Saison 2006-2007 de l'Olympique lyonnais

Olympique lyonnais
Saison 2006-2007

Généralités
Président Drapeau : France Jean-Michel Aulas
Entraîneur Drapeau : France Gérard Houllier
Résultats
Championnat Champion
81 points (24V-9N-5D)
58 buts pour, 25 contre
Coupe de France Huitièmes de finale
Contre Marseille 1-2
Coupe de la Ligue Finale
Contre Bordeaux 0-1
Ligue des champions Huitièmes de finale
Contre l’AS Rome 0-0 et 0-2
Meilleur buteur Fred (11)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Chronologie

La saison 2006-2007 de l'Olympique lyonnais est la cinquante-septième de l'histoire du club. Elle débute alors que l'OL a remporté un nouveau titre de champion de France lors de la saison précédente. Gérard Houllier effectue sa seconde saison en tant qu'entraîneur et fixe comme objectif de remporter un nouveau titre synonyme d'une sixième victoire d'affilée et donc d'un record dans le Championnat de France. Le club est par ailleurs engagé en Ligue des champions, dans les deux coupes nationales et joue la finale du Trophée des champions.

Pour effectuer cette saison, lors de la trêve estivale, la direction du club utilise un budget de 45 millions d'euros consacré au recrutement de joueurs comme Jérémy Toulalan, Kim Källström, Sébastien Squillaci et Alou Diarra. Du côté des départs, Mahamadou Diarra est cédé au Real Madrid pour 26 millions d'euros. Pierre-Alain Frau et Sylvain Monsoreau sont également partants.

Finalement, l'Olympique lyonnais remporte le Trophée des champions et se voit sacré champion de France pour la sixième fois consécutive après la défaite de Toulouse à Rennes lors de la trente-troisième journée de Ligue 1. L'équipe parvient jusqu'en finale de la Coupe de Ligue, mais est éliminée de la Coupe de France et de la Ligue des champions dès les huitièmes de finale.

Historique

Recrutement actif

Gérard Houllier, entraîneur de l'OL

L'Olympique lyonnais débute la saison 2006-2007 en tant que tenant du titre de champion de France. Gérard Houllier effectue sa seconde saison en tant qu'entraîneur au club et l'objectif majeur est annoncé par ce dernier le 11 juillet : « Six titres d'affilée, aucun club ne l'a fait dans un grand championnat européen. Ce sera l'objectif[a 1]. » Pour ce faire, le club annonce dès le mois de mai qu'il dispose d'un budget de 45 millions d'euros consacré au recrutement[a 2]. Plusieurs discussions ont lieu, et le premier joueur recruté s'appelle Jérémy Toulalan en provenance de Nantes et qui signe un contrat d'une durée de quatre ans. Le transfert est officialisé le 17 mai 2006 et est estimé à 7,5 millions d'euros[a 2]. Quelques jours plus tard, Sylvain Wiltord prolonge le contrat qui le lie à l'Olympique lyonnais pour deux saisons supplémentaires[a 3]. L'OL continue de renforcer son milieu de terrain en recrutant le Suédois Kim Källström au Stade rennais pour huit millions d'euros et pour une durée de quatre ans[a 4]. À la fin du mois de juin, un accord est trouvé avec l'AS Monaco pour l'échange de deux joueurs : Sylvain Monsoreau quitte le stade de Gerland alors que Sébastien Squillaci vient renforcer la défense lyonnaise[a 5]. Le premier est vendu pour 4,5 millions d'euros alors que le second est recruté pour 7,9 millions d'euros. Par ailleurs, l'Olympique lyonnais entre en contact avec l'Olympique de Marseille pour un éventuel recrutement de Franck Ribéry qui échouera[a 5] et laisse partir Nilmar, après une année de prêt, au club des Corinthians pour un montant de dix millions d'euros[1]. Du côté des départs, Pierre-Alain Frau n'ayant pas réussi à s'imposer dans l'attaque lyonnaise est vendu au Paris-Saint-Germain pour cinq millions d'euros[a 1], Lamine Diatta est vendu à Saint-Étienne[a 6] et le 7 juillet[2], le jeune milieu de terrain Jérémy Clément signe au Glasgow Rangers pour un million et demi d'euros[3]. À une semaine de la fermeture du marché des transferts, le milieu de terrain Mahamadou Diarra est transféré au Real Madrid contre 26 millions d'euros et l'Olympique lyonnais achète le Lensois Alou Diarra pour 6,26 millions d'euros[a 7].

Quelques jeunes joueurs issus du centre de formation quittent le club[4] : Daniel Jaccard, gardien de but part à Bastia[5], Johann Truchet après six mois de prêt au Stade de Reims est vendu à l'EA Guingamp[6] et Rémy Riou est prêté une saison au FC Lorient[7]. D'autre part, Yacine Hima[8] et Sylvain Idangar sont de retour de prêt[9].

Année de Coupe du monde

Maillot extérieur pour la saison 2006-2007

L'année 2006 étant une année de Coupe du monde, plusieurs joueurs lyonnais sont appelés en sélection. Ceux sélectionnés en équipe de France sont connus le 7 juin à l'issue d'un match amical contre la Chine[a 8]. Il s'agit de Grégory Coupet, Sidney Govou, Éric Abidal, Florent Malouda et Sylvain Wiltord. La sélection brésilienne comporte trois Lyonnais : Cris, Juninho et Fred. Tiago pour le Portugal, Patrick Müller pour la Suisse et Kim Källström pour la Suède complètent la liste des joueurs sélectionnés[a 1].

