Scottie Pippen

Scottie Pippen
Image illustrative de l’article Scottie Pippen
Pippen sous le maillot des Bulls en 1995.
Fiche d’identité
Nom complet Scottie Maurice Pippen[1]
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (54 ans)
Hamburg, Arkansas
Taille 2,03 m (6 8)
Poids 103 kg (227 lb)
Surnom Pip
Situation en club
Club actuel Retraité / Membre du staff des Bulls de Chicago
Numéro 33
Poste Ailier
Carrière universitaire ou amateur
1983–1987 Central Arkansas
Draft de la NBA
Année 1987
Position 5e
Franchise SuperSonics de Seattle
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
1987-1988
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2004

2007-2008
2007-2008
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Bulls de Chicago
Rockets de Houston
Trail Blazers de Portland
Trail Blazers de Portland
Trail Blazers de Portland
Trail Blazers de Portland
Bulls de Chicago

Torpan Pojat Helsinki
Sundsvall Dragons
07,9
14,4
16,5
17,8
21,0
18,6
22,0
21,4
19,4
20,2
19,1
14,5
12,5
11,3
10,6
10,8
05,9[2]

10,5
21,0
Sélection en équipe nationale **
1992-1996Drapeau : États-Unis États-Unis
Basketball Hall of Fame 2010
* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Scottie Pippen, né le à Hamburg en Arkansas, est un ancien joueur de basket-ball américain, évoluant au poste d'ailier. Il est fréquemment surnommé Pip.

Il fut champion NBA à six reprises (1991, 1992, 1993, 1996, 1997 et 1998) avec les Bulls de Chicago. En outre, il est le sixième meilleur intercepteur de l'histoire de la NBA avec 2 307 interceptions et est considéré comme un des meilleurs défenseurs de l'histoire du basket-ball.

Biographie

Scottie Pippen naît dans une famille nombreuse de douze enfants. Son père et l'un de ses frères sont handicapés[3].

Formé à l'université de Central Arkansas, université de seconde zone, il ne joua pas à sa première saison car il était le porteur d'eau de l'équipe de football américain de l'école. Il devint ensuite celui de l'équipe de basket-ball. Un jour, alors qu'il manquait trop de joueurs à l'entraînement, l'entraîneur lui demanda de pratiquer avec le reste de l'équipe. Il impressionna tant l’entraîneur qu'il intégrera l'équipe l'année suivante.

Il est choisi en cinquième position, en draft 1987 de la NBA par les SuperSonics de Seattle et aussitôt échangé avec Olden Polynice — ce qui restera rétrospectivement comme un des échanges les plus déséquilibrés de l'histoire de la NBA — et envoyé aux Bulls de Chicago, où il fera l'essentiel de sa carrière[4].

Il est désigné meilleur joueur du NBA All-Star Game 1994 avec 29 points, 11 rebonds et 4 interceptions[5].

Aux côtés de Michael Jordan, il remporte six fois le championnat NBA en 1991, 1992, 1993, 1996, 1997 et 1998.

Au sein de l'équipe, Pippen forme un des meilleurs Big Three de l'histoire de la NBA aux côtés de Michael Jordan et Dennis Rodman[6],[7].

Lieutenant indispensable de Michael Jordan, il reste cependant dans son ombre bien qu'il soit reconnu comme un des meilleurs joueurs de la ligue et, eu égard à son niveau, un joueur sous-payé par le choix d'un contrat de longue durée signé au début de sa carrière[3].

Il a fait partie de l'équipe des Bulls ayant réalisé le second meilleur bilan de l'histoire de la NBA en 1995-1996 avec 72 victoires-10 défaites et qui fut la première année du second Three Peat[4]. À l'issue de la saison 1997-1998, narrée en 2020 dans le documentaire The Last Dance, la mythique équipe des Bulls se disloque avec les départs de Jordan et de l'entraîneur Phil Jackson[3].

Pippen est alors transféré le 1999 lors de la saison tronquée par le lockout aux Rockets de Houston, formant alors avec Hakeem Olajuwon et Charles Barkley un des plus forts trios de l'histoire de la ligue. Mais il ne parvient pas à assumer le leadership de l'équipe.

Des problèmes relationnels avec Barkley le poussent à quitter la franchise pour les Trail Blazers de Portland le 2000. Ils atteignent les Finales de conférence lors de cette première saison, s'inclinant face aux Lakers, bien que Portland ait mené de 15 points lors du quatrième quart-temps du dernier match[8]. Pippen demeurera quatre saisons au total à Portland, sans jamais retrouver les performances de cette première saison.

Au début de la saison 2003-2004, il revient aux Bulls de Chicago pour une dernière saison qui sera écourtée par de multiples blessures, ne disputant que 23 rencontres.

Il a également remporté deux fois le titre olympique en 1992 et 1996.

L'élément le plus marquant du jeu de Pippen était sa polyvalence, d'où l'utilisation de l'expression « point forward » quand on parlait de lui en référence au fait qu'il était un ailier et qu'il menait le jeu des Bulls la plupart du temps. Excellent attaquant, avec notamment un jeu de passe et une finition de premier niveau, seul bémol un jump shot assez inconstant mais qui a progressé au fil des années. C'était aussi un défenseur exceptionnel[4], élu dans la NBA All-Defensive Team de 1991 à 2000, dont sept fois dans le meilleur cinq défensif de la Ligue. Sa réputation défensive se revèle notamment lors des Finales de 1991 contre les Lakers de Los Angeles où il réussit à contrôler le Magic Johnson dans un duel mémorable.

Sa polyvalence et son altruisme en faisaient le complément idéal de Michael Jordan, de l'ombre duquel Pippen n'est jamais vraiment sorti, aux dires de ses détracteurs[3]. Cependant, Pippen a été le leader de facto des Bulls durant la première retraite de Jordan (entre 1993 et 1995) emmenant les Bulls en demi-finale de conférence en 1994.

Le , les Bulls retirent son numéro 33.

Il a été introduit au Hall of Fame par Michael Jordan, en compagnie notamment de Karl Malone et de la Dream Team de 1992 le .

À la suite de son intronisation au Hall of Fame, le propriétaire des Bulls, Jerry Reinsdorf annonce l'arrivée imminente d'une statue postée à l'entrée du United Center aux côtés de celle de Michael Jordan.

En 1996, il a été classé parmi les cinquante plus grand joueurs de l'histoire de la NBA[4].

Le rappeur Curren$y et le producteur The Alchemist lui ont tous deux rendu hommage dans un titre intitulé Scottie Pippen.

Le , il participe à la Shooting Stars Competition dans l'équipe d'Anthony Davis, lors du NBA All-Star Week-end 2015[9].

Reconversion

Pippen avec le club de Torpan Pojat Helsinki en Finlande.

À l'issue de sa carrière, il devient consultant sur ESPN, puis ABC. Il est actuellement entraîneur assistant aux Bulls de Chicago.

En 2007, il souhaite revenir en NBA. Il revient temporairement en activité en participant au Shooting Stars Competition au All-Star Game 2007. Cependant, à la fin de la saison 2006-2007, il n'avait signé avec aucune équipe.

Le , il signe un contrat avec le club finlandais de Torpan Pojat Helsinki[10], où il jouera deux matchs pour un total de 21 points[11].

Le , il dispute une rencontre avec le club suédois des Sundsvall Dragons[12], inscrivant 21 points, 12 rebonds, 6 passes et 2 interceptions en 30 minutes de jeu[11].

Statistiques NBA

Saison régulière

Légende :

Leader de la ligue
Champion NBA

gras = ses meilleures performances

Statistiques en saison régulière de Scottie Pippen[13] :

