Saison des tempêtes hivernales en Europe (2017-2018)

(Redirigé depuis Tempête Eleanor)

La saison des tempêtes hivernales en Europe (2017-2018) désigne l'apparition de cyclones extratropicaux supervisée par les services météorologiques en France (Météo-France), au Portugal (IPMA), et en Espagne (Aemet).

Prévisions

Le 1er décembre 2017, les services météorologiques espagnols (AEMet), français (Météo-France) et portugais (IPMA) annoncent le début des nommages de cyclones extratropicaux qui atteindront ces trois pays, sous les auspices d'EUMETNET[1],[2]. Une première liste est alors établie. Une seconde liste est établie par les services météorologiques britanniques (Met Office) et irlandais (Met Éireann).

Ces deux listes, constituées selon un système de nommage similaire[3], sont coordonnées : un seul nom est attribué pour l'ensemble des cinq pays — Irlande, Royaume-Uni, France, Espagne et Portugal —, depuis l'une ou l'autre liste, selon le point d'entrée de la tempête dans zone ainsi définie. D'après les rapports, ces cinq pays établiront une liste unique pour la saison 2018–2019[4]. Cependant, l'université libre de Berlin et les pays scandinaves ont leur propre nomenclature. Ainsi, une même tempête pourra donc porter plusieurs noms dans les médias : un nom pour son passage en Atlantique nord (Irlande, Royaume-Uni, France, Espagne et Portugal) et/ou selon le pays où elle passe, plus à l'est.

Comme auparavant, les résidus de tempêtes ou cyclones tropicaux provenant de l'ouest de l'Atlantique nord conserveront le nom établi par le National Hurricane Center, une division du National Weather Service (comme pour Ophelia au mois d'octobre[5]).

Noms des tempêtes

Voici les noms des tempêtes de la saison 2017/2018 selon l'entente franco-hispano-portugaise[1] d'une part, britanno-irlandaise[6] d'autre part. Les deux listes de noms comportent :

  • les noms déjà attribués, en gras (p. ex. Ana, Aileen) ;
  • les noms futurs à attribuer (p. ex. Wiam, Winifred).
Noms pour le groupe : Espagne / France / Portugal
  • Hugo
  • Irene
  • Jose
  • Katia
  • Leo
  • Marina
  • Nuno
  • Olivia
  • Pierre
  • Rosa
  • Samuel
  • Telma
  • Vasco
  • Wiam
Noms pour le groupe : Irlande / Royaume-Uni
  • Aileen
  • Brian
  • Caroline
  • Dylan
  • Eleanor
  • Fionn (F-yunn)
  • Georgina
  • Hector
  • Iona
  • James
  • Karen
  • Larry
  • Maeve
  • Niall (Nye-al)
  • Octavia
  • Paul
  • Rebecca
  • Simon
  • Tali
  • Victor
  • Winifred

Pour chacune des deux listes, lorsque la liste est épuisée, les noms des lettres grecques sont alors utilisés, en grec ancien (« alpha », « beta », « gamma », « delta », ...).

Quant à elle, l'université libre de Berlin attribue, depuis 1954, un nom à « chaque zone de haute et de basse pression qui influence la météo en Europe centrale »[7] (c.-à-d. tous les anticyclones et les dépressions – ou presque –). Aussi, vu la quantité de noms utilisés (plusieurs listes alphabétiques pour chaque année), merci de consulter en ligne les listes des dépressions pour l'année 2017(de)[8], et pour l'année 2018(de)[9].

Tempêtes majeures

Ci-dessous sont indiquées les tempêtes qui ont fait l'objet d'une attribution de nom, selon les critères des agences irlando-britannique (« windstorms with potential for significant land-based wind impacts » et « all severe wind events giving rise to status Orange or status Red weather warnings will be named »[6]), ou « has the potential to cause an amber 'be prepared' or red 'take action' warning »[5]) ou franco-hispano-portugaise (vigilance vent au moins de niveau orange[1],[2]).

Seul le nom attribué par ces entités est utilisé dans les titres. En complément, le nom attribué par d'autres entités est également mentionné.

