Spoutnik 1

Spoutnik 1
Description de cette image, également commentée ci-après

Réplique de Spoutnik 1

Données générales
Organisation Drapeau de l'URSS Union soviétique
Constructeur OKB-1
Domaine Technologie spatiale
Statut Mission achevée
Autres noms PS-1
Lancement
Lanceur R-7 Semiorka
Fin de mission 26 octobre 1957
Durée 92 jours
Désorbitage
Identifiant COSPAR 1957-001B
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 83.6 kg
Propulsion satellite passif
Source d'énergie batteries
Orbite Orbite basse
Périgée 227 km
Apogée 945 km
Période 96,10 minutes
Inclinaison 65,1°
Excentricité 0,0516
Orbites ~1440
Site Baïkonour

Spoutnik 1 (en russe Спутник I « compagnon », ou « satellite ») est le premier satellite artificiel de la Terre. Cet engin spatial soviétique est lancé le depuis le cosmodrome de Baïkonour par un lanceur R-7 Semiorka qui couronne les travaux des ingénieurs et techniciens de l'OKB-1 chargés de développer ce gros missile balistique intercontinental. Leur responsable Serguei Korolev, visionnaire fasciné par les perspectives spatiales ouvertes par les fusées, avait réussi à persuader ses commanditaires militaires d'utiliser le missile balistique comme lanceur de satellites.

Pour développer un missile balistique intercontinental, les ingénieurs de Korolev ont du concevoir une fusée de grande taille car les bombes nucléaires soviétiques ne sont pas aussi miniaturisées que leurs homologues américaines. La capacité du lanceur permet de placer d'emblée un satellite de relativement grande taille en orbite. Spoutnik I est une sphère métallique de 58 cm de diamètre et d'une masse de 83 kg qui transmet par radio des indications sur la température et la pression à bord. Le satellite fonctionnera 22 jours jusqu'à l'épuisement de ses batteries sources de son énergie.

Le lancement de Spoutnik I marque l'an 1 de l'ère spatiale : dès l'année suivante 28 tentatives de lancement de satellites ont lieu dont 5 réussies. L'événement a un retentissement planétaire et constitue un énorme choc pour l'opinion américaine car il démontre de manière éclatante l'avance apparente prise par les soviétiques dans le domaine. Les dirigeants soviétiques d'abord surpris par l'écho rencontré par l'événement feront du programme spatial soviétique la clé de voute de la propagande du régime. Dans cette période de guerre froide qui oppose les Etats-Unis à l'Union soviétique, cet événement déclenche la course à l'espace ; les deux pays tenteront durant les décennies suivantes de prouver la supériorité de leur forme de gouvernement à travers leurs réalisations spatiales. Les dirigeants américains s'attacheront à rattraper leur retard en créant une agence spatiale dédiée au programme spatial civil (la NASA) et en la dotant d'énormes moyens financiers.

Contexte : les travaux de l'Année géophysique internationale

En juillet 1955, les États-Unis et l'URSS annoncent, chacun de leur côté, qu'ils lanceront un satellite artificiel dans le cadre des travaux scientifiques prévus pour l'Année géophysique internationale (juillet 1957—décembre 1958)[1]. Aucun enjeu autre que scientifique n'est attaché à cet objectif à l'époque. Les dirigeants américains décident dans cette perspective de développer un nouveau lanceur de trois étages, la fusée Vanguard (en français l'« avant-garde »), qui comporte un grand nombre d'innovations techniques par rapport aux fusées développées jusque là. D'autres propositions moins radicales sont repoussées. [2].

Développement du satellite soviétique

A l'issue de la Seconde Guerre mondiale, les spécialistes des fusées soviétiques tentent de récupérer le savoir-faire que l'équipe de l'ingénieur allemand Wernher von Braun a acquis en concevant et produisant le missile V2 qui a révolutionné le domaine. En mai 1946, alors que les relations avec les pays occidentaux se tendent, Joseph Staline décide de lancer l'URSS dans la réalisation de missiles balistiques. Serguei Korolev, organisateur talentueux et visionnaire, est placé à la tête d'un des bureaux d'études du NII-88 au sein duquel il développe une copie améliorée du missile V-2 puis des missiles aux capacités croissantes : R-2, R-3, R-5. En 1953 les dirigeants soviétiques donnent leur accord pour le développement du missile balistique intercontinental R-7 Semiorka capable de transporter une bombe H de 5 tonnes sur 8 000 km. Après avoir surmonté de nombreux problèmes de développement le missile effectue son premier vol en 1957.

