Saint Laurent (film)

Saint Laurent
Description de cette image, également commentée ci-après
Réalisation Bertrand Bonello
Scénario Thomas Bidegain
Bertrand Bonello
Acteurs principaux
Sociétés de production Mandarin Cinéma
EuropaCorp
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Biographique
Durée 150 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Saint Laurent est un film biographique français écrit et réalisé par Bertrand Bonello, sorti en 2014. Le film revient sur la période 1967-1976[n 1] de la vie du célèbre grand couturier français Yves Saint Laurent. Un autre film sur le couturier, intitulé Yves Saint Laurent, est sorti quelques mois plus tôt.

Le film a été sélectionné pour représenter la France à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère lors de la 87e cérémonie des Oscars en 2015[2], il n'est pas nommé. Malgré cet échec, le film est nommé 10 fois aux César du cinéma 2015.

Synopsis

La vie d'Yves Saint Laurent, majoritairement entre 1967 et 1976[1], période « sombre » du couturier[3] avec ses tourments professionnels et affectifs ainsi que sur ses relations avec le dandy Jacques de Bascher[4] et celui qui est déjà son compagnon, Pierre Bergé. Le film se concentre sur ses méthodes de travail, sa rencontre avec ses deux muses, Loulou de la Falaise et Betty Catroux, les excès de ses nuits durant lesquelles le couturier sort beaucoup, mais surtout sur l'isolement quotidien et la pression exercée sur Saint Laurent[5].

Bonello résume ainsi la ligne directrice du film « Nous n'étions pas intéressés à montrer comment Yves Saint Laurent est devenu un génie. Nous voulions montrer ce que cela lui a coûté chaque jour d'être qui il était, et c'est pourquoi, au début du film, il est déjà une star »[4].

Le film est dédié à Yves Bonello (orthographié Yves B. au générique), le père du cinéaste[6].

Fiche technique

Distribution

Production

Développement

C'est le premier film de commande de Bertrand Bonello, dont plusieurs projets précédents n'auront pas abouti (résumés dans l'ouvrage Films Fantômes). Après le succès critique de L'Apollonide : Souvenirs de la maison close[n 2], les frères producteurs Éric et Nicolas Altmayer proposent la réalisation d'un biopic sur le célèbre couturier[8]. Bonello s'intéresse au sujet même s'il précise : « Je déteste les biopics ». De fait il souhaite échapper aux principes qui président à ce genre cinématographique [3]. Les producteurs obtiennent un accord de principe de François Pinault, propriétaire de la marque Yves Saint Laurent, et disposent d'un budget théorique de douze millions d'euros[3].

Film biographique — réalisé sans l'aval de Pierre Bergé — le scénario mêle des scènes proches de la réalité historique, ainsi que d'autres librement réalisées par Bertrand Bonello[4], « écart entre la vérité historique et sa vision d'artiste[3]. » Celui-ci précise à propos du couturier que le film « s'écarte du verbatim habituel, du biopic qui le consacre. […] L'idée était d'inventer le personnage, de s'écarter de la narration linéaire propre au biopic. L'homme Saint Laurent est un terrain propice au romanesque »[1]. Bonello n'a jamais consulté Pierre Bergé pour obtenir son aval sur ce projet[3]. Les libertés prises par le metteur en scène dans la vie du couturier ne satisfont pas Pierre Bergé qui empêche la production de consulter les archives Saint Laurent (contrairement au biopic de Lespert), entraînant un conflit entre la production, le réalisateur, et Bergé[5] ; ce dernier écrit sur Twitter : « Je détiens le droit moral sur l’œuvre d'YSL, son image et la mienne, et n'ai autorisé que Jalil Lespert. Un procès en vue[3] ? » Finalement, il rencontre le réalisateur par l'entremise d'Ingrid Caven et chacun tente « de calmer la situation[3]. » Pierre Bergé gardera sa rancune sur le film en écrivant sur twitter durant la cérémonie des César que le film est homophobe, méchant et que son seul césar remporté (meilleurs costumes) est complaisant, une réaction à nouveau suivie d'une polémique.

Casting

Gaspard Ulliel est finalement choisi en 2012 après plusieurs séances de travail étalées sur quelques mois[5] puis perd douze kilos pour se rapprocher au mieux de son personnage[9]. Il avait déjà été pressenti pour jouer le rôle du couturier dans le projet avorté de Gus Van Sant[9].

