Strange (magazine)

Strange
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité mensuelle
Genre comics
Date de fondation
Date du dernier numéro
Éditeur éditions Lug
Semic

Strange est un magazine français de bande dessinée publié de à par les éditions Lug, puis par les éditions Semic, d'abord en petit format puis au format BD, et reprenant des histoires et des personnages de comics des publications américaines Marvel Comics et, à la fin de sa publication par Semic, des séries de DC Comics.

Publié à la suite de l'arrêt — après quelques numéros — de Fantask pour cause de censure officielle[a], Strange a donné naissance à plusieurs autres magazines : Spécial Strange, Strange Spécial Origines, Strange Vacances, Strange Spécial Jeux. Le succès de Strange amènera Lug à créer d'autres revues comme Titans, Nova, Planète des Singes ou Spidey.

En 2007, Organic Comix reprend le nom de la revue, publiant des BD et articles souvent inédits. Cette version prend fin en 2011 avec la parution du numéro 350.

En 2012, les éditions de Tournon relancent le titre sous le nom de Strange Collector, un fascicule consacré aux super-héros accompagnant des plaques en métal de divers héros Marvel.

Historique

Strange débute sa carrière éditoriale en petit format, et alterne, une page sur deux, une bichromie verte ou rouge en complément du noir et blanc[1]. Le sommaire de la revue comprend une pagination permettant d'accueillir un total de quatre épisodes. Après dix numéros, la revue passe au format 18 x 26 cm, qui est plus proche du format d'origine, et adopte définitivement la couleur. La revue contenait également par moment des posters détachables[1]. C'est à partir du numéro 25 que Jean Frisano réalise des couvertures peintes[1].

Dès le premier numéro, des personnages de comics des éditions Marvel Comics apparaissent dans la revue.

Durant la dernière année d'existence du magazine, ce créneau est utilisé pour accueillir des épisodes tirés d'autres séries prenant part aux crossovers en cours :

Du n°186 à 209, Strange propose de nouveau une double-ration de Spider-Man afin d'ajuster la cohérence chronologique de son sommaire.

Dans les années 1990, la tendance était aux séries indépendantes, comme les Semic Versions Intégrales, et Strange semblait en décalage.

Perte de la licence Marvel et fin de la publication

En octobre 1996, Semic perdit la licence Marvel. Après un hiatus, Strange ressuscita alors à compter du numéro 325 avec des séries DC Comics telles que JLA, Batman, Wonder Woman, Flash, Impulse, Sovereign Seven. La recette eut moins de succès et la revue s'arrêta vite au numéro 335. Ce fut la fin de Strange.

Renaissance

En janvier 2007, Organic Comix a relancé la célèbre revue sur un rythme trimestriel. Distribué dans les boutiques spécialisées, plus proche dans l'esprit des revues d'études sur les comics comme Comic Box, le no 1 ne comportait que 32 pages avec un dossier sur Jack Kirby agrémenté d'une histoire inédite, une interview de Jean-Yves Mitton et Reed Man sur le nouvel album de Mikros. Le no 2 parlera notamment de Félix Molinari. Les numéros bis sont également de retour, tous les trois numéros de Strange, débutant avec Strange 3 bis (contenant la fin de The Pact et le premier épisode de Silver Star de Jack Kirby).

Avec le numéro 10 de janvier 2010, la revue change de formule et est distribuée en kiosques sous le nom Strange Extra (dont la numérotation recommence au numéro 1) ; toutefois, Strange conserve sur sa couverture sa numérotation originale, le numéro 1 de janvier 2007 étant donc le 1/336 et le numéro 1 Extra de janvier 2010 le 1 Extra/10/334. À l'occasion du numéro 350, Strange récupère sa numérotation première, mais Organic Comix ne peut plus en continuer la production et se retrouve contraint d'arrêter ses plans. Un numéro 351 spécial de huit pages est produit au début de 2012.