Korolev, qui est un grand admirateur du pionnier soviétique de l'astronautique, Constantin Tsiolkovski, tente en vain de persuader dès fin 1954 les dirigeants soviétiques ainsi que ses commanditaires militaires de l'intérêt d'utiliser le missile pour placer un satellite artificiel en orbite. L'objectif de Korolev est purement scientifique mais pour obtenir un accord, il trouve des arguments susceptible de plaire aux militaires (forte charge utile et grande portée), et aux politiques (propagande de la réussite technique soviétique face aux États-Unis) voire stratégique (développements de satellite espion). L'annonce fait en juillet 1955 par le président Dwight D. Eisenhower du lancement par les États-Unis d'un satellite artificiel pour l'Année géophysique internationale (juillet 1957—décembre 1958) incite les dirigeants soviétiques à effectuer une déclaration similaire une semaine plus tard. Fin janvier 1956 le Conseil des ministres de l'URSS donne son feu vert pour le développement d'un satellite artificiel.

La mise au point du missile Semiorka se poursuit en parallèle. Après de nombreux échecs, dus successivement à des fuites de carburant, à des allumages tardifs ou prématurés d'un moteur, à un mauvais calcul de trajectoire ou aux vibrations de la fusée lors de son ascension, Korolev réussit un lancement le 21 aout 1957. Il en informe ses supérieurs haut placés, et obtient auprès des dirigeants (politiques et militaires) du programme de missiles balistiques l'autorisation d'effectuer un autre lancement, afin de confirmer la fiabilité de la R7 et permettre la mise en orbite d'un satellite. La conception du satellite artificiel prévu pour ce premier vol est achevée en juillet 1956. Celui-ci, baptisé Objet D, doit emporter plusieurs instruments scientifiques permettant de collecter des données sur la composition des ions présents dans l'atmosphère raréfiée de l'espace, le vent solaire, le champ magnétique terrestre et les rayons cosmiques. Korolev qui suit l'avancée des travaux des Américains décide de gagner du temps. La charge utile initialement prévue est abandonnée (elle sera lancée dans le cadre de la mission Spoutnik 3[3]. Elle est remplacée par un petit satellite à la masse et à l'équipement scientifique minimal : un émetteur radio juste capable de lancer des signaux audibles autour de la Terre pendant quelques jours.

Lancement et déroulement de la mission

Le lancement de Spoutnik I a lieu le 19 h 28 min 34 s UTC depuis le site de URSS Tyura-Tam qui abrite une base militaire utilisée pour mettre au point le missile balistique intercontinental Semiorka. Cette base deviendra par la suite sous l'appellation cosmodrome de Baïkonour la plus grande base spatiale de l'Union soviétique (située, depuis l'éclatement de l'Union soviétique, au Kazakhstan). Le lanceur est une version allégée (272 tonnes contre 280) du missile balistique. Le décollage se déroule sans problèmes ainsi que le largage de l'étage central et du petit satellite. La mise en orbite fut effective à 19 h 33 min 48 s. Les Soviétiques durent attendre 92 minutes pour entendre les premiers bips : le déploiement des antennes du Spoutnik se fit alors que le satellite était déjà hors de portée des récepteurs[4]. Le satellite était désigné PS-1 (ПС-1 pour Простейший Спутник-1 ou « Satellite élémentaire 1 »[4]). Placé sur une orbite dont les altitudes initiales du périgée et de l'apogée étaient de 225 et de 947 kilomètres, Spoutnik I effectuait une révolution en 96 minutes. Les appareils électriques du satellite fonctionnent durant vingt-deux jours jusqu'à l'épuisement des batteries le 26 octobre 1957[5]. La faible altitude de son périgée lui fait perdre de l'altitude. Le 9 décembre 1957 alors que l'apogée a chuté à 600 km[6] Le , après avoir bouclé 1 400 orbites autour de la Terre et parcouru environ 70 millions de kilomètres[6], Spoutnik I est détruit durant sa rentrée dans l'atmosphère.

Le satellite comprend un système de communication constitué de deux émetteurs radio de 1 W utilisés pour transmettre aux stations terrestres la pression et la température de l'azote remplissant le satellite. L'objectif est de vérifier le bon fonctionnement du système de pressurisation et de thermorégulation. Les deux émetteurs étaient suffisamment puissants pour permettre à des radioamateurs de capter le célèbre « bip-bip » du satellite un peu partout sur la planète sur les fréquences radio de 20,005 et 40,002 KHz[7]Le signal de Spoutnik. Le lancement de Spoutnik 1 avait lieu dans le cadre de l'Année géophysique internationale de 1957-1958, l'étude de ses signaux devait donc permettre d'étudier la propagation des ondes dans l'atmosphère et l'étude de sa trajectoire devait fournir des informations sur la densité de la haute atmosphère et sur la forme exacte de la Terre.