Le 18 juin, Éric Abidal, Florent Malouda et Sylvain Wiltord participent à la rencontre de coupe du monde contre la Corée du Sud soldée par un match nul, un partout. Trois Lyonnais participent également à la victoire sur la sélection togolaise, il s'agit de Sidney Govou, Florent Malouda et Sylvain Wiltord[a 5]. Ces derniers ainsi que Florent Malouda sont également de l'équipe s'étant qualifiée pour les quarts de finale après le match contre l'Espagne[a 9]. Ils sont une fois de plus reconduits lors de la victoire sur le Brésil dans laquelle se trouve Juninho[a 10]. Éric Abidal, Florent Malouda puis Sidney Govou en cours de match participent à la qualification pour la finale contre le Portugal[a 10]. Les deux premiers ainsi que Sylvain Wiltord en cours de jeu, jouent également la finale perdue contre l'Italie[a 1].

Comme il est de coutume à l'Olympique lyonnais, le premier stage a lieu à Tignes. Mais les joueurs mondialistes sont laissés au repos, d'autant plus que le jour du départ se joue la finale de la Coupe du monde entre l'équipe de France et l'Italie[a 1]. Le 24 juillet, l'Olympique lyonnais présente les nouveaux maillots ainsi que les nouveaux sponsors : Novotel et Ticket Restaurant[a 11].

Début de saison remarqué

Billet d'entrée OL-Real Madrid

L'Olympique lyonnais étant le champion en titre, il est qualifié pour la finale du Trophée des champions. Il affronte le PSG vainqueur de la Coupe de France la saison précédente. Le club parisien est en tête jusque dans les dernières minutes du temps réglementaire, mais Karim Benzema permet à l'OL de jouer les prolongations. Le match se termine aux tirs au but avec une victoire lyonnaise[a 12]. Les Lyonnais entament le championnat le 4 août avec un déplacement à Nantes. Ils s'imposent sur un score de trois buts à un[a 6]. Malgré un match nul le match suivant contre Toulouse[a 13], ils enchaînent les victoires en battant les clubs de Bordeaux, Nice, Lille, Troyes, Lorient, Lille, Sochaux, Saint-Étienne, Marseille et Nancy entre les mois d'août et d'octobre, soit douze matchs sans défaite, et dix victoires consécutives. Mais le 16 octobre, l'AS Saint-Étienne émet une réserve quant à l'inscription de François Clerc sur la feuille de match opposant son équipe à l'OL[10]. Étant en fin de contrat, il lui est reproché d'avoir signé un pré-contrat au mois de février avec l'Olympique de Marseille. L'OL lui ayant proposé une prolongation, il la signe[11] et obtient l'accord de la Ligue de football professionnel dès le mois de juin 2006[12].

Tribune des Bad Gones avant le match OL-Real Madrid

La Ligue des champions débute le 13 septembre avec un match attendu par les supporters lyonnais contre le Real Madrid. La victoire par deux buts à zéro avec des réalisations de Fred et Tiago[a 14] est suivie sur TF1 par 7,9 millions de téléspectateurs[a 15]. Le 26 septembre, l'OL bat le Steaua Bucarest en Roumanie par trois buts à zéro[a 16]. Les buteurs sont Fred, Tiago et Benzema. Les joueurs lyonnais sont en forme lors de ce début de saison, et lors de l'annonce de la sélection française pour les matchs du mois d'octobre, huit Lyonnais sont appelés en sélection, ce qui constitue un record[a 17]. Après avoir remporté les deux matchs suivants de Ligue des champions contre le Dynamo Kiev, l'OL est qualifié pour les huitièmes de finale de la compétition[a 18] et empoche quinze millions d'euros[a 19]. Lors du premier tour de la Coupe de la Ligue et comme lors du match du Trophée des champions, Lyon est mené au score jusqu'aux dernières minutes, mais Sylvain Wiltord grâce à un doublé qualifie l'OL pour les quarts de finale[a 20].

Plusieurs blessures ont lieu dans les rangs lyonnais. Caçapa se fait une déchirure à la cuisse le 30 août qui le prive des terrains pendant un mois[a 21] et, le 30 septembre, lors du match contre le FC Sochaux, Sidney Govou se blesse par une entorse de la cheville[a 22]. L'attaquant Fred se blesse le 22 octobre lors du match de championnat contre l'Olympique de Marseille[a 23] et ne peut plus jouer jusqu'au mois de janvier. Le 12 décembre, John Carew se blesse à la cuisse pendant un entraînement[a 14].

En dehors des terrains la direction de l'OL est active. Le projet de loi sur l'entrée en bourse des clubs français étant adopté le 21 septembre, la holding OL Groupe prévoit une entrée sur les marchés financiers au début de l'année 2007[a 24]. Jean-Michel Aulas estime que les actions seront vendues pour un prix variant entre vingt et cinquante euros[a 25]. Le 4 octobre, l'OL devient membre du comité de gestion du G14[a 25] trois après son intégration au sein de l'organisation[13],[14]. Il est le sixième club à le rejoindre.

