Saint-Georges-Nigremont

Saint-Georges-Nigremont
Saint-Georges-Nigremont
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Aubusson
Canton Auzances
Intercommunalité C.C. du Haut Pays Marchois
Maire
Mandat
René Roulland
2014-2020
Code postal 23500
Code commune 23198
Démographie
Population
municipale
126 hab. (2015 en diminution de 25 % par rapport à 2010)
Densité 6,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 16″ nord, 2° 15′ 51″ est
Altitude Min. 589 m
Max. 801 m
Superficie 18,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Saint-Georges-Nigremont

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Saint-Georges-Nigremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-Nigremont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-Nigremont

Saint-Georges-Nigremont est une commune française située dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie

Histoire

Le nom de St Georges Nigremont provient du culte du saint Georges. C'était un martyr chrétien, officier de Dioclétien. Il terrassa un dragon qui désolait la Lybie et à qui on allait sacrifier une princesse. Il mourut décapité en 303 à Lydda après selon la légende avoir subi un martyr de 7 ans entrecoupé de 3 résurrections.

Son culte, très répandu dans la chrétienté, fut célébré dès le IVe siècle. Il est le saint patron de la chevalerie, des armes, des scouts et de l'Angleterre. On l'invoque pour guérir les dartres.

Georges vient du grec gê (terre) et ergon (travail), Georgius est donc le laboureur qui travaille la terre.

Le saint était très populaire au Moyen Age, il a laissé son nom à 84 communes françaises.

La seconde partie du toponyme vient du latin niger mons qui signifie "la montagne noire" ou "colline noire"[1].

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours René Roulland DVG Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 126 habitants[Note 1], en diminution de 25 % par rapport à 2010 (Creuse : -2,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4411 4631 5721 6061 7071 8191 8001 7651 722
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6731 5341 4981 4701 4241 288809748716
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
704650601547528504509460346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
282246200183156168154168131
2015 - - - - - - - -
126--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

  • Forteresse protohistorique des Murauds
  • Église Saint-Georges
  • Château du XVe siècle, au lieu dit Les Écurettes.

Personnalités liées à la commune

  • Georges Nigremont, pseudonyme de l'auteure régionaliste et pour la jeunesse Léa Védrine (1885-1971). Elle est l'auteure de Jeantou, le maçon creusois publié en 1936.
  • Jean Judet, auteur de Chirurgien de Père en Fils (1982)
  • René Eucher, "Notice pour servir au renom de Saint Georges Nigremont. 1994. Au Roseau nigremontain pensant

Photothèque

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  1. Cassagne, Jean-Marie. et Impr. J.-M. Bordessoules), Origine des noms de villes et villages de la Creuse, J.-M. Bordessoules, (ISBN 2913471579 et 9782913471573, OCLC 470197850, lire en ligne)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.


Liens externes

  • Saint-Georges-Nigremont sur le site de l'Institut géographique national