Saison cyclonique 2016 dans l'océan Atlantique nord

Saison cyclonique 2016 dans l'océan Atlantique nord
Trajectoires des systèmes tropicaux de 2016.
Trajectoires des systèmes tropicaux de 2016.
Dates
Début officiel
Fin officielle
Début de l'activité
Fin de l'activité
Dégâts
Dommages ≥7,461 milliards (2 016) $
Morts 600 à 1 130 (estimés)
Blessés inconnu
Faits marquants
Le plus intense Ouragan Matthew
Le plus coûteux Ouragan Matthew
Le plus meurtrier Ouragan Matthew
Nombre d'événements
Dépression tropicale ou subtropicale Tempête tropicale ou subtropicale Ouragan de catégorie 1 Ouragan de catégorie 2 Ouragan de catégorie 3 Ouragan de catégorie 4 Ouragan de catégorie 5 Total
1 8 3 0 2 1 1 16
Chronologie

La saison 2016 des ouragans (cyclones tropicaux dans l'océan Atlantique) devait s'étendre officiellement du au selon la définition de l'Organisation météorologique mondiale. Cependant, elle a commencé exceptionnellement tôt — le  — lorsque l'ouragan Alex a fait son apparition au sud des Açores en dépit d’eaux plus froides et de la circulation causant normalement trop de cisaillement pour la formation d'un cyclone tropical.

Le système suivant, Bonnie, s'est formée une semaine avant le début officiel de la saison et fut suivi de quelques faibles tempêtes. L'activité principale s'est déroulée de la mi-août au milieu octobre, avec 6 ouragans dont 3 majeurs, et le plus meurtrier fut sans conteste Matthew. Après un mois d'accalmie, un nouveau système, Otto, s'est formée le 21 novembre et atteignit la catégorie 2 avant de frapper le Nicaragua et le Costa Rica le 24 novembre, puis traverser dans le Pacifique.

Avec Alex en janvier et Otto en fin novembre, la saison 2016 brise le record de la plus longue saison cyclonique dans le bassin atlantique devant la saison 1938[1].

Prévisions

Le nombre moyen de cyclones dans l'Atlantique nord par saison (1981 à 2010) est 12,1 tempêtes tropicales et 6,4 ouragans, dont 2,7 ouragans majeurs (atteignant au moins la catégorie 3 sur l'échelle de Saffir-Simpson). L'énergie cumulative des cyclones tropicaux (ACE) est de 96,1 annuellement durant la même période[2].

La prévisions d'activité des ouragans sont émises avant chaque saison des ouragans par des experts des ouragans comme Philip J. Klotzbach, William M. Gray et leurs associés de l'Université d'État du Colorado (CSU), par le National Weather Service de la NOAA, le Met Office et d'autres services spécialisés. Une saison est définie comme supérieure à la normale, près de la normale ou au-dessous de la normale par la combinaison du nombre de tempêtes nommées, le nombre ayant atteint la force d'ouragan, le nombre d'ouragans majeurs et l'indice de l'ACE.

Le , le Tropical Storm Risk (TSR), un consortium public composé d'experts en assurance, en gestion des risques et en prévision climatique saisonnière à l'University College de Londres, a publié son premier estimé de l'activité cyclonique saisonnière au cours de la saison 2016. Selon leur rapport, l'activité serait d'environ 20 % inférieure à la moyenne 1950 à 2015, environ 15 % inférieur à la moyenne de 2005 à 2015, avec un total de 13 (± 5) tempêtes tropicales, 5 (± 3) ouragans, 2 (± 2 ) ouragans majeurs et un indice ACE cumulatif de 79 (± 57) unités. Cette prévision était largement basée sur une prévision des alizés très faibles au cours de la saison des ouragans, résultant de l'affaiblissement prévu de l'événement El Niño de 2014-16[3].

Le , le TSR a mis à jour sa prévision en diminuant le nombre de tempêtes nommées à 12 mais augmenta le nombre d'ouragans à 6[4]. Le , l'université d'État du Colorado (CSU) émit son diagnostic prévoyant une saison près des normales avec 13 tempêtes nommées, dont 6 ouragans et 2 ouragans majeurs, et une énergie accumulée de 93[5]. Le lendemain, l'université d'État de Caroline du Nord (NCSU) émit sa propre prévision donnant de 15 à 18 tempêtes nommées, dont 8 à 11 ouragans avec 3 à 5 majeurs[6].

Un mois plus tard le Met Office de Grande-Bretagne sortait sa prévision d'une saison légèrement au-dessus de la normale avec 14 tempêtes nommées, dont 8 ouragans, et une énergie de 125[7]. Le , c'était au tour du National Weather Service des États-Unis de parler de la saison et de mentionner qu'elle avait 70 % probabilité d'être autour de la normale avec de 10 à 16 tempêtes nommées, dont 4 à 9 ouragans et 1 à 4 majeurs, ces écarts reflétant cependant une certaine incertitude[8].

Début , Météo-France et le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) ont émis leur prévision de 14 systèmes tropicaux pour la saison 2016, en comptant les deux déjà rapportés au moment de la mise sous presse, soit un peu au-dessus des normales et proche des moyennes des dernières années. Il est mentionné qu'après une phase El Niño extrêmement forte, le cycle ENSO basculerait progressivement en cours de saison cyclonique vers une phase La Niña, ce qui engendre normalement sur l’Atlantique tropical des conditions de températures, de vents et de circulations favorables à l’activité cyclonique. De plus, la température de surface de la mer de l’océan Atlantique montrerait des anomalies chaudes dans la zone tropicale, favorables à la cyclogénèse tropicale et à l'intensification des systèmes, et des anomalies plutôt froides sur les régions tempérées souvent précurseurs des grands centres d’action sur l’Atlantique aussi favorables au processus[9].

Prévisions de l'activité tropicale pour la saison 2016
Source Date Tempêtes nommées Ouragans Ouragans
majeurs
Réf.
TSR 13 (± 5) 5 (± 3) 2 (± 2) [3]
TSR 12 6 2 [4]
CSU 13 6 2 [5]
NCSU 15-18 8-11 3-5 [6]
Met Office 14 8 - [7]
NWS 10-16 4-9 1-4 [8]
CEPMMT/
Météo-France
Juin 2016 14 [9]
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Moyenne (1981–2010) 12.1 6.4 2.7 [10]
Record d'activité maximum 28 (saison 2005) 15 (saison 2005) 8 (saison 1950) [11]
Record de plus faible activité 4 (saison 1983) 2 (saison 1982) 0† (saison 1994) [11]

Nom des tempêtes

La liste des noms utilisée pour nommer les tempêtes et les ouragans pour 2016 sera la même que celle de la saison cyclonique 2010 sauf pour Igor et Tomas qui ont été retirés et seront remplacés par Ian et Tobias pour 2016. Le 26 mars 2017, il est annoncé qu'en raison des importants dégâts humains et matériels qu'ils ont causés, les noms Matthew et Otto sont retirés de la liste et à la place, seront utilisés, pour la saison 2022, les noms Martin et Owen.

