Télomère

Un chromosome et ses télomères.

Un télomère est une région hautement répétitive, donc a priori non codante, d'ADN à l'extrémité d'un chromosome. À chaque fois qu'un chromosome en bâtonnet d'un eucaryote est répliqué, lors de la réplication, qui précède la mitose (division cellulaire), le complexe enzymatique de l'ADN polymérase s'avère incapable de copier les derniers nucléotides : l'absence de télomère signifierait la perte rapide d'informations génétiques nécessaires au fonctionnement cellulaire. De récents travaux suggèrent cependant que l'ADN répétitif des télomères pourrait être transcrit en ARN répétitifs qui joueraient un rôle dans la stabilisation du télomère[1].

Les télomères raccourcissent avec l’âge, l’inflammation et le stress. Des études ont montré que des télomères courts sont associés à un risque plus élevé de maladies liées à l’âge[2].

Historique

En 1971, le biologiste soviétique Alekseï Olovnikov émet pour la première fois l'hypothèse que la durée de vie maximale des cellules en culture (limite de Hayflick) est corrélée à la perte progressive de séquences télomériques. En effet, lors de chaque division cellulaire, les télomères s'érodent jusqu'à atteindre une taille critique qui déclenche alors une entrée en sénescence de la cellule. Les télomères agissent comme une horloge biologique régissant la durée de vie des cellules. Cette théorie est connue sous le nom de théorie télomérique du vieillissement. Elle prédit également l'existence d'une enzyme capable d'inverser le processus en synthétisant de nouvelles séquences d'ADN télomériques : il s'agit de la télomérase. L'identification de la télomérase est réalisée en 1985 par Elizabeth Blackburn et Carol Greider[3]. Ce travail est récompensé par le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2009.

Structure et fonctions

Chez la plupart des procaryotes, les chromosomes sont circulaires (plasmides), et ne possèdent donc pas d'extrémité susceptible d'être altérée par une réplication incomplète. Une petite proportion des chromosomes bactériens, (comme ceux de Streptomyces et Borelia), sont en forme de bâtonnet et possèdent des télomères dont la structure et la fonction diffèrent notablement de ceux des chromosomes des eucaryotes. En période interphasique du cycle cellulaire, les télomères sont localisables dans les zones les plus éloignées du centre du noyau.

Les télomères comportent des séquences répétitives d'ADN, qui assurent une protection des terminaisons chromosomiques. Ils évitent que le chromosome ne s'effiloche et que son extrémité ne soit considérée comme une rupture du double brin d'ADN, ce qui pourrait conduire à des soudures de chromosomes par fusion de leurs télomères respectifs[4]. De plus, la réplication de l'ADN (par l'ADN polymérase) n'est pas parfaite à ses extrémités : le segment répliqué est en règle générale plus court que l'original. La présence de télomères, sans information génétique, préviendrait ainsi la perte de données[5]. Ces séquences sont répétées plusieurs centaines de fois sur chaque chromosome humain[5]. Les télomères sont recouverts de protéines, les « shelterines »[6].

Les télomérases, enzymes transcriptases inverses spécialisées, assurent la synthèse et la croissance des télomères, chez l'humain et chez la plupart des autres organismes[7]. Ces enzymes sont très actives surtout pour les cellules qui se divisent de nombreuses fois (exemple : les cellules-souches).

Les cellules somatiques de mammifères (et d'autres) sans telomérase perdent progressivement des séquences télomères à la suite de réplications incomplètes[8]. À mesure que les télomères des mammifères se raccourcissent, les cellules atteignent finalement leur limite réplicative et progressent vers la sénescence ou la vieillesse. La sénescence implique des voies p53 et pRb et conduit à l'arrêt de la prolifération cellulaire[9]. La sénescence peut jouer un rôle important dans la suppression de l'apparition du cancer, bien que l'héritage de télomères plus courts ne protège probablement pas contre le cancer[10]. Avec des télomères grandement raccourcis, une prolifération cellulaire est possible par inactivation des voies p53 et pRb. Les cellules entrant dans la prolifération après l'inactivation des voies p53 et pRb subissent une « crise ». Cette crise est caractérisée par des réarrangements chromosomiques grossiers et l'instabilité du génome. La quasi-totalité des cellules n’y survivent pas.

Ainsi, dans beaucoup de types cellulaires humains, la réplication de l'ADN et l'expression du gène TERT, codant la télomérase inverse transcriptase, sont réprimés, les télomères de ces cellules se raccourcissent donc progressivement à chaque division : on dit qu'ils constituent des horloges biologiques. Au contraire, dans les tissus à multiplication cellulaire intense, comme les cellules-souches ou les globules blancs du sang, le gène TERT est exprimé et la longueur des télomères reste constante.

Chez l'humain, la séquence répétitive des télomères est TTAGGG, sur une longueur de 3 à 20 kilobases. De 100 à 300 kilobases supplémentaires de répétition relient le télomère au reste du chromosome. Ces répétitions varient d'une espèce à l'autre mais comportent beaucoup de bases guanine-cytosine.

Télomérase

Article détaillé : télomérase.

La télomérase est une enzyme naturelle qui favorise l'allongement des télomères. Elle est active dans les cellules souches, les cellules germinales, les follicules pileux, dans 90 % des cellules cancéreuses, mais son expression est faible ou absente dans les cellules somatiques (cellules n'appartenant pas à la lignée germinale c’est-à-dire l'immense majorité des cellules des organismes multicellulaires). La télomérase fonctionne en ajoutant des bases aux extrémités des télomères. Les cellules ayant une activité de télomérase suffisante sont considérées comme immortelles en ce sens qu'elles peuvent se diviser au-delà de la limite de Hayflick sans entrer dans la sénescence ou l'apoptose. Pour cette raison, la télomérase est considérée comme une cible potentielle pour les médicaments anticancéreux[11].

Des études utilisant des souris knock-out ont démontré que des télomères peuvent à la fois limiter la croissance tumorale d’un cancer et favoriser la tumorigénèse, selon le type cellulaire et le contexte génomique[12],[13].

La télomérase est un « complexe ribonucléoprotéique » composé d'un composant protéique et d'une séquence d'amorces d'ARN qui protègent les extrémités terminales des chromosomes contre l’action des enzymes qui sinon les dégraderaient. Les télomères et la télomérase sont nécessaires pour la réplication de l’ADN.

ALT

Dans certaines cellules la longueur des télomères reste constante sans que la télomérase ne soit exprimée, dans ce cas le processus de maintien des télomères implique l'action d'une machinerie cellulaire appelée "ALT" pour "Alternative Lengthening of Telomeres". Ce système utilise pour ceci la recombinaison homologue.

Télomères et télomérases en médecine

Télomères et vieillissement

Chez la majorité des eucaryotes multicellulaires, les télomérases ne sont actives que dans les cellules germinales. Le raccourcissement progressif des télomères des cellules somatiques est une cause possible de la sénescence et prévient le cancer[14].

Quand le télomère devient trop court, il ne joue plus son rôle protecteur: la partie enroulée se déroule. La cellule va interpréter ceci comme une corruption de son ADN, entrer en sénescence et stopper sa croissance. De tels télomères trop raccourcis peuvent aussi provoquer une fusion de deux chromosomes. Comme de telles altérations ne sont pas réparables dans les cellules somatiques ordinaires, elles peuvent provoquer une apoptose.

Plusieurs maladies du vieillissement (dont la progeria, caractérisée par un vieillissement très précoce) sont provoquées par un raccourcissement télomérique excessif. Les organes se détériorent d'autant plus que leurs cellules constitutives meurent ou entrent en sénescence.

Un raccourcissement plus important des télomères serait un marqueur de risque de maladies cardio-vasculaires chez les hommes d'âge moyen[15]. Une étude portant sur 143 sujets âgés de plus de 60 ans a montré un risque 3,38 fois plus élevé de mortalité par maladie cardio-vasculaire et 8,54 fois par une infections lorsque les télomères sont plus courts[16].

