Santé publique

From FLIES and FILTH
to FOOD and FEVER
En français :
Des MOUCHES et de la SALETÉ
à la NOURRITURE et à la FIÈVRE
Affiche publiée par le State Board of Health (Commission d'État sur la Santé) de la Floride en 1916.

La santé publique peut être définie comme « l'étude, d'une part, des déterminants physiques, psychosociaux et socioculturels de la santé de la population et d'autre part des actions en vue d'améliorer la santé de la population »[1], ou comme « une activité organisée de la société visant à promouvoir, à protéger, à améliorer et, le cas échéant, à rétablir la santé de personnes, de groupes ou de la population entière »[2].

On peut aussi rappeler une ancienne définition de Charles-Edward Winslow et publiée dans la revue Science en 1920 : « La santé publique est la science et l’art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et de promouvoir la santé et l’efficacité physiques à travers les efforts coordonnés de la communauté pour l’assainissement de l’environnement, le contrôle des infections dans la population, l’éducation de l’individu aux principes de l’hygiène personnelle, l’organisation des services médicaux et infirmiers pour le diagnostic précoce et le traitement préventif des pathologies, le développement des dispositifs sociaux qui assureront à chacun un niveau de vie adéquat pour le maintien de la santé, l’objet final étant de permettre à chaque individu de jouir de son droit inné à la santé et à la longévité. »[3].

Partant de cette dernière définition, un comité de l’OMS a souligné en 1952 l'importance qu'il convenait d'attacher à l'éducation sanitaire individuelle et collective, mais il a surtout été frappé par l'élargissement des conceptions se rapportant à l'administration de la santé publique, cette évolution nécessitant l'intégration en un système unique de toutes les branches de l'action sanitaire : prophylaxie ou prévention, soins aux malades et réadaptation des convalescents[4]. Depuis lors il est généralement admis que l'organisation des soins curatifs appartient également aux fonctions essentielles de la santé publique[5].

La santé publique se démarque de la médecine essentiellement sur deux plans :

  1. Elle met davantage l'accent sur la prévention que sur les traitements curatifs ;
  2. Elle développe une approche de population, plutôt que de s'intéresser individuellement aux problèmes de santé des personnes, ce qui se traduit notamment par l'adjonction de compétences qui relèvent des sciences humaines et sociales et notamment de la sociologie, du droit et de l'économie. Cette approche populationnelle peut par ailleurs s'exprimer, selon les pays, par l'expression d'une politique publique spécifique : la politique de santé publique[6].

Histoire

Dès les premières civilisations, les Hommes ont cherché à vivre sainement et ont combattu les maladies. Les définitions d’un mode de vie « sain » ainsi que les méthodes suivies pour l’atteindre ont évolué avec les cultures médicales, religieuses et philosophiques des communautés,  mais aussi en fonction des ressources qui étaient à leur disposition et de l’évolution de leurs conditions de vie.  Si certaines sociétés ont aujourd’hui la réputation de ne pas avoir été soucieuses ou attentives à l’hygiène[7],[8],[9], c’est surtout parce que nos outils modernes (bio-indicateurs, outils immunologiques et statistiques) ne permettent pas l’étude des réponses que ces sociétés ont apporté aux risques sanitaires.  

La santé publique n’est en aucun cas née en Europe et n’émerge pas non plus dans le sillage de la révolution industrielle. Des mesures préventives liées aux risques sanitaires sont attestées dans presque toutes les communautés qui ont laissé une trace dans l’histoire. En Asie du Sud-Est par exemple la médecine Ayurvédique, et par la suite le bouddhisme, a préconisé l’adoption de régimes alimentaires, de conduites sexuelles et de modes d’organisation des activités qui devaient permettre d’atteindre l’équilibre, tant au niveau individuel que communautaire. Cette notion d’équilibre est également très présente dans la médecine traditionnelle chinoise[10],[11]. De nombreuses cités établies par les civilisations précolombiennes d’Amérique du Sud (comme les Mayas ou les Aztèques par exemple) ont développé des programmes sanitaires, qui prévoyaient par exemple l’organisation de marchés destinés à la vente d’herbes médicinales[12]. Chez les populations Aborigènes d’Australie, les techniques pour préserver eau et ressources alimentaires, le micro-zonage destiné à réduire la pollution et les risques d’incendie, ainsi que les écrans pour protéger les individus contre les mouches étaient courants, et ce même dans les campements temporaires[13],[14].

