Teigne (maladie)

Teigne
Description de cette image, également commentée ci-après
Une teigne tondante microsporique, chez un enfant de 3 ans, transmise lors d'un contact avec un animal. Présence d'une grande plaque unique, arrondie, dépourvue de cheveux
Spécialité Infectiologie (en)
CIM-10 B35.0 (ILDS B35.006)
CIM-9 110.9
DiseasesDB 13117
MedlinePlus 000878
eMedicine 1091351
eMedicine derm/420 
MeSH D014006

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La teigne est un nom générique désignant des maladies des régions kératinisées du corps (peau, cheveux, poils, ongles : onychomycoses) caractérisées par des plaques arrondies croissant de leur centre vers leur périphérie avec une peau changeant d'aspect et de couleur, et disparition des poils ou cheveux dans certains cas. Les teignes sont pour la plupart causées par divers champignons microscopiques parasites du groupe des dermatophytes attaquant la kératine. Les pathogènes en cause sont généralement des espèces des genres épidermophyton, Trichophyton ou Microsporum...).
Ce sont des mycoses classées parmi les dermatophytoses. Elles atteignent essentiellement les enfants d'âge scolaire de moins de 12 ans. La teigne n'est pas une maladie grave mais l'inflammation qu'elle cause génère parfois un prurit intense ou une gêne handicapante (pour marcher par exemple, dans le cas du pied d'athlète). Elle est souvent vécue comme humiliante et pour cette raison désocialisante.

Histoire

Les teignes sont évoquées depuis longtemps par la littérature médicale, et c'est en 1839 que Robert Remak et Johann Lukas Schönlein ont découvert l'un de ses agents pathogènes qui sera plus tard dénommé Tinea schönleinii[1] ; en Allemagne, T. schoenleinii ne se rencontre plus que très rarement, et uniquement en tant qu'infection sporadique[1].

Dénomination

Diverses dénominations latines "universelles" désignent différents types de teigne (voir plus bas) ; par exemple quand la teigne concerne une zone de peau sans poil, on parle de mycose de la peau glabre (ou herpès circiné) ; les pieds, donnant un pied d'athlète (ou intertrigo inter-orteils) ; les plis de l’aine, donnant un eczéma marginé de Hébra, ou les ongles, donnant une onychomycose.

Épidémiologie

Autrefois très courante en Europe, elle est encore endémique dans certains pays africains comme l'Éthiopie[2].

Causes

Il s'agit d'une mycose. Les champignons en cause peuvent être Trichophyton tonsurans (le plus fréquent aux États-Unis[3]), Microsporum canis, ou Trichophyton violaceum (ce dernier étant endémique en Asie et Afrique et en Europe souvent retrouvé chez des immigrants d'Afrique et parfois chez des personnes avec lesquelles ils ont été en contact[4] ; du point de vue de la génétique moléculaire T. violaceum est le même taxon que T. soudanense mais leurs phénotypes sont significativement différents[1].

Symptômes

La teigne se caractérise par des plaques arrondies, rougeâtres et recouvertes d'une croûte grisâtre, avec des cheveux très courts cassant à la racine. Ces plaques entraînent des démangeaisons pouvant entrainer des lésions de grattage et des surinfections. En l’absence de traitement, ces plaques s’agrandissent progressivement, les bords, en périphérie, deviennent écailleux alors que la peau, au centre, paraît normale.

Confusions possibles

Un diagnostic différentiel est utile car à certains stades, la teigne peut parfois être confondue avec :

Épidémiologie, éco-épidémiologie

Cette maladie s'attrape généralement par contact avec des animaux, avec des enfants atteints ou via des fomites.
Plus ou moins contagieuse selon les espèces et souches en cause, elle provoque des épidémies localisées. Nombre d'espèces sont zoonotiques (infectent à la fois l'homme et l'animal et peuvent passer de l'un à l'autre Par exemple du chat à l'homme est inversement avec le champignon Microsporum canis[5]. Un risque, renforcé par la mondialisation des transports de biens et de personnes, est de voir apparaitre et se diffuser des souches antibiorésistantes, ce que les approches de type "One health promues par l'OMS et OIE cherchent à éviter. Plusieurs espèces responsables de teignes (espèces du genre Malassezia notamment) n'ont été que récemment décrites[1], et il est probable que d'autres restent à découvrir.

Traitement

La prise en charge de la teigne a fait l'objet de la publication de recommandations. Celles du « British Association of Dermatologists » datent de 2014[6].

Elle se traite avec un antifongique. En cas de faible infection, on peut traiter la zone en la recouvrant temporairement d'huile ou d'argile, ce qui a pour effet d'étouffer le champignon.

La désinfection des peignes et brosses à cheveux est recommandée[7]. Elle s'effectue à l'aide d'eau de Javel ou d'une émulsion d'énilconazole[8].