Facteurs responsables de la diminution de taille des télomères

Une étude danoise portant sur près de 65 000 personnes suivies pendant 7 ans a montré que la réduction de taille des télomères était associée à tous les facteurs suivants : âge, genre masculin, indice de masse corporel, pression systolique, consommation de tabac et d'alcool, temps d'inactivité physique, cholestérol[17].

Cancer

Les télomères sont essentiels au maintien de l'intégrité génomique. Des études montrent que le dysfonctionnement ou le raccourcissement des télomères est communément acquis au cours du processus de développement des tumeurs cancéreuses[18]. Les télomères courts peuvent conduire à une instabilité génomique, à la perte des chromosomes et à la formation de translocations non réciproques. Il a été observé que les télomères des cellules tumorales et des lésions précurseures des tumeurs sont significativement plus courtes que les télomères des tissus normaux environnants[19],[20]. Une taille réduite des télomères est associée a une plus grande mortalité notamment en cas de cancer[17].

Des études observationnelles ont révélé des télomères raccourcis dans de nombreux cancers : notamment dans le cas des cancers touchant le pancréas, les os, la prostate, la vessie, les poumons, les reins et la tête et le cou. De plus, il a été constaté que les personnes atteintes de nombreux types de cancer avaient des télomères de leucocytes plus courts que les témoins sains[21]. Des méta-analyses récentes suggèrent un risque de cancer de 1,4 à 3,0 fois plus élevé chez les patients ayant les télomères les plus courts que chez les patients ayant les télomères les plus longs[22],[23]. Cependant, l'augmentation de risque varie selon l'âge, le sexe, le type de tumeur et les différences de style de vie (facteurs environnementaux).

Certains facteurs de style de vie associés à un risque accrus de développer un cancer ont également été associés à des télomères raccourcis. Parmi ces facteurs on peut citer le stress, le tabagisme, l'inactivité physique et un régime alimentaire riche en sucres raffinés[23]. L'alimentation et l'activité physique influencent l'inflammation et le stress oxydatif. On pense que ces facteurs influent la conservation des télomères[24]. Le stress psychologique est également lié à un vieillissement cellulaire accéléré, notamment une diminution de l'activité télomérase et des télomères courts[25]. Il a été suggéré qu'une combinaison de modifications du mode de vie, y compris une alimentation saine, de l’exercice et une réduction du stress ont le potentiel d'augmenter la longueur des télomères, d’inverser le vieillissement cellulaire et de réduire le risque de maladies liées au vieillissement. Dans un essai clinique récent avec des patients atteints de cancer de la prostate au stade précoce, des changements de style de vie complets ont entraîné une augmentation à court terme de l'activité télomérase et une modification à long terme de la longueur des télomères[26],[27]. Les modifications du mode de vie ont le potentiel de réguler naturellement l'entretien des télomères sans promouvoir la tumorigénèse.

Les cellules cancéreuses développent souvent un mécanisme pour maintenir leur ADN télomérique afin de continuer à se diviser indéfiniment (immortalisation). Ce mécanisme d'élongation ou d'entretien des télomères est l'une des étapes clés de l'immortalisation cellulaire et peut être utilisé comme marqueur lors d’un diagnostique. La télomérase est un complexe enzymatique responsable de l'allongement des télomères par l'addition de séquences de télomères répétées aux extrémités des chromosomes. La télomérase est activée dans environ 80 % des tumeurs[28]. La plupart des cancers produisent de la télomérase, mais souvent à un stade tardif, la cancérogénèse débutant par une érosion importante des télomères[29],[14]. Cependant, une fraction importante de cellules cancéreuses emploie un allongement alternatif des télomères (ALT)[30], une voie non-conservatrice d'allongement des télomères impliquant le transfert des répétitions en tandem des télomères entre les chromatides sœurs[31].

Cancer du sein

Dans un sein féminin en bonne santé, certaines cellules appelées progéniteurs luminales qui bordent les conduits de lait ont un potentiel de prolifération et de différenciation élevé et la plupart d'entre eux présentent des télomères critiquement courts avec des foyers d'endommagement de l'ADN. On pense que ces cellules sont de possibles loci cellulaires où des cancers de la poitrine impliquant un dérèglement des télomères pourraient avoir leur origine[32]. En outre, l'activité de la télomérase est inhabituellement élevée dans ces cellules lorsqu'elles sont isolées chez des femmes jeunes, mais cette activité diminue avec l'âge[33].

