Siège de Constantine (1836)

Siège de Constantine (1836)
Description de cette image, également commentée ci-après

Retraite de l'armée française commandée par le maréchal Clauzel

Informations générales
Date 21 novembre 1836 - 24 novembre 1836
Lieu Constantine, Algérie
Issue Victoire algérienne décisive
Belligérants
Drapeau de la France Armée d'Afrique Drapeau Ahmed Bey de Constantine.svg Beylik de Constatine
Tribus kabyles alliées
Commandants
Bertrand Clauzel
Louis, duc de Nemours
Camille Alphonse Trézel
Alexandre-Gaultier de Rigny
Ahmed Bey
Ali ben Aïssa
Forces en présence
8 040 hommes ≈ 1 500 hommes
Pertes
1 453 morts
304 blessés
Inconnues

Conquête de l'Algérie par la France

Coordonnées 36° 17′ 00″ nord, 6° 37′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Siège de Constantine (1836)

Le siège de Constantine de 1836 est une tentative française de prendre la ville aux mains de Ahmed Bey, bey de Constantine, dernier dignitaire de la régence d'Alger. Elle est conduite par le maréchal Clauzel, conseillé par un Joseph Vantini. Mal préparée et sous estimant les forces du Beylik de l'Est, elle se solde par une catastrophe pour les Français sur le plan militaire. La retraite est également chaotique sous l'effet de la météo rude et des escarmouches pratiquée par les Kabyles[1].

Expédition (13~21 novembre 1836)

L'oued Rhummel. 1899

Le corps expéditionnaire français s'élève à 8 040 hommes commandés par Clauzel[2].

L’armée partit de Bône le 13 novembre ; le 18, elle franchit le col de Râs-el-Akba et n’était plus qu’à deux marches de Constantine. Après un campement à Raz-Oued-Zenati, l'armée française subit des conditions climatiques difficiles. L'armée était parvenue dans des régions très élevées ; pendant la nuit, la pluie, la neige et la grêle tombèrent avec tant d’abondance et de continuité, que les soldats, au bivouac, furent exposés à toutes les rigueurs d’un hiver de la Russie ; les terres, entièrement défoncées, rappelaient les boues de la Pologne. L'armée se mit toutefois en marche le 20, et parvint, à l’exception des bagages et d’une arrière-garde, au monument de Constantin, où elle fut obligée de s’arrêter. Le froid était excessif. Plusieurs hommes eurent les pieds gelés ; d’autres périrent pendant la nuit, car depuis Raz-el-Akba on ne trouvait plus de bois.[réf. nécessaire]

Enfin, les bagages sur lesquels on doublait et triplait les attelages, ayant rejoint l’armée, l'armée française franchit, le 21, le Bou-Merzoug, un des affluents de l’Oued Rhummel et prit position sous les murs de Constantine. Cette ville est défendue par la nature même : un ravin de 60 mètres de largeur, d’une immense profondeur, et au fond duquel coule l’Oued Rhummel, présente pour escarpe et contrescarpe un roc taillé à pic, inattaquable par la mine comme par le boulet. Le plateau de Mansourah communique avec la ville par un pont très étroit et aboutissant à une double porte très forte et bien défendue par les feux de mousqueterie des maisons et des jardins qui l’environnent.[réf. nécessaire]

Siège (21~24 novembre 1836)

Le pont El-Kantara de Constantine (reconstruit sous Napoléon III). 1899

Le maréchal Clausel occupa le plateau de Mansourah avec le duc de Nemours et les troupes du général Trézel ; le général de Rigny eut ordre de s’emparer des mamelons de Koudiat-Aty, d’occuper les marabouts et les cimetières en face de la porte Ez-Rabahah et de bloquer cette porte. Il était cependant impossible pour l'armée française de conduire sur ce point, le seul attaquable, l’artillerie de campagne. Le bey Ahmed avait craint de s’enfermer dans Constantine, il en avait confié la défense à son lieutenant Ben Haïssa, et avait introduit dans la ville 1 500 berbères, chaouis, kabyles et arabes bien déterminés à la défendre[3].

La brigade d’avant-garde française se porta sur les hauteurs qui furent successivement enlevées. Le maréchal fit diriger le feu de l’artillerie contre la porte El-Cantara. Le 22, cette brigade soutint un combat contre les musulmans sortis par celle des portes que l’armée ne pouvait bloquer, puisqu’elle ne comptait plus que 3 000 hommes sous les armes. Le temps continuait à être affreux : la neige tombait à gros flocons, le vent était glacial et enfin munitions et vivres étaient épuisés.[réf. nécessaire]

Le 23, nouvelle attaque contre les Français qui furent repoussés. Deux attaques simultanées contre les Français, dans la nuit du 23 au 24, n’eurent pas de succès. Beaucoup d’hommes furent mis hors de combat.[réf. nécessaire]

Retraite (24 novembre~1er décembre 1836)

Le 24, le maréchal ordonna la retraite. Cette première journée fut très difficile ; la garnison entière et une multitude de cavaliers attaquèrent l'arrière-garde avec acharnement dont le commandant Changarnier, du 2e léger. Entouré d'ennemis, il forme son bataillon en carré et, au moment d’une terrible attaque, fait ouvrir un feu de deux rangs à bout portant, qui couvre d’hommes et de chevaux trois faces du carré.[réf. nécessaire]

Le 26, l’armée française campa à Sidi Tamtam. Le 27, elle avait passé le défilé difficile qui conduit au col de Ras el Akba, et les musulmans abandonnèrent leur poursuite. Le 28, elle atteignit Guelma où elle laissa ses malades. Les pertes s'élèvent à 1000 hommes pour la seule retraite[4].

Notes et références

  1. Histoire populaire contemporaine de la France. Tome premier [-tome quatrième] : illustré, 456, l. hachette et cie, 456 p. (lire en ligne), p. 402
  2. Ernest (1840-1907) Mercier, Les deux sièges de Constantine (1836-1837) / par Ernest Mercier ; avec un plan de la ville en 1837 et 4 illustrations d'après Horace Vernet, (lire en ligne)
  3. Campagnes de l'Armée d'Afrique 1835 - 1839 Par le Ferdinand-Philippe-Louis-Charles-Henri d' Orléans : Publié par ses Fils. Avec un portrait de l'Auteur et une Carte de l'Algérie (1870); p. 200. Lire en ligne
  4. Pierre Montagnon, Histoire de l'Algérie: Des origines à nos jours, Pygmalion, (ISBN 9782756409214, lire en ligne)

Source

  • Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, [détail de l’édition]
  • Ernest Mercier: Les deux sièges de Constantine, imp. Poulet (Constantine), 1896,Texte disponible en ligne

Article connexe