Les civilisations byzantines, islamiques et celles d’Europe de l’Ouest, qui ont généralement adopté un système médical Hippocratique, Galénique ou Humoral, ont également mis en place des programmes préventifs[15],[16],[17],[18].  Ceux-ci ont été développés sur la base d’une évaluation de la qualité des climats locaux, et en tenant compte de la topographie, de l’exposition au soleil et au vent, de la qualité et de l’accès à l’eau ainsi qu’à la nourriture disponible pour les Hommes et les animaux. Un grand nombre d’auteurs de manuels médicaux, militaires, d’architecture, ou d’ingénierie ont expliqué comment appliquer ces idées à des groupes d’origines différentes et dans des contextes variés[19],[20],[21]. Les galénistes accordaient beaucoup d’attention à la prise en compte de cette variabilité car Galien considérait que la physiologie de l’individu était liée à l’environnement dans lequel il vivait, dont devait donc dépendre le régime préconisé[22],[23],[24].

Dans les sociétés préindustrielles complexes, un grand nombre d’acteurs pouvaient prendre l’initiative d’intervenir afin de réduire les risques sanitaires. Ainsi dans l’antiquité grecque et romaine, les généraux de l’armée se préoccupaient du bien-être de leurs soldats même lorsque ceux-ci n’étaient plus sur le champ de bataille, en dehors desquels mourraient pourtant la plupart des combattants avant le XXe siècle[25],[26]. Dans les monastères chrétiens de l’Est de la Méditerranée, et de l’Europe de l’Ouest, les moines et moniales suivaient, au moins depuis le Ve siècle, des régimes alimentaires stricts mais équilibrés, spécifiquement développés pour allonger leur espérance de vie[27]. Par ailleurs, les cours royales, princières et papales, qui étaient souvent mobiles, adaptaient également leur mode de vie aux sites dans lequel elles s’installaient. Ceux-ci étaient parfois choisis en raison de leur caractère salubre et pouvaient faire l’objet d’aménagements[28].  

En ville, la population était confrontée à de nombreux risques sanitaires bien identifiés, que citadins et gouvernants ont cherché à gérer en prenant des mesures au profit de l’ensemble de la communauté. Ce type d’interventions est le plus documenté pour les sociétés anciennes. Dans de nombreuses régions, l’entretien des infrastructures comme les routes, les canaux et les marchés, ainsi que les restrictions spatiales avaient explicitement pour but de protéger la santé des habitants et de combattre les menaces liées à la pollution, en présentant celle-ci comme le résultat de péchés, de l’intromission et de miasmes[29],[30],[31],[32],[33],[34],[35].

Les corporations de métiers étaient des acteurs importants de la gestion des déchets et tentaient de réduire les risques en encourageant leurs membres à l’honnêteté et au respect des règles de sécurité au travail. Les professionnels de santé[36], collaboraient avec les gouvernements municipaux afin de prédire et prévenir les problèmes, mais aussi afin d’identifier et d’isoler les individus potentiellement atteint de lèpre, une maladie moralement très connotée[37],[38]. Les organisations de quartiers jouaient également un rôle dans la protection de la santé des habitants, en surveillant les sites à risques ainsi qu’en prenant des sanctions contre les artisans pollueurs et les propriétaires d’animaux négligents. Institutions religieuses, individus et organisations charitables en Islam tout comme dans la  Chrétienté ont cherché à améliorer le bien-être physique et moral des individus en investissant dans des équipements urbains, tels que les puits, les fontaines, les écoles et les ponts, qu’utilisaient également les pèlerins[39],[40]. Dans l’Europe de l’Ouest et l’empire byzantin, des processions religieuses étaient régulièrement organisées afin de protéger mais aussi éventuellement guérir la communauté toute entière[41].

Différentes communautés, et en particulier les communautés urbaines ont également pris des mesures pour prévenir les catastrophes telles que la guerre, les famines, les inondations ou les épidémies[42],[43],[44],[45]. Pendant et après la peste noire (1346-53) par exemple, les habitants de l’Est de la Méditerranée et de l’Europe de l’Ouest ont puisé dans les théories et les protocoles médicaux existants des solutions (concernant la consommation de viande et les pratiques funéraires par exemple) qui leur ont permis de contenir le déclin massif de population[46],[47],[48],[49]. De nouvelles solutions ont également alors été élaborées comme celle qui consistaient à mettre en place des établissements de quarantaine ainsi que des comités dédiés aux questions de santé, dont certains sont devenus par la suite des conseils municipaux (et plus tard nationaux) permanents[50],[51].