Fin d'invincibilité

Après avoir vécu un début de saison sans défaite, l'OL se rend à Rennes le 4 novembre pour un match de la douzième journée de championnat. Il s'y incline sur un score de un but à zéro et Juninho reçoit le premier carton rouge de sa carrière en Ligue 1 après avoir porté un coup de coude sur un joueur adverse[a 26]. Trois jours plus tard, l'OL attend le verdict de la commission juridique concernant la validité de la qualification de François Clerc lors du match contre Saint-Étienne[a 27]. Elle est confirmée, le match de championnat remporté par l'OL est donc conservé. Mais le club stéphanois ayant fait appel, la confirmation du verdict n'a lieu que le 14 décembre[a 28]. La sanction d'un match de suspension de François Clerc n'est pas réévaluée et le match gagné par l'OL est définitivement conservé[10]. Le match suivant de championnat contre Valenciennes est remporté sur le score de deux buts à un, les Lyonnais ayant marqué aux 85e et 86e minutes du match. Karim Benzema et Sidney Govou sont blessés et indisponibles pour deux et un mois[a 29]. Quelques jours plus tard, Hatem Ben Arfa prolonge le contrat le liant à l'OL pour trois saisons supplémentaires, soit jusqu'en juin 2010[a 30]. Le 18 novembre, l'OL remporte sa douzième victoire de la saison en championnat[a 31].

Le stade du Real Madrid

En Ligue des champions, le 21 novembre, le club, déjà qualifié pour la suite de la compétition, se déplace en Espagne pour jouer contre le Real Madrid dans un match qui se termine sur le score de deux buts partout[a 32]. Quelques jours plus tard, le club reçoit l'AJ Auxerre en championnat. Une victoire par un but à zéro enchante les supporters qui, pour la première fois, entonnent une chanson sur l'air de Life is Life du groupe Opus en honneur de Juninho[a 33]. L'OL termine l'année 2006 par trois victoires sur Le Mans, le PSG, Lens et un match nul contre Monaco en championnat, et une qualification pour les demi-finales de Coupe de la Ligue grâce à une victoire sur Nancy. Les cinquante points à la trêve de l'OL en championnat constituent un record[a 34].

Après la trêve hivernale, la saison reprend le 7 janvier avec l'entrée en compétition des clubs de Ligue 1 dans la coupe de France[a 35]. L'OL est opposé au club l'Aviron bayonnais qu'il bat par deux buts à un. Le tirage au sort lui désigne un club de CFA 2 pour le tour suivant, il s'agit du club de Laon. Le match a lieu le 20 janvier et permet au Lyonnais de s'imposer par trois buts à un malgré l'ouverture du score en début de match de Laon[a 36]. Entre-temps, et à cause de l'hiver rigoureux sur la région lyonnaise, la pelouse du stade de Gerland nécessite d'être changée. Un montant de 145 000 euros est investi pour des travaux qui n'avaient pas été effectués depuis trente-cinq ans[a 37]. Entre les deux rencontres de Coupe de France, l'OL subit sa seconde défaite en championnat face à Toulouse[a 37]. Ce match est également entaché par la blessure de l'attaquant Sylvain Wiltord pendant l'échauffement et qui le rend indisponible un mois[a 37]. Mais il n'est pas le seul joueur lyonnais à se blesser puisque Claudio Caçapa et Alou Diarra sont victimes d'une déchirure les rendant indisponibles quelques mois[a 36]. Quelques jours plus tard, l'OL joue la demi-finale de la Coupe de la Ligue en recevant Le Mans[a 38]. Leur victoire leur offre le droit de disputer la finale contre les Girondins de Bordeaux au stade de France.

Du côté des transferts, l'OL investit dans un nouvel attaquant. Il s'agit de Milan Baroš, international tchèque, qui arrive en échange de John Carew[a 39], le joueur n'ayant pas réussi à s'imposer au club. Un joueur à vocation défensive est également recruté. L'international algérien, Nadir Belhadj est acheté au club de Sedan pour 3,2 millions d'euros. Mais un accord entre les deux clubs lui permet de terminer sa saison à Sedan, sous forme de prêt[a 40]. Par ailleurs, l'OL propose cinq millions et demi d'euros à l'AS Saint-Étienne pour recruter l'attaquant en vue du moment : Frédéric Piquionne[15]. Mais la direction stéphanoise souhaite le conserver au sein de son effectif et estime qu'il n'y a « pas d'offre sérieuse de la part de l'Olympique lyonnais ». La déclaration du joueur : « s'ils continuent à me traiter comme un esclave, je ne me laisserai pas faire. On arrêtera tout et je retournerai en Martinique[15] » a pour conséquence sa mise à l'écart de l'effectif et son départ pour l'AS Monaco[16].

Fin de saison difficile

Après avoir terminé premier de son groupe en Ligue des champions, l'Olympique lyonnais est qualifié pour jouer les huitièmes de finale. Le tirage au sort effectué à Nyon en Suisse lui désigne l'AS Rome pour adversaire[17]. Le premier match se joue le 21 février dans le Stadio olimpico devant plus de 75 000 spectateurs. Les deux équipes n'arrivent pas à se départager et se séparent sur un score nul et vierge[18]. Le match retour a lieu deux semaines plus tard au stade de Gerland et l'issue de la rencontre est incertaine pour les deux équipes. Le week-end précédant ce match, les Lyonnais obtiennent une victoire lors du derby contre l'AS Saint-Étienne et les Romains profitent d'un match contre Ascoli Calcio 1898, la lanterne rouge du championnat italien, pour reposer les joueurs cadres[19]. Le 6 mars, devant 39 260 spectateurs, Francesco Totti permet l'ouverture du score pour Rome dès la vingt-deuxième minute puis Alessandro Mancini, après une série de passements de jambes face à Anthony Réveillère[20], aggrave le score juste avant la mi-temps[21]. L'OL est donc éliminé de la compétition dès les huitièmes de finale.

