Sleaze-energy

La sleaze-energy (ou sleazy-energy), aussi appelée italo romantique en français, est un sous-genre de l'italo disco, apparu dès la fin des années 1970 et produit principalement au milieu des années 1980. La sleaze-energy se distingue par un tempo modéré, aux alentours de 100 bpm, très accentué par les frappes de boîte à rythmes et la présence de nappes synthétiques caractéristiques. Relevant davantage de la balade pop que du disco, ce type de musique se situe aux antipodes de la déclinaison nord-américaine de l'italo disco, la Hi-NRG, qui privilégiait au contraire un rythme accentué et trépidant, propice à une danse rapide.

L'italo romantique

Lors de l'explosion de l'italo disco dans les années 1980, plusieurs groupes venus principalement d'Italie furent diffusés sur les ondes des radios européennes. Parmi ces groupes ou projets, dont les membres étaient parfois interchangeables, on pouvait notamment entendre Valerie Dore, Gazebo ou encore Savage[2] avec des morceaux d'italo disco « ralentis », presque planants, contrairement aux autres productions de l'époque, à l'instar de celles de Ken Lazslo ou Albert One, au tempo plus élevé (environ 125 bpm).

La société de production allemande ZYX Music a produit nombre de tubes de ce genre à cette époque.

Représentants notables

  • Alba : Only Music Survive
  • Angie : Clouds
  • Gazebo : I like Chopin, Lunatic
  • Carrara : Shine on Dance
  • Citizen's : Shanana (qui sera utilisée en France comme générique de l'émission Intervilles)
  • Valerie Dore : The Night, Get Closer, It's so Easy, Lancelot
  • Moon Ray : Comanchero
  • Savage : Only You, Don't Cry Tonight
  • Deborah Kinley : Surprise, All for You
  • RAF : Self-Control
  • Stage puis Prime Time : Ocean of Crime
  • Martinelli : Cinderella
  • P. Lion : Dream (qui sera utilisée en France comme générique de l'émission Top 50), Happy Children
  • Primadonna : Flashing on the Floor
  • Ryan Paris : Dolce Vita
  • Radiorama : Chance to Desire
  • Topo & Roby : Under the Ice
  • Lou Sern : Swiss Boy
  • Mad Matrix : Men Alone

Liens externes

Références

Voir aussi