Seyssins

Seyssins
Seyssins
Salle Le Prisme.
Blason de Seyssins
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Fontaine-Seyssinet
Intercommunalité Grenoble-Alpes Métropole
Maire
Mandat
Fabrice Hugelé
2014-2020
Code postal 38180
Code commune 38486
Démographie
Population
municipale
7 352 hab. (2016 en augmentation de 6,75 % par rapport à 2011)
Densité 919 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 46″ nord, 5° 41′ 09″ est
Altitude Min. 219 m
Max. 1 897 m
Superficie km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Seyssins

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Seyssins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Seyssins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Seyssins
Liens
Site web http://www.mairie-seyssins.fr

Seyssins est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune, qui se situe dans l'aire urbaine de Grenoble, est adhérente de la métropole Grenoble-Alpes Métropole depuis la création de cette communauté d'agglomération. À la suite d'un nouveau découpage territorial mis en application à l'occasion des élections départementales de 2015, le territoire de la commune est rattaché au canton de Fontaine-Seyssinet.

Ses habitants sont appelés les Seyssinois(es)[1].

Géographie

Situation et description

La commune de Seyssins est située au flanc du massif du Vercors, donnant sur Grenoble. Une partie de Seyssins est située dans la plaine à l'ouest du Drac, alors qu'une autre est située dans le bas de la montée menant à Saint-Nizier-du-Moucherotte, situé à 1 162 m d'altitude.

Le centre de Seyssins (hôtel de Ville) est situé, par la route, à environ 6 km du centre de Grenoble, préfecture du département de l'Isère, 108 km de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, 95 km de Valence, 312 km de Marseille et 578 km de Paris[2].

Communes limitrophes

La commune de Seyssins est séparée de Grenoble et d'Échirolles par le Drac à l'est. Elle est bordée au nord par la commune de Seyssinet-Pariset et au sud par la commune de Claix (hameau de Cossey). À l'ouest, Seyssins est située au flanc du massif du Vercors, au pied du Moucherotte, et se trouve en contact plus lointain avec les communes du plateau.

Climat

Le climat des communes du bassin Grenoblois se situe entre le climat océanique et le climat continental, avec une légère influence méditerranéenne, ce qui entraîne des étés assez chauds mais plutôt humides. Le bassin grenoblois comporte un bon ensoleillement (2100 heures par an) mais des précipitations généralement abondantes (entre 900 et 1 000 mm par an). L'amplitude thermique annuelle est une des plus élevées de France, avec 19 °C d'écart entre janvier et juillet. Les montagnes environnantes particularisent beaucoup le climat car elles impliquent un effet de cuvette avec des chaleurs quelquefois torrides, l'été, et un froid assez conséquent, l'hiver. D'autres phénomènes liés aux vents tels que l'effet de foehn sont également bien connus dans la région.

Article connexe : Climat de l'Isère.

Hydrographie

Le territoire communal est sillonné de plusieurs cours d'eau : une rivière (le Drac) au débit torrentiel et quelques rus ou ruisseaux (ruisseau du Bessay, ruisseau de Cossey) qui sont tous ses affluents.

Le Drac, principal affluent de l'Isère, longe la partie orientale de la commune sur toute la longueur du territoire. Cette rivière, parfois qualifiée de torrent, naît dans le Champsaur, dans le département des Hautes-Alpes à un peu plus de 2 000 mètres d'altitude et finit par se jeter dans l'Isère, à la limite nord du territoire de la commune voisine de Fontaine[3].

Voies de communication

carte de l'échangeur du Rondeau. Le territoire de Seyssins se situe dans la partie droite

Située dans l’agglomération grenobloise, le territoire de Seyssins se situe à un point de convergence de plusieurs lignes routières et autoroutières, notamment en raison de sa proximité avec l'échangeur entre l'A480 et la Rocade Sud.

L'autoroute A480 (rocade ouest de Grenoble), autoroute urbaine totalement gratuite desservant l'ouest de l'agglomération de Grenoble sur une distance de 12,5 km possède une sortie vers Seyssins à la hauteur de l'échangeur du Rondeau.

  • Sortie 5b : Seyssins, Seyssinet-Pariset Z.I.

La Rocade Sud, nom donné à la RN 87 contourne la ville de Grenoble du sud-ouest au nord-est sous une forme autoroutière. D'une longueur de 10,5 km, elle relie la ville de Seyssins et l'A480 à l'ouest à l'A41 au nord-est.

En septembre 2016, Christophe Ferrari obtient un accord historique sur l'aménagement de l'A480, qui passera à deux fois trois voies en 2022 entre l'échangeur du Rondeau et celui de Fontaine[4]. Le réaménagement de l'échangeur du Rondeau pour un montant de 80 millions d'euros faisant partie de l'accord.

