Saint-Valery-en-Caux

Saint-Valery-en-Caux
Saint-Valery-en-Caux
Port et centre-ville.
Blason de Saint-Valery-en-Caux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Saint-Valery-en-Caux
Intercommunalité Côte d'Albâtre
Maire
Mandat
Dominique Chauvel
2014-2020
Code postal 76460
Code commune 76655
Démographie
Gentilé Valeriquais
Population
municipale
4 209 hab. (2015 en diminution de 5,07 % par rapport à 2010)
Densité 402 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 50″ nord, 0° 42′ 28″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 80 m
Superficie 10,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Valery-en-Caux

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Valery-en-Caux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Valery-en-Caux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Valery-en-Caux

Saint-Valery-en-Caux (/sɛ̃valʁi ɑ̃ko/) est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie. L'ajout d'un accent aigu sur le « e » est une pratique incorrecte.

Ses habitants se nomment les Valeriquais.

Géographie

Situé sur le littoral du pays de Caux, à environ 60 km au nord de Rouen, Saint-Valery-en-Caux est le chef-lieu d'un canton de l'arrondissement de Dieppe. Saint-Valery-en-Caux se trouve à 30 km de Dieppe et de Fécamp et à une dizaine de kilomètres de la centrale nucléaire de Paluel qui se situe plus précisément au lieu-dit Conteville.

Caractéristiques

C'est une petite station balnéaire équipée d'un port, d'une médiathèque, d'un centre culturel (Le Rayon Vert), d'une piscine (piscine du Littoral), d'un casino avec cinéma et night-club. Elle possède également une église du Moyen Âge, un clocher (le clocher Saint-Léger), un cloître (le cloître des Pénitents) et une chapelle.

Maison dite de Henri IV.

Histoire

Affiche de 1892.

Le nom de Saint-Valery-en-Caux apparaît pour la première fois dans un document datant de 990, selon la charte dans laquelle Richard Ier, duc de Normandie, octroie une partie de ses biens personnels à l’abbaye de Fécamp. Cette charte a aujourd’hui disparu, mais une copie du XIIe siècle est actuellement conservée à la bibliothèque municipale de Rouen. Cette citation confirme l’existence de la ville à la fin du Xe siècle, mais le mystère demeure sur l’époque à laquelle lui fut donné ce nom. La légende de la création de la ville dit qu’elle aurait été fondée au VIIe siècle lorsque l’évangélisation des campagnes se développe sous l’impulsion des rois francs. Ainsi, Walaric[1] fondateur du monastère de Leuconaüs (Saint-Valery-sur-Somme), fut appelé « l’apôtre des falaises » en portant la bonne parole sur tout le littoral. Selon la même légende, il aurait fondé un prieuré au fond de la vallée de Néville, là-même où sera plus tard construite l’église de Saint-Valery-en-Caux. La population des alentours se fixa autour de ce prieuré afin de suivre la pratique du culte, donnant ainsi naissance à la ville.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Port-le-Pelletier[2].

La bataille de Saint-Valery

Le centre-ville fut presque entièrement détruit par les bombardements lors du siège de la ville, du 10 au 12 juin 1940. En effet, dès le 10 juin, la 7e Panzerdivision menée par Rommel perce jusqu'à la Seine les positions du 9e corps d'armée français du général Ilher ainsi que de la 51e Highland division du général Fortune, et les isole. Rommel, devinant l'intention des Alliés de s'embarquer pour l'Angleterre fait encercler Fécamp le 10 juin. Par ses tirs d'artillerie, il oblige la Navy à s'éloigner : deux de ses navires sont endommagés. Les troupes alliées se replient sur Saint-Valery-en-Caux, dernier port de la poche. Le 11, Rommel fait pilonner la ville et le port de Saint-Valery-en-Caux. Le général Berniquet, commandant la 2e DLC (Division Légère de Cavalerie) y perd la vie. Lors de cette journée, les Alliés opposent une résistance tenace, afin de pouvoir embarquer un maximum de troupes dans l'hypothèse de l'arrivée de la Royal Navy. Un épais brouillard empêche tout embarquement de nuit. Au matin du 12 juin, le patrouilleur français le "Cérons" engage un duel avec les canons allemands juchés sur la falaise d'amont de Saint-Valery. Après avoir détruit deux canons de 105 mm allemands, le patrouilleur est détruit. Rommel accepte la reddition du général Ilher en début de soirée sur la place détruite de la ville.

La 7e Panzer a dû mobiliser tous ses moyens pour réduire la défense franco-écossaise mais est récompensée par la prise de douze généraux alliés dont Ilher et le major-général Victor Fortune commandant la 51e Highland division. En outre, entre douze mille et vingt-six mille soldats, dont au moins huit mille Britanniques, une centaine de canons, cinquante-huit blindés légers et trois cent soixante-huit mitrailleuses, ainsi que des milliers de fusils et de camions sont capturés par l'armée allemande. À la suite de la bataille de Saint-Valery, Rommel écrira à sa femme :

« Très chère Lu,
Ici, la bataille est terminée. Un commandant de corps d'armée et 4 commandants de division se sont présentés à moi aujourd'hui sur la place du marché de Saint-Valery, contraints par ma division à se rendre. Moments merveilleux ! »

— Erwin Rommel, 12 juin 1940.

Saint-Valery-en-Caux sera libérée par les Alliés le 11 septembre 1944[3].