Cyclones
1 Alex
TT Bonnie
TT Colin
TT Danielle
1 Earl
TT Fiona
3 Gaston
1 Hermine
TT Ian
TT Julia
TT Karl
TT Lisa
5 Matthew
4 Nicole
3 Otto
Inc. Paula
Inc. Richard
Inc. Shary
Inc. Tobias
Inc. Virginie
Inc. Walter

Déroulement de la saison

La saison a commencé exceptionnellement tôt — le  — lorsque l'ouragan Alex a fait son apparition au sud des Açores en dépit d’eaux plus froides et de la circulation causant normalement trop de cisaillement pour la formation d'un cyclone tropical.

Une semaine avant le début officiel de la saison, c'est la tempête tropicale Bonnie qui s'est formée, donnant de fortes pluies en Caroline du Sud. Les tempêtes Colin et Danielle ont suivi en juin causant des inondations locales. Il a fallu attendre au début août pour voir un nouvel ouragan, Earl, qui lui a donné des pluies importantes au Honduras et au Mexique, causant au moins 60 pertes de vie. Toujours en août, plusieurs ondes tropicales sont apparues en seconde moitié du mois mais elles eurent de la difficulté à produire des systèmes organisés : Fiona atteignit péniblement le seuil de tempête tropicale puis disparut, Gaston eu à souffrir longtemps de conditions marginales mais devint finalement un ouragan majeur, la dépression Huit ne fit pas grand chose et finalement l'ouragan Hermine causa 5 pertes de vie en passant du nord de la Floride à la côte est de États-Unis.

Septembre fut semblable avec plusieurs ondes africaines passant autour de la périphérie de la crête subtropicale. Ian, Karl, Julia et Lisa eurent tous à faire face à des conditions peu favorables mais persistèrent assez longtemps malgré tout grâce à la température chaude de la mer et donnèrent du fil à retordre aux prévisionnistes du National Hurricane Center. Le mois se termina cependant par Matthew qui passa de tempête tropicale à ouragan de catégorie 5 en deux jours (du 28 au 30). Il s'agissait du premier ouragan de cette catégorie depuis 2007 dans la bassin Atlantique. Se déplaçant lentement de la mer des Caraïbes vers la côte Atlantique, il fit des dégâts énormes, plus de 1 000 décès et eut une longue vie débordant jusqu'au 9 octobre. Ses restes s'unissant avec un système frontal donnèrent une tempête de pluie et de vent sur les provinces de l'Atlantique du Canada les jours suivants.

Nicole se développa le 4 octobre au sud des Bermudes mais son développement fut inhibée par la présence de Matthew jusqu'au 9. Par la suite, elle est devenue le troisième ouragan majeur de la saison et frappa les Bermudes le 13 octobre avant de se perdre dans l'Atlantique nord. Un mois plus tard, le 22 novembre, Otto est devenu un ouragan de catégorie 1, le plus tardif des annales du NHC dans les Caraïbes, et menaça la côte entre le Nicaragua et le Panama. Il fit plus de 20 morts lors de son passage de la côte de la mer des Caraïbes à la côte Pacifique.

Otto est le premier système tropical à garder le même nom en passant du bassin atlantique à celui du Pacifique, et vice-versa[1]. En effet, jusqu'en 1996, le National Hurricane Centre appliquait la règle qui veut que le nom associé dans le bassin d'origine change au profit du nom suivant dans la liste séquentielles des noms possibles pour l'autre bassin. Le dernier duo à avoir suivi cette règle est l'ouragan Cesar-Douglas de 1996 ce qui montre que le phénomène est assez rare[1].

Cyclones tropicaux

Ouragan Alex

Alex
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 140 km/h (85 mph) (1-min), 981 hPa (mbar)

Le , le National Hurricane Center émit une discussion mentionnant qu'une dépression extra-tropicale à environ 685 km à l'ouest-sud-ouest des Bermudes pourrait devenir subtropicale ou même tropicale au cours des deux jours suivants en traversant l'Atlantique[12]. Après une concentration des nuages convectifs près du centre le , le système fut classé tempête subtropicale et baptisé Alex à 1 260 km au sud-sud-ouest des Açores à 21 h UTC[13]. Il s'agit du premier système tropical à recevoir un nom aussi tôt en saison de l'histoire du bassin Atlantique, le premier également à se former en janvier depuis la saison 1978 et seulement le quatrième durant ce mois depuis le début des archives du NHC en 1851[14],[15].

À 15 h UTC le , Alex est devenu un ouragan de catégorie 1[16]. Il s'agissait du second ouragan de l'histoire à se former en janvier, le précédent s'est produit en 1938[17]. Cette formation est très inusitée car la température de la surface de la mer n'est que de 20 °C (au lieu du minimum habituel de 26 °C) mais la température en altitude est très froide, permettant une convection très développée[17]. Le au matin, Alex traversa les Açores en se déplaçant vers le nord à 39 km/h[18]. Il a frappé directement l'île de Terceira vers 13 h 15 UTC alors qu'il était redescendu au niveau de tempête tropicale avec des vents de 110 km/h[19]. Quelques heures plus tard, il est redevenu une dépression extra-tropicale à 470 km au nord de Terceira tout en se dirigeant vers le Groenland où il fusionna avec une autre dépression des latitudes moyennes.

Impact

La dépression extra-tropicale antérieure à la formation d’Alex a donné des rafales à 97 km/h aux Bermudes le , perturbant les transports aériens et maritimes, cassant des arbres et causant des pannes de courant. Des vagues allant jusqu'à 6,1 m ont été rapportées dans les eaux entourant l'archipel[20]. Durant les trois jours que dura le passage du système, il est tombé seulement 33 mm de pluie à l'aéroport international L.F. Wade[21].

Les îles du Centre et de l'Est de l'archipel des Açores, situées sur le passage de l'ouragan, furent placées en vigilance rouge le jeudi et la compagnie aérienne régionale SATA Air Açores, a reporté une trentaine de vols, clouant au sol plus de 700 passagers. Les écoles et les services publics furent aussi fermés sur plusieurs îles, selon l'Institut météorologique portugais. De petits éboulements et des débordements de cours d'eau furent signalés sur plusieurs îles avant l'arrivée du système mais c'étaient des incidents mineurs selon le président du gouvernement régional Vasco Cordeiro[22]. Il est tombé 103 mm de pluie à Lagoa, île de São Miguel, et 94 mm à Angra do Heroísmo de Terceira[23],[24]. Les rafales ont atteint 110 km/h sur Terceira et 80 km/h sur Santa Maria et à Ponta Delgada sur São Miguel[25]. Les dommages se sont limités à des arbres renversés et des pannes de courant sporadiques[26].

