sang artériel.

PaCO – est d'environ 0.02 mmHg. Elle peut être légèrement plus élevé chez les fumeurs et les personnes vivant dans des zones urbaines denses.

Importance clinique

La pression partielle du gaz dans le sang est importante car elle est directement liée à la ventilation et l'oxygénation[10]. Quand La PaCO2 et le HCO3 (et les Lactates) sont utilisés en contingence avec le pH du sang, ils permettent de suggérer au praticien quels interventions, si le besoin est présent, devraient être faites[10],[11]. Une enquête auprès des personnes en bonne santé a été fait pour mesurer la "normale" des valeurs des gaz du sang et leurs variations selon l'âge, le sexe, le poids et la hauteur[12]. Il a également été constaté, ces valeurs dépendent de la pression atmosphérique, et donc de l'altitude. Des calculatrices en ligne[13] permettent de calculer la normale attendue des valeurs de tension des gaz du sang et des pH basé sur l'âge du patient, la taille, le sexe, le poids et la pression atmosphérique.

Équations

La teneur en oxygène

La constante, 1.36, est la quantité d'oxygène (ml à 1 atmosphère) lié par gramme d'hémoglobine. La valeur exacte de cette constante varie de 1,34 à 1,39, selon la source et manière de là calculer. La constante 0.0031 représente la quantité d'oxygène dissoutes dans le plasma. La dissolution de l'oxygène est généralement faible par rapport à l'oxygène lié à l'hémoglobine mais elle devient significative à très haute PaO2 (comme dans une chambre hyperbare) ou dans le cas d'une grave anémie[14].

La saturation en oxygène

Ceci est une estimation qui ne tient pas compte des changements de température, du pH et des concentrations de 2,3 DPG.[15]

Voir aussi

Références

  1. (en) J. W. Severinghaus, P. Astrup et J. F. Murray, « Blood gas analysis and critical care medicine », Am J Respir Crit Care Med, vol. 157, no 4 Pt 2,‎ , S114-22 (PMID 9563770, DOI 10.1164/ajrccm.157.4.nhlb1-9)
  2. (en) K. Bendjelid, N. Schütz, M. Stotz, I. Gerard, P. M. Suter et J. A. Romand, « Transcutaneous PCO2 monitoring in critically ill adults: clinical evaluation of a new sensor », Crit Care Med, vol. 33, no 10,‎ , p. 2203–6 (PMID 16215371, DOI 10.1097/01.ccm.0000181734.26070.26, lire en ligne)
  3. a b c d e f et g (en) « Correlation of simultaneously obtained capillary, venous, and arterial blood gases of patients in a paediatric intensive care unit », Arch Dis Child, vol. 89, no 2,‎ , p. 176–80 (PMID 14736638, PMCID 1719810, DOI 10.1136/adc.2002.016261)
  4. (en) Shapiro BA, « Temperature correction of blood gas values », Respir Care Clin N Am, vol. 1, no 1,‎ , p. 69–76 (PMID 9390851)
  5. (en) G. Malatesha, N. K. Singh, A. Bharija, B. Rehani et A. Goel, « Comparison of arterial and venous pH, bicarbonate, PCO2 and PO2 in initial emergency department assessment », Emerg Med J, vol. 24, no 8,‎ , p. 569–71 (PMID 17652681, PMCID 2660085, DOI 10.1136/emj.2007.046979)
  6. a et b (en) Y. C. Chu, C. Z. Chen, C. H. Lee, C. W. Chen, H. Y. Chang et T. R. Hsiue, « Prediction of arterial blood gas values from venous blood gas values in patients with acute respiratory failure receiving mechanical ventilation », J Formos Med Assoc, vol. 102, no 8,‎ , p. 539–43 (PMID 14569318)
  7. (en) A. J. Walkey, H. W. Farber, C. O'Donnell, H. Cabral, J. S. Eagan et G. J. Philippides, « The accuracy of the central venous blood gas for acid-base monitoring », J Intensive Care Med, vol. 25, no 2,‎ , p. 104–10 (PMID 20018607, DOI 10.1177/0885066609356164, lire en ligne)
  8. (en) H. J. Adrogué, M. N. Rashad, A. B. Gorin, J. Yacoub et N. E. Madias, « Assessing acid-base status in circulatory failure. Differences between arterial and central venous blood », N Engl J Med, vol. 320, no 20,‎ , p. 1312–6 (PMID 2535633, DOI 10.1056/NEJM198905183202004)
  9. a et b (en) Williams AJ, « ABC of oxygen: assessing and interpreting arterial blood gases and acid-base balance », BMJ, vol. 317, no 7167,‎ , p. 1213–6 (PMID 9794863, PMCID 1114160, DOI 10.1136/bmj.317.7167.1213)
  10. a et b (en) Hansen JE, « Arterial blood gases », Clin Chest Med, vol. 10, no 2,‎ , p. 227–37 (PMID 2661120)
  11. (en) Tobin MJ, « Respiratory monitoring in the intensive care unit », Am Rev Respir Dis, vol. 138, no 6,‎ , p. 1625–42 (PMID 3144222, DOI 10.1164/ajrccm/138.6.1625)
  12. (en) Robert O. Crapo, Robert L. Jensen, Mathew Hegewald et Donald P. Tashkin, « Arterial Blood Gas Reference Values for Sea Level and an Altitude of 1,400 Meters », American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, vol. 160, no 5,‎ , p. 1525–1531 (PMID 10556115, DOI 10.1164/ajrccm.160.5.9806006)
  13. http://dynamicmt.com/abgpred.html
  14. (en) « Oxygen Content » (consulté le 7 octobre 2014)
  15. (en) Severinghaus, J. W., « Simple, accurate equations for human blood O2 dissociation computations », J Appl Physiol., vol. 46, no 3,‎ , p. 599–602 (PMID 35496, lire en ligne)