Parmi les mesures alors prises pour protéger les villes et leurs alentours figurait l’instauration de passeports de santé pour les voyageurs, ainsi que le déploiement de gardes chargés de créer des cordons sanitaires pour protéger les habitants, et le recueil d’informations sur les taux de mortalités et de natalités[52],[53].

En 1485, la République de Venise établit une Cour permanente de superviseurs de la santé , dédiée particulièrement à la prévention d'épidémies en provenance de l'étranger. Initialement les trois surveillants sont nommés par le Sénat vénitien. En 1537, il est assumé par le Grand Conseil ; en 1556, il compte deux magistrats de plus, consacrés au contrôle, au nom de la République, des efforts déployés par les superviseurs[54].

Au XVIIe siècle, les États commencent à encadrer l'hygiène et, à la suite de l’épidémie de choléra qui a touché Londres en 1848, le Royaume-Uni crée le premier Ministère de la santé publique. Quelques décennies plus tard, à la suite de la pandémie de grippe espagnole de 1918, la Société des Nations décide de créer en 1922 son Comité d'hygiène, ancêtre de l'OMS[55].

Au cours du XXe siècle, l'environnement prend une importance croissante, qui se traduit par le développement de l'écotoxicologie et de l'écoépidémiologie, grâce d'abord au développement de la statistique.

« Nouvelle » et « ancienne » santé publique

[56]

Le sang vicié (mars 1928) - dépuratif L. Richelet.

Les définitions présentées ci-dessus donnent une vision qui fait d'emblée de la santé publique une entreprise multidisciplinaire complexe et centrée sur l'application. Cette vision se situe dans le paradigme de la « nouvelle santé publique ». La science et la pratique de la santé publique, qui souligne le rôle des systèmes sociaux, du partenariat multidisciplinaire et trans-sectoriel, de l’orientation positive de la santé, et pas simplement (comme l'« ancienne santé publique ») une orientation biologique où l’accent serait mis sur la prévention et le contrôle à partir d’une unique profession.

La nouvelle santé publique repose sur une meilleure compréhension de la façon dont les styles de vie et les conditions de vie (dont les facteurs sociologiques et environnementaux) déterminent la santé (« Déterminants sociaux de la santé »). L'importance d’autres secteurs en dehors du secteur de la santé et la nécessité de mobiliser les ressources et les appuis politiques sont également soulignées. Les problèmes sont définis dans un contexte plus global, conduisant à des préoccupations plus environnementales. Comme avec tout ce qui est labellisé « nouveau », cette expression a été introduite pour marquer une renaissance de la santé publique en contraste avec une tradition stéréotypée et une évolution. L’expression sera peut-être bientôt obsolète. On parle beaucoup aujourd'hui de promotion de la santé, mais cette dernière ne couvre pas tout le champ occupé autrefois par la santé publique : il faudrait y ajouter la prévention des accidents et des maladies, ainsi que les soins.

La santé publique contient six domaines actuels dont trois classiques. Les trois classiques et actuels d'une part :

  • l'hygiène publique
  • la lutte contre les maladies transmissibles
  • la préoccupation d'autrui : administration sanitaire.

D'autre part, les trois derniers domaines actuels :

« Dans la littérature sur la promotion de la santé, on établit une distinction entre la santé publique et une nouvelle santé publique, afin de mettre l’accent sur des démarches nettement différentes à l’égard de la description et de l’analyse des déterminants de la santé, et des méthodes utilisées pour résoudre les problèmes de santé publique. »[57].

Définitions

Pour l'échelle mondiale

Les publications de l'OMS et diverses sources fournissent de nombreuses définitions des termes propres à la santé publique. Des glossaires ont aussi élaborés pour aider le lecteur peu familiarisé[58],[59],[60].

En Europe

La commission européenne (DGV) a produit un glossaire multilingue de termes de santé publique et de promotion de la santé (élaboré et mis en ligne en 2003[61]).