Tempête Ana

Article détaillé : Tempête Ana (2017).
Boucle satellitaire de la tempête Ana (10-14 décembre 2017).

La tempête Ana, également nommée Yves par l'université libre de Berlin, est la première des tempêtes nommées par les services météorologiques français, espagnol et portugais suite à leur décision de vouloir instituer une nomenclature européenne plus officielle que celle de l’université libre de Berlin qui baptise, non officiellement, depuis 1954 les dépressions et anticyclones européens. La dénomination est importante car les sondages montrent que la population est plus attentive aux consignes de sécurité lorsque le nom associée à la menace est un nom familier. Pour autant, si la tempête touche d’abord l’Irlande ou la Grande-Bretagne, c’est le nom choisi par ces deux pays qui sera retenu, et, réciproquement[1],[10]. Cependant, l'uniformisation n'est pas encore faite entre tous les services d'EUMETNET et la tempête peut avoir un autre nom en passant hors des pays mentionnés.

En passant sur la France, la tempête Ana a engendré beaucoup d'alertes météorologiques différentes : au total, 34 départements ont été placés en vigilance orange par Météo-France, pour vents violents, vagues-submersion, avalanches, neige-verglas et pluie-inondations. L'Espagne et le Portugal ont aussi émis des avertissements de vents violents et de fortes pluies. Le service météorologique espagnol (AEMet) a émis son niveau d'alerte le plus élevé, rouge, pour les conditions défavorables dimanche le 10 décembre pour des vents forts pouvant atteindre 120 km/h dans les régions montagneuses et le nord-ouest du pays. Le service météorologique du Portugal (IPMA) a également émis des avertissements pour les régions du nord et du centre[11]. Des vents violents soufflaient également sur la côte ouest de la Grande-Bretagne et du Pays-de-Galles.

Tempête Bruno

Article détaillé : Tempête Bruno (2017).
Boucle satellitaire de la tempête Bruno (26-28 décembre 2017).

La tempête Bruno, également nommée Edilbert par l'université libre de Berlin, a touché l'Espagne et la France entre le 26 et le . Le nom est celui attribué par les services météorologiques franco-hispano-portugais mais l'université libre de Berlin le nommera Edilbert.

Tempête Carmen

Boucle satellitaire du 31 décembre au 1 janvier de la tempête Carmen/Ingmar par Eumetsat.

Le la tempête Carmen, également nommée Ingmar par l'université libre de Berlin, est annoncée en France, qu'elle a touchée entre le et le . Elle atteint d'abord la Bretagne[12],[13]. Le lendemain, 19 départements sont classés en vigilance orange par Météo France[14].

Le 1er janvier 2018, des rafales soufflant à plus de 130 km/h et des vagues de cinq mètres de haut ont impacté le littoral de la Nouvelle-Aquitaine[14]. D'autres rafales — 129 km/h à Camaret, 109 km/h à la pointe du Raz et 91 km/h à Ouessant dans le Finistère — ont été recensées[14]. L'alerte orange est levée à 19 h sur les 19 départements concernés à l'exception d'une partie de la Gironde, qui reste en vigilance orange « inondations », et de la Corse jusqu’à mardi matin le 2 janvier[14]. La tempête a causé, dimanche, la mort d'un homme d’une soixantaine d’années dans les Pyrénées-Atlantiques, tué par la chute d’un arbre alors qu'il se trouvait dans sa voiture près d'un bois, à Esterençuby, à proximité de Saint-Jean-Pied-de-Port[14]. À Bouin, en Vendée, une éolienne de 62 mètres de haut s'est effondrée à cause de la puissance du vent[14].

Tempête Dylan

La tempête Dylan est également nommée Horst par l'université libre de Berlin.

Tempête Eleanor

La tempête Eleanor (également nommée Burglind par l'Université libre de Berlin) est nommée par le service météorologique irlandais (Met Éireann) le . Le service émit une alerte météorologique orange le lendemain pour des vents prévus de 110 à 130 km/h. Le service britannique (Met Office) émit ses propres alertes pour les 2 et 3 janvier pour l'Irlande du Nord et l'Écosse.