Le territoire communal est traversé par plusieurs routes secondaires

  • la RD6, petite rocade de contournement du Bas-Seyssins qui relie le Rondeau à Seyssinet-Pariset.
  • la RD106 permet de relier le centre du village ancien à la commune de Lans-en-Vercors, au nord-ouest et la commune de Fontaine, au nord-est.
  • la RD106d permet de relier le centre du village ancien à la commune de Claix.

Transports

Le tramway de la ligne C à son terminus de Seyssins

Le territoire communal est traversé par plusieurs lignes de bus et une ligne de tramway du réseau de Transports de l'agglomération grenobloise qui la relie avec les autres communes de l'agglomération grenobloise.

La ligne C du tramway de Grenoble relie la commune de Seyssins à celle de Saint-Martin-d'Hères sur 9,4 km de long. Cette ligne traverse une grande partie de la commune dans une direction est-ouest. Elle permet notamment de relier Seyssinet-Pariset avec Grenoble et son l'hôtel de ville, la bibliothèque d'étude de Grenoble et le Stade des Alpes, après avoir franchi le pont de Catane.

La ville héberge également un espace de stationnement mis à la disposition des usagers des transports en commun de la SEMITAG et dénommé « Parking-Relais »[5]

P+R Seyssinet-Pariset Hôtel de Ville Seyssins 120 places C C6 21 49

Urbanisme

Lieux-dits et écarts

La commune est composée de quatre quartiers. Le village, le centre, la plaine et enfin Pré Nouvel situé sur le rocher de Comboire, à la limite avec Claix et dont l'urbanisation a démarré en 2013.

Risques naturels

Risques sismiques

Le territoire de Seyssins est situé en zone de sismicité n°4, comme l'ensemble des territoires des communes de l'agglomération grenobloise[6].

Terminologie des zones sismiques[7]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 4 Sismicité moyenne accélération = 1,6 m/s2

Autres risques naturels

Toponymie

Selon André Planck, auteur du livre L'origine du nom des communes du département de l'Isère, le nom de Seyssins doit son origine au terme latin « Saxeus » qui signifie rocher[8].

Histoire

Préhistoire et Antiquité

Moyen Âge et Temps modernes

Seyssins fut jusqu'à une période récente un petit village adossé aux derniers contreforts du Massif du Vercors à l'abri des crues dévastatrices du Drac, affluent de l'Isère. Le village n'a connu son agrandissement, au niveau de la plaine, qu'après l'endiguement de cet important torrent alpin et la construction d'une digue.

En 1753, le village et la région de Grenoble connaissent le premier tremblement de terre dont l'Histoire ait gardé trace[9].

Époque contemporaine

Ancien tramway à Seyssins.

Entre 1790 et 1794, la commune de Seyssins absorbe les communes éphémères de Mont-Rigaud[10] et Roux-de-Commiers[11].

Seyssins fut de 1920 à 1950, le terminus de l'une des lignes de l'ancien tramway de Grenoble.

Politique et administration

Administration municipale

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Fabrice Hugelé, actuel maire de Seyssins, ici au départ de la première étape du Critérium du Dauphiné 2012.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 juin 1995 Michel Segaert DVD  
juin 1995 mars 2010 Didier Migaud PS Député (1988-2010)
Conseiller général (1988-2001)
mars 2010 2012 Michel Baffert PS  
2012 en cours Fabrice Hugelé PS puis
DVD-La République en marche !
Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages

La ville est jumelée avec une autre ville de l'Union européenne :

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2016, la commune comptait 7 352 habitants[Note 1], en augmentation de 6,75 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6696237247688339141 1961 1621 387
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3742 238659654675669700641605
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
566577540502528532513500762
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 0071 5733 9115 0217 0286 8506 8616 8877 352
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Festivités et animations

  • Salon des vins organisé par l'association Vins en fêtes de la vallée du Rhône, en février à la salle le Prisme.
  • Salon de minéralogie à l'initiative du club dauphinois de minéralogie et de paléontologie[17] le dernier week-end de septembre à la salle le Prisme.
  • Kermesse du sou des écoles, en juin dans le parc François-Mitterrand.

Équipements sportifs

Rugby à XV

Le Rugby club de Seyssins évolue en Fédérale 2

Équipements culturels

  • La salle du prisme
Le Prisme est une salle modulable, accessible aux personnes à mobilité réduite et permettant l’accueil de 960 personnes en configuration salle de spectacle. Elle permet également l'accueil d'expositions, de foires et des séminaires [18].

Parcours de golf

Dénommée Golf Bluegreen Grenoble Seyssins, cette installation est constituée d'un parcours de neuf trous[19].

Économie

La commune fait partiellement partie de l'aire géographique de production et transformation du « Bois de Chartreuse », la première AOC de la filière Bois en France[20].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

L'église Saint-Martin de Seyssins.