Mutations de la télomérase

Ces mutations sont constatées dans certaines maladies. C'est le cas de la dyskératose congénitale associant une anémie centrale (par absence de formation de globules rouges dans la moelle), des anomalies au niveau des muqueuses de la bouche, des ongles et de la peau[34].

Une mutation est également retrouvée dans un peu moins de 10 % des fibroses pulmonaires idiopathiques[35].

Aspects évolutifs

Puisque des télomères plus courts sont considérés par certains comme une cause du vieillissement, cela soulève la question de savoir pourquoi les télomères plus longs n'ont pas été sélectionnés pour profiter de ces effets protecteurs. Une possible explication suggère que l'héritage des télomères plus longs causerait des taux de cancer accrus[36]. De plus, une analyse de la littérature scientifique[10] souligne le fait que la mortalité par cancer est la plus élevée après la période de reproduction et n’est donc que faiblement soumise à la sélection naturelle. Une autre explication de la non sélection des télomères plus longs est que les effets de prolifération cellulaire dues aux télomères plus longs entraîneraient des dépenses énergétiques accrues[10]. Dans les environnements de limitation énergétique, les télomères plus courts pourraient être un mécanisme d'économie d'énergie.

Notes et références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Telomere » (voir la liste des auteurs).
  1. Schoeftner, S., and M. A. Blasco. 2007. Developmentally regulated transcription of mammalian telomeres by DNA-dependent RNA polymerase II. Nat. Cell Biol. 10:228-236
  2. Le sport retarde le vieillissement des cellules, Sandrine Cabut, Le Figaro.fr, 5 janvier 2010
  3. Greider, C. W. & Blackburn, E. H., « Identification of a specific telomere terminal transferase activity in Tetrahymena extracts », Cell vol. 43, p. 405–413 (1985).
  4. Jullien L., Les télomères et la stabilité de notre patrimoine génétique, la Nouvelle Cigale Uzégeoise no 14, décembre 2016 (Article grand public)
  5. a et b Calado RT, Young NS, « Telomere diseases », The New England Journal of Medicine, vol. 361, p. 2353-2365 (2009).
  6. T. de Lange, « Shelterin: the protein complex that shapes and safeguards human telomeres », Genes Dev., vol. 19, p. 2100-2110 (2005).
  7. Witzany, Guenther, « The Viral Origins of Telomeres and Telomerases and their Important Role in Eukaryogenesis and Genome Maintenance », Biosemiotics, vol. 1, pp. 191-206 (2008).
  8. (en) C. M. Counter, A. A. Avilion, C. E. LeFeuvre et N. G. Stewart, « Telomere shortening associated with chromosome instability is arrested in immortal cells which express telomerase activity. », The EMBO Journal, vol. 11, no 5,‎ , p. 1921 (PMID 1582420, PMCID PMC556651, lire en ligne)
  9. (en) Judith Campisi, « Senescent Cells, Tumor Suppression, and Organismal Aging: Good Citizens, Bad Neighbors », Cell, vol. 120, no 4,‎ , p. 513–522 (DOI 10.1016/j.cell.2005.02.003, lire en ligne)
  10. a, b et c (en) Dan T.A. Eisenberg, « An evolutionary review of human telomere biology: The thrifty telomere hypothesis and notes on potential adaptive paternal effects », American Journal of Human Biology, vol. 23, no 2,‎ , p. 149–167 (ISSN 1520-6300, DOI 10.1002/ajhb.21127, lire en ligne)
