Saint-Léger-de-Fougeret

Saint-Léger-de-Fougeret
Saint-Léger-de-Fougeret
Blason de Saint-Léger-de-Fougeret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Château-Chinon (Ville)
Canton Château-Chinon
Intercommunalité Communauté de communes Morvan Sommets et Grands Lacs
Maire
Mandat
Bernard Détilleux
2014-2020
Code postal 58120 (anciennement 58610 - jusqu'en 1982)
Code commune 58249
Démographie
Gentilé Léodégarois[1]
Population
municipale
385 hab. (2016 en augmentation de 35,56 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 20″ nord, 3° 53′ 55″ est
Altitude Min. 304 m
Max. 670 m
Superficie 32,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-de-Fougeret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-de-Fougeret

Saint-Léger-de-Fougeret est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne-Franche-Comté. En 1793, elle prit le nom de Fougeret-la-Montagne. À ne pas confondre avec Saint-Léger-de-Foucheret, aujourd'hui Saint-Léger-Vauban.

Géographie

Géologie

Hydrographie

Hameaux, villages, écarts, lieux-dits

Communes limitrophes

Toponymie

On relève les formes suivantes du nom de la commune : Sanctus-Leodegarius (1286), Sanctus-Leodegarius de Fougereto (1478), Sainct-Ligier de Fougeray (1484), Sainct-Ligert de Fogretz (1577), Saint-Ligier-de-Fougeret (1610), Saint-Ligier-de-Fogeray (1638) et Saint-Léger-de-Fougerenne (1673)[2].

Histoire

La première mention connue de la commune remonte à 1286 : Sanctus-Leodegarius[2].

Seigneurs

  • 1663 : Jacques de Champs
  • 1690 : Paul Girardot
  • 1701 : Gaspard-François de Champs
  • 1755 : Claude de Champs[3].

Héraldique

Blason de Saint-Léger-de-Fougeret Blason D'argent à la plante de fougère arrachée de sinople; au chef bandé d'or et d'azur et à la bordure de gueules.
Devise 
« dresse oreilles toujours »[4].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration

Religieuse

Curés connus 
  • 1580 : Martin Cassier
  • 1622 : Courault
  • 1634 : des Ulmes
  • 1690 : Lantault - Millin - Boulenot - Charles André
  • 1693 : Jean Thoumelin
  • 1710 : Clergeault
  • 1727 : Gaucher de Vernois
  • 1741 : Claude-François Gauché
  • 1750 : Guillier
  • 1782 : Massin
  • 1792 : Thibault (intrus)
  • 1803 : Dubois Ier
  • 1811 : Dubois II
  • 1815 : Étienne Charollois

Civile

Maires
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1810 1815 Jacques Giez   Fossoyeur
Octobre 1947 Décembre 1954 Eugène Verdière Union ouvrière et paysanne Menuisier
Mars 1977 Mai 1997 René Denize PCF  
Mai 1997 En cours Bernard Détilleux PS Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 385 habitants[Note 1], en augmentation de 35,56 % par rapport à 2011 (Nièvre : -4,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9408808119961 1051 0711 2761 5171 410
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2921 2281 3031 4131 4331 4371 3361 3141 368
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2861 2301 129888822787716619514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
457445348322280356326289388
2016 - - - - - - - -
385--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société

Enseignement

L'Union des organisations islamiques de France (UOIF) a installé dans un domaine de la commune un Institut européen des sciences humaines (IESH), centre de formation d’imams « à la française » et colonie de vacances ouverte à tous (déclarée auprès du Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative).

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Divers

  • En 2008, à Changemois, Donald Russell, un Américain de 81 ans, entreprend la construction d’un édifice de style gothique qu’il réalise de ses mains et avec l’aide de son fils[9].

Personnalités liées à la commune

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Saint-Léger-de-Fougeret sur le site de l'association des Saint-Léger de France et d'ailleurs.
  2. a et b Georges de Soultrait, Dictionnaire topographique du département de la Nièvre, 1865.
  3. Henri de Flamare, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, département de la Nièvre, 1891.
  4. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=7150
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Et le gothique s’éleva dans le Morvan des mains d’un Américain de 91 ans », Sylvie Anibal, Le Journal du Centre, 28 octobre 2018.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes