Stipe (faux-tronc)

Stipes de palmiers et de ravenales

Le stipe (ou faux-tronc) est, en botanique, la tige robuste de plantes terrestres comme les palmiers, les yuccas, les dragonniers (Dracaena sp.), les fougères arborescentes ou encore les bananiers[1].

Caractéristiques

Le stipe n'est pas un véritable tronc. Il s'agit d'un emboîtement de gaines foliaires coriaces, qui se caractérise principalement par l'absence de croissance en épaisseur, contrairement au tronc des arbres dicotylédones. Hormis chez le bananier, la surface du stipe est marquée par les empreintes laissées par la base du pétiole des feuilles tombées et sa coupe transversale ne montre pas de cernes de croissance du bois.

Stipe de palmier

Chez les palmiers, le diamètre du stipe est constant, du pied de l'arbre jusqu'au bouquet de feuilles terminales. On peut toutefois constater parfois des irrégularités dans le diamètre, mais elles s'expliquent par des variations climatiques qui ont pu affecter la pousse de l'arbre. La surface du stipe est marquée par les empreintes losangiques caractéristiques de la base des feuilles. Dans les plantations de palmier à huile (Elaeis guineensis), lors de l'ablation des feuilles, la base du pétiole, appelée « chicot », reste attachée au stipe, montrant l'insertion spiralée des feuilles[2]. Le stipe n'est pas ramifié, sauf rares exceptions (genre Hyphaene).

Stipe de bananier

Le stipe des bananiers est formé d'une superposition de feuilles enroulées en cornet[3].

Stipe de dragonnier

Stipe de yucca

Divers

Notes et références

  1. stipe dans Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. Montpellier, France, Cirad.
  2. « Palmier à huile (Elaeis guineensis) », sur Appui à la formation et au développement, Agro Louvain et Louvain Coopération, (consulté le 8 mars 2014)
  3. La banane

Voir aussi