L'acteur américain Willem Dafoe était annoncé dans le rôle d'Andy Warhol. Mais lors du Festival de Cannes 2014, le réalisateur Bertrand Bonello confirme que cette rumeur était infondée. Andy Warhol apparaît uniquement en voix-off dans le film.

Tournage

La plupart des scènes d'intérieur ont été tournées dans un hôtel particulier, avenue d'Iéna à Paris. Celles de défilés et de boîtes de nuit se sont faites dans des rues de Paris. Le club Le Sept est reconstitué au ParisParis avenue de l'Opéra[3].

Musique

De nombreux extraits musicaux sont aussi inclus dans le film:

Sortie

Biopic concurrent

Un autre biopic sur le couturier, Yves Saint Laurent, réalisé par Jalil Lespert, est développé en même temps que le long métrage de Bonello. Ce projet a une production plus rapide pour sortir en premier. Dès 2012 tout le monde sait donc qu'il y aura deux films sur le même sujet[5]. Afin d'éviter l'effet doublon de ce genre de situation qui entraîne souvent l'échec commercial (tel, en 2009, Coco Chanel et Igor Stravinsky qui sortit quelques mois après Coco avant Chanel), le budget est réduit d'un tiers, et la sortie est décalée. La principale conséquence est que l'époque abordée dans Saint Laurent est moins étendue que prévu. Surtout, le montage est adapté après la sortie du premier biopic, Bonello faisant le choix de supprimer une grande partie des quarante premières minutes[5]. Finalement Canal+ accepte de financer les deux films[3]. Prévu pour sortir initialement le , sa date de sortie nationale est repoussée au , afin d'éviter l'affrontement avec l'autre biopic sur le couturier. Ceci permet à Saint Laurent d'être sélectionnable au Festival de Cannes (3e réalisation de Bonello à être sélectionnée en compétition). Le film est projeté à Cannes le . Une première a lieu début juin à New York[4].

Finalement, le film sort une semaine plus tôt, le , ce qui lui permet d'être éligible à l'Oscar du meilleur film étranger.

Oscar du meilleur film étranger

Le film est choisi le pour représenter la France à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, succédant au biopic Renoir. Le comité de sélection était composé (par Fleur Pellerin avec l'aide du CNC) de Serge Toubiana, Thierry Frémaux, Alain Terzian, Jean-Paul Salomé, Régis Wargnier, Agnès Jaoui et Mia Hansen-Løve[14].

La promotion et la distribution américaine, prévue pour mai 2015, est assurée par Sony Pictures Classics, qui distribua beaucoup de lauréats pour l'Oscar[15], dont Indochine, le dernier vainqueur français en date. Le film n'est pas nommé, la France n'a plus gagné cet Oscar depuis 1993[n 3].

Réception critique

Le film reçoit de bons avis au Festival de Cannes[16]. Il a une note moyenne de 4/5 sur Allociné d'après 29 critiques. VSD est élogieux, précisant que sous deux approches différentes face au précédent biopic, ce film « est superbe » et remarque l'interprétation de Gaspard Ulliel[18]. Pour la sortie du film, Madame Figaro consacre un article de plusieurs pages au réalisateur et donne un avis très positif de celui-ci ainsi que de son film[5]. Les chroniqueurs du Cercle classèrent le film 5e au top des films de l'année 2014.

Malgré tout, d'autres avis sont exprimés, à l'image de celui de Pascal Mérigeau dans Le Nouvel Observateur, qui souligne les qualités des deux principaux acteurs mais également les nombreuses omissions du réalisateur et précise que le film « a été négligé par les jurés [du Festival de Cannes], mais il n'y a pas d'injustice. Le « Saint Laurent » de Bertrand Bonello constitue une déception […] cette chronique impressionniste séduit par instants, […] mais n'émeut jamais[19]. » La semaine précédente dans ce même magazine, Fabrice Pliskin compare les deux biopics et souligne lui aussi la prestation de Ulliel mais reste plus réservé sur celle de son compère : « L'excellent Jérémie Renier n'a, hélas, pas assez de matière ou de tissu pour habiller son personnage[20]. » En parallèle du film, la prestation de Gaspard Ulliel est maintes fois soulignée par la presse, comme Le Parisien Magazine qui fait sa couverture avec l'acteur, le citant comme étant « envoûtant » et précisant que « son interprétation […] nous avait convaincu au point de confondre son rôle […] avec le vrai personnage. »[9]. Le film déçoit les Cahiers du cinéma, pourtant grands fans de L'Apollonide : Souvenirs de la maison close.

