Siège de Bordeaux

Siège de Bordeaux
Description de cette image, également commentée ci-après

L'artillerie royale à l’œuvre au siège de Bordeaux. Enluminure issue du Recueil des Croniques et Anchiennes Istories de la Grant Bretaigne, à présent nommé Engleterre par Jean de Wavrin, BNF

Informations générales
Date Aout - Octobre 1453
Lieu Bordeaux
Issue Victoire française
Belligérants
Blason pays fr FranceAncien.svg France Royal Arms of England (1470-1471).svg Angleterre

Guerre de Cent Ans

Batailles

Première phase (1337-1360)
Arnemuiden (1338) · Chevauchée de 1339 · L'Écluse (1340) · Saint-Omer (1340) · Auberoche (1345) · Chevauchée de 1346 · Caen (1346) · Gué de Blanquetaque (1346) · Crécy (1346) · Calais (1346) · Neville's Cross (1346) · Winchelsea (1350) · Chevauchée de 1355 · Chevauchée de 1356 · Poitiers (1356) · Grande Jacquerie (1358) · Meaux (1358) · Amiens (1358) · Chevauchée de 1359-1360 · Reims (1359-1360)

Guerre de Succession de Bretagne (1341-1364)
Champtoceaux (1341) · Hennebont (1342) · Morlaix (1342) · Vannes (1342) · Cadoret (1345) · La Roche-Derrien (1347) · Combat des Trente (1351) · Mauron (1352) · Montmuran (1354) · Rennes (1356-1357) · Auray (1364)

Deuxième phase (1369-1389)
Cocherel (1364) · Pontvallain (1370) · La Rochelle (1372) · Chizé (1373) · Nantes (1380-1381) · Nevele (1381) · Révolte des Tuchins (1381-1384) · Révolte paysanne anglaise (1381) · Roosebeke (1382)

Guerre civile de Castille (1351-1369)
Nájera (1367) · Montiel (1369)

Armagnacs et Bourguignons (1407-1435)
Rethel (1411) · Révolte des Cabochiens (1413) · Mons-en-Vimeu (1421) · Anthon (1430)

Troisième phase (1415-1428)
Harfleur (1415) · Azincourt (1415) · Caen (1417) · Rouen (1418) · Montereau-Fault-Yonne (1420) · Baugé (1421) · Meaux (1421) · Cravant (1423) · Brossinière (1423) · Verneuil (1424) · Montargis (1427) · Laval (1428)

Quatrième phase (1429-1453)
Orléans (1428-1429) · Journée des Harengs (1429) · Jargeau (1429) · Meung-sur-Loire (1429) · Beaugency (1429) · Patay (1429) · Chevauchée vers Reims (1429) · Montépilloy (1429) · Paris (1429) · Laval (1429) · Compiègne (1430) · Gerberoy (1435) · Paris (1435-1436) · Dieppe (1442-1443) · Campagne Bretagne et Normandie (1448-1449) · Fougères (1449) · Verneuil (1449) · Formigny (1450) · Caen (1450) · Castillon (1453) · Bordeaux(1453)

Le siège de Bordeaux par le roi Charles VII, entre août et octobre 1453, fait partie de la quatrième phase de la guerre de Cent Ans (1429-1453). Il marque le rattachement de la ville à la couronne de France et la fin de la présence anglaise en Guyenne.

Contexte

Le 29 juin 1451, la ville de Bordeaux est conquise par les troupes de Charles VII mais elle est reprise un an plus tard par Lord Talbot[1]. Le 17 juillet 1453 les français remportent la bataille de Castillon, qui leur ouvre la route de Bordeaux. La chute de Castillon entraîne celle des villes environnantes : Saint-Émilion, Libourne, Fronsac, Bourg, Blaye. Bordeaux se retrouve ainsi encerclée.

Déroulement

Le 13 août 1453, le roi de France, Charles VII, arrive en personne au château de Montferrand sur la presqu’île d’Ambès pour diriger les opérations de siège. La flotte est placée sous le commandement de Jean de Bueil, amiral de France. Charles VII fit édifier des ouvrages de défense pour protéger son armée dans la rase campagne, au droit de Lormont notamment. La ville de Bordeaux est protégée par trois enceintes et une vingtaine de grosses tours[2]; 8000 hommes veillent à sa défense, ils résistent durant deux mois[3]. La chute de Cadillac puis du château de Blanquefort au mois de septembre[4] amoindrissent les espoirs des Bordelais, par ailleurs, les riches marchands craignent de voir leurs hôtels détruits par l’artillerie de Jean Bureau[5]. Charles VII reçoit le renfort de quinze navires hollandais, envoyés par Philippe le Bon. La peste et ayant atteint l’armée du roi, ce dernier consent à faire preuve de clémence à l’égard des défenseurs de Bordeaux, afin de conclure les négociations promptement ; de plus l’approvisionnement des armées françaises est entravé par les Gascons qui mènent une politique de la terre brûlée[4].

Un traité est signé le 9 octobre entre le roi et neuf notables bordelais à Montferrand ; il prévoit le versement de 100 000 écus par la ville de Bordeaux et la libération des prisonniers français sans rançon. Vingt bordelais, désignés par le roi subirent la peine de bannissement dont les seigneurs de Montferrand et de Duras[6]. Le 12 octobre, les Bordelais livrent douze otages, six Anglais et six Gascons, comme garantie[2]. Les Anglais quittent la ville avec les honneurs de la guerre, les troupes de Charles VII y font leur entrée le 19 octobre.

Conséquences

Le roi ne daigna pas entrer dans Bordeaux, il promit de laisser l’administration de la ville aux Bordelais mais en réalité il se réservait le choix du maire, de cinq jurats et du clerc de ville. Une taxe fut appliquée sur l’exportation de vin, à raison de 25 sous par tonneau. La prise de la ville par les Français et la perte de ses privilèges entraîna l’émigration de nombreux nobles et bourgeois en Angleterre[5].

Voir aussi

Notes et références

  1. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Bordeaux », sur www.larousse.fr (consulté le 11 janvier 2017)
  2. a et b Georges Minois, La guerre de Cent Ans, Perrin, , 804 p. (ISBN 978-2-262-03229-6), p. 537
  3. Yves Renouard, Histoire de Bordeaux, vol. 3 - Bordeaux sous les rois d'Angleterre, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, , « La conquête française », p. 519 - 521
  4. a et b Christian Delabos, « Enluminer la guerre à la fin du XVe siècle », Histoire antique et médiévale,‎ janvier/février 2017, p. 50 et 51 (ISSN 1632-0859)
  5. a et b « Histoire de Bordeaux depuis les origines jusqu'en 1895 - Jullian, Camille 1859-1933 », sur 1886.u-bordeaux-montaigne.fr (consulté le 11 janvier 2017)
  6. Histoire de Charles VII : roi de France et de son époque 1403-1461, Vve J. Renouard, (lire en ligne)