Tempête tropicale Bonnie

Bonnie
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 75 km/h (45 mph) (1-min), 1006 hPa (mbar)

Le , le National Hurricane Center nota la possibilité du développement d'une dépression subtropicale ou tropicale au nord des Bahamas. La convection s'est organisée au cours des jours suivants, donnant la dépression tropicale Deux le à 21 h UTC, la seconde avant le début officiel de la saison des ouragans, ce qui n'était pas arrivé depuis Alberto et Beryl lors de la saison 2012.

Environ 24 heures plus tard, le système fut reclassé en tempête tropicale et reçut le nom de Bonnie. Mais dès le matin du dimanche , elle était redescendue au niveau de dépression tropicale en touchant la côte de la Caroline du Sud près de Charleston à Isle of Palms. Elle dériva durant 24 heures sur la Caroline du Sud avant de devenir une faible dépression extra-tropicale sur la portion nord-est de l'État à 15 h UTC le [27].

Contre toute attente, le , Bonnie est redevenue une dépression tropicale au large du cap Hatteras (Caroline du Nord), après avoir erré le long de la côte durant trois jours, profitant des eaux chaudes du Gulf Stream et d'un faible cisaillement des vents[28]. Le — à 21 h UTC — Bonnie est redevenue une tempête tropicale à 460 km à l'est du cap Hatteras[29]. Le système est finalement devenu une faible dépression post-tropicale en soirée du en arrivant sur des eaux plus froides à 290 km au nord-nord-est des Bermudes[30]. Bonnie a ensuite été absorbée dans la circulation atmosphérique.

Bonnie a laissé de fortes accumulations de pluie en Caroline du Sud, causant des inondations locales et obligeant les autorités à fermer une portion de l’Interstate 95 dans le comté de Jasper[31]. Elle a également causé des courants d'arrachement le long de la côte qui ont nécessité des dizaines de sauvetages en mer et provoqué deux noyades : un jeune homme de 20 ans dans le comté de Brevard (Floride)[32] et un autre de 21 ans dans le comté de New Hanover (Caroline du Nord)[33].

Tempête tropicale Colin

Colin
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 85 km/h (50 mph) (1-min), 1000 hPa (mbar)

Tôt en , une dépression est entrée dans la mer des Caraïbes. Elle est demeurée assez désorganisée avec des orages occupant seulement son quadrant est. En approchant de la péninsule du Yucatán, les nuages convectifs se sont finalement généralisés autour du système. À h UTC le , le National Hurricane Center des États-Unis conclut que la dépression était devenue tropicale et la dénomma Trois[34]. En fin d'après-midi le même jour, le système passait au niveau de tempête tropicale à 750 km au sud-ouest de Tampa, Floride, et fut nommé Colin[35].

La structure de Colin est demeurée non classique le , avec la zone la plus convective à l'avant du système et des tourbillons secondaires au lieu d'un seul centre bien défini. La tempête s'est dirigée vers l'est-nord-est, touchant terre dans la région du Big Bend, puis a traversé le nord de la Floride. Elle a donné de fortes pluies, causé des crues soudaines et des alertes de tornades furent émises. Elle est ressortie le en fin de matinée sur la côte est des Carolines et a amorcé rapidement sa transition vers une dépression post-tropicale[36].

Absorbée dans la circulation d'altitude, la dépression restante s'est intensifiée et a accéléré vers le nord-est pour affecter le littoral est du continent nord-américain. Le NHC a cessé ses bulletins en soirée du , la prévision pour la dépression revenant aux services météorologiques locaux des États-Unis et du Canada.

Tempête tropicale Danielle

Danielle
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 75 km/h (45 mph) (1-min), 1007 hPa (mbar)

Le , le National Hurricane Center a commencé à suivre une perturbation dans l'Ouest de la mer des Caraïbes [37]. Celle-ci est passée sur la péninsule du Yucatán ce qui a empêché son développement. Cependant, en ressortant sur la baie de Campêche, la perturbation s'est trouvée dans des conditions favorables et Danielle s'est donc formée le sur le Sud-Ouest du golfe du Mexique comme une dépression tropicale. Tôt le matin du , elle est devenue une tempête mais a touché la côte le même soir, juste au nord de Tuxpan au Mexique. Elle s'est ensuite dissipée en entrant dans les terres.

Ce faible système a donné des pluies torrentielles. Les autorités de l'État de Veracruz ont fermé les écoles et le port de Veracruz. Des inondations ont affecté 1 200 familles dans la ville de Pueblo Viejo, ce qui a provoqué le déclenchement du programme de refuges en cas de désastre[38].

Ouragan Earl

Earl
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 130 km/h (80 mph) (1-min), 979 hPa (mbar)
Article détaillé : Ouragan Earl (2016).

Le 28 juillet, une onde tropicale est sortie de la côte ouest-africaine. En se dirigeant vers l'ouest, des bandes orageuses s'y sont formées et le 30 juillet, la convection a augmenté en passant dans les Petites Antilles où la température de surface de la mer était au-dessus de la normale et le cisaillement vertical des vents faible[39].

Le précurseur d’Earl a donnée des pluies torrentielles et des inondations dans les Petites Antilles à la fin juillet. Après son développement le 2 août dans la mer des Caraïbes, des alertes cycloniques furent émis pour les zones côtières du Belize, du Honduras et de la partie sud de la péninsule du Yucatán. Earl a touché terre au sud de Belize City où il a causé de graves inondations puis a traversé vers la péninsule du Yucatán avant d'aller mourir dans les montagnes à l'ouest de l'État de Veracruz au Mexique.

Il fit au moins 60 morts, en plus de donner des pluies diluviennes et causé des dommages de plus de 115,5 millions $US.

Tempête tropicale Fiona

Fiona
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 75 km/h (45 mph) (1-min), 1005 hPa (mbar)

Tard le 14 août, le NHC commença à suivre une perturbation au large de la côte africaine[40]. Sous un flux d'altitude d'est-sud-est, l'onde s'organisa grauellement pour devenir la dépression tropicale Six le 17 août à h UTC[41] et la tempête tropicale Fiona plus tard le même jour[42].