Les comics publiés de 2007 à 2012 sont les suivants :

  • Galaxy Green (Jack Kirby) ;
  • The Myth of 8-Opus (Tom Scioli) ;
  • Silver Star (Jack Kirby) ;
  • The Fly (Joe Simon et Jack Kirby) ;
  • Godland (Joe Casey et Tom Scioli) ;
  • Lorelei.

Des productions françaises anciennes et récentes sont aussi à l'honneur :

  • Megasauria (Jean Depelley et Jean-Marie Arnon) ;
  • Fantask Force (Reed Man) ;
  • Le Résistant (François Corteggiani et Jean-Yves Mitton) ;
  • L'Archer Blanc (François Corteggiani et Jean-Yves Mitton).

Critiques

Strange, ainsi que les autres magazines Lug/Semic, à régulièrement été l'objet de criques concernant sa censure pratiqué sur un certain nombre de dessins des bandes dessinées publiées dans le magazine, censure faite pour en atténuer la violence et se conformer aux instructions de la commission sur les publications destinées à la jeunesse[1].

Entre autres, certaines onomatopées étaient retirées, les armes blanches des personnages effacées, et parfois des cases entières étaient supprimées. La censure ainsi pratiquée mécontenta ses lecteurs, interrompant notamment en plein milieu une histoire la série Daredevil, à cause la violence dans l'épisode no 215. Mais, du fait de cette auto-censure, le magazine ne connut pas le sort d'autres revues comme Fantask ou Marvel[1].

Collectionneurs

Certains numéros de Strange se revendent à des prix atteignant les 200 euros[1]. On peut ainsi trouver la plupart des numéros en état tout à fait correct dans de nombreuses comic-shops mais aussi auprès de particuliers qui s'en séparent dans les vide-greniers, où le prix communément appliqué varie entre 1 et 5€ / pièce selon l'état.

Le numéro 1 de Strange est devenu très rare, mais il apparaît régulièrement dans les conventions de BD (avec une côte d'à peu près 400 euros, mais régulièrement vu entre 600 et 800 euros[1]).

Notes et références

Notes

  1. Fantask, précurseur de Strange ne connut que sept numéros. Une autre revue de Lug, Marvel, connut le même sort après treize numéros.
  2. La série Captain Marvel arrive dans Strange en cours de route, les premiers épisodes ayant déjà été traduits dans son prédécesseur Marvel.
  3. Présent du début à la fin du magazine, Iron Man n'y connaît que deux « pauses » notables, du n°67 à 74, et du n°186 à 215 (cette dernière le voyant temporairement transféré dans la revue-sœur Nova).
  4. Épisodes tirés de la revue d'anthologie américaine Marvel Premiere .
  5. La série des Vengeurs arrive dans Strange suite à l'arrêt de la revue Ombrax-Saga qui l'hébergeait auparavant.
  6. Épisodes tirés de la revue d'anthologie américaine Astonishing Tales .
  7. S'il n'intègre le magazine qu'au 18e numéro, l'Homme-Araignée en deviendra cependant vite la figure de proue et c'est ainsi que la revue sera même sous-titrée, du n°99 à 248, Le Journal de Spider-Man.

Références

  1. a b c d e f et g « Le mensuel Strange », comics-lug.com (consulté le 11 mai 2018).

Voir aussi

Bibliographie

  • Sébastien Carletti et Jean-Marc Lainé (préf. Alexandre Astier), Nos années Strange, 1970-1996, Paris, Flammarion, , 171 p. (ISBN 978-2-08-125470-1, présentation en ligne).
  • Éric Maigret, « Strange grandit avec moi : Sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de bandes dessinées de super-héros », Réseaux. Communication – Technologie – Société, vol. 13, no 70 « Médias, identité, culture des sentiments »,‎ mars-avril 1995, p. 79-103 (lire en ligne).

Articles connexes

Liens externes