Stéphane Ruffier

Stephane Ruffier
Dnepr-StEttine (6).jpg
Stéphane Ruffier avec l'AS Saint-Étienne en 2014, en Ligue Europa contre le FK Dnipro.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France AS Saint-Étienne
Numéro 16
Biographie
Nationalité Drapeau de France Français
Naissance (30 ans)
Lieu Bayonne (France)
Taille 1,88 m (6 2)
Période pro. Depuis 2005
Poste Gardien de but
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
1992-2002 Drapeau : France Aviron bayonnais
2003-2005 Drapeau : France AS Monaco
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
2005-2011 Drapeau : France AS Monaco 133 0(0)
2005-2006 Drapeau : France Aviron bayonnais 038 0(0)
2011- Drapeau : France AS Saint-Étienne 279 0(0)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
2008 Drapeau : France France espoirs 003 0(0)
2010- Drapeau : France France 003 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 18 juin 2017

Stéphane Ruffier, né le à Bayonne, est un footballeur international français évoluant au poste de gardien de but à l'AS Saint-Étienne et en Équipe de France de football.

Biographie

Formation

À l'âge de quatre ans, Stéphane Ruffier emprunte les gants et la balle de pelote de son père pour jouer dans le garage. Il est malgré tout attiré par le football et prend deux ans plus tard sa première licence à l'Aviron bayonnais. Plus grand que les autres, il débute comme attaquant mais son bagage technique est limité. Un jour Stéphane veut passer gardien. Sa mère en parle à l'entraîneur de l'Aviron Bayonnais qui est assez surpris. Il commença son premier match un jour où le gardien de son équipe était en retard. L'entraîneur demanda à Stéphane s'il avait ses gants et il ne sortit plus des cages. Il devient rapidement très bon et commence à se passionner pour le poste. Assidu aux entraînements, il montre une impressionnante motivation à ses éducateurs. À 12 ans, il remporte la Coupe des Pyrénées et est sélectionné pour jouer avec la sélection basque en lever de rideau du match de groupe Argentine-Japon (1-0) de la Coupe du monde 1998, au Stadium de Toulouse.

Un an plus tard, il effectue un essai non concluant au Montpellier HSC ; il est ensuite repéré, au printemps 2002, par Arnold Catalano, recruteur de l'AS Monaco, qui le convie à un tournoi en Italie. Expulsé lors de son premier match, il plait à Gérard Banide, patron de la formation monégasque et signe son premier contrat de formation à l'ASM le . Il suit les enseignements d'anciens joueurs tels Jean-Luc Ettori, André Amitrano ou André Biancarelli et intègre le groupe sénior en 2004. Au cours de l'été 2005, la basque connection permet à Stéphane Ruffier, en accord avec l'entraîneur monégasque de l'époque Didier Deschamps, d'être prêté pour une saison à son club formateur bayonnais, évoluant alors en National et entraîné par Christian Sarramagna. Une saison pleine qui lui permettra de s'aguerrir et de retourner à Monaco en signant son premier contrat professionnel.

De retour sur le Rocher pour s'imposer

De retour en 2006 à l'AS Monaco, il est troisième gardien, barré en équipe première par Flavio Roma mais devant un Guillaume Warmuz en fin de carrière, et joue en équipe réserve. Il sera quatre fois sur le banc en Ligue 1 et jouera tout de même trois matchs de Coupe de France contre l'US Quevilly (victoire, 2-0), le Toulouse FC (victoire, 2-0) et le FC Sochaux (défaite, 0-2).

Le , il joue ses 33 premières minutes de Ligue 1 contre le FC Metz (victoire, 2-0), en remplaçant Flavio Roma à la 58e minute[1]. Trois jours plus tard, suite à la blessure de Roma lors de la 3e journée, Stéphane Ruffier fête sa première titularisation dans l'élite lors d'une belle victoire 3-0 à Sochaux, dont il fut un des meilleurs acteurs. En octobre, il remplace Hugo Lloris blessé et devient international espoir pour les deux matchs de qualification à l'Euro espoirs 2009 face au Pays de Galles et Malte[2], puis face à la Bosnie et à la Roumanie[3]. Il joue douze matchs complets avec l'ASM cette saison-là, dont deux en coupe.