L'éviction scolaire n'est plus indispensable chez l'enfant correctement pris en charge.

Typologie

Tinea pedis (pied)

C'est une affection courante et contagieuse source de démangeaisons, desquamations et parfois de crevasses. Selon Bell-Syer & al (2012) environ 15% de la population en est victime au moins une fois dans sa vie (les hommes, sportifs notamment, plus que les femmes)[9].

Les champignons en cause sont le dermatophyte anthropophile Epidermophyton floccosum ou des champignons du genre Trichophyton (Trichophyton rubrum[10] ou Trichophyton mentagrophytes [11] le plus souvent). En Europe Epidermophyton floccosum semble rarement isolé mais s'il affecte principalement la peau (tinea pedis, tinea inguinalis) il peut aussi se développer dans les ongles (mais pas les cheveux)[1].

Article détaillé : Tinea pedis.

Tinea unguium (ongles)

Article détaillé : Tinea unguium.

Tinea manuum (main)

Article détaillé : Tinea manuum.

Tinea pedis (pied)

trichophyton rubrum On parle aussi de pied d'athlète

Article détaillé : Tinea pedis.

Tinea cruris (aine et périnée)

On parle aussi d'eczéma marginé de Hébra

Article détaillé : Tinea cruris.

Tinea corporis (corps)

On parle aussi d'intertrigo (quand la teigne ne touche que les plis),

Article détaillé : Tinea corporis.

Tinea capitis (cuir chevelu)

qui peut aussi induire des folliculites (infection du follicule pileux)... On parlait autrefois aussi de teigne tondante, teigne favique, ou kérion)

Article détaillé : Tinea capitis.

Tinea faciei (face)

Article détaillé : Tinea faciei.

Tinea flava

Mycose achromique du visage et du cou (décrite au Japon et à Madagascar[12])

Article détaillé : Tinea flava.

Tinea barbae (barbe)

Article détaillé : Tinea barbae.

Tinea imbricata (pattern complexe)

Article détaillé : Tinea imbricata.

Tinea nigra (noire)

Contrairement aux vraies teignes, tinea nigra (comme tinea versicolor) n'est pas causée par des champignons dermatophytes.

Article détaillé : Tinea nigra.

Tinea versicolor (de couleur variée)

Contrairement aux vraies teignes, tinea versicolor (comme tinea nigra) n'est pas causée par des champignons dermatophytes.

Article détaillé : Tinea versicolor.

Tinea incognito (fausse teigne)

Article détaillé : Tinea incognito.

Notes et références

  1. a, b, c, d et e Pietro Nenoff, Constanze Krüger, Gabriele Ginter-Hanselmayer, Hans-Jürgen Tietz (2014) Mycology – an update. Part 1: Dermatomycoses: Causative agents, epidemiology and pathogenesis
  2. Leiva-Salinas M, Marin-Cabanas I, Betlloch I et al. Tinea capitis in schoolchildren in a rural area in southern Ethiopia, Int J Dermatol, 2015;54:800-805
  3. Mirmirani P, Tucker LY, Epidemiologic trends in pediatric tinea capitis: a population-based study from Kaiser Permanente Northern California, J Am Acad Dermatol, 2013;69:916-921
  4. (en) Moriarty B, Hay R, Morris-Jones R, The diagnosis and management of tinea, BMJ, 2012;345:e4380
  5. [1]
  6. Fuller LC, Barton RC, Mohd Mustapa MF, Proudfoot LE, Punjabi SP, Higgins EM, British Association of Dermatologists’ guidelines for the management of tinea capitis 2014, Br J Dermatol, 2014;171:454-463
  7. (en) Higgins EM, Fuller LC, Smith CH, « Guidelines for the management of tinea capitis », Br J Dermatol. 2000;143:53-8.
  8. Teigne (dermatophytie), Service de dermatologie, Centre Hospitalier Universitaire Vétérinaire, Faculté de médecine vétérinaire, Université de Montréal
  9. Bell-Syer, SE; Khan, SM; Torgerson, DJ (17 October 2012). Bell-Syer, Sally EM, ed. "Oral treatments for fungal infections of the skin of the foot". The Cochrane Database of Systematic Reviews. 10: CD003584. doi:10.1002/14651858.CD003584.pub2. PMID 23076898.
  10. Rivera, ZS; Losada, L; Nierman, WC (October 2012). "Back to the future for dermatophyte genomics". MBio. 3 (6): e00381–12. doi:10.1128/mBio.00381-12. PMC 3487774 Freely accessible. PMID 23111872.
  11. Andrews, MD; Burns, M (May 2008). "Common tinea infections in children". American Family Physician. 77 (10): 1415–1420. PMID 18533375.
  12. http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/tinea_flava/78117

Articles connexes

Liens externes

  • Teignes Fiche d'information sur les mycoses des cheveux et du cuir chevelu par un dermatologue attaché à l'hôpital Saint-Louis