Section du Pont-Neuf

La section du Pont-Neuf également appelée section Révolutionnaire était, sous la Révolution française, une section révolutionnaire parisienne[1].

Représentants

Elle était représentée à la Commune de Paris par :

  • Caillot,
  • Minier,
  • Sillans.

Historique

La « section Révolutionnaire » s’appelait « Henri-IV ». Le 14 août 1792, elle devint « section du Pont-Neuf ». En septembre 1793, elle prit le nom de « section Révolutionnaire » et elle redevint « section du Pont-Neuf » après le 9 thermidor an II.

Territoire

Partie ouest de l’île de la Cité comprenant le Palais de justice et la Mairie de Paris.

Limites

Le pont Saint-Michel, à droite, depuis la rue de la Boucherie à prendre au Cagnard. Idem, à gauche, les maisons qui sont sur le Pont seulement : la rue de la Barillerie à gauche, du Pont Saint-Michel au Pont au Change, bornée au nord, à l’ouest et au sud, par la rivière[2].

Intérieur

Le quai de l’Horloge, la place Dauphine, la rue de Harlay, le quai des Orfèvres, la rue Saint-Louis, la rue Sainte-Anne, les cours du Palais, le Palais, et généralement toutes les rues, places, culs-de-sacs, etc. enclavées dans cette limite.

Local

La section Révolutionnaire se réunissait dans l’église de la Sainte-Chapelle-Basse.

Population

5 126 habitants, dont 460 ouvriers et 158 économiquement faibles. La section comprenait 900 citoyens actifs.

9 Thermidor an II

Lors de la chute de Robespierre, le 9 thermidor an II, la section révolutionnaire resta fidèle à la Convention nationale. Aucun de ses représentants ne prêta serment à la Commune de Paris.

Évolution

Après le regroupement par quatre des sections révolutionnaires par la loi du 19 vendémiaire an IV () qui porte création de 12 arrondissements, la présente section est maintenue comme subdivision administrative, puis devient, par arrêté préfectoral du , le quartier du Palais-de-Justice (11e arrondissement de Paris)[3].

Lien externe

Notes, sources et références