France

Dans ce pays en 2015, le Projet de loi relatif à la santé (tel qu'adopté le 14 avril 2015) définit la politique française de santé comme construite autour des 9 points suivants[62] :

  1. « La surveillance et l’observation de l'état de santé de la population et l’identification de ses principaux déterminants, notamment ceux liés à l’éducation et aux conditions de vie et de travail. L’identification de ces risques s’appuie sur le concept d’exposome, entendu comme l’intégration de l’ensemble des expositions pour la vie entière. L’analyse des risques pour la santé de la population prend en compte l’ensemble de l’exposome, c’est-à-dire l’ensemble des facteurs non génétiques qui peuvent influencer la santé humaine »[62] ;
  2. « La promotion de la santé dans tous les milieux de vie, notamment dans les établissements d'enseignement et sur le lieu de travail, la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé et la réduction des risques pour la santé liés à des facteurs d'environnement et aux conditions de vie susceptibles de l'altérer »[62] ;
  3. « La prévention collective et individuelle des maladies et de la douleur, des traumatismes et des pertes d'autonomie, notamment par la définition d’un parcours éducatif de santé de l’enfant, par l'éducation pour la santé tout au long de la vie et par le développement de la pratique régulière d’activités physiques et sportives à tous les âges » ; le législateur proposant en 2015 d'ajouter à ce paragraphe « L'animation nationale des actions conduites dans le cadre de la protection et de la promotion de la santé maternelle et infantile mentionnée à l’article L. 2111-1 »[62] ;
  4. « L’organisation des parcours de santé. Ces parcours visent, par la coordination des acteurs sanitaires, sociaux et médico-sociaux, en lien avec les usagers, à garantir la continuité, l’accessibilité, la qualité, la sécurité et l’efficience de la prise en charge de la population »[62] ;
  5. « La prise en charge collective et solidaire des conséquences financières et sociales de la maladie, de l’accident et du handicap par le système de protection sociale »[62] ;
  6. « La préparation et la réponse aux alertes et aux crises sanitaires »[62] ;
  7. « La production, l’utilisation et la diffusion des connaissances utiles à son élaboration et à sa mise en œuvre »[62] ;
  8. « La promotion des activités de formation, de recherche et d’innovation dans le domaine de la santé », le législateur proposant en 2015 d'ajouter à ce paragraphe « l'adéquation entre la formation initiale des professionnels de santé et leurs exercices ultérieurs en responsabilité propre »[62] ;
  9. « L’information de la population et sa participation, directe ou par l’intermédiaire d’associations, aux débats publics sur les questions de santé et de risques sanitaires et aux processus d’élaboration et de mise en œuvre de la politique de santé »[62].

Formation en France

Les progrès de la biologie et des sciences en général, l'apparition de maladies émergentes, dont les maladies infectieuses émergentes, ainsi que l'évolution de la législation rendent nécessaire une formation continue (qui est en France une obligation légale[63], simplifiée en 2011 par 6 décrets[64]. Depuis 2012, en outre, en application de la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST, dite aussi loi Bachelot) de 2009 les médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes et pharmaciens sont tenus de participer annuellement à un programme de formation continue[65]. Un programme de « développement professionnel continu » (DPC) concerne aussi les auxiliaires médicaux, les aides-soignants, auxiliaires de puériculture, préparateurs en pharmacie et préparateurs en pharmacie hospitalière.

Les médecins ont aussi accès via diverses agences, universités, instituts, etc. par internet ou via les centres anti-poison à des bases de données plus complètes sur la médecine et la toxicologie (par exemple : avec Pubmed[66], Toxline/Toxnet ou Toxpro[67], un moteur de recherche d'informations bibliographiques toxicologiques retenant des bases de données d'accès gratuit) et certains pathogènes.

