Stéphane Houdet

Stéphane Houdet
Image illustrative de l’article Stéphane Houdet
Stéphane Houdet à l'US Open en 2013.
Tennis en fauteuil roulant
Carrière professionnelle
2005
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (47 ans)
Drapeau : France Saint-Nazaire
Taille 1,72 m (5 8)
Prise de raquette Droitier, revers à une main
Entraîneur Jean de Saintilan
Palmarès
En simple
Titres 35 (au 01/01/2016)
Meilleur classement 1er (11/06/2012)
En double
Titres 78
Meilleur classement 1er (26/01/2009)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple F (6) V (2) 1/2 V (2)
Double V (5) V (7) V (3) V (4)
Médailles olympiques
Simple - 1 -
Double 2 - 1
Titres par équipe nationale
World Team Cup 6 (2009, 2012, 2013, 2014, 2016, 2017)

Stéphane Houdet, né le à Saint-Nazaire, est un joueur français de tennis en fauteuil roulant médaillé aux jeux paralympiques, ancien numéro 1 mondial et vainqueur de 22 tournois du Grand Chelem en simple et en double.

Il a notamment été médaillé d'or aux Jeux paralympiques d'été de 2008 à Pékin et aux Jeux paralympiques d'été de 2016 à Rio ; médaillé d'argent et de bronze aux Jeux paralympiques d'été de 2012 à Londres. Il a remporté Roland Garros deux fois en simple (2012 et 2013), et l'US Open également deux fois en simple (2013 et 2017).

Sa surface favorite est le dur.

Biographie

Stéphane Houdet est né le 20 novembre 1970 à St Nazaire. Il joue au tennis à partir de l'âge de 8 ans et obtient un bon classement en simple avant son accident (2/6)[1].

Il intègre en 1990 l'École nationale vétérinaire de Nantes[2] dont il sera diplômé de la promotion Arkovet en 1994.

Le 9 août 1996, à Mondsee près de Salzbourg en Autriche, un accident de moto le prive de l'usage de son genou gauche. Il s'accommode dans un premier temps de son genou raide et se met au golf.

En 1998, il soutient sa thèse « Étude de la création d'une clinique vétérinaire à activité canine » auprès de la faculté de médecine de Nantes et devient Docteur en médecine vétérinaire. Il crée une clinique vétérinaire en Isère et pratique la médecine vétérinaire en libéral jusque fin 2004. Il est aussi, jusqu'en 2007, attaché commercial au sein de la société Enora Technologies, un éditeur de solutions informatiques permettant le suivi médical des sportifs de haut niveau.

Dans le même temps, il devient le numéro un français (2001-2006) puis européen (2003-2004) de golf en catégorie handisport.

C'est dans ce cadre qu'il rencontre, en 2003, Johan Cruyff, dont la fondation soutient les programmes de sport pour les enfants handicapés, et qui lui conseille de se mettre au tennis[3].

En décembre 2004, il choisit de se faire amputer de la jambe gauche, après avoir vu un golfeur du nom de Matthew Smith jouer en short avec une prothèse[1].

En 2005, il commence le tennis en fauteuil et montre immédiatement d'excellentes aptitudes en remportant le premier tournoi qu'il dispute.

En 2008, il devient professionnel de tennis en fauteuil. La même année, il est médaillé d'or aux Jeux paralympiques de Pékin. C'est le début d'une carrière qui le mènera à la première place mondiale et au cours de laquelle il remportera de nombreux trophées (médailles olympiques, tournois du grand chelem en simple et double, masters...).

Le 19 janvier 2009, Stéphane Houdet est fait Chevalier de la Légion d'honneur par le Président de la République Nicolas Sarkozy en tant que médaillé d'or des Jeux de Pékin[4].

En parallèle de sa carrière sportive, il devient, en novembre 2009, employé civil du Ministère de la Défense rattaché au Centre National des Sports de la Défense de Fontainebleau.

À l'occasion du tournoi de Roland-Garros 2014, il rejoint l'équipe des consultants tennis d'Eurosport.

Le 1er février 2015, il est devenu conseiller sport et handicap du Commissaire Hervé Piccirillo commandant le Centre National des Sports et de la Défense.

Carrière sportive

Il remporte, le 8 juin 2012 face à Shingo Kunieda, le tournoi de Roland-Garros[5], son premier Grand Chelem, devenant ainsi numéro 1 mondial en simple messieurs.

En 2013, il remporte de nouveau le tournoi en simple[6], restant à ce jour le dernier joueur français à avoir remporté Roland-Garros dans une catégorie simple. La même année, il remporte le double messieurs avec Kunieda.

Trois mois plus tard, il remporte pour la première fois l'US Open en simple, en disposant une nouvelle fois de Kunieda[7].

Il perd en 2014 et 2015 contre ce même adversaire en finale de Roland-Garros.

En 2017, il remporte pour la deuxième fois l'US Open en simple face au britannique Alfie Hewett, estimant qu'il "joue mieux que jamais".

En janvier 2018, il perd en finale de l'Open d'Australie contre Kunieda, pour la sixième fois de sa carrière, à chaque fois face au même adversaire[8]. En juin 2018, il remporte le tournoi de Roland Garros en fauteuil, en double avec Nicolas Peifer face à la paire Cattaneo-Olssen en deux sets (6-1, 7-6), réitérant leur victoire de 2017.

Style et matériel

Stéphane Houdet à Genève
en 2014.

Stéphane Houdet est entraîné par Aloïs Beust et Jérôme Potier. Son préparateur physique est Sébastien Poublet depuis 2013. Il a aussi été entraîné par Benoît Vergnaud (2005-2008), Michel Lunesu (2008-2010), Marine Arres (2010-2012) et Xavier Le Gall (2013).

Il joue avec la même raquette que Rafael Nadal, l'Aerodrive de chez Babolat. Elle est préparée à 322 grammes et son équilibre est à 31,5 cordée. Son cordage est le RPM Blast 1.20 de chez Babolat et est tendu à 20kg. En avril 2015, il choisit de jouer avec le modèle connecté de sa raquette, la Babolat Play. Il en profite pour en diminuer le poids à 308 grammes, et ajoute du boyau à son cordage.

Stéphane Houdet travaille avec une équipe de chercheurs du Laboratoire de Biomécanique des Arts & Métiers et du CERAH (Centre d'Etudes et de Recherche sur l'appareillage des Handicapés) pour la conception de son fauteuil. Il joue depuis 2015 avec un prototype deux roues de chez Corima qui est entièrement en carbone et qui pèse moins de 1 kilogramme. Ses roues sont équipées de boyaux gonflés à 12 bars. Après plusieurs années de recherche, une étroite collaboration entre Corima et la société d'orthoprothésistes Chabloz Orthopédie donne naissance à un prototype tout en carbone[9]. L'athlète ne joue ainsi plus assis mais à genoux. En engageant son bassin dans le jeu, les coups et la propulsion sont plus puissants. Il gagne en force, allonge et vitesse, lui qui se décrit comme "le moins rapide du Top 10"[10].