Tabou (film, 1931)

Tabou
Titre original Tabu ou Tabu, A Story of The South Seas
Réalisation Friedrich Wilhelm Murnau
Robert Flaherty
Scénario Edgar G. Ulmer
d'après une idée originale de Robert Flaherty
Acteurs principaux

Anne Chevalier

Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 84 minutes
Sortie 1931

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Tabou (Tabu) est un film américain réalisé par Friedrich Wilhelm Murnau et Robert Flaherty sorti en 1931.

C'est le dernier film de Friedrich Wilhelm Murnau.

Synopsis

Dans l'île de Bora-Bora, un jeune pêcheur de perles, Matahi, et une merveilleuse jeune fille, Reri, tombent amoureux. Au vu de sa grande beauté, Hitu, le sorcier l'a choisie comme prêtresse sacrée. Elle doit donc selon la tradition, rester vierge et il la déclare tabou.

Rien n'y fait, les deux amants décident de s'échapper, ils fuient, poursuivis par Hitu.

Le film se découpe en deux parties :

  • Le Paradis
  • Le Paradis perdu

Fiche technique

Distribution

  • Anne Chevalier : Reri, la jeune fille
  • Matahi : le pêcheur de perles
  • Hitu : le vieux chef
  • Jean : le policier
  • Jules : le capitaine
  • Ah Fong : le commerçant chinois

Autour du film

Robert Joseph Flaherty est crédité au générique comme coréalisateur mais à la question de George Sadoul[1] lui demandant de qui était Tabou il répondit sans ambages "de Murnau". Bien qu'un tiers des images du film sont de Flaherty (enregistrées avant l'arrivée de Floyd Crosby), le documentariste considère que « la version de Murnau de la légende du tabou non seulement “romantisait”, mais encore occidentalisait les mœurs polynésiennes, et cela aussi bien du point de vue psychologique que de celui des motivations. »[2],[1]

Certaines scènes qui montraient des nageurs nus furent censurées, aux États-Unis et en Finlande.

Le film, muet, fut présenté à la télévision sur une musique d'inspiration polynésienne de Violeta Dinescu[3].

Le tournage, long de dix-huit mois, fut mouvementé et demeure entouré de légendes. Selon la légende, Murnau et son équipe auraient violé un certain nombre de tabous locaux en installant leur quartier général dans un ancien cimetière, en tournant sur des récifs sacrés, et Hitu, le "chamane", aurait maudit Murnau pour tous les sacrilèges qu'il aurait commis.

La légende se nourrit des incidents, plus ou moins graves, qui perturbent le travail durant le tournage : noyades, intoxications, explosions mystérieuses. Comble du destin, Murnau décédera d'ailleurs dans un accident de voiture, huit jours avant la première de son film, prévue le 18 mars à New York.

[réf. nécessaire]

Hommage

Eric Rohmer le qualifie de « plus grand film du plus grand auteur de films »[1].

Dans le film de Marcel Carné, La Marie du port, (1950), Jean Gabin possède une salle de cinéma dans laquelle on peut voir quelques courts extraits de "Tabou".

Tabou, un film réalisé par Miguel Gomes et sorti en 2012, est une adaptation libre de l’œuvre de Murnau.

Notes et références

  1. a b et c Cité par François Ekchajzer, « Avec “Tabou”, les eaux polynésiennes lèchent le pied du sapin - Télévision - Télérama.fr », Télérama.fr,‎ 21/12/2017. (lire en ligne)
  2. Georges Sadoul, Histoire générale du cinéma, Denoël
  3. Tabou eut plusieurs diffusions sur "Arte" en février 2011.

Voir aussi

Liens externes

  • (fr) DVD Tabu sur http://www.ica.pf/ ICA - Site consacré au patrimoine audiovisuel de Polynésie avec de nombreuses videos, sons et images
  • (fr) Photos de tournage du film sur le site http://photo.ica.pf