Notes et références

  1. Rapport sur l'Institut de santé publique du Québec (1997)
  2. Agence de la Santé Publique du Canada http://www.phac-aspc.gc.ca/ccph-cesp/glos-r-z-fra.php
  3. Winslow C.-E. A. , The untilled fields of Public Health, Science, 9 January 1920: 23-33.
  4. Comité d'experts de l'Administration de la Santé Publique, Premier rapport, Série de rapports techniques, OMS, Genève, septembre 1952. http://whqlibdoc.who.int/trs/WHO_TRS_55_fre.pdf
  5. [PDF]Organisation Mondiale de la santé, Bureau Régional du Pacifique Occidental, « Fonctions essentielles de la Santé Publique : le rôle des ministères de la santé », (consulté le 20 juin 2014)
  6. Code de santé publique (France), « Politique de santé publique en France », Légifrance, (consulté le 20 juin 2014).
  7. (it) Cosmacini, Giorgio, Storia della medicina e della sanità in Italia: dalla peste nera ai giorni nostril, Bari, Laterza,
  8. Roy J. Shepard, An Illustrated History of Health and Fitness, from Pre-History to our Post-Modern World, New York, Springer,
  9. (en) Virginia Berridge, Public Health: A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press,
  10. (en) Chattopadhyay, Aparna, « Hygienic Principles in the Regulations of Food Habits in the Dharma Sūtras. », Nagarjun 11,‎ , p. 194-99
  11. Leung, Angela Ki Che. “Hygiène et santé publique dans la Chine pré-moderne.” In Les hygiénistes. Enjeux, modèles et practiques. Edited by Patrice Bourdelais, 343-71 (Paris: Belin, 2001)
  12. (en) Harvey, Herbert R, « Public Health in Aztec Society. », Bulletin of the New York Academy of Medicine 57,‎ , p. 157-165
  13. Memmott, Paul., Gunyah, Goondie + Wurley : the Aboriginal architecture of Australia, University of Queensland Press, (ISBN 978-0-7022-3245-9 et 0-7022-3245-9, OCLC 799703943, lire en ligne)
  14. Gammage, Bill., Biggest Estate on Earth : How Aborigines made Australia., Allen & Unwin, (ISBN 978-1-74269-352-1 et 1-74269-352-0, OCLC 956710111, lire en ligne)
  15. Mirko D. Grmek, Histoire de la pensée médicale en Occident, Paris, Le Seuil, , vol.1
  16. Rawcliffe, Carole., Urban Bodies - Communal Health in Late Medieval English Towns and Cities., Boydell & Brewer, Limited, (ISBN 978-1-78327-381-2 et 1-78327-381-X, OCLC 1121393294, lire en ligne)
  17. Geltner, G. (Guy), 1974- author., Roads to health : infrastructure and urban wellbeing in later medieval Italy (ISBN 978-0-8122-5135-7 et 0-8122-5135-0, OCLC 1076422219, lire en ligne)
  18. Varlik, Nükhet Verfasser., Plague and empire in the early modern Mediterranean world : the Ottoman experience, 1347 - 1600 (ISBN 978-1-108-41277-3 et 1-108-41277-7, OCLC 1014050163, lire en ligne)
  19. McVaugh, Michael R., « Arnald of Villanova’s Regimen Almarie (Regimen Castra Sequentium) and Medieval Military Medicine. », Viator 23,‎ , p. 201-214
  20. Nicoud, Marilyn., Les régimes de santé au Moyen Âge Naissance et diffusion d'une écriture médicale en Italie et en France (XIIIe- XVe siècle), Publications de l'École française de Rome, (ISBN 978-2-7283-1006-7 et 2-7283-1006-8, OCLC 960812022, lire en ligne)
  21. Adil S. Gamal (ed.), Medieval Islamic Medicine: Ibn Ridwan's Treatise "On the Prevention of Bodily Ills in Egypt’' trans. Michael W. Dols, Berkeley, 1984
  22. L.J. Rather, « ‘The Six Things Non-Natural: A Note on the Origins and Fate of a Doctrine and a Phrase’ », Clio Medica 3,‎
  23. Luis García-Ballester, ‘On the Origins of the Six Non-Natural Things in Galen’, in Jutta Kollesch and Diethard Nickel (eds.), Galen und das hellenistische Erbe: Verhandlungen des IV. Internationalen Galen-Symposiums veranstaltet vom Institut für Geschichte der Medizin am Bereich Medizin (Charité) der Humboldt-Universität zu Berlin 18-20. September 1989 (Stuttgart, 1993)
  24. Janna Coomans and G. Geltner,, « ‘On the Street and in the Bath-House: Medieval Galenism in Action?’ », Anuario de Estudios Medievales XLIII,‎
  25. Israelovich, Ido. “Medical Care in the Roman Army during the High Empire.” In Popular Medicine in Graeco-Roman Antiquity: Explorations. Edited by William V. Harris, 126-46 (Leiden: Brill, 2016)
  26. (en) G. Geltner, « In the Camp and on the March: Military Manuals as Sources for Studying Premodern Public Health », Medical History, vol. 63, no 1,‎ , p. 44–60 (ISSN 0025-7273 et 2048-8343, DOI 10.1017/mdh.2018.62, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2020)
  27. Harvey, Barbara., Living and dying in England, 1100-1540 : the monastic experience., Clarendon Press, (ISBN 0-19-820161-3, 978-0-19-820161-8 et 0-19-820431-0, OCLC 487069863, lire en ligne)
  28. Agostino Paravicini Bagliani, ‘La Mobilità della Curia romana nel Secolo XIII: Riflessi locali’, in Società e Istituzioni dell’Italia comunale: l’Esempio di Perugia (Secoli XII-XIV), 2 vols. (Perugia, 1988)
  29. Glick, T.F, « "New Perspectives on the Hisba and its Hispanic Derivatives.” », Al-Qantara 13,‎ , p. 475-489
  30. Kinzelbach, Annemarie, « "Infection, Contagion, and Public Health in Late Medieval German Imperial Towns.” », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences 61,‎ , p. 369-389
  31. Deligne, Chloé., Bruxelles et sa rivière : genèse d'un territoire urbain, 12e-18e siècle, Brepols, (ISBN 978-2-503-51382-9 et 2-503-51382-4, OCLC 848829285, lire en ligne)
  32. Jørgensen, Dolly, « "Cooperative Sanitation: Managing Streets and Gutters in Late Medieval England and Scandinavia." », Technology and Culture 49,‎ , p. 547-567
  33. Córdoba de la Llave, Ricardo, « "Eliminacion y reciclaje de residuos urbanos en la Castilla bajomedieval.” », Acta Historica et Archaeologica Mediaeval 19,‎ , p. 145-169
  34. Henderson, John. “Public Health, Pollution and the Problem of Waste Disposal in Early Modern Tuscany.” In Le interazioni fra economia e ambiente biologico nell’Europa preindustriale. Secc. XIII-XVIII. Edited by Simonetta Cavaciocchi, 373-82 (Florence: Firenze University Press, 2010)
  35. (en) Janna Coomans, « The king of dirt: public health and sanitation in late medieval Ghent », Urban History, vol. 46, no 1,‎ , p. 82–105 (ISSN 0963-9268 et 1469-8706, DOI 10.1017/S096392681800024X, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2020)
  36. Nutton, Vivian. “Continuity or Rediscovery? The City Physician in Classical Antiquity and Mediaeval Italy.” In The Town and State Physician in Europe. Edited by Andrew W. Russell, 9-46. Wolfenbüttel: Herzog August Bibliothek, 1981
  37. Rawcliffe, Carole., Leprosy in medieval England, The Boydell Press, (ISBN 978-1-84383-454-0 et 1-84383-454-5, OCLC 884314023, lire en ligne)
  38. Demaitre, Luke E., Leprosy in premodern medicine : a malady of the whole body, Johns Hopkins University Press, (ISBN 978-0-8018-8613-3 et 0-8018-8613-9, OCLC 799983230, lire en ligne)
  39. Adam Sabra., Poverty and charity in medieval islam : mamluk egypt, 1250-1517., Cambridge University Pres, (ISBN 0-521-03474-4 et 978-0-521-03474-6, OCLC 712129032, lire en ligne)
  40. (en) Cascoigne, Alison L, « The Water Supply of Tinnīs: Public Amenities and Private Investments », Cities in the Pre-Modern Islamic World: The Urban Impact of Religion, State and Society,‎
  41. (en) Horden, Peregrine, « Ritual and Public Health in the Early Medieval City. », Body and City: Histories of Urban Public Health.,‎
  42. (es) Falcón, Isabel, « Aprovisionamiento y sanidad en Zaragoza en el siglo XV », Acta Historica et Archaeologica Mediaeval 19,‎
  43. (en) Duccio Balestracci, « The Regulation of Public Health in Italian Medieval Towns », Die Vielfalt der Dinge: Neue Wege zur Analyse mittelaltericher Sachkultur,‎
