Sig P210

Pistolet SIG P 210 de 9 mm modèle 1949
Image illustrative de l'article Sig P210
Présentation
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Type Pistolet automatique
Munitions 9 mm (9 x 19 mm)
Fabricant SIG
Période d'utilisation à partir de 1949
Poids et dimensions
Masse (non chargé) 970 g
Longueur(s) 210 mm
Longueur du canon 120 mm
Caractéristiques techniques
Vitesse initiale 330 m/s
Capacité 8 coups (+ 1 dans la chambre)

Le Sig P210 est un pistolet semi-automatique simple action suisse. Développé dans le courant de la Seconde Guerre mondiale, il fut adopté sous la désignation Pistole 49 par l'Armée suisse en 1949 en remplacement de ses Luger Parabellum. La douane allemande et l'armée danoise l'adoptèrent également.

Histoire et description

Dès la fin des années 1930, la cartouche de 7,65 mm Parabellum du Luger 1906/29 paraissait faible par rapport au 9 mm Parabellum. L'adoption d'un pistolet dans ce calibre fut décidée par l'État-Major suisse.

Histoire

Sa construction fut décidée pour satisfaire aux exigences des militaires suisses qui ne trouvèrent pas leur bonheur avec le Browning Hi-Power ou encore les pistolets de l'Armée française qui leur semblaient trop imprécis et trop peu fiables. Le P210 dérive toutefois des brevets du pistolet automatique modèle 1935A français rachetés par SIG en 1937. Les ingénieurs suisses proposèrent deux prototypes dénommés SP 47/8 (8 coups) et SP 47/16 (16 coups) au concours de l'Armée suisse. Le SP47/8 fut lancé commercialement en 1949 sous le nom de P210-1 et devint règlementaire au Danemark comme SIG M/49. Peu après la même année, l'Armée suisse adopte le P210-2 désigné Pistole 49. Le résultat est une arme effectivement très précise et très fiable qui fut remplacée en Suisse à partir de 1975 par le Sig-Sauer P220.

SIG 44/16

Description

Ce pistolet suisse tire en simple action avec une culasse calée et par court recul du canon. Sa sécurité manuelle est actionnée par un levier situé sur la face gauche de la carcasse au-dessus de la détente. Son verrou de chargeur, situé sous la poignée dans les versions initiales, a été remplacé sur les dernières productions par un bouton poussoir latéral actionné au pouce sur le côté gauche de l'arme. Sur les modèles réglementaires les organes de visée sont fixes mais les versions destinées aux tireurs sportifs sont également disponibles avec une hausse réglable. L'arme peut facilement être utilisée en 7,65 mm ou en 9 mm par simple changement du canon. Il existe un canon spécifique pour le tir de cartouches à balle plomb. La version d'entraînement en .22 nécessite par contre de changer le canon, la culasse, le ressort récupérateur et le chargeur. Le P210 est une arme onéreuse qui connaît encore aujourd'hui un succès important en tir sportif avec notamment les P210-5 et le P210-6 aux canons de 150 et 120 mm.

Variantes

Le P210 a donné naissance à plusieurs versions destinées aux armées, aux services de police, au citoyen ou au tireur sportif.

Versions police/armée

  • Le Sig M/49 : c'est un P210-1 ou 2 appelé familièrement Neuhausen (du nom du siège social de SIG) en Suisse, dans sa version militaire. Il est chambré en 9 mm Parabellum (également appelé 9x19 mm ou 9 mm Luger aux États-Unis). Ses marquages et ses numéros de série sont spécifiques. C'est l'arme de poing de l'Armée danoise depuis bientôt 60 ans et son remplacement n'est pas encore en vue.
  • Le Sig P210-2 : c'est le modèle original de l'armée suisse en 9 mm Parabellum. Il se présente avec sa poignée et sa carcasse en acier poli fin et bleui et de belles plaques de poignée en bois de noyer striées sauf sur l'arrondi de la crosse ainsi que des organes de visée fixes.
Dès le n° 109 711, (la numérotation commence au n° 100 000) la finition est sablée et noircie avec poignée en plastique enveloppante et nervures sur son pourtour, y compris le dos.
Les numéros de série commencent par la lettre A. Les exemplaires militaires suisses revendus à des concitoyens portent un P en plus après les chiffres.
  • Le Sig P210-3 : c'est la version de la police suisse, avec des plaquettes en bois, une visée réglée d'usine et une finition bronzée. Il est également disponible en 7,65 Parabellum et 9 mm Parabellum.
  • Le Sig P210-4 : c'est la version des gardes-frontières allemands. C'est un P210-2 sans anneau de dragonne mais pourvu d'un indicateur de chargement. Ses numéros de série sont spécifiques (le numéro est précédé de la lettre D).