Caractéristiques techniques de Spoutnik I

Structure de Spoutnik I

Spoutnik I est une petite sphère en aluminium de 58 centimètres de diamètre, pesant 83,6 kg dotée de quatre antennes[4],[6]. La sphère est constituée de deux coques concentriques : la coque externe sert de protection thermique tandis que la seconde forme une enceinte pressurisée dans laquelle sont placés les différents équipements. L'intérieur de la sphère est rempli d'azote à une pression légèrement plus élevée que la pression atmosphérique à la surface de la Terre (1,3 atmosphère). On y trouve les batteries au zinc-argent, des capteurs de pression et de température, un émetteur radio et un ventilateur refroidissant les équipements.

Impact du lancement

L'événement a un retentissement planétaire et constitue un choc pour l'opinion publique américaine car il démontre de manière éclatante l'avance apparente prise par les soviétiques dans le domaine spatial ainsi que la vulnérabilité de leur pays à une attaque nucléaire. Peu après le lancement de Spoutnik I, les Etats-Unis tentent à leur tour de placer en orbite un satellite mais l'échec de Vanguard TV3 le qui explose de manière spectaculaire peu après le décollage semble accréditer aux yeux de tous le retard du pays. Le les ingénieurs américains parviennent finalement à placer en orbite leur premier satellite Explorer 1 grâce à une fusée Juno I. Les dirigeants américains s'attacheront à rattraper leur retard en créant une agence spatiale dédiée au programme spatial civil (la NASA) et en la dotant d'énormes moyens financiers.

Début de l'ère spatiale

Article détaillé : Histoire du vol spatial.

Le lancement de Spoutnik I marque l'an 1 de l'ère spatiale. Les dirigeants soviétiques d'abord surpris par l'écho rencontré par l'événement, feront du programme spatial soviétique la clé de voûte de la propagande du régime. Dès l'année suivante 28 tentatives de lancement de satellites ont lieu dont 5 réussies. Durant la décennie qui suit, la puissance des lanceurs et la masse des engins satellisés est multipliée par 10, les deux puissances spatiales mettent au point de nombreuses applications scientifiques (exploration du système solaire, du Soleil, de la magnétosphère, de l'environnement spatial de la Terre, astronomie spatiale), pratiques (télécommunications, météorologie, géodésie, cartographie, agriculture,...) et militaires (reconnaissance, écoute électronique, navigation…) tandis que la NASA envoie en 1969 des hommes explorer la surface de la Lune dans le cadre du programme Apollo.

Nombre de lancements par pays sur la période 1957-1973

Notes et références

  1. Homer E. Newell (NASA), « Beyond the Atmosphere : Early Years of Space Science - CHAPTER 5 THE ACADEMY OF SCIENCES STAKES A CLAIM », (consulté le 11 octobre 2009)
  2. Roger D. Launius (NASA), « Sputnik and the Origins of the Space Age » (consulté le 11 octobre 2009)
  3. Sparrow 2007, p. 50
  4. a, b et c Sparrow 2007, p. 42-43
  5. (en) Spoutnik I, vibrationdata.com.
  6. a, b et c « Sputnik 1 sur nasa.gov » (consulté le 29 décembre 2008)
  7. (en) William J. Jorden, Soviet Fires Earth Satellite Into Space; It Is Circling the Globe at 18,000 M.P.H.; Sphere Tracked in 4 Crossings Over U.S., The New York Times.

Bibliographie

  • (en) Boris Chertok, Rockets and People, vol. 2 : Creating a rocket industry, NASA, coll. « NASA History series » (no 4110), (ISBN 978-0-160-81733-5, OCLC 56421885)
  • (en) Asif A. Siddiqi, Spoutnik and the soviet space challenge, University Press of Florida, (ISBN 978-0-8130-2627-5)
  • Pierre Baland, De Spoutnik à la Lune : l'histoire secrète du programme spatial soviétique, Edition Jacqueline Chambon- Actes Sud, , 341 p. (ISBN 978-2-742-76942-1 et 2-742-76942-0, OCLC 237970729, notice BnF no FRBNF41124805)
  • Giles Sparrow, La conquête de l'espace, Flammarion,

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes