Sabordage de la flotte danoise à Copenhague

Le croiseur danois Peder Skram sabordé dans la base navale d'Holmen, 29 août 1943.
Le Niels attaqué par des avions allemands alors qu'il essayait de rejoindre la Suède, 29 août 1943.

La sabordage de la flotte danoise (du nom de code Opération Safari) se produisit dans le port de Copenhague le .

Sabordage de la flotte danoise à Copenhague

Sommaire

Historique

Cette opération, décidée par la Marine royale danoise dans le cadre de l'occupation du Danemark durant la Seconde Guerre mondiale, visait à empêcher une reprise de la flotte danoise par la Kriegsmarine (marine allemande).

Les Allemands prévoyaient en effet de désarmer et de démanteler l'armée danoise après la destitution du gouvernement du roi Christian X en 1943, qui était jusqu'alors un protectorat du Troisième Reich.

Sur les 52 navires (les petites unités tels les patrouilleurs et navires de servitude ne sont pas comptabilisés) de la Marine royale danoise qui faute de modernisation avait une faible valeur militaire et dont le déplacement total des navires de plus de 500 t. était de 12 337 tonnes[1] , 32 ont été sabordés par leur équipage, 2 se sont réfugiés au Groenland (contrôlé par les Américains après la capitulation du Danemark lors de l'opération Weserübung en 1940), 4 se sont réfugiés en Suède neutre et 14 ont été capturés intacts par les Allemands, qui serviront alors dans la Kriegsmarine.

La majorité des navires coulés furent renfloués et quinze d'entre eux furent utilisés également sous une forme ou une autre par la marine allemande. Du côté danois, l'opération aboutit à 23 morts, 2 civils tués ainsi que 56 blessés. Les Allemands ont également eu des pertes similaires.

Les navires ayant parvenus à s'échapper en Suède sont le torpilleur de haute mer Havkatten lancé en 1918 de la classe Springeren dont les navires depuis 1923 assumaient le rôle de dragueurs de mines, 3 dragueurs de mines (MS 1, MS 7, MS 9) de la classe Minestryger 1940 construits en 1941 alors que les Allemands occupaient déjà le pays et 9 des 18 petits patrouilleurs[2].

Notes et références

  1. Ivan Gogin, « Total displacements of world navies in 1922 - 1946 », sur Navypedia (consulté le 4 décembre 2011)
  2. Encyclopédie navale de LemaireSoft, sabordage de la flotte danoise (Opération "Safari"). 29 août 1943

Annexes

Bibliographie

  • Raoul Crabbé, La sabordage de la flotte danoise, Goemaere, 1948.
  • (da) Steen Steensen, Flaadens skibe 1950, København : Det Schønbergske Forlag, 1950.
  • (da) Steen Steensen, Flaadens skibe den 29. august 1943, og deres senere skæbne, Tidsskrift for Søvæsenet, 1953.
  • (da) Hans Kirchhoff, Augustoprøret 1943, bd. 2, København: Gyldendal, 1979. (ISBN 87-01-81241-6)
  • (da) Hans Kirchhoff, Samarbejde og modstand under besættelsen: En politisk historie, Odense : Odense Universitetsforlag, 2001. (ISBN 87-7838-982-8)
  • (da) Per Wessel-Tolvig, Flådens oprør. Søværnet den 29. august 1943, Marinehistoriske Skrifter 23, København: Forlaget Marinehistoriske Skrifter, 1993. (ISBN 87-87720-11-6)
  • (da) Søren Nørby, Flådens sænkning 29. august 1943, Odense : Forlaget Region 2003. (ISBN 87-91354-01-3)

Lien externe