À l'approche d’Eleanor, de fortes pluies ont balayé l'Irlande et des vents de 84 nœuds (156 km/h) furent enregistrés à l'aéroport de Knock dans le nord-ouest de la République[15]. Les pires dommages par le vent furent cependant en Irlande du Nord dans les îles britanniques : des vents de 90 milles par heure (145 km/h) furent notés à Orlock Head et de 100 milles par heure (161 km/h) à une station de Great Dun Fell[16]. En progressant vers le nord-est, la tempête montra des signes de formation d'un courant-jet d'occlusion dans son secteur sud-ouest, une zone de vents extrêmement violents, mais il ne se développa complètement. Par contre des orages, se développèrent dans ce secteur donnant de la grêle en Angleterre et dans le Pays de Galles.

En France le 3 janvier, à Marchiennes dans le département du Nord, une partie de la toiture du clocher de l'église Sainte-Rictrude s'envole et se retrouve sur la place attenante[17],[18]. Au 7 janvier, le bilan en France s'élève à six morts et deux disparus[19].

Notes et références

  1. a, b, c et d Meteo France, « Météo-France nomme désormais les tempêtes », www.meteofrance.fr, (consulté le 5 janvier 2018).
  2. a et b (es) Agencia Estatal de Meteorología, « Aemet, MéteoFrance y el IMPA, pondrán nombre a las borrascas profundas que puedan afectar a España, Francia o Portugal. – Agencia Estatal de Meteorología – AEMET. Gobierno de España », aemet.es, (consulté le 9 décembre 2017).
  3. (es) « Météo-France, junto con AEMET e IPMA, nombra a las borrascas intensas con fuertes vientos – Revista del Aficionado a la Meteorología », Revista del Aficionado a la Meteorología, (consulté le 9 décembre 2017).
  4. (es) « Ana, la primera borrasca con nombre en España », abc, (consulté le 9 décembre 2017).
  5. a et b (en) « UK Storm Centre – Met Office Barometer », Met Office, (consulté le 2 janvier 2018).
  6. a et b (en) « Storm names for 2017-18 announced », Met Éireann, (consulté le 5 janvier 2018).
  7. (de) « Wetterpatenschaft », université libre de Berlin, (consulté le 5 janvier 2018).
  8. (de) « Tiefdruckgebiete 2017 (Zones de basse pression 2017) », université libre de Berlin, (consulté le 5 janvier 2018).
  9. (de) « Tiefdruckgebiete 2018 (Zones de basse pression 2018) », université libre de Berlin, (consulté le 5 janvier 2018).
  10. « Météo-France nomme désormais les tempêtes », Organisation météorologique mondiale,‎ (lire en ligne).
  11. (en) Associated Press, « Western Europe Hit by High Winds, Rain from Storm Ana », NY Times,‎ (lire en ligne).
  12. Capucine Tissot, « La tempête Carmen pourrait débarquer pour le Nouvel An », sur TWC France (consulté le 1er janvier 2018).
  13. « Après Ana et Bruno, la tempête Carmen s’invite pour le Nouvel An », sur Libération, (consulté le 1er janvier 2018).
  14. a, b, c, d, e et f « La tempête Carmen, qui a fait un mort, s’éloigne de la France », sur Le Monde, (consulté le 1er janvier 2018).
  15. (en) Met Éireann, « Highest gust recorded at Knock Airport at 84 kts at 7pm this evening. », Twitter, (consulté le 7 janvier 2018).
  16. (en) Met Office, « Highest gust recorded. », Twitter, (consulté le 7 janvier 2018).
  17. « Burglind ou Eleanor, deux noms pour une tempête », tdg.ch,‎ (lire en ligne).
  18. « Tempête Eleanor : la toiture de l'église de Marchiennes a été arrachée », sur https://www.francetvinfo.fr/, France 3, .
  19. « Six morts causées par la tempête Eleanor », lemonde.fr, 7 janvier 2018.

Voir aussi