Finale de la Coupe de la Ligue face à Bordeaux

Après l'entrée du club dans le comité de gestion du G14, Jean-Michel Aulas se présente pour en prendre la présidence. Seul candidat à l'élection, il est promu président de l'organisation le 16 mai 2007[22] et déclare vouloir élargir le G14 aux quarante plus grands clubs européens.

L'Olympique lyonnais est leader du championnat depuis la sixième journée, et grâce à de bons résultats lors de la première partie de saison, a réussi à distancer tous ses adversaires. Mais après la défaite concédée au stadium de Toulouse[23], le club observe une baisse de régime. Il est défait à domicile lors du match de la vingt-et-unième journée contre les Girondins de Bordeaux[24], puis concède un match nul face à l'OGC Nice[25], et une nouvelle défaite face à Troyes[26]. Mais il conserve la tête du classement et gagne de nouveau le 10 février lors son match contre Lorient[27]. Il s'ensuit une série de victoires et de matchs nuls jusqu'à l'avant dernière journée du championnat où l'Olympique lyonnais, sûr de son titre depuis la trente-troisième journée perd contre l'AS Monaco[28]. La dernière journée a lieu à domicile, contre le FC Nantes, et l'OL offre une nouvelle victoire à ses supporters[29]. Pour conclure la saison, l'Olympique lyonnais se déplace au stade de France le pour affronter Bordeaux lors de la finale de la Coupe de la Ligue. Les deux équipes ne peuvent se départager jusque dans les dernières minutes où Henrique, d'un but de la tête consécutif à un corner, marque le but de la victoire girondine[30].

Joueurs et staff

Effectif professionnel

Vingt-huit joueurs composent l'équipe professionnelle lyonnaise pour la saison 2006-2007[31]. Au poste de gardien de but, Grégory Coupet est le titulaire. Il est suppléé par Rémy Vercoutre. À l'arrière, l'équipe dispose de neuf défenseurs, dont les deux arrières droits François Clerc et Anthony Réveillère ainsi que le jeune Mourad Benhamida ; les défenseurs centraux Cris, Patrick Müller, Cláudio Caçapa et Sébastien Squillaci ; et les arrières gauches Éric Abidal et Jérémy Berthod. Au milieu de terrain, ce sont dix joueurs qui se partagent les postes. Les milieux à vocation défensive sont Jérémy Toulalan, Alou Diarra, Fábio dos Santos Barbosa et Romain Beynié puis les meneurs sont Kim Källström, Tiago Mendes et Juninho, et les milieux offensifs Florent Malouda, Sidney Govou et Hatem Ben Arfa. Enfin, sur le front de l'attaque, sept joueurs ont fait partie de l'effectif lyonnais. Il s'agit de John Carew remplacé par Milan Baroš ainsi que Fred, Sylvain Wiltord et les jeunes Karim Benzema, Loïc Rémy et Grégory Bettiol.

Effectif de l'Olympique lyonnais de la saison 2006-2007
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[32] Nom Date de naissance Sélection[33] Club précédent
1 G Drapeau de la France Coupet, GrégoryGrégory Coupet 31/12/1972 (34 ans) France AS Saint-Étienne
25 G Drapeau de la France Hartock, JoanJoan Hartock 17/02/1987 (20 ans) US Robert
30 G Drapeau de la France Vercoutre, RémyRémy Vercoutre 26/06/1980 (26 ans) RC Strasbourg
2 D Drapeau de la France Clerc, FrançoisFrançois Clerc 18/04/1983 (24 ans) France Toulouse FC
3 D Drapeau du Brésil Cris, Cris 03/06/1977 (29 ans) Brésil Cruzeiro EC
4 D Drapeau de la Suisse Müller, PatrickPatrick Müller 17/12/1976 (30 ans) Suisse Grasshopper Zürich
5 D Drapeau du Brésil Caçapa, CláudioCláudio Caçapa Capitaine 29/05/1976 (31 ans) Brésil Atlético Mineiro
12 D Drapeau de la France Réveillère, AnthonyAnthony Réveillère 10/11/1979 (27 ans) France Valence CF
20 D Drapeau de la France Abidal, ÉricÉric Abidal 11/09/1979 (27 ans) France Lille OSC
23 D Drapeau de la France Berthod, JérémyJérémy Berthod 24/04/1984 (23 ans) Formé au club
29 D Drapeau de la France Squillaci, SébastienSébastien Squillaci 11/08/1980 (26 ans) AS Monaco
38 D Drapeau de la France Benhamida, MouradMourad Benhamida 18/01/1986 (21 ans) Formé au club
6 M Drapeau de la Suède Källström, KimKim Källström 24/08/1982 (24 ans) Suède Rennes
8 M Drapeau du Brésil Juninho, Juninho 30/01/1975 (32 ans) Brésil CR Vasco da Gama
10 M Drapeau de la France Malouda, FlorentFlorent Malouda 13/06/1980 (26 ans) France EA Guingamp
14 M Drapeau de la France Govou, SidneySidney Govou 27/07/1979 (27 ans) France Formé au club
15 M Drapeau de la France Diarra, AlouAlou Diarra 15/07/1981 (25 ans) RC Lens
18 M Drapeau de la France Ben Arfa, HatemHatem Ben Arfa 07/03/1987 (20 ans) INF Clairefontaine
21 M Drapeau du Portugal Mendes, TiagoTiago Mendes 02/05/1981 (26 ans) Portugal Chelsea
24 M Drapeau de la France Beynié, RomainRomain Beynié 06/05/1987 (20 ans) Formé au club
26 M Drapeau du Brésil Santos, FábioFábio Santos 09/10/1980 (26 ans) Cruzeiro EC
28 M Drapeau de la France Toulalan, JérémyJérémy Toulalan 10/09/1983 (23 ans) France FC Nantes
7 A Drapeau de la République tchèque Baroš, MilanMilan Baroš 28/10/1981 (25 ans) République tchèque Aston Villa
9 A Drapeau de la Norvège Carew, JohnJohn Carew 05/09/1979 (27 ans) Norvège Beşiktaş
11 A Drapeau du Brésil Fred, Fred 03/10/1983 (23 ans) Brésil Cruzeiro EC
19 A Drapeau de la France Benzema, KarimKarim Benzema 19/12/1987 (19 ans) Formé au club
22 A Drapeau de la France Wiltord, SylvainSylvain Wiltord 10/05/1974 (33 ans) France Arsenal
34 A Drapeau de la France Rémy, LoïcLoïc Rémy 02/01/1987 (20 ans) Formé au club
39 A Drapeau de la France Bettiol, GrégoryGrégory Bettiol 30/03/1986 (21 ans) Formé au club
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
Entraîneur(s) des gardiens
Médecin(s)
  • Drapeau : France Jean-Jacques Amprino

