Église Sainte-Irène (Constantinople)

(Redirigé depuis Sainte-Irène (Constantinople))

Église Sainte-Irène
Image illustrative de l’article Église Sainte-Irène (Constantinople)
Vue des jardins.
Présentation
Nom local Aya İrini (Sainte Irène)
Culte Église orthodoxe
Début de la construction IVe siècle
Style dominant Architecture byzantine
Date de désacralisation XVe siècle
Site web muze.gen.tr/muze-detay/ayairini
Géographie
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Ville Istanbul
Coordonnées 41° 00′ 35″ nord, 28° 58′ 52″ est
Géolocalisation sur la carte : Turquie
(Voir situation sur carte : Turquie)
Église Sainte-Irène
Géolocalisation sur la carte : Istanbul
(Voir situation sur carte : Istanbul)
Église Sainte-Irène

Hagia Irene ou Hagia Eirene (en grec byzantin: Ἁγία Εἰρήνη, signifiant « Sainte Paix »; en turc Aya İrini), généralement rendu en français par église Sainte-Irène est une ancienne église de rite grec orthodoxe, située dans la cour extérieure du Palais de Topkapi à Istanbul. Construite dans un premier temps au IVe siècle, elle fut la première cathédrale de la ville de Constantinople, avant Sainte-Sophie. Elle fut reconstruite au VIe siècle sous Justinien, puis une nouvelle fois, sous sa forme actuelle, au VIIIe siècle. C’est l’une des rares églises d’Istanbul qui ne fut pas convertie en mosquée après la chute de Constantinople aux mains des Turcs ottomans, ayant été utilisée comme arsenal pour l’entrepôt d’armes et de munitions jusqu’au XIXe siècle. Elle sert aujourd’hui de musée et de salle de concert. Au plan architectural, la comparaison des plans et des élévations de Sainte-Irène et de Sainte-Sophie, montre que la structure de Sainte-Irène préfigure celle de Sainte-Sophie.

Nom

De même que la cathédrale Hagia Sophia ne se réfère pas à une personne qui se serait appelée Sophie, mais à la Sagesse de Dieu (sophia en grec), l’église Hagia Irène ne se rapporte pas à une sainte, mais plutôt à la Paix divine (irèné en grec). Une traduction plus exacte serait donc « église de la paix divine ». De la même façon, l’église Hagia Dynamis à Athènes se réfère à la Puissance de la Vierge Marie et non à une sainte qui se serait appelée « Dynamis »[1],[2].

Histoire

Coupe transversale de l’église Sainte-Irène en direction du sud-ouest.

Si l’on en croit la tradition, l’église de Sainte-Irène était déjà une église chrétienne lorsqu’elle fut agrandie par Constantin Ier(r. 306 – 337) qui la dédia à la Paix divine (Eirene). Elle était alors la première église de Constantinople pendant la construction de la « Nouvelle Rome »[3]. Elle servit de cathédrale pour Constantinople jusqu’à la construction de Hagia Sophia en 360[4]. Déjà au Ve siècle, les deux églises, situées dans un même ensemble et desservies par le même clergé, constituaient le siège du patriarcat de Constantinople[1]. Le deuxième concile œcuménique s’y tint en 381[3].

Incendiée en 532 lors de la sédition Nika, elle fut reconstruite par Justinien (r. 527 – 565) en 548[5] sous la forme d'une basilique à coupole. De nouveau détruite en 740 par un tremblement de terre le environ six mois avant la mort de Léon III (r. 714-741), elle fut rebâtie probablement par Constantin V (r. 741 – 775) qui en fit décorer l’intérieur de mosaïques et de fresques dont certaines ont survécu jusqu’à aujourd’hui [6],[3].

Après la conquête turque en 1453 par Mehmet II (r. 1444 - 1446 et 1451 - 1481), l’église devint partie du Palais de Topkapi (en turc ottoman : طوپقپو سرايى ; litt : palais de la Porte des Canons) commencé sous celui-ci en 1459. Ce palais est un complexe architectural composé de quatre cours principales et de nombreux bâtiments annexes qui, au plus fort de son existence, abritait plus de 4 000 personnes et s'étendait sur une zone encore plus vaste que celle d'aujourd'hui.

Contrairement aux autres églises de Constantinople, Hagia Irène ne fut pas transformée en mosquée. Légèrement modifiée par une élévation de son plancher et modification des arcades, l’église fut utilisée comme arsenal par les janissaires jusqu’en 1826[7],[8]. Elle fut également utilisée comme dépôt d’équipement militaire et entrepôt pour les trophées remportés par les Turcs lors de leurs batailles contre les ennemis. Elle fut convertie en Musée national militaire sous le règne du sultan Ahmet III (r. 1703 – 1730)[7]. En 1846, Ahmed Fethi Paşa, maréchal de l’arsenal impérial, la transforma en Musée des Antiquités militaires[9]. En 1978, la propriété en fut transférée au ministère de la Culture de Turquie.

