Sagittaire (astrologie)

Sagittaire
Représentation en noir du symbole illustrant le signe Sagittaire en astrologie.

Représentation symbolique du signe Sagittaire.

Période Du 23 novembre[1]
au 20 décembre[1]
Place dans le zodiaque 9e signe
Élément Feu
Polarité Masculin
Mode Mutable
Maison associée Maison 9
Astre(s) gouvernant(s) Jupiter
Opposé polaire Gémeaux

Le sagittaire (Grec: Τοξότης Toxotes, Latin: sagittarius) est le neuvième signe astrologique du Zodiaque.

Astrologie

Le signe astrologique du sagittaire, lié aux personnes nées entre le 23 novembre et le 21 décembre en astrologie tropicale[2], correspond pour celle-ci (la plus populaire en Occident) à un angle compris entre 240 degrés et 270 degrés comptés sur l'écliptique (le cercle des signes du zodiaque) à partir du point vernal[3]. Il est associé à la constellation du même nom en astrologie sidérale.

Le signe du sagittaire serait lié à l’élément classique du feu selon l'astrologie tropicale et l'astrologie conditionaliste. Cependant, l'astrologue André Barbault a déclaré dans son livre L'astrologie, entretiens avec Michèle Reboul[4] : « Le sagittaire n'est pas un signe de feu, mais d'air, voire d'air et de feu. La flèche enflammée qui le caractérise symbolisant à la fois le feu et l'air (le sagittaire étant aussi un centaure ailé) ». Ce signe partage donc l'élément feu avec le bélier et le Lion ou l'élément air avec la balance et les gémeaux.

Son opposé polaire est le signe des gémeaux. Claude Ptolémée dans son Tetrabiblos a rejeté les décans[5], mais les maîtres des décans d'après Teukros (Ier siècle apr. J.-C.) nous sont connus[6]: le premier décan du signe du sagittaire est gouverné par Mercure, le deuxième décan par la Lune, et troisième décan par Saturne.

Le sagittaire et la figure mythologique de l'Archer

Le sagittaire est le plus souvent représenté par l'animal mythique du Centaure, créature grecque mi-cheval, mi-homme. La figure de cet être hybride a été empruntée à la mythologie mésopotamienne et en particulier au dieu Pabilsag, dont le nom signifie "Archer" et qui est représenté comme un centaure ailé tirant à l'arc. L'emprunt de cette allégorie astronomique à une civilisation voisine ne fut toutefois pas sans difficulté puisque, dans les mythes grecs, il est inconcevable qu'un centaure puisse manier un arc, arme humaine par excellence [7]. En effet, dans les mythes grecs, les Centaures n'ont guère bonne réputation et pour cause : ce sont des êtres primaires, impulsifs, grossiers et bagarreurs qui utilisent des troncs d'arbres et des rochers pour se battre. Quant aux deux seuls Sages, Chiron et Pholos, ils sont pacifiques et donc désarmés. Devant ce paradoxe problématique, certains auteurs, comme Eratosthène[8] et Hygin[9] évoquèrent, en lieu et place d'un centaure, la figure de Crotos, fils d'Euphémé, la nourrice des Muses dont il était très apprécié, qui aurait été figuré comme un centaure car il excellait à l'équitation et qui tenait dans ses mains un arc et une flèche car il était également très doué à la chasse. Le poète Hygin est également le premier à évoquer une autre hypothèse en identifiant la figure de l'Archer à Chiron : alors que son ancien élève Héraclès avait tué plusieurs centaures devant sa grotte, Chiron sortit pour l'aider à nettoyer le carnage. Et c'est en retirant du corps d'un centaure une flèche corrompue par le sang mortel de l’Hydre de Lerne que le précepteur du héros se serait involontairement blessé. Mortellement infecté, mais ne pouvant trouver la paix dans la mort du fait de son immortalité, il échangea cette dernière contre la vie de Prométhée ou fut métamorphosé en étoiles. Si cette légende permettrait d'expliquer pourquoi le Sagittaire tient une flèche, elle demeure problématique pour la présence de l'arc tendu par l'Archer.

Symbolisme

Dernier signe d’automne, juste avant le solstice d’hiver, il est un trait d’union entre la fin du cycle de la vie (dans le scorpion) et la « sagesse de l'âge » (qui l’attend dans le capricorne) ; aussi le voit-on fréquemment associé au coup de foudre (perpétuation) et à l'enseignement (transmission).

Signe de feu, d’un feu qui couve sous la cendre (des préjugés), qui réchauffe les cœurs, redonne espoir et confiance en soi ; c’est un feu qui se communique, qui se transmet généreusement ; c’est une « lumière qui brille dans les ténèbres et que les ténèbres ne peuvent saisir… » ; c’est une étoile filante (une flèche) qui indique une direction à suivre, « comme un éclair déchire la nuit »[10]

Illustrations

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références

  1. a et b La date exacte variant d'année en année, il est nécessaire de consulter la position du Soleil dans les éphémérides pour le jour-frontière.
  2. Le zodiaque dit tropical est le zodiaque des saisons
  3. André Barbault, Traité pratique d'astrologie, Éd. Seuil, 1961, (ISBN 2-02-001899-3), p. 23.
  4. (Éditions Pierre Horay, 1978, (ISBN 2-7058-0072-7)
  5. W.E. Peuckert, L'astrologie, Petite Bibliothèque Payot, 1980, p. 100.
  6. tels qu'ils sont rapportés par W.E. Peuckert dans l'opus déjà cité, à la page 103.
  7. Amandine Marshall [https://www.academia.edu/32706958/_Le_Sagittaire_une_constellation_d%C3%A9rangeante_Arch%C3%A9ologia_551_pp._54-59, Archéologia 551, février 2017, p. 54-59.
  8. Eratosthène de Cyrène, Catastérismes, catastérisme 28.
  9. Hygin, L’astronomie, Livre II, chapitres 27, 1 et 38, 1
  10. « Le Sagittaire : aperçu astrologique », sur Alexandre de Patmos (consulté le 4 février 2015)

Voir aussi

Bibliographie

  • Gerold Dommermuth-Gudrich, 50 incontournables mythes, les plus célèbres mythes de l'Antiquité, éditions La Martinière 2004
  • Luc Bigé, La symphonie du Zodiaque, traité des douze signes, éditions de Janus, 2000

Articles connexes