Légende

Staff technique, de gestion et communication

Lors de la saison 2006-2007, Gérard Houllier effectue sa seconde saison en tant qu'entraîneur. Pour effectuer sa tâche, il possède plusieurs adjoints dont les rôles sont définis. Patrice Bergues est son adjoint alors que Joël Bats effectue une saison de plus en tant qu'entraîneur des gardiens. Sonny Anderson, un ancien joueur de l'OL, s'est converti dans le rôle d'entraîneur dédié aux attaquants. Les autres équipes sont entraînées par Robert Valette pour le CFA et Farid Benstiti pour l'équipe féminine. D'autres personnes sont consacrées aux domaines physique et médical du groupe. Jean-Jacques Amprino est médecin à l'Olympique lyonnais, et deux kinésithérapeutes, Patrick Perret, et Abdel Redissi sont en poste. Enfin, Robert Duverne et Gilles Rousset s'occupent de la préparation physique respectivement des équipes professionnelle et jeune.

Dans le domaine administratif, Jean-Michel Aulas est président depuis 1987. Il est conseillé par Bernard Lacombe, un ancien joueur et entraîneur du club qui est chargé du recrutement des joueurs. Marino Faccioli est directeur de la communication.

Équipe type

Source : footballdatabase.eu[34]

Statistiques

Statistiques individuelles

Durant les matchs de championnats, soixante-trois buts ont été marqués par les joueurs lyonnais[35]. Ils ont par ailleurs bénéficié d'un but contre son camp d'un joueur adverse lors d'un match. Le meilleur buteur pour l'OL est Fred avec onze réalisations. Il est suivi par Florent Malouda et Juninho avec dix buts chacun. Un peu plus loin, le jeune Karim Benzema et Sylvain Wiltord ont marqué cinq buts, puis quatre pour Cris, Milan Baroš et Tiago. Le défenseur Sébastien Squillaci et Kim Källström ont marqué trois buts, et pour finir, quatre joueurs ont marqué un but. Il s'agit d'Hatem Ben Arfa, Sidney Govou, Alou Diarra, et John Carew.

Le joueur le plus utilisé lors de la saison est Tiago qui a participé à quarante-huit rencontres, dont trente-sept en championnat. Viennent ensuite Florent Malouda avec quarante-sept matchs, puis Éric Abidal et Cris avec quarante-quatre matchs. Ce dernier a participé à toutes les rencontres de Coupe de la Ligue, comme ses coéquipiers Sidney Govou et Rémy Vercoutre.

No.
Nat.
Position Joueur Total
M.

B.
Ligue 1
M.

B.
Ligue des champions
M.

B.
Coupe de la Ligue
M.

B.
Coupe de France
M.

B.
1 Drapeau de la France Gardien Grégory Coupet 42 0 34 0 7 0 0 0 1 0
2 Drapeau de la France Défenseur François Clerc 31 1 20 0 6 0 3 0 2 1
3 Drapeau du Brésil Défenseur Cris 44 5 32 4 7 0 4 0 1 1
4 Drapeau de la Suisse Défenseur Patrick Müller 16 0 10 0 3 0 2 0 1 0
5 Drapeau du Brésil Défenseur Claudio Caçapa 9 0 6 0 1 0 0 0 2 0
6 Drapeau de la Suède Milieu Kim Källström 43 4 31 3 6 1 3 0 3 0
7 Drapeau de la Tchécoslovaquie Attaquant Milan Baroš 13 4 11 4 1 0 0 0 1 0
7 Drapeau du Mali Milieu Mahamadou Diarra 2 0 2 0 0 0 0 0 0 0
8 Drapeau du Brésil Milieu Juninho 42 12 31 10 7 1 2 0 2 1
9 Drapeau de la Norvège Attaquant John Carew 12 2 9 1 2 1 1 0 0 0
10 Drapeau de la France Milieu Florent Malouda 47 13 35 10 7 2 3 1 2 0
11 Drapeau du Brésil Attaquant Fred 28 14 19 11 5 2 2 0 2 1
12 Drapeau de la France Défenseur Anthony Réveillère 40 0 30 0 6 0 2 0 2 0
14 Drapeau de la France Attaquant Sidney Govou 39 3 28 1 5 0 4 1 2 1
15 Drapeau de la France Milieu Alou Diarra 22 3 14 1 5 1 2 1 1 0
18 Drapeau de la France Milieu Hatem Ben Arfa 17 1 13 1 1 0 1 0 2 0
19 Drapeau de la France Attaquant Karim Benzema 24 7 21 5 2 2 0 0 1 0
20 Drapeau de la France Défenseur Éric Abidal 44 1 33 0 7 0 3 1 1 0
21 Drapeau du Portugal Milieu Tiago 48 6 37 4 8 2 3 0 0 0
22 Drapeau de la France Attaquant Sylvain Wiltord 30 7 22 5 5 0 2 2 1 0
23 Drapeau de la France Défenseur Jérémy Berthod 12 0 9 0 1 0 0 0 2 0
26 Drapeau du Brésil Milieu Fábio Santos 8 0 8 0 0 0 0 0 0 0
28 Drapeau de la France Milieu Jérémy Toulalan 43 0 32 0 7 0 3 0 1 0
29 Drapeau de la France Défenseur Sébastien Squillaci 39 3 29 3 5 0 2 0 3 0
30 Drapeau de la France Gardien Rémy Vercoutre 12 0 5 0 1 0 4 0 2 0
34 Drapeau de la France Attaquant Loïc Rémy 10 1 6 0 1 0 1 0 2 1
39 Drapeau de la France Attaquant Grégory Bettiol 4 0 4 0 0 0 0 0 0 0