Poursuivant lentement sa progression vers l'ouest-nord-ouest, le système n'a pas rencontré de conditions favorables à son développement et le 22 août à h UTC fut déclassé en dépression tropicale[43]. Finalement, Fiona est devenu une faible dépression post-tropicale en après-midi du 23 août à 690 km au sud des Bermudes[44]. Les restes de la circulation de surface se sont ensuite dirigés à 25 km/h vers le nord-ouest avant de se dissiper.

Ce faible système tropical ayant passé toute sa vie en mer, aucun dégât ou perte de vie ne lui est attribué.

Ouragan Gaston

Gaston
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 195 km/h (120 mph) (1-min), 956 hPa (mbar)

Issu d'une onde tropicale sortant de la côte d'Afrique de l'ouest le 18 août, Gaston est devenu la dépression tropicale Sept le 22 août à 21 h UTC, puis une tempête tropicale quelques heures plus tard à 725 km à l'ouest de îles du Cap-Vert[45]. Le système effectue ensuite un lent trajet vers l'ouest-nord-ouest où les conditions sont marginalement favorables à son développement.

Le NHC hausse Gaston au niveau d'ouragan de catégorie 1 le 25 août à h 15 UTC à 1 955 km à l'ouest des îles du Cap-Vert après que le rapport d'un avion de reconnaissance sans pilote y ait trouvé des vents de 120 km/h[46]. Cependant, quelques heures plus tard, le système retombe au niveau de tempête tropicale avec son entrée dans une zone de fort cisaillement vertical des vents[47].

Tard le 27 août, Gaston s'est de nouveau retrouvé dans une zone favorable à son développement. À h UTC le 28, le NHC l'a à nouveau rehaussé au niveau d'ouragan de catégorie 1 alors qu'il se trouvait à 1 055 km à l'est-sud-est des Bermudes et se déplaçait seulement à 13 km/h[48]. Dès 16 h UTC, le NHC rapporta que la tempête avait atteint la seconde catégorie et il est devenu le premier ouragan majeur à 21 h UTC à 935 km à l'est de Bermudes, ses vents soufflant à 195 km/h[49].

Avançant très lentement le 29, sa trajectoire s'incurva vers le nord-est et Gaston redescendit à la catégorie 2. Le 31 août à h UTC, il remonta à la catégorie 3[50]. Cependant, il amorça ensuite un lent affaiblissement en se dirigeant vers les Açores où une alerte cyclonique fut émise. Il ainsi redescendit à la catégorie 1 le 1er septembre en s'aventurant sur des eaux plus froides.

Le 2 septembre à h UTC, Gaston est retombé au niveau de tempête tropicale forte et atteignit l'île de Flores dans les Açores à 18 h UTC avec des vents soutenus de 100 km/h[51]. Poursuivant vers l'est-nord-est, il a rapidement quitté l'archipel tout en faiblissant pour devenir post-tropical le lendemain[52]. Le seul endroit ayant subi les foudres de Gaston fut l'archipel des Açores et les autorités ne rapportèrent aucun dégât important ni perte de vie[53].

Dépression tropicale Huit

Huit
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 55 km/h (35 mph) (1-min), 1010 hPa (mbar)

Le 26 août, le NHC a commencé à s'intéresser à une perturbation tropicale au sud des Bermudes ayant un certain potentiel de développement[54]. Le 28 août, le système s'était suffisamment organisé pour devenir la dépression tropicale Huit à 500 km à l'ouest des Bermudes[55].

Au cours des jours suivants, elle se dirigea lentement vers la côte de la Caroline du Nord sans changer d'intensité, la chaleur du Gulf Stream aidant à la maintenir mais le cisaillement des vents agissant inversement. Le 30 août au soir (le 31 à h UTC), elle était à 115 km au sud-est du Cap Hatteras et commença à tourner vers le nord-est[56]. Le 1er septembre à h UTC, la dépression est devenue post-tropicale à 655 km au nord du Cap Hatteras en entrant sur des eaux plus froides et fut absorbée dans la circulation générale[57].

Ouragan Hermine

Hermine
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Forte dépression post-tropicale jusqu'au 8 septembre.
Intensité 130 km/h (80 mph) (1-min), 982 hPa (mbar)
Article détaillé : Ouragan Hermine.

Hermine fut le neuvième système tropical à se former durant la saison 2016 dans l'Atlantique nord à partir d'une onde tropicale sortant de la côte ouest de l'Afrique le 18 août[58]. Le 28 août, il est devenu une dépression tropicale portant le nom de Neuf[59] et le 31 août, le huitième à devenir une tempête tropicale[60]. Finalement, il est passé au stade d'ouragan de catégorie 1 le 1er septembre, le quatrième de la saison.

Le 2 septembre à h 40 UTC (h 40 locale), Hermine a touché la côte à St. Mark (comté de Wakulla) dans la région du Big Bend Coast avec des vents soutenus de 130 km/h et une pression centrale de 982 hPa[61]. Elle a ensuite traversé le nord de la Floride, en Géorgie, dans les Carolines et est ressortie par les Outer Banks sur l'Atlantique. Devenue alors post-tropicale, Hermine a dérivé vers le nord, gardant une intensité similaire à celle d'une tempête tropicale jusqu'au 6 septembre puis se dissipant le 8 septembre.

Le système pré-Hermine a donnée de fortes pluies et causés certains dommages à Cuba mais son impact le plus important s'est fait sentir le long de sa trajectoire passant par le nord de la Floride à la côte est des États-Unis. Deux décès lui sont attribuables dans sa phase tropicale, 2 autres après être devenue extratropicale et un mort indirect par un accident de la circulation.

Tempête tropicale Ian

Ian
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 95 km/h (60 mph) (1-min), 994 hPa (mbar)

Une onde tropicale, sortie de la côte ouest de l'Afrique le 6 septembre, s'est dirigée vers l'ouest dans un environnement peu favorable à son développement[62]. À plus de 1 660 km à l'ouest des petites Antilles, elle s'est mise à courber vers le nord-nord-ouest. Le 12 septembre au matin, l'onde devenait la dépression tropicale Onze puis la tempête tropicale Ian en fin d'après-midi à 1 735 km à l'est-sud-est des Bermudes[63].

Le système accéléra ensuite vers le nord-nord-est et le matin du 16 septembre se trouvait à 965 km à l'est du Cap Race, Terre-Neuve, Canada[64]. Le NHC le déclara post-tropical à 16 h UTC le même jour et mentionna qu'il se déplaçait alors dans la circulation atmosphérique générale. Il sera absorbé dans les deux jours suivants par une dépression des latitudes moyennes plus étendue se dirigeant vers l'Islande.

