Taxi Téhéran

(Redirigé depuis Taxi (film, 2015))
Taxi Téhéran
Titre original تاکسی
Taxi
Réalisation Jafar Panahi
Scénario Jafar Panahi
Acteurs principaux

Jafar Panahi

Sociétés de production Jafar Panahi Film Productions
Pays d’origine Drapeau de l'Iran Iran
Genre Docufiction
Durée 82 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Taxi Téhéran (en persan : تاکسی, Taxi) est une docufiction et faux documentaire iranien écrit, réalisé et produit par Jafar Panahi, aussi mis en vedette.

Le film, présenté à la Berlinale 2015, y remporte l'Ours d'or du meilleur film[1] et le prix FIPRESCI.

Contexte

Le film est un portrait de Téhéran, la capitale iranienne, filmé depuis un taxi conduit par Panahi lui-même[2]. Les passagers sont des personnalités sociales et politiques iraniennes ainsi que deux femmes transportant deux poissons rouges dans un aquarium, rappelant Le Ballon blanc. Comme ses deux films précédents (Ceci n'est pas un film et Pardé), Jafar a produit Taxi Téhéran malgré la condamnation, confirmée en 2011, lui interdisant de réaliser des films pour une période de vingt ans[3].

Synopsis

Hommes ou femmes, jeunes ou vieux, riches ou pauvres, traditionalistes ou modernistes, aussi bien vendeur de vidéos pirates que défenseur des droits de l'homme, tous se retrouvent tour à tour dans le véhicule d'un conducteur de taxi inexpérimenté qu'ils appellent Aghayé Panahi (en persan : آقای پناهی, Mr. Panahi).

Le film se termine par le vol de la caméra du taxi.

Fiche technique

Distribution

  • Jafar Panahi : Aghayé Panahi
  • Les personnages filmés dans le taxi sont des acteurs non professionnels qui, pour des raisons de sécurité, restent anonymes.

Production

L'œuvre est sélectionnée en compétition dans la section principale du 65e Festival international du film de Berlin où elle est projetée en première mondiale le . Le film a la particularité de ne pas avoir de générique afin de ne pas dévoiler l'identité des passagers du taxi auxquels le chauffeur ne demande jamais de régler leur course.[réf. nécessaire] Le film se termine par ce texte rédigé par le cinéaste : « Le ministère de l'Orientation islamique valide les génériques des films "diffusables". À mon grand regret, ce film n'a pas de générique. J'exprime ma gratitude à tous ceux qui m’ont soutenu. Sans leur précieuse collaboration, ce film n’aurait pas vu le jour. »[4].

Le , l'Ours d'or est attribué au film.

Distinctions

Récompenses

Notes et références

  1. (en) Berlin: Jafar Panahi's Taxi wins Golden Bear sur screendaily.com
  2. Aurélien Ferenczi, « Taxi Téhéran de Jafar Panahi - (2015) - Film - Drame - Critique - Télérama.fr », sur Télérama (consulté le 14 février 2018)
  3. « Iran : la condamnation de Jafar Panahi confirmée en appel », sur Le Monde.fr, (consulté le 14 février 2018)
  4. « Taxi Téhéran », un chef-d’œuvre contre l’oppression par Olivier De Bruyn, sur le site L'Obs, le 15 avril 2015

Articles connexes

Liens externes

Concepts

  • (en) Theory of the Dérive (dérives urbaines) sur Bureau of Public Secrets