Saison Équipe Matchs Titul. Min./m % Tir % 3pts % LF Rbds/m. Pass/m. Int/m. Ctr/m. Pts/m.
1987-1988 Chicago 79 0 20.9 46.3 17.4 57.6 3.8 2.1 1.2 0.7 7.9
1988-1989 Chicago 73 56 33.1 47.6 27.3 66.8 6.1 3.5 1.9 0.8 14.4
1989-1990 Chicago 82 82 38.4 48.9 25.0 67.5 6.7 5.4 2.6 1.2 16.5
1990-1991 Chicago 82 82 36.8 52.0 30.9 70.6 7.3 6.2 2.4 1.1 17.8
1991-1992 Chicago 82 82 38.6 50.6 20.0 76.0 7.7 7.0 1.9 1.1 21.0
1992-1993 Chicago 81 81 38.6 47.3 23.7 66.3 7.7 6.3 2.1 0.9 18.6
1993-1994 Chicago 72 72 38.3 49.1 32.0 66.0 8.7 5.6 2.9 0.8 22.0
1994-1995 Chicago 79 79 38.2 48.0 34.5 71.6 8.1 5.2 2.9 1.1 21.4
1995-1996 Chicago 77 77 36.7 46.3 37.4 67.9 6.4 5.9 1.7 0.7 19.4
1996-1997 Chicago 82 82 37.7 47.4 36.8 70.1 6.5 5.7 1.9 0.6 20.2
1997-1998 Chicago 44 44 37.5 44.7 31.8 77.7 5.2 5.8 1.8 1.0 19.1
1998-1999* Houston 50 50 40.2 43.2 34.0 72.1 6.5 5.9 2.0 0.7 14.5
1999-2000 Portland 82 82 33.5 45.1 32.7 71.7 6.3 5.0 1.4 0.5 12.5
2000-2001 Portland 64 60 33.3 45.1 34.4 73.9 5.2 4.6 1.5 0.6 11.3
2001-2002 Portland 62 60 32.2 41.1 30.5 77.4 5.2 5.9 1.6 0.6 10.6
2002-2003 Portland 64 58 29.9 44.4 28.6 81.8 4.3 4.5 1.6 0.4 10.8
2003-2004 Chicago 23 6 17.9 37.9 27.1 63.0 3.0 2.2 0.9 0.4 5.9
Carrière 1,178 1,053 34.9 47.3 32.6 70.4 6.4 5.2 2.0 0.8 16.1
All-Star 7 6 24.7 44.2 31.8 62.5 5.6 2.4 2.4 0.9 12.1

Note: La saison 1998-1999 a été réduite à 50 matchs en raison d'un lock out.

Dernière modification le

Playoffs

Statistiques en Playoffs de Scottie Pippen[13] :

Saison Équipe Matchs Titul. Min./m % Tir % 3pts % LF Rbds/m. Pass/m. Int/m. Ctr/m. Pts/m.
1988 Chicago 10 6 29.4 46.5 50.0 71.4 5.2 2.4 0.8 0.8 10.0
1989 Chicago 17 17 36.4 46.2 39.3 64.0 7.6 3.9 1.4 0.9 13.1
1990 Chicago 15 14 40.8 49.5 32.3 71.0 7.2 5.5 2.1 1.3 19.3
1991 Chicago 17 17 41.4 50.4 23.5 79.2 8.9 5.8 2.5 1.1 21.6
1992 Chicago 22 22 40.9 46.8 25.0 76.1 8.8 6.7 1.9 1.1 19.5
1993 Chicago 19 19 41.5 46.5 17.6 63.8 6.9 5.6 2.2 0.7 20.1
1994 Chicago 10 10 38.4 43.4 26.7 88.5 8.3 4.6 2.4 0.7 22.8
1995 Chicago 10 10 39.6 44.3 36.8 67.6 8.6 5.8 1.4 1.0 17.8
1996 Chicago 18 18 41.2 39.0 28.6 63.8 8.5 5.9 2.6 0.9 16.9
1997 Chicago 19 19 39.6 41.7 34.5 79.1 6.8 3.8 1.5 1.0 19.2
1998 Chicago 21 21 39.8 41.5 22.8 67.9 7.1 5.2 2.1 1.0 16.8
1999 Houston 4 4 43.0 32.9 27.3 80.8 11.8 5.5 1.8 0.8 18.3
2000 Portland 16 16 38.4 41.9 30.0 74.3 7.1 4.3 2.0 0.4 14.9
2001 Portland 3 3 39.0 42.1 17.6 66.7 5.7 2.3 2.7 0.7 13.7
2002 Portland 3 3 33.0 46.2 54.5 87.5 9.3 5.7 1.3 0.7 16.3
2003 Portland 4 1 18.8 40.9 33.3 100.0 2.8 3.3 0.0 0.0 5.8
Carrière 208 200 39.0 44.4 30.3 72.4 7.6 5.0 1.9 0.9 17.5