Tempête tropicale Julia

Julia
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 65 km/h (40 mph) (1-min), 1007 hPa (mbar)

Une onde tropicale associée à des nuages convectifs a commencé être suivi le 8 septembre au matin par le NHC[65]. Ce dernier ne lui donnait que peu de chances de devenir un système organisé. La faible circulation a longé l'arc antillais puis le sud-est de la Floride avant que finalement la tempête tropicale Julia en émerge le 14 septembre à h UTC (13 septembre à 23 h locale) à 10 km à l'ouest de Jacksonville (Floride)[66]. C'est le premier cyclone tropical à se former à l'intérieur des terres dans l'Atlantique depuis la tempête tropicale Beryl en 1988[67] et le premier à se former ainsi en Floride[68].

La tempête dériva ensuite le long de la côte nord-est de la Floride, puis celle de la Géorgie, alimentée par le eaux chaude du Gulf Stream, mais sans intensification à cause de la friction avec la terre et le fort cisaillement des vents en altitude. Le matin du 15 septembre, Julia retomba au niveau de dépression tropicale à 95 km au sud-sud-est de Charleston et fit ensuite une boucle au large de la Caroline du Sud en oscillant autour du seuil entre dépression et tempête tropicale, alimentée par les eaux chaudes. À partir du 17, elle se maintint à peine comme dépression tropicale sous un fort cisaillement vertical des vents tout en continuant à dériver au large des côtes des Carolines. Finalement, à h UTC le 19 septembre (23 h locale le 18 septembre), le NHC émit son dernier bulletin après que Julia fut devenue post-tropical à 175 km au sud-sud-est de Myrtle Beach (Caroline du Sud)[69]. Les restes du système se dirigèrent vers la côte de Caroline du Nord.

Bien que Julia ait laissé des quantités importantes de pluie sur le nord de la Floride et le sud-est de la Géorgie, peu de dégâts lui furent associées. Les écoles et les services gouvernementaux restèrent ouverts, quelques inondations mineures furent signalées à Brunswick (Géorgie) et les vents cassèrent des branches d'arbres qui tombèrent sur les lignes d'alimentation en électricité à l'île de Saint-Simon. Les pluies de Julia aidèrent même à combler un déficit de précipitations dans la région[70]. Les restes de Julia donnèrent des pluies modérées sur la côte des Carolines.

Tempête tropicale Karl

Karl
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 110 km/h (70 mph) (1-min), 988 hPa (mbar)

Une onde tropicale, sortie de la côte ouest de l'Afrique tard le 12 septembre, s'est dirigée vers l'ouest. Elle est rapidement devenue la dépression tropicale Douze le 14 septembre à 16 h UTC à 310 km à l'ouest-nord-ouest des îles du Cap Vert[71]. Le 16 septembre à h UTC, elle est devenue la tempête tropicale Karl à 930 km à l'ouest-nord-ouest des îles du Cap Vert[72].

Après plusieurs jours à se diriger lentement vers l'ouest-nord-ouest dans un environnement peu favorable, Karl est redescendu temporairement au niveau de dépression tropicale le 21 septembre au matin à 560 km au nord-est des Petites Antilles avant de remonter à tempête en fin de journée le lendemain et à tourner vers le nord[73]. Le 23 septembre, Karl s'est enfin retrouvé dans des conditions favorables au développement en se dirigeant vers les Bermudes et une alerte cyclonique fut émise pour ces îles[74]. Durant la nuit du 23 au 24 septembre, la tempête est passée 80 km à l'est de l'archipel puis s'est dirigé rapidement vers le nord-est tout en se creusant.

Karl est devenu post-tropicale le 25 septembre à 15 h UTC à 865 kmau sud-sud-est de Cap Race, Terre-Neuve[75]. La convection associé avec le système s'est transformé en nuages de type plus nimbostratus et pris une configuration plus typique des dépressions frontales. Se dirigeant à 80 km/h vers le nord-est, elle fut absorbée dans les jours suivants par une dépression des latitudes moyennes[75].

Karl ne toucha que les Bermudes où seulement des dégâts mineurs furent rapportés et aucune perte de vie ne fut à déplorer. Un peu plus de 800 abonnés furent privés d'électricité à cause des bris par les vents soutenus de 52 milles par heure (84 km/h) avec des rafales à plus de 62 milles par heure (100 km/h)[76]. Les services publics, traversiers et les vols aériens furent interrompus pendant la tempête. Le navire de croisière Norwegian Breakaway quitta le port d'Hamilton plusieurs heures avant son départ normal du 23 septembre afin d'éviter le mauvais temps[77].

Tempête tropicale Lisa

Lisa
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 85 km/h (50 mph) (1-min), 999 hPa (mbar)

Une onde tropicale, sortie de la côte ouest de l'Afrique le 15 septembre, s'est dirigée vers l'ouest et a donné de fortes pluies en passant près des îles du Cap Vert. Elle prit plusieurs jours pour devenir la dépression tropicale Treize le 19 septembre à 21 h UTC à 560 km à l'ouest-sud-ouest de ces îles[78]. Le 20 septembre, le système est passé au niveau de tempête tropicale nommée Lisa. Comme dans le cas de Karl, l'environnement fut peu favorable à un développement durant les jours suivants[79]. Le 23 septembre, elle est redescendue au niveau de dépression tropicale, puis de dépression post-tropicale le lendemain avant de se dissiper. La majorité de sa vie fut passée en plein océan.

Ouragan Matthew

Matthew
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 260 km/h (160 mph) (1-min), 934 hPa (mbar)
Article détaillé : Ouragan Matthew.

Le 22 septembre, une onde tropicale est sortie de la côte ouest africaine. Le NHC ne lui donnait qu'une très faible possibilité de développement à court terme, à cause du fort cisaillement des vents, mais prévoyait des conditions favorable dès la semaine suivante[80]. L'onde traversa donc l'Atlantique tropical en s'organisant très lentement mais une fois rendue au sud-est des îles du Vent, des avions de reconnaissance purent déterminer qu'une circulation fermée de surface s'y était formée. Le NHC reclassa donc le système comme la tempête tropicale Matthew le 28 septembre alors qu'il était à 55 km au sud-est de Sainte-Lucie[81]. Dès lors des alertes cycloniques furent émises pour les Petites Antilles dont une vigilance orange pour La Martinique et La Guadeloupe.

Matthew entra ensuite dans la sud de la mer des Caraïbes. Un rapport d'un avion chasseur d'ouragans démontra qu'il était devenu un ouragan de catégorie 1 le 29 septembre à 14 h UTC à 300 km au nord-est de Curaçao[82]. Le 30 septembre, l'ouragan est passé successivement à la catégorie 2 tôt le matin, 3 en fin de matinée, 4 en fin d'après-midi et 5 en soirée au large de la Colombie. Ce fut le premier ouragan à atteindre ce niveau dans le bassin atlantique depuis Felix en 2007[83].