Affluence

Lors de la saison, la moyenne des spectateurs au stade de Gerland est de 38 546 personnes[36], un chiffre sensiblement équivalent aux 38 694 spectateurs de la saison précédente[37]. Or les deux saisons entre 2005 et 2007 sont les plus suivies par le public lyonnais car les moyennes sont inférieures à 38 000 spectateurs les autres années.

La meilleure affluence enregistrée à domicile est lors du match de Ligue des champions contre le club ukrainien du Dinamo Kiev où 40 520 spectateurs ont été enregistrés. En championnat, il s'agit du match de la vingt-sixième journée contre Sochaux avec 40 363 spectateurs. Le match ayant été suivi par le plus grand nombre de spectateurs est la finale de la Coupe de la Ligue contre les Girondins de Bordeaux au stade de France : 79 072 personnes étaient présentes pour assister à la rencontre. Lors des matchs de Ligue des champions dans les grands stades du Real Madrid et de l'AS Rome, le nombre de spectateurs enregistrés est de 69 906 et 60 053 respectivement. Enfin, le stade Vélodrome, où joue l'Olympique de Marseille, étant le plus grand pour une équipe française, les matchs de l'OL les plus suivis en championnat et Coupe de France contre cette équipe ont attiré 57 376 et 57 346 personnes respectivement.

La chaîne de télévision française TF1 est diffuseur de la Ligue des champions en 2006-2007. Cela lui permet de réunir un grand nombre de téléspectateurs lors des soirées de matchs. La rencontre au stade de Gerland contre le Real Madrid a réuni 7,9 millions de téléspectateurs[a 15].

Détail des matchs

Matchs amicaux

L'Olympique lyonnais a inclus dans son calendrier quatre matchs de préparation pour le mois de juillet 2006. Ces matchs contre Dijon[a 10], Grenoble[a 41], Charleroi[a 11] et Salonique[a 42] se sont tous terminés par des victoires lyonnaises. Après le début de la saison, l'OL a effectué un match contre une sélection de l'UNFP, au mois d'août[a 43], puis contre Gueugnon lors d'une trêve pour les matchs internationaux en octobre[a 44].

Trophée des champions

La victoire en championnat lors de la saison 2005-2006 qualifie l'Olympique lyonnais pour jouer la finale du Trophée des champions contre le Paris-Saint-Germain. Le match a lieu au stade de Gerland et permet à l'OL de remporter un nouveau trophée grâce à l'égalisation de Karim Benzema qui permet au club de jouer les tirs au but et de remporter le match par cinq tirs marqués à quatre[41],[42].

C'est la sixième victoire consécutive de l'Olympique lyonnais dans la compétition après les victoires en 2002, 2003, 2004, 2005 et 2006. Cela représente le record du nombre de finales et de victoires dans la compétition.

Championnat de France

L'Olympique lyonnais est le tenant du titre en Ligue 1. Avant le début du Championnat de France 2006-2007, le quotidien L'Équipe publie les résultats d'un sondage effectué auprès des entraîneurs et joueurs du championnat. Avec une majorité du vote, l'OL débute avec un statut de favori[43], puisque excepté le coach lyonnais, les dix-neuf entraîneurs l'ont désigné comme tel. Les joueurs sondés ont voté à 52,6 % pour Lyon, puis 8,2 % pour Paris, 7,4 % pour Bordeaux puis 5,1 % pour Monaco et 4,5 % pour Nantes.

À Nungesser, Cris et Malouda concèdent le nul 0-0 contre Dossevi et Valenciennes.