Records

En match

Type statistique Saison régulière Playoffs
Record Adversaire Date Record Adversaire Date
Points en un match 47 Nuggets de Denver
Record tirs réussis/tirs tentés 16/17 Hornets de Charlotte
Paniers marqués en un match 19 Nuggets de Denver
Paniers tentés en un match 34 Knicks de New York 35 (ap) Suns de Phoenix
Lancers francs réussis (sans erreur) 10/10 Pistons de Détroit
Lancers francs réussis 13 Clippers de Los Angeles
Lancers francs tentés 21 Hornets de Charlotte
Tirs à 3 points réussis 6 5 fois 7 Jazz de l'Utah
Tirs à 3 points tentés 13 Raptors de Toronto
Rebonds offensifs 8 2 fois 9 Lakers de Los Angeles
Rebonds défensifs 16 (ap) Knicks de New York
Rebonds totaux 18 Knicks de New York 18 Heat de Miami
Passes décisives 15 Wizards de Washington
Interceptions 9 Hawks d'Atlanta
Contres 5 5 fois
Pertes de balles 12 Rockets de Houston
Minutes jouées 53 2 fois 56 Suns de Phoenix

En carrière

Palmarès

En franchise

En sélection nationale

Distinctions personnelles

Pour approfondir

Références

  1. (en) « Scottie Pippen | Biography, Height, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 25 septembre 2019)
  2. (en) « Scottie Pippen », sur basketball-reference.com (consulté le 9 mai 2020)
  3. a b c et d (en) Brandon Tensley, « 'The Last Dance' is a reminder of America's enduring inequality », sur cnn.com, (consulté le 9 mai 2020)
  4. a b c et d (en) Marcel Smith, « Top Five Worst NBA Trades of All Time », sur bleacherreport.com, (consulté le 9 mai 2020)
  5. (en) Adam Fluck, « Scottie Pippen's Greatest Moments: Pippen garners MVP honors at 1994 All-Star Game », sur nba.com, (consulté le 9 mai 2020)
  6. « Le gène du sport : l’exemple du « Big Three » des Bulls (Jordan-Pippen-Rodman) », sur basketusa.com, (consulté le 9 mai 2020)
  7. « Les plus grands Big 3 de l’histoire de chaque franchise (Part. 1) », sur parlons-basket.com, (consulté le 9 mai 2020)
  8. (en) Joey Ramirez, « Lakers History: The 15-Point, 4th-Quarter Comeback in Game 7 », sur nba.com, (consulté le 9 mai 2020)
  9. (en) « Curry, Davis and Westbrook headline Degree Shooting Stars », sur NBA.com, (consulté le 16 février 2015)
  10. (en) topo.fi, Torpan Pojat vs. Espoon Honka
  11. a et b « La fin de carrière totalement loufoque de Scottie Pippen », sur parlons-basket.com, (consulté le 9 mai 2020)
  12. (en) sundsvalldragons.com, Sundsvall Dragons sign Pippen
  13. a et b (en) « statistiques NBA », sur NBA.com, (consulté le 8 juillet 2012)
  14. (en) « NBA & ABA Career Playoff Leaders and Records for Steals », sur basketball-reference.com (consulté le 1er janvier 2015)
  15. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Steals », sur basketball-reference.com (consulté le 1er janvier 2015)
  16. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Steals Per Game », sur basketball-reference.com (consulté le 1er janvier 2015)
  17. (en) « 1975-76 New York Nets Roster and Statistics », sur basketball-reference.com (consulté le 27 octobre 2011)
  18. (en) « 1977-78 Boston Celtics Roster and Statistics », sur basketball-reference.com (consulté le 27 octobre 2011)
  19. (en) « 2002-03 Minnesota Timberwolves Roster and Statistics », sur basketball-reference.com (consulté le 27 octobre 2011)
  20. a b c et d (en) « Scottie Pippen », sur basketball-reference.com (consulté le 20 juin 2011)
  21. a b et c (en) « All-NBA & All-ABA Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 20 juin 2011)
  22. a et b (en) « NBA & ABA All-Defensive Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 20 juin 2011)

Liens externes