Shaun Sowerby

Shaun Sowerby
Description de cette image, également commentée ci-après
Shaun Sowerby avec le Stade toulousain en 2011.
Fiche d'identité
Nom complet Shaun Richard Sowerby
Naissance (41 ans)
à Vereeniging (Afrique du Sud)
Taille 1,95 m (6 5)
Poste troisième ligne centre
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
2002-2003
2004-2007
2007-2012
2012-2014
Sharks
Stade français
Stade toulousain
FC Grenoble
15 (5)[1]
63 (10)[1]
148 (30)[1]
17 (0)[1]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
2002Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud1 (0)
Carrière d'entraîneur
PériodeÉquipe 
2014
2015-2017
2019-
Eastern Province Kings (avants)
Montpellier HR (avants)
Biarritz olympique

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 30 mai 2019.

Shaun Richard Sowerby, né le à Vereeniging (Afrique du Sud), est un joueur de rugby à XV international sud-africain évoluant au poste de troisième ligne centre.

Après avoir joué plusieurs années avec les Sharks, le Stade français, il a évolué de 2007 a 2012 au sein de l'effectif du Stade toulousain, puis a fini sa carrière au FC Grenoble de 2012 à 2014.

De décembre 2014 à juin 2015, il est entraîneur adjoint de Jake White, au Montpellier HR, chargé des avants. En 2019, il devient entraîneur des avants du Biarritz olympique.

Carrière

Enfant, Sowerby joue d’abord au football avant d’opter pour le rugby à l’âge de 13 ans. À l’âge de 19 ans, il est repéré par les Natal Sharks à l’occasion de la Craven Week, tournoi mettant aux prises les jeunes des différentes provinces. Il quitte donc la région de Johannesburg pour s’installer à Durban. Petit à petit, il gagne du temps de jeu avec les Sharks. Grand espoir en troisième ligne, il est sélectionné chez les moins de 19 ans, et porte même une fois la tunique des Springboks le contre l'équipe des Samoa. Néanmoins, à son poste de prédilection, la concurrence fait rage, et il ne parvient pas à convaincre les sélectionneurs, comme Jake White, le sélectionneur champion du monde 2007, qui garde cependant un œil sur lui.

Alors qu'il est le capitaine des Natal Sharks, il rejoint le Stade français Paris en 2004. Arrivé discrètement à Paris, il est la révélation du Top 16 au poste de numéro huit dès sa première saison et devient une pièce maîtresse du pack.

En 2005, il participe avec le Stade français à la finale de Coupe d'Europe face au Stade toulousain au Murrayfield Stadium à Édimbourg. Il est titularisé en troisième ligne avec Rémy Martin et Mauro Bergamasco. À l'issue du temps réglementaire, les deux équipes sont à égalité, 12 à 12, mais les toulousains parviennent à s'imposer 12 à 18 à l'issue des prolongations.

Il se blesse sérieusement le lors d'un match de championnat contre le Biarritz olympique. Victime d'une fracture bi-malléolaire à la cheville gauche, il est contraint à un arrêt de près de six mois. En fin de contrat avec le Stade français, il décide de rejoindre le Stade toulousain lors de la saison 2007-2008, en signant un contrat de deux ans plus une année en option.

Un homme de face, habillé d'un polo.
Guy Novès, ici en 2011, est l'entraîneur de Shaun Sowerby de 2007 à 2014.
Shaun Sowerby en discussion avec Yannick Nyanga.

Il est alors considéré comme l'un des meilleurs numéros 8 du championnat, contribuant grandement à la forme du pack du Stade toulousain. Il possède une grande science et une excellente lecture du jeu. Le Stade toulousain, qui cherchait un troisième ligne centre depuis le départ de Christian Labit en 2005, en a fait son titulaire indiscutable au poste.

Shaun Sowerby, ici en 2011, au duel en touche face à Chris Robshaw.

En mars 2009, il est sélectionné avec le XV du président, sélection de joueurs étrangers évoluant en France coachée par Vern Cotter, pour jouer un match amical contre les Barbarians français au Stade Ernest-Wallon à Toulouse[2]. Le XV du président l'emporte 33 à 26[3].

Le recrutement de Louis Picamoles en 2009 l'a détrôné de sa place de titulaire. Le 7 avril 2012, on a pu apprendre grâce aux journaux et au net qu'il a signé au FC Grenoble pour fin de contrat et manque de temps de jeu au Stade Toulousain. Il est allé observer jouer le club isérois plusieurs fois qui évoluera en Top 14. Blessé depuis avril 2013, il annonce sa retraite sportive pour la fin de la saison 2013-2014.

Il devient alors entraîneur des avants de la province sud-africaine, Eastern Province Kings, auprès de l'entraîneur Carlos Spencer, pour la saison 2014 de Currie Cup. Puis, il revient en France puisqu'il est nommé entraîneur des avants du Montpellier Hérault rugby le 29 décembre 2014, auprès du nouvel entraîneur Jake White[4]. En 2017, il n'est pas conservé au sein du staff par le nouveau manager Vern Cotter. En 2019, il est nommé entraîneur des avants du Biarritz olympique aux côtés du nouvel entraîneur en chef Nicolas Nadau[5].

En province

Joueur

Entraîneur

En franchise

En club

Joueur

Entraîneur

Saison Club Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge Européen
2014- 2015 Montpellier Hérault rugby Drapeau : France Top 14 Avants 8e Éliminé en poule -
2015 - 2016 Montpellier Hérault rugby Drapeau : France Top 14 Avants Éliminé en demi-finale - Vainqueur
2016 - 2017 Montpellier Hérault rugby Drapeau : France Top 14 Avants Éliminé en barrages Éliminé en poule -

En équipe nationale

Il a honoré sa seule cape internationale en équipe d'Afrique du Sud le contre l'équipe des Samoa.

Palmarès

Shaun Sowerby, en 2012, avec le Stade toulousain.

En club

Stade français

Stade toulousain

En équipe nationale

En tant qu'entraîneur

Notes et références

  1. a b c et d « Sowerby Shaun », sur www.itsrugby.fr (consulté le 13 octobre 2011)
  2. « Match de Gala le 22 mars. Onze joueurs toulousains retenus », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 3 décembre 2016)
  3. « Barbarian Rugby Club vs XV du Président », sur www.barbarianrugbyclub.com, Barbarians français, (consulté le 3 décembre 2016)
  4. « Jake White dans le grand bain du MHR », sur www.midilibre.fr, (consulté le 1er janvier 2015)
  5. « Biarritz lance sa saison », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 7 juin 2019)

Liens externes