  11. C. Philippi, B. Loretz, U. F. Schaefer et C. M. Lehr, « Telomerase as an emerging target to fight cancer--opportunities and challenges for nanomedicine », Journal of Controlled Release: Official Journal of the Controlled Release Society, vol. 146, no 2,‎ , p. 228–240 (ISSN 1873-4995, PMID 20381558, DOI 10.1016/j.jconrel.2010.03.025, lire en ligne)
  12. (en) Lynda Chin, Steven E Artandi, Qiong Shen et Alice Tam, « p53 Deficiency Rescues the Adverse Effects of Telomere Loss and Cooperates with Telomere Dysfunction to Accelerate Carcinogenesis », Cell, vol. 97, no 4,‎ , p. 527–538 (DOI 10.1016/s0092-8674(00)80762-x, lire en ligne)
  13. (en) Roger A Greenberg, Lynda Chin, Andrea Femino et Kee-Ho Lee, « Short Dysfunctional Telomeres Impair Tumorigenesis in the INK4aΔ2/3 Cancer-Prone Mouse », Cell, vol. 97, no 4,‎ , p. 515–525 (DOI 10.1016/s0092-8674(00)80761-8, lire en ligne)
  14. a et b Laurent JULLIEN, Télomères et Cancer, Éditions Universitaires Européennes novembre 2011.
  15. Scott W. Brouilette, Jasbir S. Moore, Alex D. McMahon, R. Thompson, Ian Ford, James Shepherd, Chris J. Packard, Nilesh J. Samani, « Telomere length, risk of coronary heart disease, and statin treatment in the West of Scotland Primary Prevention Study », Lancet, vol. 369, p. 107-114 (2007).
  16. Richard M. Cawthon, Ken R. Smith, Elizabeth O'Brien et Anna Sivatchenko, « Association between telomere length in blood and mortality in people aged 60 years or older », Lancet (London, England), vol. 361, no 9355,‎ , p. 393–395 (ISSN 0140-6736, PMID 12573379, DOI 10.1016/S0140-6736(03)12384-7, lire en ligne)
  17. a et b (en) L. Rode, B. G. Nordestgaard et S. E. Bojesen, « Peripheral Blood Leukocyte Telomere Length and Mortality Among 64 637 Individuals From the General Population », JNCI Journal of the National Cancer Institute, vol. 107, no 6,‎ , djv074–djv074 (ISSN 0027-8874, DOI 10.1093/jnci/djv074, lire en ligne)
  18. (en) Christophe Michel Raynaud, Laure Sabatier, Ophelie Philipot et Ken André Olaussen, « Telomere length, telomeric proteins and genomic instability during the multistep carcinogenic process », Critical Reviews in Oncology/Hematology, vol. 66, no 2,‎ , p. 99–117 (DOI 10.1016/j.critrevonc.2007.11.006, lire en ligne)
  19. (en) María A Blasco, Han-Woong Lee, M.Prakash Hande et Enrique Samper, « Telomere Shortening and Tumor Formation by Mouse Cells Lacking Telomerase RNA », Cell, vol. 91, no 1,‎ , p. 25–34 (DOI 10.1016/s0092-8674(01)80006-4, lire en ligne)
  20. (en) Steven E. Artandi, Sandy Chang, Shwu-Luan Lee et Scott Alson, « Telomere dysfunction promotes non-reciprocal translocations and epithelial cancers in mice », Nature, vol. 406, no 6796,‎ , p. 641–645 (ISSN 0028-0836, DOI 10.1038/35020592, lire en ligne)
  21. (en) Peter Willeit, Johann Willeit, Agnes Mayr et Siegfried Weger, « Telomere Length and Risk of Incident Cancer and Cancer Mortality », JAMA, vol. 304, no 1,‎ (ISSN 0098-7484, DOI 10.1001/jama.2010.897, lire en ligne)
  22. Hongxia Ma, Ziyuan Zhou, Sheng Wei et Zhensheng Liu, « Shortened Telomere Length Is Associated with Increased Risk of Cancer: A Meta-Analysis », PLOS ONE, vol. 6, no 6,‎ , e20466 (ISSN 1932-6203, PMID 21695195, PMCID PMC3112149, DOI 10.1371/journal.pone.0020466, lire en ligne)