Matthew affecta un lent changement de direction vers le nord pour passer entre Haïti et Cuba, à la catégorie 4, les 4 et 5 octobre. L'ouragan tourna ensuite vers le nord-ouest, à travers les Bahamas, en direction de la côte est de la Floride et des Carolines. Il longea ces côtes du 7 au 9 octobre puis s'éloigna en mer. Les restes de Matthew se sont ensuite associés avec une tempête en formation qui s'est dirigée vers Terre-Neuve.

L'ouragan a fait entre 586 et 1 000 morts en Haïti selon les sources et des dégâts évalués à plusieurs milliards de dollars tout le long de sa trajectoire.

Ouragan Nicole

Article détaillé : Ouragan Nicole (2016).
Nicole
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 215 km/h (130 mph) (1-min), 950 hPa (mbar)

Nicole débuta comme une zone disparate de nuages convectifs sous une onde tropicale bien à l'est des petites Antilles le 1er octobre. Ce n'est que le 4 octobre au matin qu'il est devenu une tempête tropicale à 705 km au sud des Bermudes. Affectée par un cisaillement important des vents en altitude causé par l'ouragan Matthew, Nicole se dirigea lentement vers le nord-ouest. Malgré tout le système est devenu un ouragan de catégorie 1 en après-midi du 6 octobre[84].

Puis le 7 octobre à h UTC, l'ouragan passa à la catégorie 2 à 545 km au sud des Bermudes et s'est mis à faire une boucle au sud de cette position au cours des jours suivants en redescendant cependant au niveau de tempête tropicale[85].

Le 10 octobre au matin, libérée de l'influence de Matthew, le système à 810 km au sud des Bermudes a commencé à se diriger lentement vers le nord redevint un ouragan de catégorie 1 le lendemain après-midi à 575 km au sud-sud-ouest de l'archipel et des avertissements d'ouragan furent alors émis pour ce territoire[86].

Le 12 octobre, Nicole est repassé à la catégorie 2 puis à la catégorie 4 en soirée à 290 km au sud-sud-ouest des Bermudes, ce qui en fait le troisième ouragan majeur de la saison[87]. Le 13 octobre à 15 h UTC, le National Hurricane Center rapporta que le centre de l’œil de 25 milles marins (46 km) de largeur de Nicole passait juste à l'est de l'île principale des Bermudes. Il était alors redescendu à la catégorie 3 de l'échelle de Saffir-Simpson mais ses vents soutenus étaient quand même de 195 km/h[88].

Nicole s'éloigna ensuite vers le nord-est tout en diminuant très lentement d'intensité. Malgré un cisaillement important des vents en altitude et une température de la mer en diminution, l'ouragan ne redescendit au niveau de tempête tropicale que le 15 octobre à h UTC[89]. Cependant, à 15 h UTC, le système était redevenu un ouragan de catégorie 1 à 885 km au sud-sud-est de Cap Race (Terre-Neuve).Il se joindra finalement à un système des latitudes moyennes sortant du Labrador pour aller donner une importante tempête sur la côte est du Groenland.

Ouragan Otto

Article détaillé : Ouragan Otto.
Otto
Image satellite.
Image satellite.
Trajectoire.
Trajectoire.
Durée de vie
Intensité 185 km/h (115 mph) (1-min), 975 hPa (mbar)

Le NHC commença à surveiller une zone désorganisée d'orages dans le sud de la mer des Caraïbes dès le 14 novembre. Bien qu'un centre dépressionnaire se forma dans les jours suivants, il fallu attendre à la nuit du 20 au 21 novembre pour que les bandes de précipitations soient assez organisées pour nommer le système dépression tropicale Seize au large de la Colombie. Au matin, le NHC la reclassait en tempête tropicale et lui donna le nom d’Otto à 285 km à l'est-sud-est de l'île de San Andrés, Colombie, puis effectua une boucle dans le secteur[90].

Le 22 novembre à 21 h UTC, Otto est devenu le septième ouragan de la saison à 375 km l'est de Limón, Costa Rica, atteignant la catégorie 1[91]. Il s'agit de l'ouragan le plus tardif dans les Caraïbes des annales du NHC, une journée plus tard que l'ouragan Martha en 1969[92]. Il dériva par la suite près la côte de ce pays, alternant entre tempête tropicale et ouragan le 23 novembre à cause d'un fort cisaillement des vents en altitude puis prenant de l'intensité.

Le 24 novembre à 17 h, le NHC rapporta que l'ouragan, devenu de catégorie 2, frappa la côte du Nicaragua près de la petite ville de San Juan, à la frontière avec le Costa Rica[93]. La nuit du 24 au 25 novembre, le système redevint une tempête tropicale en passant à travers l'isthme sud-américain et ressortit dans l'océan Pacifique, sa trajectoire passant le long de la frontière entre le Nicaragua et le Costa Rica. Il s'éloigna ensuite en mer et le 26 novembre, Otto s'est dissipé en après-midi à 780 km au sud de Puerto Angel, État de Oaxaca, Mexique[94].

C'est l'ouragan le plus au sud qui s'est jamais développé dans la mer des Caraïbes à frapper la côte centre américaine dans des annales du National Hurricane Centre, le plus tardif également dans cette région depuis 1934 et le plus puissant observés à cette date dans le bassin atlantique[95]. Il a laissé d'importantes quantités de pluie et fait plus de 20 décès.

Otto est le premier système tropical à garder le même nom en passant du bassin atlantique à celui du Pacifique, et vice-versa[1]. Il s'agit également de la seule tempête tropicale ou ouragan dont le centre soit passé n'importe où au Costa Rica dans les annales du NHC, soit depuis 1851[1].

Chronologie des événements

Ouragan OttoOuragan MatthewOuragan Hermine (2016)Ouragan Earl (2016)

Notes et références

  1. a, b, c, d et e (en) Jeff Masters et Bob Henson, « Otto Shifts from Atlantic to Pacific after Historic Landfall in Central America », WunderBlog, sur www.wunderground.com, The Weather Underground, (consulté le 26 novembre 2016).
  2. (en) Philip J. Klotzbach et William M. Gray, « Extended Range Forecast of Atlantic Seasonal Hurricane Activity and U.S. Landfall Strike Probability for 2009 » [PDF], Université d'État du Colorado, (consulté le 14 janvier 2016).
  3. a et b (en) Mark Saunders et Adam Lea, « Extended Range Forecast for Atlantic Hurricane Activity in 2016 », Londres, Royaume-Uni, Tropical Storm Risk, (consulté le 15 janvier 2016).
  4. a et b (en) Mark Saunders et Adam Lea, « April Forecast Update for Atlantic Hurricane Activity in 2016 » [PDF], Londres, Royaume-Uni, Tropical Storm Risk, (consulté le 26 mai 2016).
  5. a et b (en) Philip J. Klotzbach, « Extend range Forecast of Atlantic Seasonal Hurricane Activity and Landfall Strike Probability for 2016 » [PDF], Université d'État du Colorado, (consulté le 22 mai 2016).
  6. a et b (en) Tracey Peake et Lian Xie, « East Coast Should Expect Active Hurricane Season, Researchers Say », Université d'État de Caroline du Nord, (consulté le 26 mai 2016).
  7. a et b (en) « Met Office Predicts Slighly Above Average Atlantic Hurricane Season », (consulté le 22 mai 2016).
  8. a et b (en) Climate Prediction Center, « Near Normal Atlantic Hurricane Season Most Likely year », National Oceanic and Atmospheric Administration, (consulté le 28 mai 2016).
  9. a et b Direction Inter-Régionale Antilles-Guyane, « Prévisions saisonnières de l'activité cyclonique 2016 sur le bassin Atlantique nord tropical, mer des Caraïbes et golfe du Mexique » [PDF], Météo-France, (consulté le 24 juin 2016).
  10. (en) Climate Prediction Center, « Background Information: The North Atlantic Hurricane Season », sur National Oceanic and Atmospheric Administration, (consulté le 18 février 2014).
  11. a et b (en) Hurricane Research Division; Atlantic Oceanographic and Meteorological Laboratory, « Atlantic hurricane best track (HURDAT version 2) », sur National Hurricane Center, National Oceanic and Atmospheric Administration, (consulté le 18 février 2014).
  12. (en) Michael J. Brennan, « Special Tropical Weather Outlook valid 325 pm EST Thu Jan 7 2016 », Miami, Floride, National Hurricane Center (consulté le 14 janvier 2016).
  13. (en) Richard J. Pasch, « Subtropical Storm Alex Advisory Number 1 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 14 janvier 2016).
  14. (en) Richard J. Pasch, « Subtropical Storm Alex Discussion Number 1 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 14 janvier 2016).
  15. (en) Bo Petersen, « 2016 Hurricane season gets very early start », The Post And Courier,‎ (lire en ligne).
  16. (en) Richard J. Pasch, « Subtropical Storm Alex Advisory Number 4 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 14 janvier 2016).
  17. a et b (en) Tony Wood, « Alex makes hurricane history », Inquirer Weather Columnist,‎ (lire en ligne).
  18. (en) Michael J. Brennan, « Hurricane Alex Advisory Number 7A », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 15 janvier 2016).
  19. (en) Richard J. Pasch, « Hurricane Alex Advisory Number 8 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 15 janvier 2016).
  20. (en) Jonathan Bell, « Windy weather affects flights and power », The Royal Gazette,‎ (lire en ligne).
  21. (en) « Climate Data: Monthly Climate Report », Bermuda Weather Service, (consulté le 15 janvier 2016).
  22. Agence France-Presse, « Alerte maximale aux Açores: l'ouragan Alex arrive », La Presse,‎ (lire en ligne).
  23. (en) « Lagoa IAZORESL2 », Weather Underground, (consulté le 15 janvier 2016).
  24. (en) « Santa Luzia meteo IANGRADO6 », Weather Underground, (consulté le 15 janvier 2016).
  25. (en) « Rare January Hurricane Alex Landfalls in The Azores as a Tropical Storm », Atlanta, Georgie, The Weather Channel, (consulté le 15 janvier 2016).
  26. (en) « Hurricane Alex weakens to storm after little damage in Azores », Lisbonne, Portugal, Reuters, (consulté le 16 janvier 2016).
  27. (en) Todd B. Kimberlain, « Post-Tropical Cyclone Bonnie Discussion Number 12 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 30 mai 2016).
  28. (en) Beven, « Tropical Depression Bonnie Discussion Number 24 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 2 juin 2016).
  29. (en) Beven, « Tropical Depression Bonnie Discussion Number 29 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 3 juin 2016).
  30. (en) Beven, « Post-Tropical Cyclone Bonnie Discussion Number 34 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 4 juin 2016).
  31. (en) « Flooding from TD Bonnie prompts closing of portion of I-95 in SC », The Charlotte Observer,‎ (lire en ligne).
  32. (en) Christal Hayes, « Rip currents cause Kissimmee man to drown at beach, officials day », Orlando Sentinel,‎ (lire en ligne).
  33. (en) « Body of missing swimmer found on Kure Beach », WECT News,‎ (lire en ligne)
  34. (en) Brown, « Tropical Depression Colin Discussion Number 1 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 6 juin 2016).
  35. (en) Pasch, « Tropical Storm Colin Discussion Tropical Cyclone Update », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 6 juin 2016).
  36. (en) Brown, « Post-Tropical Cyclone Colin Discussion Number 9 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 7 juin 2016).
  37. (en) Todd B. Kimberlain, « Five-Day Tropical Weather Outlook 800 PM EDT Tue Jun 14 2016 », Miami, Floride, National Hurricane Center, (consulté le 21 juin 2016).
  38. (es) « Reportan daños por tormenta Danielle en Veracruz », e-consulta Veracruz, Veracruz, Mexique,‎ (lire en ligne)
  39. (en) Jack Beven, « Tropical Weather Outlook » [txt], National Hurricane Center, (consulté le 2 août 2016).
  40. (en) Daniel P. Brown, « Tropical Weather Outlook », National Hurricane Center, .
  41. (en) Stewart, « Tropical Depression Six Public Advisory Number 1 », National Hurricane Center, .
  42. (en) Stewart, « Tropical Storm Fiona Public Advisory Number 4 », National Hurricane Center, (consulté le 17 août 2016).
  43. (en) Brennan, « Tropical Depression Fiona Public Advisory Number 21 », National Hurricane Center, (consulté le 22 août 2016).
  44. (en) Blake, « Post-Tropical Cyclone Fiona Public Advisory Number 27 », National Hurricane Center, (consulté le 23 août 2016).
  45. (en) Brown, « Tropical Storm Gaston Public Advisory Number 2 », National Hurricane Center, (consulté le 23 août 2016).