De nos jours, Hagia Irene est surtout utilisée comme salle de concert pour la musique classique en raison de ses caractéristiques acoustiques remarquables et de son impressionnante atmosphère[3]. Nombre de concerts du Festival international de musique d’Istanbul s’y tiennent chaque année depuis 1980. Pendant des années, on ne pouvait la visiter que lors de telles représentations ou sur permission spéciale. Depuis 2014, elle est ouverte au public tous les jours sauf le mardi[10].

Architecture

Hagia Eirene, d’après une photo prise entre 1888 et 1910.

Mesurant environ 85 mètres sur 30 au sol sans l’*atrium[N 1], Sainte-Irène est un des premiers exemples de transition du *plan basilical à un *plan centré en croix grecque. Elle est la seule église byzantine à présenter un *atrium d'origine.

Des modifications à la structure originelle furent d’abord apportées lors de la première reconstruction sous Justinien Ier à l’*atrium et au *narthex. Toutefois, le manque de symétrie de l’église fut sans doute la cause de sa destruction par un tremblement de terre en 740 lorsque son dôme s'effondra. Elle resta en ruines jusqu’à sa restauration sous l’empereur Constantin V (r. 741 – 775)[11]. Les fondations durent être renforcées et on peut voir que la structure supérieure de l’édifice restauré se distingue nettement par sa maçonnerie des fondations originelles[12]. Au niveau du sol, l’église conserve le *plan basilical avec une *nef centrale et deux *bas-côtés, divisés par trois paires de *piliers qui soutiennent les galeries au-dessus du *narthex. Tout en conservant le *plan basilical au niveau du sol, on surimposa lors de la restauration un *plan centré surmonté d’un *dôme au niveau supérieur. L’*atrium, suivi du *narthex, se trouve à l’ouest, alors que l’*abside polygonale percée de trois grandes fenêtres se trouve du côté est[6].

La partie centrale a conservé son *dôme surélevé alors que les quatre côtés de la croix sont couverts de toitures en pointe. Le dôme lui-même, percé de vingt fenêtres, fait environ quinze mètres de diamètre et s’élève à 35 mètres au-dessus du sol[6].

La décoration intérieure offre un exemple unique de la période iconoclaste de l’Empire byzantin. Là où la tradition byzantine plaçait l’image de la Théotokos, on retrouve une grande croix en mosaïque faite de *tesselles noires sur fond doré dont les bras se terminent par des décorations en forme de larmes. Celle-ci remplaça sous Constantin V les mosaïques représentant des personnages célestes ou des saints. Elle est d’une haute qualité technique, non seulement par les matériaux employés où *tesselles d’or et d’argent alternent pour donner une impression de douce lumière symbolisant la lumière divine, mais aussi par la calibration de la longueur et de la position des bras de la croix qui, appliquées sur une surface concave, donnent malgré tout une impression d’horizontalité[13]. On retrouve également des mosaïques dans l’*abside et le *narthex, des fragments de fresques dans la nef côté sud et le *diakonikon, ainsi que des motifs quelques fois avec relief sur les chapiteaux[13].

Deux longues inscriptions en mosaïque couraient le long du *bêma qui durent être restaurées peu avant la conquête de Constantinople par les Ottomans. L’une, sur la face extérieure, était tirée du Livre d’Amos (VI.6), l’autre, à l’intérieur, des Psaumes de Salomon (LX. 4-5) et font toutes deux allusion à la gloire de la demeure de Dieu[13].