  23. a et b (en) Ingrid M. Wentzensen, Lisa Mirabello, Ruth M. Pfeiffer et Sharon A. Savage, « The Association of Telomere Length and Cancer: a Meta-analysis », Cancer Epidemiology and Prevention Biomarkers, vol. 20, no 6,‎ , p. 1238–1250 (ISSN 1055-9965 et 1538-7755, PMID 21467229, PMCID PMC3111877, DOI 10.1158/1055-9965.EPI-11-0005, lire en ligne)
  24. (en) Ligi Paul, « Diet, nutrition and telomere length », The Journal of Nutritional Biochemistry, vol. 22, no 10,‎ , p. 895–901 (DOI 10.1016/j.jnutbio.2010.12.001, lire en ligne)
  25. (en) E EPEL, J LIN, F WILHELM et O WOLKOWITZ, « Cell aging in relation to stress arousal and cardiovascular disease risk factors », Psychoneuroendocrinology, vol. 31, no 3,‎ , p. 277–287 (DOI 10.1016/j.psyneuen.2005.08.011, lire en ligne)
  26. (en) Dean Ornish, Jue Lin, June M Chan et Elissa Epel, « Effect of comprehensive lifestyle changes on telomerase activity and telomere length in men with biopsy-proven low-risk prostate cancer: 5-year follow-up of a descriptive pilot study », The Lancet Oncology, vol. 14, no 11,‎ , p. 1112–1120 (DOI 10.1016/s1470-2045(13)70366-8, lire en ligne)
  27. (en) Dean Ornish, Jue Lin, Jennifer Daubenmier et Gerdi Weidner, « Increased telomerase activity and comprehensive lifestyle changes: a pilot study », The Lancet Oncology, vol. 9, no 11,‎ , p. 1048–1057 (DOI 10.1016/s1470-2045(08)70234-1, lire en ligne)
  28. (en) T. Aschacher, B. Wolf, F. Enzmann et P. Kienzl, « LINE-1 induces hTERT and ensures telomere maintenance in tumour cell lines », Oncogene, vol. 35, no 1,‎ , p. 94–104 (ISSN 0950-9232, DOI 10.1038/onc.2015.65, lire en ligne)
  29. Hastie ND, Dempster M, Dunlop MG, Thompson AM, Green DK, Allshire RC, « Telomere reduction in human colorectal carcinoma and with ageing », Nature, vol. 346, p. 866-868 (1990).
  30. (en) « Alternative lengthening of telomeres in mammalian cells », , Published online: 24 January 2002; | doi:10.1038/sj.onc.1205058, vol. 21, no 4,‎ (DOI 10.1038/sj.onc.1205058, lire en ligne)
  31. (en) Chris Molenaar, Karien Wiesmeijer, Nico P. Verwoerd et Shadi Khazen, « Visualizing telomere dynamics in living mammalian cells using PNA probes », The EMBO Journal, vol. 22, no 24,‎ , p. 6631–6641 (ISSN 0261-4189 et 1460-2075, PMID 14657034, PMCID PMC291828, DOI 10.1093/emboj/cdg633, lire en ligne)
  32. Salud BBC Mundo, « Resuelven misterio sobre el origen del cáncer de mama », sur BBC Mundo (consulté le 3 mars 2017)
  33. (en) Nagarajan Kannan, Nazmul Huda, LiRen Tu et Radina Droumeva, « The Luminal Progenitor Compartment of the Normal Human Mammary Gland Constitutes a Unique Site of Telomere Dysfunction », Stem Cell Reports, vol. 1, no 1,‎ , p. 28–37 (PMID 24052939, PMCID PMC3757746, DOI 10.1016/j.stemcr.2013.04.003, lire en ligne)
  34. Mitchell JR, Wood E, Collins K, « A telomerase component is defective in the human disease dyskeratosis congenita », Nature, vol. 402, p. 551-555 (1999).
  35. Armanios MY, Chen JJ, Cogan JD et al., « Telomerase mutations in families with idiopathic pulmonary fibrosis », The New England Journal of Medicine, vol. 356, p. 1317-1326 (2007).
  36. Bret S. Weinstein et Deborah Ciszek, « The reserve-capacity hypothesis: evolutionary origins and modern implications of the trade-off between tumor-suppression and tissue-repair », Experimental Gerontology, vol. 37, no 5,‎ , p. 615–627 (DOI 10.1016/S0531-5565(02)00012-8, lire en ligne)

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Lien externe

  • Télomères et télomérase