  46. (en) Berg, « Hurricane Gaston Tropical Cyclone Update », National Hurricane Center, (consulté le 25 août 2016).
  47. (en) Brennan, « Tropical Storm Gaston Discussion Number 12 », National Hurricane Center, (consulté le 25 août 2016).
  48. (en) Blake, « Hurricane Gaston Tropical Cyclone Advisory Number 22 », National Hurricane Center, (consulté le 28 août 2016).
  49. (en) Pasch, « Hurricane Gaston Tropical Cyclone Advisory Number 25 », National Hurricane Center, (consulté le 28 août 2016).
  50. (en) Berg, « Hurricane Gaston Tropical Cyclone Advisory Number 34 », National Hurricane Center, (consulté le 31 août 2016).
  51. (en) Pasch, « Tropical Storm Gaston Advisory Number 44 », National Hurricane Center, (consulté le 2 septembre 2016).
  52. (en) Kimberlain, « Post-Tropical Storm Gaston Advisory Number 47 », National Hurricane Center, (consulté le 3 septembre 2016).
  53. Agence France-Presse, « Portugal: la tempête tropicale Gaston épargne les Açores », Le Quotidien,‎ (lire en ligne).
  54. Brennan et Brown, « Tropical Weather Outlook », National Hurricane Center, (consulté le 28 août 2016).
  55. (en) Brennan, « Tropical Depression Eight Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 28 août 2016).
  56. (en) Berg, « Tropical Depression Eight Advisory Number 11 », National Hurricane Center, (consulté le 30 août 2016).
  57. (en) Berg, « Remnants of Eight Advisory Number 16 », National Hurricane Center, (consulté le 1er septembre 2016).
  58. (en) Stewart, « Two-days Tropical Weather Outlook », National Hurricane Center, (consulté le 28 août 2016).
  59. (en) Brennan, « Tropical Depression Nine Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 28 août 2016).
  60. (en) Pasch, « Tropical Storm Hermine Advisory Number 12A », National Hurricane Center, (consulté le 31 août 2016).
  61. (en) Avila/Stewart, « Hurricane Hermine Tropical Cyclone Update », National Hurricane Center, (consulté le 2 septembre 2016).
  62. (en) Kimberlain, « Two days Graphical Tropical Weather Outlook », National Hurricane Center, (consulté le 14 septembre 2016).
  63. (en) Pasch, « Tropical Depression Eleven Discussion Number 2 », National Hurricane Center, (consulté le 14 septembre 2016).
  64. (en) Blake, « Post-Tropical Cyclone Ian Discussion Number 17 », National Hurricane Center, (consulté le 16 septembre 2016).
  65. (en) Avila, « Two days Graphical Tropical Weather Outlook », National Hurricane Center, (consulté le 14 septembre 2016).
  66. (en) Stewart/Franklin, « Tropical Storm Julia Discussion Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 14 septembre 2016).
  67. (en) Samantha Putterman, « Surprise! Tropical Storm Julia forms over land, but will have little impact on Tampa Bay's weather », Tampa Bay Times,‎ nil (lire en ligne).
  68. (en) Doyle Rice, « Tropical Storm Julia first to form over land in Florida », USA Today,‎ (lire en ligne).
  69. (en) Brown, « Post-Tropical Cyclone Julia Advisory Number 21 », National Hurricane Center, (consulté le 18 septembre 2016).
  70. (en) « Julia strengthens into a tropical storm once again », CBS News, (consulté le 16 septembre 2016).
  71. (en) Beven, « Tropical Depression Twelve Discussion Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 14 septembre 2016).
  72. (en) Stewart, « Tropical Storm Karl Discussion Number 7 », National Hurricane Center, (consulté le 16 septembre 2016).
  73. (en) Avila, « Tropical Depression Karl Discussion Number 28 », National Hurricane Center, (consulté le 21 septembre 2016).
  74. (en) Brennan, « Tropical Storm Karl Public Advisory Number 36A », National Hurricane Center, (consulté le 21 septembre 2016).
  75. a et b (en) Kimberlain, « Post-Tropical Depression Karl Public Advisory Number 45 », National Hurricane Center, (consulté le 25 septembre 2016).
  76. (en) Lisa Simpson, « TS Karl skirts island: outages, storm surge », The Royal Gazette, Hamilton, Bermudes,‎ (lire en ligne).
  77. (en) Josh , Ball, « Tropical Storm Karl Passes Near Bermuda, Turns North », ABS News, Associated Press,‎ (lire en ligne).
  78. (en) Stewart, « Tropical Depression Thirteen Discussion Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 19 septembre 2016).
  79. (en) Brennan, « Tropical Storm Lisa Discussion Number 9 », National Hurricane Center, (consulté le 21 septembre 2016).
  80. (en) Brennan, « Two Day Graphical Tropical Weather Oulook », National Hurricane Center, (consulté le 28 septembre 2016).
  81. (en) Brown, « Tropical Storm Matthew Public Advisory Number 1 », National Hurricane Center, (consulté le 28 septembre 2016).
  82. (en) Brown, « Hurricane Matthew Public Advisory Number 5A », National Hurricane Center, (consulté le 28 septembre 2016).
  83. (en) Avila, « Hurricane Matthew Discussion Number 12 », National Hurricane Center, (consulté le 30 septembre 2016).
  84. (en) Pasch, « Hurricane Nicole Special Advisory Number 10 », National Hurricane Center, (consulté le 6 octobre 2016).
  85. (en) Blake, « Hurricane Nicole Advisory Number 12 », National Hurricane Center, (consulté le 7 octobre 2016).
  86. (en) Brown, « Hurricane Nicole Advisory Number 30 », National Hurricane Center, (consulté le 11 octobre 2016).
  87. (en) Brennan, « Hurricane Nicole Advisory Number 36 », National Hurricane Center, (consulté le 12 octobre 2016).
  88. (en) Brown/Berg, « Hurricane Nicole Advisory Number 38 », National Hurricane Center, (consulté le 13 octobre 2016).
  89. (en) Berg, « Hurricane Nicole Advisory Number 44 », National Hurricane Center, (consulté le 15 octobre 2016).
  90. (en) Pasch, « Tropical Storm Otto Advisory Number 3 », National Hurricane Center, (consulté le 21 novembre 2016).
  91. (en) Blake/Pasch, « Hurricane Otto Advisory Number 8 », National Hurricane Center, (consulté le 23 novembre 2016).
  92. (en) Eric Blake, « Hurricane Otto Discussion Number 8 », National Hurricane Center, (consulté le 23 novembre 2016).
  93. (en) Avila, « Hurricane Otto Discussion Number 15A », National Hurricane Center, (consulté le 24 novembre 2016).
  94. (en) Avila, « Remnants of Otto Advisory Number 24 », National Hurricane Center, (consulté le 27 novembre 2016).
  95. (en) Jeff Masters, « Cat 2 Otto Slams Nicaragua, Costa Rica; Strongest Late-Season Hurricane on Record », Weather Underground, (consulté le 24 novembre 2016).

Liens externes

Saison cyclonique 2016 de l’océan Atlantique
A   B   C   D   E   F   G   8   H   I   J   K   L   M   N   O  
Échelle de Saffir-Simpson
D T 1 2 3 4 5