Versions commerciales et sportives

  • Sig P210-1 Version commerciale chambrée en 7,65 Parabellum, 9 mm Parabellum et 22LR, plaquettes de crosse bois, organes de visée fixes et finition polie bleue.
  • Sig P210-5 Version sport à canon long de 150 mm, chambrée en 9 mm Parabellum, plaquettes de crosse synthétique, détente ajustable, organes de visée micrométriques réglables et finition sablée.
  • Sig P210-6 Version sport à canon de 120 mm, chambrée en 7,65 Parabellum et 9 mm Parabellum, plaquettes de crosse bois ou plastique, détente ajustable, organes de visée fixes ou micrométriques réglables, finition sablée, carcasse standard ou lourde (heavy frame).
  • Sig P210-7 Version en calibre .22 Long Rifle, plaquettes de crosse bois ou plastique, organes de visée fixes ou micrométriques réglables, cette dernière version étant équipée d'un marteau spécial allégé. La culasse, le canon, le ressort récupérateur et le chargeur spécifiques à cette version sont disponibles en tant que kit de conversion adaptable à tous les modèles de P210 à percussion centrale.
  • Sig P210-8 Version sport deluxe chambrée en 9 mm Parabellum, verrou de chargeur latéral, plaquettes de crosse bois, détente ajustable, organes de visée micrométriques réglables, finition sablée, carcasse lourde (heavy frame).
  • Sig P210-5LS Version 2003 chambrée en 9 mm Parabellum, verrou de chargeur latéral, plaquettes de crosse bois, organes de visée micrométriques réglables, finition sablée, culasse et canon longs (LS : Long Slide), carcasse lourde (heavy frame).
  • Sig P210-6S Version 2003 chambrée en 9 mm Parabellum, verrou de chargeur latéral, plaquettes de crosse bois, organes de visée micrométriques réglables, finition sablée, culasse et canon standards, carcasse lourde (heavy frame).
  • Sig P210-L Version de luxe du 210-2, réalisée sur commande, chambrée en 7,65 Parabellum et 9 mm Parabellum, acier bleui gravé en spirales avec incrustations d'or sur les faces de la carcasse et croix suisse dans un écusson d'or, décorant l'épaulement se situant devant la hausse. Le chien, la détente et l'avertisseur de fin de chargeur sont gris mat. Plaquettes enveloppantes en noyer rehaussé de volutes.

Fiche technique du Sig P210-2

  • Calibre : 9 mm Parabellum
  • Longueur : 210 mm
  • Longueur du canon : 120 mm
  • Nombre de rayures : 6
  • Profondeur des rayures : 0,125 mm
  • Longueur du pas des rayures : 250 mm
  • Vitesse initiale : 330 m/s
  • Pression des gaz : 2 600 bar
  • Poids non chargé : 970 g
  • Capacité : 8 coups

Dans la fiction

Dans ce domaine, il apparait :

  • dans les mains de Rally Vincent (Gunsmith Cats), pour le Manga ;
  • dans Madlax (anime japonais) dans les mains de l'héroïne qui porte ce même nom.
  • dans les mains des ennemis de la GB dans Les Professionnels (TV) ;
  • dans le dessin animé Nicky Larson (City Hunter) dans l'épisode 139 ("Le Collier"), tenu par Ryô Saeba.
  • Dans les mains du tueur à gage Moskowitz (Gordon Mitchell) du film "Le coup du parapluie", avec Pierre Richard (1980). Au début du film dans le photomaton.
  • Dans "les lyonnais" film de Olivier Marchal. Le personnage de "Momo", alias Edmon Vidal, interprété par Gerard Lanvin.
  • Dans la série "Braquo" Saison 2, Le pistolet apparait aux mains du Colonel Aymeric Gauthier Dantin, interprété par François Levantal.
  • Dans le film "Les oies sauvages" aux mains de Shawn Fynn (Roger Moore) au début du film dans la séquence avec la mafia.

On peut enfin en apercevoir un exemplaire entre les mains d'un mercenaire dans la séquence prégénérique de Demain ne meurt jamais.

Bibliographie

  • Armée suisse, Le pistolet 9 mm 1949 directives pour armuriers, règlement no 65.317f, 1967.
  • Clement Bosson, Armes individuelles du soldat suisse hier et aujourd'hui, 1980.

Pour en savoir plus