  44. (en) Ewert, Ulf Christian, « Water, Public Hygiene and Fire Control in Medieval Towns: Facing Collective Goods Problems while Ensuring the Quality of Life », Historical Social Research/Historische Sozialforschung 32,‎
  45. (en) Anja Petaros, « Public Health Problems in the Medieval Statutes of Croatian Adriatic Coastal Towns: From Public Morality to Public Health’ », Journal of Religion and Health,‎
  46. (en) Carmichael, Ann G, « “Plague Legislation in the Italian Renaissance.” », Bulletin of the History of Medicine 7,‎
  47. (en) G. Geltner, « The Path to Pistoia: Urban Hygiene Before the Black Death », Past & Present, vol. 246, no 1,‎ (DOI 10.1093/pastj/gtz028, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2020)
  48. (en) Skelton, Leona. J., Sanitation in Urban Britain, 1560–1700, London, Routledge,
  49. Biraben, J. N., Les hommes et la peste en France et dans les pays europeens et mediterraneens, Mouton, (ISBN 2-7193-0978-8 et 978-2-7193-0978-0, OCLC 847151293, lire en ligne)
  50. (en) Blažina, Vesna, and Zlata Blažina Tomić, Expelling the Plague: The Health Office and the Implementation of Quarantine in Dubrovnik, 1377-1533., McGill-Queen’s University Press,
  51. (en) Gall, Gabriella Eva Cristina, Stephan Lautenschlager and Homayoun C. Bagheri, « Quarantine as a Public Health Measure against an Emerging Infectious Disease: Syphilis in Zurich at the Dawn of the Modern Era (1496-1585) », Hygiene and Infection Control 11,‎
  52. (en) Cipolla, Carlo M., Cristofano and the Plague: A Study in the History of Public Health in the Age of Galileo, The University of California Press
  53. (en) Carmichael, Ann G, Plague and the Poor in Renaissance Florence, Cambridge University Press,
  54. (it) Andrea Da Mosto (direttore dell'Archivio di Stato di Venezia), L'archivio di Stato di Venizia. Indice generale, storico, descrittivo ed analitico : Tomo I, Archivi dell'amministrazione centrale della Repubblica Veneta e archivi notarili, palazzo Ricci, Roma, piazza Ricci, Bibliothèque des annales Institutorum, , 278 p. (lire en ligne [PDF])
  55. Archives de la Société des Nations, Dossiers de l'Organisation d'Hygiène
  56. (en) Samuel K. Cohn, Jr, Cultures of Plague. Medical Thinking at the End of the Renaissance, Oxford,
  57. World Health Organization. Division of Health Promotion, Education, and Communication. (1998). Glossaire de la promotion de la santé. Genève : Organisation mondiale de la Santé. https://apps.who.int/iris/handle/10665/67245 p.3
  58. Hogarth, J., Vocabulaire de la santé publique, La santé publique en Europ. n°4. Présentation par E. J. Aujaleu. Organisation mondiale de la Santé, Copenhague, 1977. http://whqlibdoc.who.int/euro/publications/9290202238_%28a-l%29.pdf
  59. OMS, Guide to Producing National Health Accounts : With Special Applications for Low-income and Middle-income Countries, W.H.O., Geneva, 2003
  60. OMS, Glossaire de la promotion de la santé, Genève, O.M.S., 1999 WHO/HPR/HEP/98.1 http://www.who.int/hpr/NPH/docs/ho_glossary_fr.pdf
  61. http://asp.bdsp.ehesp.fr/Glossaire/
  62. a b c d e f g h i et j Projet de texte adopté n° 505 « Petite loi » Assemblée nationale, session ordinaire, 2015-04-14, consulté 2015-10-10
  63. La formation continue des professionnels de santé est obligatoire selon l'Article 11 du code de déontologie médicale et Art R4312 du code de la Santé Publique
  64. décrets du 30 décembre 2011 publiés au JO du 1er janvier 2012 (décrets n°2011-2113 à 2118), sur les modalités de gestion de la formation continue des professions médicales et paramédicales
  65. décret paru le 1er janvier 2012 au Journal officiel
  66. Pubmed
  67. Accès à la base de données toxicologiques Toxpro

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Webographie

  • Webographie (Santé publique / Maladies émergentes et réémergentes chez l’homme)