Section des Gravilliers

La section des Gravilliers était, sous la Révolution française, une section révolutionnaire parisienne[1].

Représentants

Elle était représentée à la Commune de Paris par :

  • Jean-Claude Girardin (1746-1794), éventailliste, officier municipal, guillotiné le 11 thermidor an II pour sa conspiration contre la Convention nationale,
  • Jonquois (1750-1794), administrateur de police, guillotiné le 11 thermidor an II pour les mêmes motifs que Girardin,
  • Greppin, administrateur de police, d’abord soupçonné d’avoir participé à la conspiration contre la Convention nationale, fut finalement libéré.

Historique

Cette section est célèbre dans les annales de la Révolution française, amadouée après l’élimination de son animateur, l’abbé Jacques Roux.

Territoire

Le territoire couvre à peu près le quartier des Arts-et-Métiers actuel. Il était limité[2] par :

À l'intérieur se trouvaient les rues Meslée, Neuve-Saint-Martin (aujourd'hui intégrée dans la Notre-Dame-de-Nazareth), Notre-Dame-de-Nazareth, du Vert-Bois, Neuve-Saint-Laurent, de la Croix (aujourd'hui rue Volta), des Fontaines, Phelipeaux (aujourd'hui intégrée dans la rue Réaumur), des Vertus, de Rome (aujourd'hui partie de la rue au Maire), Aumaire (aujourd'hui au Maire), Jean-Robert (aujourd'hui intégrée dans la rue des Gravilliers), des Gravilliers, etc., et généralement toutes les rues, culs-de-sacs, places, etc. enclavées dans cette limite.

Local

La section des Gravilliers se réunissait dans l’église Saint-Martin-des-Champs, 270 rue Saint-Martin.

Population

La section la plus populeuse de Paris. La section des Gravilliers comptait 27 800 habitants, dont 4 700 ouvriers et 1 616 économiquement faibles. La section comprenait 3 300 citoyens actifs.

9 Thermidor an II

Lors de la chute de Robespierre, le 9 thermidor an II, la section des Gravilliers resta fidèle à la Convention, sauf deux représentants de cette section qui prêtèrent serment à la Commune de Paris.

Rapport d’Edme-Bonaventure Courtois :

« La section des Gravilliers s’est très bien conduite. Sa force armée s’est portée la première sur le repaire des conspirateurs. Le Comité révolutionnaire n’a pas balancé un instant à se rallier à la Convention. Le Comité civil a suivi dans sa marche une route tortueuse. Deux de ses commissaires ont par leurs signatures participé aux mouvements des rebelles et n’ont rétracté que conditionnellement cette signature lors de leur retour à la section. »

Évolution

Après le regroupement par quatre des sections révolutionnaires par la loi du 19 vendémiaire an IV () qui porte création de 12 arrondissements, la présente section est maintenue comme subdivision administrative, puis devient, par arrêté préfectoral du , le quartier Saint-Martin-des-Champs (6e arrondissement de Paris)[3].

Lien externe

Notes, sources et références