Sinister

Sinister
Titre québécois Sinistre
Réalisation Scott Derrickson
Scénario Scott Derrickson
C. Robert Cargill
Acteurs principaux
Sociétés de production Automatik Entertainment
Blumhouse Productions
Possessed Pictures
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Genre Horreur
Durée 110 minutes
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sinister ou Sinistre au Québec est un film d'horreur américano-canado-britannique réalisé par Scott Derrickson, sorti en 2012.

Le film connait une suite, Sinister 2, sortie en 2015[1].

Synopsis

Un écrivain passionné de récits criminels (Ethan Hawke), en mal d'inspiration pour trouver son prochain sujet, emménage avec sa famille dans une maison où a eu lieu l’épouvantable assassinat d’une famille entière. Il découvre dans le grenier de la maison une boîte contenant un projecteur et des bobines de pellicule Super 8 sur lesquelles ce meurtre, ainsi que plusieurs autres, a été filmé. Il poursuit son enquête et découvre une entité qui pourrait bien mettre sa propre famille en danger.

Résumé détaillé

Le film s´ouvre sur l'assassinat d´une famille par pendaison filmé en Super 8. Ellison Oswalt, un écrivain de récits criminel qui a par le passé connu la gloire, déménage dans une maison qui a été le théâtre d'une famille assassinée. L´inspecteur de police le met en garde en lui rappelant des affaires passées. Le soir, Ellison découvre dans le grenier une boîte qui contient des cassettes super 8 qui mettent en scène des meurtres morbides. Parmi ces meurtres, on retrouve : une famille noyée dans la piscine de leur maison, une autre brûlée vive dans leur garage, une autre mise en morceaux par une tondeuse à gazon, une autre égorgée au couteau alors qu'ils étaient endormis et la pendaison vue au début du film. Ellison commence ainsi son enquête. Peu à peu, des phénomènes étranges se produisent la nuit, son fils est victime de terreurs nocturnes, et sa fille dessine le portrait de la jeune fille disparue et dont la famille a été décimée. Au fur et à mesure de l´enquête, l´auteur de tous les meurtres apparait à Ellison de manière effrayante, tandis qu'il découvre des choses et entend des choses inquiétantes comme la présence d'un fantôme qui le surveillerait. Après que le tueur lui ait apparu ainsi que des enfants fantôme et avec les explications d´un spécialiste, Ellison prend conscience que sa famille est en danger, et il décide de repartir et d´arrêter son livre. De retour chez lui, il tire un trait sur toute l´affaire, mais retrouve une seconde caisse de cassettes Super 8, il découvre que ce sont les enfants disparus (âgés de 10 à 13 ans, le plus âgé est Christopher Miller, le garçon qui a égorgé sa famille au couteau) qui ont tué leur famille sous l´influence de Bagul, un dieu païen dévoreur d'âme. Il comprend, en buvant une tasse de café qu'il a été drogué par sa fille. Il se réveille ensuite ligoté et est ensuite tué avec sa femme et son fils. Plus tard, sa fille se présente face à Bagul comme sa nouvelle élue, celui-ci l'emmène ensuite dans son royaume avec les autres enfants fantôme tandis que l'enregistrement du meurtre se termine. La dernière image est celle de la boîte qui contient des cassettes Super 8 dont celle du meurtre d'Ellison et Bagul qui apparait.

Fiche technique

Distribution

Sources et légendes : Version française (VF) sur AlloDoublage et Version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[3]

Box-office

Tourné avec un budget de 3 millions de dollars[4], Sinister a rapporté 48 086 903 $ de recettes au box-office américain[4]. Au box-office mondial, le long-métrage totalise 87 702 460 $ de recettes[5]. En France, le film totalise 414 741 entrées au box-office[6].

Le film a été refusé par 40 salles en France à cause de débordements des spectateurs du film Paranormal Activity 4, sorti la semaine précédente, qui avaient été jusqu'à uriner sur les fauteuils[7].

Notes et références

  1. Sinister 2 Moving Ahead With 'Citadel' Director.
  2. « Carton de doublage VQ du film » sur Doublage.qc.ca, consulté le 5 octobre 2012.
  3. a et b (en) « Sinister », sur Box Office Mojo (consulté le 17 février 2013).
  4. (en) « Sinister », The Numbers (consulté le 15 février 2013).
  5. « Sinister », sur JP Box-Office (consulté le 17 février 2013).
  6. (fr)Marion Garcia, « Sinister déprogrammé de 40 salles en raison de débordements », LEXPRESS.fr, (consulté le 27 novembre 2012).

Voir aussi

Liens externes