Après une première victoire lors de l'ouverture du championnat contre le Football club de Nantes[44] qui le place en première place du championnat, l'Olympique lyonnais fait un match nul face à Toulouse après une égalisation de ces derniers dans les arrêts de jeu[45]. Le club enchaîne ensuite une série de dix victoires consécutives lui permettant de prendre de l'avance sur ses poursuivants dans la course au championnat[46]. Malgré une défaite face à Rennes le 4 novembre 2006[47], l'Olympique lyonnais obtient une nouvelle série de six matchs victorieux. Cette série positive du club est interrompue pendant le mois de janvier et le début du mois de février puisque le bilan de l'OL est d'un match nul contre Nice et trois défaites contre Toulouse, Bordeaux et Troyes. La tendance s'inverse une nouvelle fois puisque les Lyonnais renouent avec la victoire le 19 février contre Lorient, avant de battre Lille, Saint-Étienne, Nancy et Sedan et d'effectuer des matchs nuls contre Sochaux, Marseille, Rennes, Valenciennes et Auxerre lors de la trente-troisième journée. Ce dernier match nul, conjugué à la défaite de Toulouse à Rennes permet à l'OL d'obtenir un nouveau sacre dans le championnat[48]. La saison lyonnaise se conclut avec une défaite, un match nul et trois victoires.

Au bilan, l'équipe termine la saison avec quatre-vingt-un points, soit vingt-quatre victoires, neuf matchs nuls et cinq défaites. Cinquante-huit buts ont été marqués pour vingt-cinq encaissés.

Coupe de France

Comme tous les clubs de Ligue 1, l'Olympique lyonnais entame la Coupe de France de football 2006-2007 au stade des trente-deuxièmes de finale. Son premier match est joué contre l'Aviron bayonnais avec une victoire par deux buts à un. Un autre club de division inférieure affronte Lyon en seizième de finale. Il s'agit du club de Laon qui est battu par trois buts à un. Finalement, au stade des huitièmes de finale, l'Olympique lyonnais doit affronter un autre club de Ligue 1 : l'Olympique de Marseille au Stade Vélodrome. Malgré un but de Cris qui offre l'avantage à l'OL en première mi-temps, c'est l'OM qui se qualifie pour la suite de la compétition en gagnant par deux buts à un.

Coupe de la Ligue

Pour l'édition de Coupe de la Ligue 2006-2007, Lyon et Bordeaux profitent du système d'exemption des seizièmes de finale aux deux équipes ayant terminé première et deuxième de L1 l'année précédente. Ils démarrent ainsi la compétition à partir des huitièmes de finale. Le tableau final est entièrement tiré, et l'OL obtient l'avantage de pouvoir jouer tous ses matchs de Coupe de la Ligue à domicile.

Le premier match se joue contre le Paris Saint-Germain pour une victoire par deux buts à un. Le match suivant contre l'AS Nancy se solde par une victoire par trois buts à un, et la demi-finale contre Le Mans par une victoire un but à zéro. L'Olympique lyonnais se déplace au Stade de France à Saint-Denis pour y disputer la finale contre les Girondins de Bordeaux. Les deux équipes conservent un score de zéro à zéro jusque dans les dernières minutes où Henrique sur un corner en fin de partie marque et offre la victoire aux Bordelais.

Ligue des champions

L'Olympique lyonnais est qualifié pour la Ligue des champions 2006-2007 grâce à sa victoire dans le championnat de France en 2006. Le tirage au sort des phases de poule le place dans le groupe du Real Madrid, du Dinamo Kiev et du Steaua Bucarest. Le club joue son premier match au stade de Gerland contre le Real Madrid et gagne sur le score de deux buts à zéro[49], les deux buts ayant été marqués en première mi-temps. Ensuite, l'OL enchaîne deux matchs à l'extérieur à Bucarest[50] et à Kiev[51] qu'il remporte par trois buts à zéro. Le quatrième match contre Kiev lui permet de s'assurer sa qualification pour la suite de la compétition[52]. Ainsi, Lyon termine la phase de poule par deux matchs nuls contre Madrid[53] et le Steaua Bucarest[54].

Avec quatre victoires et deux matchs nuls, Lyon termine premier de son groupe dans cette phase de poule avec quatorze points. L'équipe se qualifie pour les huitièmes de finale de la compétition avec un bilan de douze buts marqués pour trois encaissés. Le tirage au sort lui offre des rencontres contre l'AS Rome. Le premier match a lieu à Rome et se termine sur un match nul sans qu'aucun but ne soit marqué[55]. Le match retour permet à l'AS Rome de s'imposer par deux buts à zéro et élimine l'Olympique lyonnais de la compétition[56].