Aix-en-Provence marraine de guerre

Après la bataille qui a lieu du 10 au 12 juin 1940, Saint-Valery-en-Caux est détruite à près de 70%. En particulier, la majorité des bâtiments administratifs sont détruits, mais également la plupart des habitations. Le 14 août 1942, Alexandre Pujes et Michel Sassier, respectivement préfet délégué et sous-préfet de Dieppe, sont en visite à Saint-Valery et constatent l'état catastrophique dans lequel la ville se trouve encore suite au destruction de juin 1940. Le maire, André Retel, suggère alors que la ville soit adoptée par une ville marraine de guerre, comme cela a pu déjà se faire lors de la Première Guerre mondiale.

Le conseil municipal d'Aix-en-Provence reçoit la requête envoyée par Alexandre Pujes le 26 octobre 1942. La décision est prise de verser un premier secours de 50 000 francs. Saint-Valery-en-Caux apprend l'adoption le 26 novembre. L'annonce officielle de l'adoption et du premier versement survient lors du conseil municipal du 6 décembre 1942.

Afin de pouvoir soutenir sa filleule, Aix-en-Provence multiplie les actions, ce qui permet d'envoyer à à Saint-Valery plusieurs versements conséquents.

Après la Libération

Le , à la suite d'une panne du système de freinage, un train transportant des soldats de l'armée américaine ne parvient pas à s'arrêter et traverse la gare terminale de Saint-Valery. Le bilan est lourd : 89 soldats américains sont tués et 152 sont blessés[4].

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 Mars 2001 Jacques Couture DVD  
Mars 2001 Avril 2014 Gérard Mauger DVD  
Avril 2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Dominique Chauvel PS  

Politique environnementale

La commune est classée « quatre fleurs » au Concours des villes et villages fleuris.

Jumelages

Saint-Valery-en-Caux est jumelée à :

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2015, la commune comptait 4 209 habitants[Note 1], en diminution de 5,07 % par rapport à 2010 (Seine-Maritime : +0,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 7954 8454 8875 0185 3285 2365 3705 4045 377
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 8004 7104 6944 5224 2384 4964 1034 0143 912
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 5533 5443 2022 7902 6082 5572 5662 4552 954
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 9053 0893 2745 5014 5954 7824 5464 5084 470
2013 2015 - - - - - - -
4 2544 209-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

La vente du poisson sur le Quai d'Amont.
  • Antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de Yvetot et Rouen.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Maison Henri-IV : détail de la façade.
  • Maison à colombage dite Henri IV [10], appelée aussi maison Ladiré

Cette maison fut construite par Guillaume Ladiré, riche armateur, en 1540. L'inscription au-dessus du porche en témoigne : "l'an mil V cens XXXX ceste meson fvt faicte P.Gville Ladiré A.Q Diev done bone vie" Le nom de Maison Henri-IV serait issu de la tradition orale selon laquelle, en 1593, lors d'un voyage dans la région entre Dieppe et Fécamp, Henri IV s'y serait arrêté coucher.

Sa construction remonterait au XVIe siècle si l'on en considère une inscription mentionnant la date 1530 sur une colonne dans la tour du clocher. L'église est faite d'une nef et de deux collatéraux. C'est un bâtiment entièrement en grès, avec une toiture en ardoise. Des vitraux du XIXe siècle de Claudius Lavergne sont encore visibles aujourd'hui. Les confessionnaux, datant du XVe siècle sont classés Monuments Historiques. L'orgue, restauré en 2008 est signé Nicolas Antoine Lété (XVIIIe siècle). Par ailleurs, un vitrail a été offert par les Écossais d'Inverness, en souvenir de la 51e Highland division.

Personnalités liées à la commune

Natifs de Saint-Valery-en-Caux

Leurs noms sont liés à Saint-Valery-en-Caux

Saint-Valery-en-Caux et le cinéma

Héraldique

Armes de Saint-Valery-en-Caux

Les armes de la commune de Saint-Valery-en-Caux se blasonnent ainsi :

d'azur à deux dauphins adossés d'argent.

Voir aussi

Bibliographie

  • Jean-Michel Ries et Alain Blocier, Saint-Valery-en-Caux, éd. Alan Sutton, (ISBN 2-84253-085-3)
  • Raphael Distante, Saint-Valery-en-Caux. 1940, la 51e Highland Division, Bénévent, , 230 p.
  • Pays'ages de Saint Valery En Caux (coffret double dvd sur l'histoire de la commune)
  • Pays'ages de Saint Valery En Caux (coffret simple dvd : période 1940 1965)

Articles connexes

Liens externes

  • Site de la mairie
  • Site de l'office de tourisme
  • Saint-Valery-en-Caux sur le site de l'Institut géographique national
  • Saint-Valery-en-Caux sur le site de l'Insee
  • Maison Henri IV history with photographs (English)

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  1. D'où Valery Ce lien renvoie vers une page d'homonymie avec -e- [ø] et non -é- [e], ce nom étant sans rapport étymologique avec le prénom Valérie. En français [a] latin ou germanique a donné un e "muet" [ø].
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. http://www.xn--armes-dsa.com/ossian-seipel-fr-07.htm
  4. http://www.historynet.com/russell-c-eustice-recalls-the-troop-train-2980-tragedy-at-st-valery-en-caux-during-world-war-ii.htm
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. (en) Site officiel du TAT-14
  9. http://www.wikileaks.ch/cable/2009/02/09STATE15113.html REQUEST FOR INFORMATION:CRITICAL FOREIGN DEPENDENCIES (CRITICAL INFRASTRUCTURE AND KEY RESOURCES LOCATED ABROAD, Wikileaks décembre 2010
  10. Notice no PA00101052.
  11. Notice no PM76002151.
  12. Notice no PM76003237.