Dès le début de la saison 2008-2009, il efface définitivement Flavio Roma et devient le nouveau gardien titulaire de l'équipe monégasque, son intérim de la saison précédente ayant fini par convaincre son entraîneur, Ricardo. Il gagne également sa place en équipe de France espoirs et prolonge son contrat sur le Rocher jusqu'en 2010[4]. Alors qu'en , il est arrêté pour cinq semaines à cause d'une fracture du 4e métacarpien de la main droite[5], son entraîneur remet en cause sa place de titulaire en mettant en balance les performances de Roma durant son absence[6]. Par la suite, le portier italien se blesse de nouveau deux semaines plus tard[7], Yohann Thuram-Ulien, troisième gardien du groupe, le remplace, avant que le Basque ne soit finalement de retour dans son but en décembre. Ainsi, il joue trente-deux matchs de championnat et s'impose comme une valeur sure du championnat à son poste, malgré la saison en dents de scie de son club (11e). Jean-Luc Ettori, qui connaît bien son ancien poulain, tempère et déclare à son sujet : « Le danger, c'est son impatience dans le jeu, prévient-il. Il (Ruffier) est électrique. Or, dans les buts, il faut aller vite sans se précipiter[8] ».

Lors du mercato estival suivant, les Girondins de Bordeaux, le LOSC Lille et le Paris SG souhaitent le recruter[9] mais il prolonge finalement pour trois ans à Monaco en [10]. L'arrivée de Guy Lacombe à la tête de l'équipe montre un changement dans les habitudes du club ; ainsi, les Monégasques font l'effort de garder les jeunes joueurs du club comme Stéphane Ruffier (23 ans), Frédéric Nimani (21 ans), Yohan Mollo (21 ans) et Cédric Mongongu (20 ans).

En 2010, le portier monégasque débute l'année de la meilleure des façons en enchaînant pas moins de 4 matchs sans concéder le moindre but. Son incroyable prestation au Parc des Princes contre le PSG (victoire, 1-0), le 20 janvier, constitue selon de nombreux observateurs l'un des meilleurs matchs de sa jeune carrière[11],[12]. Il est même désigné meilleur joueur de la journée par France Football[13]. L'AS Monaco finit la saison 2009-2010 à la 8e place au classement, avec un total de 45 buts encaissés, soit 1,18 but/match.

Malgré sa nomination en tant que capitaine par Lacombe[14], le début de la saison 2010-2011 est plus compliquée pour le portier français, l'équipe du Rocher pointant à la 17e place du championnat à la mi-saison. Monaco sera finalement reléguée en Ligue 2 en fin de saison, en terminant à la 18e place avec 44 points, devant le RC Lens et l'AC Arles-Avignon[15].

L'aventure verte avec l'AS Saint-Étienne

Stéphane Ruffier, à l'entraînement avec l'ASSE en 2011.

Stéphane Ruffier s'engage le avec l'AS Saint-Étienne, pour un contrat de quatre ans ; le club aurait déboursé 3 millions d'euros (plus quelques bonus) pour s'attacher les services de l'international français. Il arrive en concurrence directe avec l'emblématique gardien numéro 1 des Verts depuis de nombreuses années, Jérémie Janot[16], et l'entraîneur stéphanois, Christophe Galtier, annonce le lendemain de sa signature que Stéphane Ruffier sera le gardien titulaire pour la saison à venir[17]. Le , face à Châteauroux en match de préparation (victoire 3-0), il joue pour la première fois sous les couleurs vertes[18]. Son premier match officiel se déroule le , au stade Chaban-Delmas face aux Girondins de Bordeaux (victoire 2-1)[19],[20] ; il est désigné comme l'un des meilleurs joueurs stéphanois de la soirée par la presse ou les sites spécialisés[21],[22].

Pendant sa deuxième saison en Vert, Stéphane Ruffier va s'affirmer comme un des principaux artisans des brillants résultats de l'ASSE. Après avoir joué la saison précédente avec le numéro 1, il retrouve désormais le numéro 16, celui qu'il portait lorsqu'il jouait à l'AS Monaco, mais également l'ancien numéro de Janot, ce dernier ayant quitté le club stéphanois pour le Mans FC. Le , la confrontation avec le FC Lorient, au troisième tour de la Coupe de la Ligue, s'achevant sur un match nul (1-1), il arrête deux pénalties lors de la séance de tirs aux buts, qualifiant ainsi l'AS Saint-Étienne pour le tour suivant (3 tirs aux buts à 0). Le 27 novembre le quart de finale de Coupe de la Ligue contre le Paris SG se conclut sur un nouveau match nul (0-0) et il s'avère une nouvelle fois décisif durant la séance de tirs aux buts en bloquant le pénalty tiré par Thiago Silva, qualifiant les Verts pour la demi-finale (victoire 5 tirs aux buts à 3). En championnat, sa présence dans le but et la régularité de ses prestations sur sa ligne et au niveau des sorties aériennes, occupent une place déterminante dans l'accession de l'équipe stéphanoise aux premières places du classement, celle-ci terminant la saison deuxième meilleure défense de l'élite derrière Paris avec seulement trente-deux buts encaissés. Début mai, Stéphane Ruffier est nommé pour le trophée UNFP du meilleur gardien de Ligue 1 de la saison[23], distinction qui sera attribuée au gardien parisien Salvatore Sirigu.

Malgré les rumeurs d'un départ au mercato d'été, Stéphane Ruffier reste stéphanois pour la saison 2013-2014. Affirmant ouvertement son ambition de disputer une coupe européenne, la qualification de l'AS Saint-Étienne pour les barrages d'accession à la Ligue Europa, fut certainement déterminante dans son choix. Malheureusement, les Verts échoueront à se qualifier face au club danois d'Esbjerg. La saison sera tout de même satisfaisante pour le club qui termine à la 4e place de la Ligue 1, se qualifiant ainsi de nouveau pour les barrages de la Ligue Europa. Ruffier est encore nommé pour le trophée UNFP du meilleur gardien de L1[24], une nouvelle fois remporté par Sirigu. Son excellente saison, lui vaudra surtout de rejoindre la liste des vingt-trois internationaux français sélectionnés pour la Coupe du monde 2014.

Stéphane Ruffier, avec les Verts, lors du match de Ligue Europa contre Manchester United en 2017.

Lié au club forezien jusqu'en , les rumeurs de départ se font d'autant plus pressantes que l'année précédente mais c'est une nouvelle saison en Vert qui s'annonce pour Stéphane Ruffier. Une saison européenne cette fois puisque Saint-Étienne remporte son barrage contre les Turcs du Kardemir Karabükspor : à la suite d'une défaite 1-0 à l'aller en Turquie, l'ASSE mène 1-0 au terme des 90 minutes d'un match retour qui va se décider aux tirs au but. En stoppant deux tentatives turques, Stéphane Ruffier qualifie les Stéphanois en Ligue Europa. Le 23 septembre, il confirme son engagement avec l'AS Saint-Étienne en prolongeant son contrat jusqu'en [25]. Les Verts réalisent alors un bon début de championnat, malgré une lourde défaite contre le Paris SG (5-0), marquée par un but gag de Ruffier contre son camp ; cette erreur, très médiatisée, n'affecte cependant pas ses performances à venir. À l'occasion de la 12e journée, il se distingue notamment en stoppant le penalty du lillois Divock Origi. En Ligue Europa, il réalise trois clean sheets (matchs sans prendre de but) à l'occasion des trois premiers matchs, effectuant des arrêts déterminants, dont sur un penalty contre le FK Dnipro. Il encaisse son premier but lors de la 4e journée face à l'Inter Milan.

