Scirpe maritime

Le Scirpe maritime (Bolboschoenus maritimus) est une espèce de plante monocotylédone de la famille des Cyperaceae.

Description morphologique

Appareil végétatif

Le Scirpe maritime possède une souche rampante, renflée par endroit en tubercule. De la souche partent des tiges à section triangulaire, lisses, formant des touffes rigides de 30 à 100 cm de hauteur. Les feuilles sont rudes au toucher[1],[2].

Appareil reproducteur

La floraison survient de juin à août.

L'inflorescence, située à l'extrémité de la tige et plus courte que les 2 ou 3 bractées, est constituée de 3 à 5 épis de couleur brun rougeâtre à noir. De forme oblongue, ils forment un groupe où certains épis sont pédonculés, d'autres sessiles. Les bractées ont trois lobes pointus, avec celui du milieu beaucoup plus long que les deux autres. Les épis portent de nombreuses fleurs ; chaque fleur comporte 3 étamines. Le fruit est un akène à section triangulaire, entouré de six soies[1],[2].

Répartition et habitat

Le Scirpe maritime pousse sur sols salins, à proximité de l'eau (littoral, cours d'eau, lac ou canal).

On le retrouve un peu partout en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique du Nord et du Sud.

Systématique

Fossiles

Des graines fossilisées de ce scirpe, datant du milieu du Miocène (âge estimé entre 11,6 et 16 millions d'années), ont été trouvées en Silésie, en Pologne[3].

Nom scientifique

Cette espèce a reçu d'autres appellations latines, considérées comme synonymes mais non valides[4]:

  • Scirpus maritimus L.
  • Schoenoplectus maritimus (L.) Lye
  • Reigera maritima (L.) Opiz

Le Scirpe maritime fut décrit pour la première fois par Carl von Linné en 1753 sous le nom Scirpus maritimus. Le nom fut modifié en 1905 par Eduard Palla, pour devenir Bolboschoenus maritimus. Certains auteurs continuent cependant d'appeler cette espèce Scirpus maritimus.

Sous-espèces

Il existe trois sous-espèces[4]:

  • Bolboschoenus maritimus subsp. affinis (Roth) T.Koyama
  • Bolboschoenus maritimus subsp. maritimus
  • Bolboschoenus maritimus subsp. paludosus (A.Nelson) T.Koyama

Le Scirpe maritime et l'homme

Il a parfois été utilisé comme matière première en vannerie[1]. Le tubercule a pu être consommé par l'Homme durant la préhistoire [5].

Voir aussi

Notes et références

  1. a, b et c Lohmann M., Flore et faune du littoral, Chantecler, , 38 p. (ISBN 2-8034-2778-8)
  2. a et b R. Auger et J. Laporte-Cru, Flore du domaine atlantique du Sud-ouest de la France et des régions des plaines, CNDP, (ISBN 2-86617-225-6), p. 341
  3. (en) The Paleobiology Database, « Scirpus maritimus », (dans l'onglet "Age range and collections"), sur http://paleodb.org (consulté le 2 septembre 2009)
  4. a et b ITIS & Species 2000, « Bolboschoenus maritimus (L.) Palla », sur www.catalogueoflife.org, Catalogue of Life: 2017 Annual Checklist (consulté le 15 mai 2017)
  5. (en) Michèle M. Wollstonecroft, Peter R. Ellis, Gordon C. Hillman et Dorian Q. Fuller, « Advances in plant food processing in the Near Eastern Epipalaeolithic and implications for improved edibility and nutrient bioaccessibility: an experimental assessment of Bolboschoenus maritimus (L.) Palla (sea club-rush) », Vegetation History and Archaeobotany, vol. 17 (supplément 1),‎ , p. 19–27 (DOI 10.1007/s00334-008-0162-x, lire en ligne)

Photos

  • Galerie de photos sur le site Calphotos, de l'Université de Californie, Berkeley.

Liens externes

  • Référence Flora of North America : Bolboschoenus maritimus (en)
  • Référence Flora of Missouri : Bolboschoenus maritimus (en)
  • Référence Catalogue of Life : Bolboschoenus maritimus (L.) Palla (en)
  • Référence UICN : espèce Bolboschoenus maritimus (L.) Palla, 1905 (en) (consulté le )
  • Référence Tela Botanica (France métro) : Bolboschoenus maritimus (L.) Palla, 1905 (fr)
  • Référence ITIS : Schoenoplectus maritimus (L.) Lye (fr) (+ version anglaise (en))
  • Référence NCBI : Bolboschoenus maritimus (en)
  • Référence GRIN : espèce Bolboschoenus maritimus (L.) Palla (en)