Tech In France

Tech In France
(ex-AFDEL)
Logo de l'organisation
Situation
Création
Type Association Loi 1901
Syndicat professionnel
Siège 13, rue la Fayette
75009 Paris (France)
Langue Français
Organisation
Membres 350
Président Pierre-Marie Lehucher, PDG de Éditions Berger-Levrault
Vice-Président Philippe Forestier, DGA de Dassault Systèmes

Site web www.techinfrance.fr

Tech In France est l’un des principaux syndicats professionnels français de l’industrie du numérique. Elle a été créée en 2005 sous le nom AFDEL (« Association française des éditeurs de logiciels et solutions internet ») pour représenter les éditeurs de logiciels et les sociétés internet et être le porte-parole de l’industrie numérique en France. Elle réunit aujourd’hui plus de 350 entreprises membres, dont 80 % de PME et représente à travers ses adhérents un chiffre d’affaires cumulé de 8 milliards d’euros. Elle est membre des fédérations professionnelles FIEEC et CINOV.

Histoire

L'AFDEL a été créée en 2005 pour pallier le déficit de représentation du métier d’éditeur de logiciels en France. Les membres fondateurs sont les sociétés Berger-Levrault, Cegid, Dassault Systèmes, EasyVista, Geac, Microsoft France et Navidis. L'AFDEL a fêté ses 10 ans le 4 février 2016 en présence d' Emmanuel Macron, elle a à cette occasion changé de nom pour devenir Tech In France.

Tech In France a été successivement présidée par Viviane Ribeiro de Geac France (2005-2006) ; Patrick Bertrand de Cegid (2006-2012) ; Pierre Marie Lehucher de Berger-Levrault (par interim) ; et Jamal Labed de Easyvista (2012 à 2016). Tech In France a élu Bertrand Diard (Fondateur de Talend et CEO d'INFLUANS) en tant que nouveau président en juin 2016.

Loïc Rivière est délégué général depuis la création de l’Association. Patrick Bertrand a été également Président du Conseil national du numérique à l’issue de son mandat de Président de Tech In France

Regroupant majoritairement des PME et start-ups françaises, Tech In France rassemble aussi les premiers éditeurs français Dassault Systèmes (no 1), Cegid group, Cegedim, Berger-Levrault, ESI group, Isagri, Trace One, Mega et Oodrive. Tech In France regroupe également les acteurs internationaux Google France, Microsoft France, Sage France, Salesforce France, SAP France. Tech In France rassemble des éditeurs logiciels Open source, notamment les premiers français : Talend et BonitaSoft.

Positionnement

Concentrée principalement sur les activités de développement économique des entreprises de croissance et de représentation des intérêts des industriels du numérique, Tech In France participe également à la gestion du paritarisme et de l’offre de formation de sa branche en tant que membre de la fédération CINOV.

Tech In France s’est positionnée dès l’origine sur les actions de soutien aux PME et aux startups en développant des services dédiés à ses adhérents et en organisant le partage de bonnes pratiques entre professionnels dans le cadre de Commissions et groupes de travail. Cette primauté accordée à l’accompagnement à la croissance lui a assuré une croissance rapide de ses effectifs qui ont franchi le cap des 300 entreprises au bout de cinq années d’existence.

Positionnée initialement sur la défense de la propriété intellectuelle du logiciel, la neutralité technologique et le soutien aux aides publiques à l’innovation, Tech In France est aujourd’hui contributrice à travers de nombreuses positions publiques sur tous les sujets liés à l’économie numérique : entrepreneuriat, Fiscalité du numérique , données personnelles, propriété intellectuelle, industries culturelles numériques…

Tech In France s’est notamment publiquement élevée à plusieurs reprises contre les dispositions visant à orienter la commande publique de façon prioritaire vers le logiciel libre, en défendant la nécessité de préserver la neutralité de la commande publique[1] et un cadre de libre concurrence entre les acteurs et modèles.

Tech In France s’est positionnée contre la mise en œuvre de taxes sectorielles et nationales appliquées au numérique et contre les conclusions du Rapport Colin & Collin. Tech In France défend également l’établissement d’un cadre réglementaire propice à l’entrepreneuriat et s’était, à ce titre fortement, impliquée au côté du mouvement des "pigeons[2]" dans les actions visant à obtenir du Gouvernement un assouplissement des dispositions fiscales concernant les plus-values de cession et l’actionnariat salarié.

Travaux et publications

Tech In France est régulièrement auditionnée par les pouvoirs publics et les parlementaires sur les sujets de l’innovation, de la compétitivité des entreprises et de la structuration de la filière. La ministre de l’économie numérique Fleur Pellerin a mandaté Tech In France en janvier 2013 pour réfléchir aux possibilités de structuration d’une filière big data en France et lancé en juillet 2013 un plan Big data[3] reprenant pour partie les conclusions de France.

Tech In France participe aux travaux du Conseil national du numérique (CNNum), du Comité de filière numérique (CSF num) et de la Commission économie numérique du Medef.

Tech In France organise en interne les échanges de bonnes pratiques dans le cadre de structures permanentes, les Commissions thématiques (Commission SaaS, Investisseurs, Green Software, Big Data, Normalisation et Standardisation, Open Data, Open Source, R&D, Finances, Internationale, Secteur public, Marketing, Propriété intellectuelle, Sociale, Cybersécurité…)

Tech In France publie des indicateurs métiers et des données marché, parmi lesquels des publications annuelles de référence tels que le GSL100[4] avec PwC, le Baromètre de conjoncture Cockpit-Software Business at a Glance avec Pierre Audouin Consultants et le CXP, et le baromètre RH Tech In – Apollo[5].

Notes et références