Patrimoine civil

  • Le château Le Harivel du Rocher, hôtel de ville depuis 1985.
  • Monument aux morts : C'est en 1920, au lendemain de la Première Guerre mondiale, que le conseil municipal de Seyssins a pris la décision d'ériger un monument aux morts, pour huit cent mille francs de l'époque. C'est pendant l'après-midi du 2 juillet 1921 qu'est inauguré le monument : les 28 noms gravés dans la pierre sont lus pour la première fois. S'ensuivent le discours du secrétaire de mairie de l'époque et celui du maire : Joseph Moutin. Le monument aux morts est situé à côté de l'église Saint-Martin de Seyssins, dans l'ancien cimetière.
  • Motte castrale présumée du Châtelard[21].
  • Plusieurs maisons anciennes, à l'allure noble, selon l'écrivain Eric Tasset, auteur d'un ouvrage sur les châteaux forts de l'Isère, pourraient cacher des maisons fortes, notamment[21] :
    • La Tour Saint-Ange, à l'est de la rue du Bournet, était de propriété de Jean Gauchet au XVIe siècle ;
    • la maison forte du Châtelard ;
    • la Maison Blanche, du début du XVIe siècle ;
    • le château de Montrigaud, au sommet du parc François-Mitterrand, cité en 1368 dans un texte que le roi Charles V adresse à Didier de Sassenage ;
    • le château de la Beaume, situé entre le golf et le collège Marc-Sangnier, au XVIIe siècle appartient au conseiller du roi Raymond Espeautre ;
    • le Castel Monjoie, de la famille Perrachon en 1638.
  • Le château de Seyssins, dit La Bâtie, disparu, cité dans l'enquête delphinale de 1339 et propriété de Didier de Sassenage en 1522, se trouvait en amont du village[21].
  • Maison forte de Comba, située sur la butte au lieu-dit de Comba et aujourd'hui disparue, est citée dans l'enquête delphinale de 1339[21].
  • Maison forte aux Trois Tours, du XIIIe ou XIVe siècle, appelée aussi maison des Trois-Tours, la Bâtie, château Ponnat et château du Grand-Près[21].
  • Maison ou Bâtie d'Argout, cité en 1520[21].
  • Ancien prieuré bénédictin ou maison du Priou[21].
  • Maison de la Colombière, dans le quartier des Charrières, propriété de Saint-André de Grenoble au XVIe siècle[21].
  • Maison dite du Parlement, de la famille Collonge au XVIe siècle[21].
  • Maison de la Croix de la Baume, rue Joseph-Moutin, qui présente une tourelle d'escalier[21].

Patrimoine religieux

  • Église Saint-Martin : église de style roman construite entre le IXe siècle et le XIIe siècle, de plan basilical et dont les chapiteaux des colonnes de la nef sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 9 septembre 1908[22].

Patrimoine naturel

  • Grotte Vallier

Seyssins dans les arts

Chemin près de Seyssins, tableau de Jean Achard.

Le village est représenté sur une peinture de l'artiste dauphinois Jean Achard.

Espaces verts et fleurissement

En mars 2017, la commune confirme le niveau « trois fleurs » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[23].

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Blason de Seyssins Blason Semé de fleurs de lis, à la bande brochante.
Devise 
« Plutôt avec le cœur, qu'avec les armes ».
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Site les habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 3 août 2019
  2. Site annuaire-mairie.fr, page "Distances des grandes villes avec Seyssins", consulté le 3 août 2019
  3. Site de la ville de Fontaine / page sur le Drac.
  4. « Rondeau/A480 : la fin des bouchons ? », sur www.ledauphine.com (consulté le 16 septembre 2016)
  5. Site Grenoble Tourisme, page sur le Praking relais de Seyssins, consulté le 3 août 2019
  6. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  7. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  8. Livre "L'origine du nom des communes du département de l'Isère" par André Planck, (ISBN 2-84424-043-7) édition L'atelier, 2006, page 53
  9. Fontaine au temps jadis de Serge Echalon et Jean Escalon, page 171
  10. Mont Rigaud, sur le site cassini.ehess.fr
  11. Roux-de-Commiers, sur le site cassini.ehess.fr
  12. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. Cdmp
  18. Site Grenoble-Tourisme, page sur le prisme, consulté le 4 août 2019
  19. Site bluegrren, page sur le Golf Bluegreen de Grenoble Seyssins, consulté le 3 août 2019
  20. Cahier des charges de l’appellation d’origine « Bois de Chartreuse », homologué par l’arrêté du 23 octobre 2018 publié au JORF du 31 octobre 2018, Bulletin officiel du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, n° 2018-46 (.PDF).
  21. a b c d e f g h i et j Éric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 553-560
  22. « Eglise », notice no PA00117288, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • site web officiel de la ville de Seyssins