La critique internationale fut divisée sur le long métrage, les avis américains ne partagent pas l'enthousiasme français[21].

Box-office

Lors de sa sortie, le film réalise 140 000 entrées ; il est second au classement hebdomadaire derrière les 200 000 entrées de Elle l'adore. Il totalise 356 000 entrées en France en cinq semaines d'exploitation, c'est le meilleur score pour un film de Bonello, pratiquement plus que tous ses longs métrages précédents réunis. Un résultat faible néanmoins au regard du film concurrent vu par un million et demi de spectateurs[3], mais en même temps logique, l'automne n'étant pas la période la plus favorable pour la sortie d'un film en France. Sa sélection au Festival de Cannes lui apporte cependant un prestige supplémentaire, plus international[3].

Distinctions

Récompenses

Nominations et sélections

Notes et références

Notes

  1. Si lors d'une interview, Bertrand Bonello affirme que « le film commence en 1967, quand Saint Laurent est déjà reconnu […] et se termine en 1972 avec un flash vers le futur en 1989 », il précise plus loin avoir reconstitué les costumes de la collection Ballets Russes de 1976[1].
  2. L'appollonide reçoit un succès d'estime mais seulement 220 000 entrées, ce qui suffit pour rentabiliser son faible budget[5].
  3. Même s'ils gagnèrent aux César, le film Les Invasions barbares représentait le Canada et Amour représentait l'Autriche
  4. L'absence de Saint Laurent en meilleur scénario original est dû à la nomination de La Famille Bélier dans cette catégorie : Thomas Bidegain scénarise les deux films et, comme toute personnalité depuis 2011, ne peut être nommé qu'une seule fois par catégorie, là où il aura reçut le plus grand nombre de suffrages au premier tour de vote.
  5. Trophée spécial qui récompense le meilleur producteur mais est remis quelques jours avant la cérémonie, un producteur est finaliste si l'une de ses productions est nommé aux César de la même année

Références

  1. a, b et c Interview du réalisateur in : Fabrice Paineau, « Bertrand Bonello : « L'aventure Saint Laurent dépasse tous les scénarios imaginables » », L'Express Styles,‎ , p. 74 à 75
  2. Thomas Sotinel, « La France présente « Saint Laurent » à l’Oscar », Le Monde, (consulté le 13 octobre 2014)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Philippe Azoury, « Saint Laurent habille Cannes », Obsession, vol. supplément du Nouvel Observateur, no 18,‎ , p. 19 à 21
  4. a, b, c et d (en) Joelle Diderich, « New Yves Saint Laurent Biopic to be Released This Fall », sur wwd.com, Women's Wear Daily, (consulté le 13 juin 2014)
  5. a, b, c, d, e, f et g Margaux Destray, « Bertrand Bonello : écran total », Madame Figaro, Le Figaro, no 21809,‎ , p. 90 à 92 (ISSN 0246-5205)
  6. « Bertrand Bonello "Yves, il fallait que je l'aime sans espoir" », sur Libération,
  7. « Parole de Nommés des César 2015 : interview de Éric Altamayer », sur Académie des arts et techniques du cinéma
  8. a, b et c Article et interview in : Isabelle Spaak et François Vey, « Gasârd Ulliel : « c'est mon Saint Laurent » », Le Parisien Magazine, Le Parisien,‎ , p. 10 à 14
  9. « Un nouveau comité de sélection pour les Oscars », sur Unifrance
  10. « Éric et Nicolas Altmayer, les frères producteurs », sur Le Figaro
  11. « Cannes 2014 : étoiles de la critique », sur Le film français
  12. Bernard Achour, « Saint Laurent : l'étoffe d'un héros », VSD, no 1935,‎ , p. 56
  13. Pascal Mérigeau, « Deux hommes seuls », Le Nouvel Observateur, no 2603,‎ , p. 113 (ISSN 0029-4713)
  14. Fabrice Pliskin, « Saint Laurent au cinéma : la guerre des boutons », Le Nouvel Observateur, no 2602,‎ , p. 98 à 99 (ISSN 0029-4713)
  15. (en) « Saint Laurent », sur Rotten Tomatoes

Annexes

Articles connexes

Liens externes