Saint-Pierre-de-Varennes

Saint-Pierre-de-Varennes
Saint-Pierre-de-Varennes
L'étang de Brandon.
Blason de Saint-Pierre-de-Varennes
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Canton Le Creusot-2
Intercommunalité Communauté urbaine Creusot-Montceau
Maire
Mandat
Dominique Ravault
2014-2020
Code postal 71670
Code commune 71468
Démographie
Population
municipale
846 hab. (2015 en augmentation de 2,92 % par rapport à 2010)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 50′ 32″ nord, 4° 29′ 58″ est
Altitude Min. 285 m
Max. 490 m
Superficie 23,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Varennes

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Varennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Varennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Varennes
Liens
Site web saint-pierre-de-varennes.fr

Saint-Pierre-de-Varennes est une commune française, située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie

Village viticole.

Communes limitrophes

Rose des vents Saint-Émiland Couches Rose des vents
Saint-Firmin N Saint-Jean-de-Trézy
O    Saint-Pierre-de-Varennes    E
S
Le Breuil Essertenne

Histoire

Héraldique

Blason ville fr Saint-Pierre-de-Varennes (Saône-et-Loire).svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Parti, au premier bandé d'or et d'azur à la bordure de gueules, au second d'azur à la clef d'or à la bordure cousue de gueules.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Jacques de Massin    
mars 2008 en cours Dominique Ravault    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2].

En 2015, la commune comptait 846 habitants[Note 1], en augmentation de 2,92 % par rapport à 2010 (Saône-et-Loire : -0,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
705706777774816886924946897
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
855844853860890968976935874
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
843837816714673588584548571
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
565532502636830830829829829
2013 2015 - - - - - - -
840846-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

  • Le château de Brandon, construction bâtie en hauteur, à côté de l'étang du même nom (qui dessert la commune en eau potable), et qui eut pour seigneurs au Moyen Âge des membres de la famille d'Essertennes puis de la maison de Lugny. Monsieur de Masin en est l'actuel propriétaire.
  • L'église Saint-Pierre, au clocher coiffé en bâtière[5], qui témoigne de la période romane (clocher, portail principal) et de l'époque gothique (porche de la façade, porte latérale, chapelle des seigneurs de Brandon).
  • Pour pratiquer le sport, la mairie de Saint-Pierre-de-Varennes a mis à disposition un Agor-espace permettant de pratiquer de multiples sports tels que le football ou le basketball. L'association COV permet à ses membres de pratiquer le tennis, la musculation et d'autres activités encadrées.
  • Dans le cimetière, le plus ancien monument commémoratif de la guerre franco-prussienne de 1870-71 visible en Saône-et-Loire, consistant en une colonne brisée, monument datant de 1872[6].
  • Le « volcan de Drevin », monticule culminant à l'altitude de 494 mètres réputé témoigner d'une ancienne activité volcanique[7].
  • Le barrage de Brandon. En 1957, l'étang de Brandon fut dissocié du patrimoine de la vieille seigneurie dont il dépendait depuis l'origine (déjà cité en 1256, il fut agrandi par les nobles de la famille de Lugny à la fin du XVe siècle). Le Syndicat intercommunal des eaux de Brandon, créé en 1957, en fit une réserve d'eau potable. Une première étape consista à mettre en service une station de traitement (qui fut l'une des première de France à utiliser l'ozone). Fin 1961, la digue de retenue, longue de 200 mètres, fut achevée, donnant naissance à une étendue d'eau de 43 hectares d'une capacité utile d'environ 1 200 000 mètres cubes.

Vignoble

Article détaillé : Bourgogne côte-du-couchois (AOC).

Personnalités liées à la commune

Bibliographie

  • Alain Dessertenne, Aux confins du "pays des vignes" et des plateaux autunois : Saint-Pierre-de-Varennes, revue « Images de Saône-et-Loire » no 65 (printemps 1986), p. 17-20.

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. « Clochers en bâtière », article de Fernand Nicolas paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 132 de décembre 2002 (pages 2 à 5).
  6. « Présences de 1870 », article de Claude Elly paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » no 162 de juin 2010 (pages 17 à 20).
  7. « Le "Vésuve creusotin" », article de Lucien Taupenot paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » no 142 de juin 2005 (pages 2 à 4).


Liens externes

  • Site officiel de la commune de Saint-Pierre-de-Varennes
  • Saint-Pierre-de-Varennes sur le site de l'Institut géographique national