Galerie

Glossaire

Exemple de plan centré : la chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle.
  • Abside : Partie saillante en demi-cercle d'une église qui termine le soit par un hémicycle, soit par des pans coupés, soit par un mur plat.
  • Atrium: Dans la basilique chrétienne, l’atrium était l’enceinte extérieure, le parvis, seule partie de la basilique où les personnes non encore baptisées pouvaient accéder.
  • Bas-côté : voir « collatéral ».
  • Bêma : Zone située à l'extrémité orientale de l'édifice, devant l'abside, où est placé l'autel. Son accès est réservé aux membres du clergé qui célèbrent la liturgie.
  • Collatéral : Nef latérale d’une église, aussi appelée « bas-côté » lorsque sa hauteur de voute est moindre que celle de la nef principale.
  • Coupole : Voûte hémisphérique, de profil semi-circulaire, elliptique ou polygonal, parfois exhaussée par un tambour. La calotte est la partie supérieure de la coupole. La toiture de cette voûte est un dôme.
  • Cul-de-four : Voute formée d’un quart de sphère que l’on trouve souvent dans l’abside.
  • Diakonikon : Absidiole latérale sud (à droite de l'iconostase) placée sous la surveillance d'un diacre où sont conservés les vases sacrés et les vêtements liturgiques dans les édifices religieux orthodoxes. Elle correspond à la sacristie chez les chrétiens d'occident.
  • Dôme : Voir « coupole ».
  • Narthex : Portique interne aménagé à l'entrée de certaines églises paléochrétiennes ou médiévales.
  • Nef : Salle oblongue allant de la façade à la croisée du transept ou à l'entrée du chœur fermée par deux murs latéraux et un comble. Elle comprend le vaisseau central et les éventuels collatéraux, aussi appelés bas-côtés lorsque leur hauteur est moindre que celle du vaisseau central.
  • Pilier : Élément architectural sur lequel se concentrent les charges de la superstructure (par exemple celles d'une charpente ou de la maçonnerie des niveaux supérieurs).
  • Plan basilical : Plan d'église qui se développe en longueur en fonction de trois ou cinq nefs parallèles celle du centre étant plus élevée que les autres.
  • Plan centré : Plan d’église massé (circulaire ou polygonal) par opposition à l'église à plan basilical (voir illustration). Ce type de plan s'accompagne souvent d'une coupole.
  • Tesselle (ou abacule) : Petit élément généralement cubique utilisé pour former une mosaïque.

Bibliographie

  • Akşit, I. Hagia Sophia: Akşit Kültür ve Turizm Yayincilik, 2005. (ISBN 978-975-7039-07-5).
  • (en) Davis, Fanny. Palace of Topkapi in Istanbul, 1970. ASIN B000NP64Z2.
  • (en) Doig, Allan. Liturgy and Architecture: From the Early Church to the Middle Age. London, Ashgate Publishing, 2008. (ISBN 978-0-754-65274-8).
  • (en) Freely, John; Cakmak, Ahmet (2004). Byzantine Monuments of Istanbul. Cambridge, Cambridge University Press. (ISBN 0521772575).
  • (en) "Irene, Church of Saint - Oxford Reference". doi:10.1093/acref/9780195046526.001.0001/acref-9780195046526-e-2506.
  • (fr) Janin, Raymond. "Le Siège de Constantinople et le Patriarcat Oecuménique". La Géographie Ecclésiastique de l'Empire Byzantin. Paris, Institut Français d'Etudes Byzantines. 3rd Vol.: Les Églises et les Monastères (part 1), 1953.
  • (en) Kazhdan (ed.), Alexander. "Church of Saint s.v.Irene". The Oxford Dictionary of Byzantium. Oxford & New York, Oxford University Press. 2nd of 3 vols, 1991. (ISBN 978-0195046526).
  • (en) Krautheimer, Richard. Early Christian and Byzantine Architecture. New Haven, CT, Yale University Press, 1984. (ISBN 978-0-300-05294-7).
  • (en) Mango, Cyril. Byzantine Architecture. Milano, Electa Editrice, 1978. . (ISBN 0-8478-0615-4).
  • (en) Millingen, Alexander Van, Ramsey Traquair, Walter S. George, and Arthur e. Henderson. Byzantine churches in Constantinople: their history and architecture. London, Macmillan and Co., Limited, 1912.
  • (en) Necipoğlu, Gülru. Architecture, ceremonial, and power: The Topkapi Palace in the fifteenth and sixteenth centuries. Cambridge, Massachusetts, The MIT Press, 1991. (ISBN 978-0-262-14050-8).
  • (en) Odahl, Charles Matson. Constantine and the Christian Empire. London, Routledge, 2012. (ISBN 978-0415645140).
  • (en) Pyhrr, Stuart. "European Armor from the Imperial Ottoman Arsenal". Metropolitan Museum Journal. 24, 1989. pp.  85–116, JSTOR 1512872.

Notes et références

Notes

  1. Les mots précédés par un astérisque sont définis dans le glossaire.

Références

  1. a et b Kazdhan (1991) « Irene, Church of », vol. 2, p. 1009.
  2. Janin (1953) p. 106
  3. a b c et d Bogdanovic (2008), Introduction
  4. Odahl (2010) pp. 237-239
  5. Doig (2008) p. 65
  6. a b et c Freely (2004) pp. 136-143
  7. a et b Pyhrr (1989) pp. 65-116
  8. Bogdanovic (2008) chap. 5, « Hagia Eirene after the fall of Constantinople »
  9. Shaw (2007) p. 256
  10. Hagia Irene Museum Opened, Topkapi Palace, 2014
  11. Bogdanovic (2008) chap. 2, « Architecture »
  12. Mango (1978) p. 89
  13. a b et c Bogdanovic (2008) chap.3 Art

Voir aussi

Liens internes

Liens externes