Ruffier se montre de nouveau décisif lors de la saison 2016-2017, permettant à différentes reprises à son équipe de ne pas perdre. Blessé en [26], il laisse sa place dans les cages à Jessy Moulin, puis le très jeune gardien Anthony Maisonnial (suite à l'expulsion de Moulin), avant de retrouver les terrains en [27]. En Ligue Europa, les Verts parviennent à passer la phase de groupe comme l'année précédente, en finissant premier cette fois, et affrontent Manchester United en seizièmes de finale ; Stéphane Ruffier retrouve alors l'ex-attaquant parisien Zlatan Ibrahimović, leur duel étant très médiatisé depuis le match PSG-ASSE du [28]. Malgré une bonne prestation lors du match aller, l'ASSE ne parvient pas à battre le futur vainqueur de la compétition. Par ailleurs, en raison de mauvaises performances lors de la seconde partie de saison, notamment dans les dernières journées de championnat, l'équipe stéphanoise finit 8e au classement final et ne décroche finalement pas de billet pour la prochaine Ligue Europa.

En équipe de France

Dans le cadre de la Coupe du monde 2010, Stéphane Ruffier fait partie des joueurs surveillés par le sélectionneur Raymond Domenech et son staff pour intégrer l'Équipe de France. Il ne sera finalement pas retenu dans le groupe des trente, et donc des vingt-trois définitifs. Cependant, suite au forfait de Cédric Carrasso durant la compétition, Ruffier est appelé en renfort par le staff français. Il participe alors aux entraînements sans avoir le droit d'être inclus sur les feuilles de match à la suite d'une décision de la FIFA.

À la nomination de Laurent Blanc, il est appelé par ce dernier en tant que gardien no 1 pour un match amical opposant la France à la Norvège, le , premier match du nouveau sélectionneur. Il fait alors ses débuts officiels avec les Bleus lors de cette rencontre (défaite, 2-1).

À la suite de la blessure de Steve Mandanda et de sa brillante saison à l'AS Saint-Étienne, Stéphane Ruffier est convoqué le par Didier Deschamps en tant que deuxième gardien derrière Hugo Lloris pour les deux matches amicaux de l'Équipe de France, contre l'Uruguay (5 juin) et le Brésil (9 juin)[29].

Le , Stéphane Ruffier est sélectionné comme réserviste par Deschamps en vue de la Coupe du monde 2014. Cependant, Steve Mandanda, blessé lors de la dernière journée du championnat français, est contraint de déclarer forfait et Ruffier intègre alors la liste des vingt-trois joueurs sélectionnés pour le mondial. Titularisé à l'occasion du premier match de préparation, il affronte de nouveau la Norvège pour sa seconde sélection (victoire, 4-0) et réalise de nombreux arrêts.

Le , il honore sa troisième sélection en match amical face au Danemark, au Stade Geoffroy-Guichard, sous les ovations du public stéphanois ; les Bleus l'emportent 2-0.

Le , Alphonse Areola lui est préféré à la surprise générale pour le rôle de troisième gardien en équipe de France. Didier Deschamps justifie ce choix par le bon début de saison du jeune gardien du Villarreal CF et évoque plusieurs discussions entre lui et le gardien stéphanois, sans toutefois en révéler la teneur[30].

Statistiques

Statistiques de Stéphane Ruffier au 18 juin 2017[32]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B M B M B C M B M B M B
2005-2006 Drapeau de la France Bayonne (prêt) National 38 0 - - - - - - - - - 38 0
Sous-total 38 0 - - - - - - - - - 38 0
2006-2007 Drapeau de la France AS Monaco FC Ligue 1 - - 3 0 - - - - - - - 3 0
2007-2008 Drapeau de la France AS Monaco FC Ligue 1 10 0 2 0 - - - - - - - 12 0
2008-2009 Drapeau de la France AS Monaco FC Ligue 1 32 0 4 0 - - - - - - - 36 0
2009-2010 Drapeau de la France AS Monaco FC Ligue 1 37 0 6 0 1 0 - - - - - 44 0
2010-2011 Drapeau de la France AS Monaco FC Ligue 1 34 0 1 0 3 0 - - - 1 0 39 0
Sous-total 113 0 16 0 4 0 - - - 1 0 134 0
2011-2012 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Ligue 1 38 0 1 0 2 0 - - - - - 41 0
2012-2013 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Ligue 1 38 0 3 0 5 0 - - - - - 46 0
2013-2014 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Ligue 1 38 0 - - 1 0 C3 4 0 1 0 44 0
2014-2015 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Ligue 1 38 0 5 0 2 0 C3 8 0 1 0 54 0
2015-2016 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Ligue 1 38 0 4 0 0 0 C3 11 0 - - 53 0
2016-2017 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Ligue 1 31 0 - - 1 0 C3 9 0 - - 41 0
Sous-total 221 0 13 0 11 0 - 32 0 2 0 279 0
Total sur la carrière 372 0 29 0 15 0 - 32 0 3 0 451 0

Caractéristiques

Stéphane Ruffier est qualifié de « taiseux et solitaire » par rapport à ses coéquipiers. Ses points forts sont les duels, le jeu au sol et le jeu au pied. Son point faible est le domaine aérien, cependant le journaliste Bernard Lions relève une progression sur ce point depuis 2014[33].

Palmarès

En club

Drapeau : France AS Monaco

Drapeau : France AS Saint-Etienne

Distinctions personnelles

Trophées UNFP

  • Nomination pour meilleur gardien de Ligue 1 en 2013, 2014 et en 2015.

Notes et références

  1. Roma et Monsoreau blessés
  2. Espoirs - Ruffier remplace Lloris
  3. Ruffier prolonge
  4. Cinq semaines pour Ruffier
  5. Si Roma restait titulaire
  6. Roma absent trois semaines
  7. Ruffier, parti pour durer
  8. Ruffier pourrait prolonger
  9. "Ruffier prolonge, officiel" (www.lequipe.fr)
  10. "Ruffier, nuit magique" (www.eurosport.fr)
  11. Déclaration de Guy Lacombe
  12. Ruffier en état de grâce
  13. 2010-2011 : Stéphane Ruffier capitaine
  14. Monaco relégué en Ligue 2
  15. (fr) « Ruffier signe à Saint-Etienne (off.) », sur FranceFootball.fr,
  16. (fr) « Christophe Galtier : «Stéphane est n°1» », sur ASSE.fr,
  17. (fr) « ASSE 3 – 0 Châteauroux : Du beau travail collectif », sur ASSE.fr,
  18. (fr) « FCGB 1-2 ASSE : Un premier cru historique », sur ASSE.fr,
  19. (fr) « Stéphane Ruffier ; «C’est un bon début» », sur ASSE.fr,
  20. (fr) « Stéphane Ruffier ; «Ruffier déjà au top» », sur Eurosport.fr,
  21. (fr) Nizar Hanini, « L1 / BORDEAUX – SAINT-ETIENNE : 1-2 - Efficace comme Saint-Etienne », sur Football365.fr, [réf. incomplète]
  22. Trophées UNFP: Mandanda, Ruffier, Sirigu ou Landreau meilleur gardien, sur le Parisien.fr, le 9 mai 2013
  23. Tous les nommés…, sur unfp.org, le 1er mai 2014
  24. Ruffier a bien prolongé son contrat avec Saint-Eienne, jusqu'en 2018, sur l'équipe.fr, le 23 septembre 2014
  25. « Saint-Etienne : Stéphane Ruffier absent six à huit semaines », sur LFP.fr, (consulté le 18 juin 2017)
  26. « Ligue 1 - Saint-Etienne : Ruffier, un retour à point nommé », sur Eurosport.fr, (consulté le 18 juin 2017)
  27. Pau Guyonnet, « VIDÉOS - Zlatan Ibrahimovic et Stéphane Ruffier, les duellistes du football français », sur RTL.fr, (consulté le 26 juin 2017)
  28. Landreau forfait, Ruffier appelé, sur L'équipe.fr, le 28 mai 2013
  29. « Pourquoi Areola a été préféré à Ruffier », sur football365.fr, le 1er octobre 2015.
  30. Le premier chiffre correspond au score de l'équipe jouant à domicile.
    Le score est écrit en vert si l'équipe de France a gagné le match, en noir si elle a fait match nul et en rouge si elle a perdu le match.
  31. « Statistiques de Stéphane Ruffier », sur footballdatabase.eu
  32. Bernard Lions, « Deux gardiens au gant d'essai », L'Équipe, no 22133,‎ , p. 4

Liens externes

  • Fiche de Stéphane Ruffier sur le site de la FFF