Sources

Notes et références

  1. (en) « Nilmar transfer : Decision of the court of Arbitration for Sport in favour of Olympique Lyonnais », sur http://www.newsinvest.fr/, (consulté le 3 juin 2010)
  2. « Fiche de Jérémy Clément », sur http://www.footmercato.net/ (consulté le 3 juin 2010)
  3. « Les infos à l'étranger », sur https://www.lequipe.fr/, (consulté le 3 juin 2010)
  4. , sur (consulté le 3 juin 2010)
  5. « Fiche de Daniel Jaccard », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 3 juin 2010)
  6. « Fiche carrière de Johann Truchet », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 3 juin 2010)
  7. « Prolongation et prêt pour Riou », sur https://www.lequipe.fr/, (consulté le 3 juin 2010)
  8. « Fiche de Yacine Hima », sur https://www.lequipe.fr/ (consulté le 3 juin 2010)
  9. « Fiche de Sylvain Idangar », sur https://www.lequipe.fr/ (consulté le 3 juin 2010)
  10. a et b « Commission juridique : notification de décision », sur http://www.lfp.fr/, (consulté le 4 juin 2010)
  11. « François Clerc », sur http://foot.fluctuat.net/ (consulté le 4 juin 2010)
  12. « Le contrat de Clerc homologué », sur http://www.lfp.fr/, (consulté le 4 juin 2010)
  13. « Aulas ne chôme pas pendant la trêve. », sur http://www.olympique-et-lyonnais.com/, (consulté le 3 juin 2010)
  14. « G14, et toi? », sur http://foot.blogs.liberation.fr/, (consulté le 3 juin 2010)
  15. a et b « Piquionne va au clash », sur http://www.eurosport.fr/, (consulté le 4 juin 2010)
  16. « Monaco arrache Piquionne », (consulté le 4 juin 2010)
  17. « Lyon-Roma et Lille-MU en 8es », sur https://www.lequipe.fr/, (consulté le 20 mai 2010)
  18. « AS Rome – Lyon, tout reste à faire », sur http://www.maxifoot.fr/, (consulté le 20 mai 2010)
  19. « Lyon - As Rome : l'OL veut les quatre quarts », sur http://foot.fluctuat.net/, (consulté le 20 mai 2010)
  20. « Lyon et les matchs couperets », sur http://www.hautcourant.com/, (consulté le 20 mai 2010)
  21. « Feuille de match : Lyon - AS Rome », sur https://www.lequipe.fr/, (consulté le 20 mai 2010)
  22. « Aulas élu président à l'unanimité », sur https://www.lequipe.fr/, (consulté le 3 juin 2010)
  23. LFP, « 20e journée de Ligue 1 », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 17 mars 2010)
  24. LFP, « 21e journée de Ligue 1 », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 17 mars 2010)
  25. LFP, « 22e journée de Ligue 1 », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 17 mars 2010)
  26. LFP, « 23e journée de Ligue 1 », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 17 mars 2010)
  27. LFP, « 24e journée de Ligue 1 », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 17 mars 2010)
  28. LFP, « 37e journée de Ligue 1 », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 17 mars 2010)
  29. LFP, « 38e journée de Ligue 1 », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 17 mars 2010)
  30. LFP, « Finale de la Coupe de la Ligue » [archive du ], sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 17 mars 2010)
  31. Olympique lyonnais, « Depuis 2000... », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 21 mars 2010)
  32. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  33. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  34. « Fiche club : Olympique Lyonnais - Saison 2006-2007 », footballdatabase.eu (consulté le 9 juillet 2014)
  35. Olympique lyonnais, « Calendrier et résultats pour la saison 2006-2007 », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 21 mars 2010)
  36. « Bilan saison 2007 Lyon », sur http://www.stades-spectateurs.com/ (consulté le 1er avril 2010)
  37. « Historique affluences spectateurs Lyon », sur http://www.stades-spectateurs.com/ (consulté le 1er avril 2010)
  38. « Les résultats de samedi », sur https://www.lequipe.fr/, (consulté le 4 juin 2010)
  39. « Lyon - UNFP : 1-0 », sur https://www.lequipe.fr/, (consulté le 4 juin 2010)
  40. , sur (consulté le 28 mai 2010)
  41. Olympique lyonnais, « Feuille d'après match : OL-PSG », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 21 mars 2010)
  42. « Feuille de match : OL-PSG » [archive du 24 février 2011], sur https://www.lequipe.fr/, (consulté le 28 mai 2010)
  43. « Sondage "L'Equipe" : Lyon favori », sur https://www.lequipe.fr/, (consulté le 19 mai 2010)
  44. Olympique lyonnais, « 1re journée de Ligue 1 », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 23 mars 2010)
  45. Olympique lyonnais, « 2e journée de Ligue 1 », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 23 mars 2010)
  46. Olympique lyonnais, « 11e journée de Ligue 1 », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 23 mars 2010)
  47. Olympique lyonnais, « 12e journée de Ligue 1 », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 23 mars 2010)
  48. Olympique lyonnais, « 33e journée de Ligue 1 », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 23 mars 2010)
  49. « Feuille de match OL-Real Madrid », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 4 juin 2010)
  50. « Feuille de match Steaua Bucarest-OL », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 4 juin 2010)
  51. « Feuille de match Dynamo Kiev-OL », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 4 juin 2010)
  52. « Feuille de match OL-Dynamo Kiev », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 4 juin 2010)
  53. « Feuille de match Real Madrid-OL », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 4 juin 2010)
  54. « Feuille de match OL-Steaua Bucarest », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 4 juin 2010)
  55. « Feuille de match AS Rome-OL », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 4 juin 2010)
  56. « Feuille de match OL-AS Rome », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 4 juin 2010)

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. a, b, c, d et e page 98
  2. a et b page 72
  3. page 75
  4. page 83
  5. a, b et c page 91
  6. a et b page 109
  7. page 117
  8. page 85
  9. page 93
  10. a, b, c et d page 97
  11. a, b et c page 101
  12. page 104
  13. page 112
  14. a et b page 127
  15. a et b page 128
  16. page 134
  17. page 135
  18. page 153
  19. page 149
  20. page 148
  21. page 119
  22. page 139
  23. page 146
  24. page 131
  25. a et b page 140
  26. page 154
  27. page 155
  28. page 174
  29. page 156
  30. page 159
  31. page 160
  32. page 161
  33. page 164
  34. page 178
  35. a et b page 13
  36. a, b et c page 17
  37. a, b et c page 15
  38. page 16
  39. page 18
  40. page 14
  41. a et b page 99
  42. a et b page 103
  43. a et b page 111
  44. a et b page 142

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • (fr) Historique de l'OL depuis 2000, sur olweb.fr
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 17 juin 2010 ().
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 17 juin 2010 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.