Taille et intelligence

Taille et intelligence

Il existe une corrélation positive entre l'historique de la croissance en taille des nouveaux-nés et leur quotient intellectuel mesurés à l'adolescence[1][2][3][4], entre la taille des enfants et leur quotient intellectuel[5], ou entre la taille des jeunes adultes et leur capacités intellectuelles[6], ou encore entre la taille à 18 ans et la réussite scolaire ultérieure[7]. Cette corrélation diminue avec l'âge de l'enfant[8].

Cette corrélation est de 0,2 - une corrélation parfaite est de 1 - , et expliquerait donc 4% de la variance du quotient intellectuel[9][10].

La relation est faible, mais toutefois statistiquement significative[réf. nécessaire].

Ces études sont des études statistiques, et ne signifient pas qu'on ne puisse pas être petit et simultanément très intelligent, où qu'un changement de taille ait un effet direct sur les possibilités cognitives. Au contraire, on pense que l'intelligence est influencée par de nombreux facteurs, et on observe d'ailleurs une très grande dispersion de l'intelligence parmi des individus de même taille.

Tentatives d'explications

Plusieurs explications ont été proposées:

  • La hauteur d'un individu peut provenir en partir du fait qu'il ait été bien nourri; que sa mère a connu moins de stress pendant la période pré-natale ou d'une meilleure santé physique et mental durant la période de développement de l'individu.
  • Plusieurs études ont montré que des facteurs génétiques[11] influençaient la taille et l'intelligence et peuvent être responsables d'une partie de l'effet. Une étude comparative sur des vrais et faux jumeaux a montré qu'un environnement partagé (59%) et un patrimoine génétique partagé (35%) comptent également pour beaucoup dans la corrélation entre l'intelligence et la taille[12].
  • La taille du cerveau et le quotient intellectuel sont corrélé à 0.33[13][14], et la corrélation sur la taille de l'individu et le quotient intellectuel pourrait provenir plutôt être expliqué par le fait que la taille du cerveau et la taille de l'individu sont corrélés.

Références

  1. Wilson DM, Hammer LD, Duncan PM et al. Growth and intellectual development. Pediatrics 1986;78:646–50. résumé
  2. Walker SP, Grantham-McGregor SM, Powell CA, Chang SM. Effects of growth restriction in early childhood on growth, IQ, and cognition at age 11 to 12 years and the benefits of nutritional supplementation and psychosocial stimulation. J Pediatr 2000; 137:36–41.résumé
  3. Tanner JM. Relation of body size, intelligence test scores and social circumstances. In: Mussen PH, Largen J, Covington M (eds). Trends and Issues in Developmental Psychology. New York: Holt, Rinehard and Winston Inc., 1969.
  4. Pearce MS, Deary IJ, Young AH, Parker L. Growth in early life and childhood IQ at age 11 years: the Newcastle Thousand Families Study. Int J Epidemiol publié en 2005;34:673–77 Article sur le journal Oxford.
  5. Humphreys, L. G., Davey, T. C., & Park, R. K. (December 1985). "Longitudinal correlation analysis of standing height and intelligence". Child Development 56: 1465–1478.
  6. Tuvemo, T., Jonsson, B., & Persson, I. (1999). Intellectual and physical performance and morbidity in relation to height in a cohort of 18-year-old Swedish conscripts. Hormone Research, 52, 186-­191.résumé
  7. [1]Patrik Magnusson, Finn Rasmussen et Ulf Gyllensten, International Journal of Epidemiology, 2006
  8. Teasdale, T. W., Srensen, T. I. A., & Owen, D. R. (1989). Fall in association of height with intelligence and educational level. British Medical Journal, 298, 1292­-1293.texte intégral
  9. Humphreys, L. G., Davey, T. C., & Park, R. K., « Longitudinal correlation analysis of standing height and intelligence. », Child Development, vol. 56, no 6,‎ , p. 1465–1478 (DOI 10.2307/1130466, lire en ligne)
  10. Donald B. Egolf and Lloyd E. Corder, « Height differences of low and high job status, female and male corporate employees », Sex Differences, vol. 5-6,‎ , p. 365–373 (DOI 10.1007/BF00288309, lire en ligne)
  11. Silventoinen K., Posthuma D., van Beijsterveldt T., Bartels M. & Boomsma D.I. 2006. Genetic contributions to the association between height and intelligence: evidence from Dutch twin data from childhood to middle age. Article de l'Université de Helsinki (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17081263) Genes, Brain and Behavior, revue créé en 2002, numéro 8: 585-595
  12. Sundet JM (Université d'Oslo), Tambs K, Harris JR, Magnus P, Torjussen TM. Resolving the genetic and environmental sources of the correlation between height and intelligence: a study of nearly 2600 Norwegian male twin pairs. Publié en 2005 par l'Australian Academic Press[2] (http://www.atypon-link.com/AAP/doi/abs/10.1375/twin.8.4.307?cookieSet=1&journalCode=twin)
  13. McDaniel MA: Big-brained people are smarter: a meta-analysis of the relationship between in vivo brain volume and intelligence. Intelligence 2005; 33: 337– 346. Lien (http://www.people.vcu.edu/~mamcdani/Big-Brained%20article.pdf)
  14. "Brave new brain": vaincre les maladies mentales à l'ère du génome (http://books.google.fr/books?id=C7Pt3VXiieQC&pg=PA180&dq=taille+et+qi#v=onepage&q=taille%20et%20qi&f=false), 2004 Par Nancy C. Andreasen,Raphaël Goubet, p181-182

Note

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Height and intelligence (http://en.wikipedia.org/wiki/Height_and_intelligence) » (voir la liste des auteurs (http://en.wikipedia.org/wiki/Height_and_intelligence?action=history)).

Cet article « Taille et intelligence » est issu de Wikimonde Plus.