SNCASO SO.1310 Farfadet

SNCASO SO.1310 Farfadet

SNCASO SO.1310 Farfadet
Rôle convertible expérimental
Constructeur Drapeau : France SNCASO
Premier vol
Nombre construit 2[1]
Équipage
1 ou 2
Motorisation
Moteur 1 × Turboméca 'Arius' I (275 ch)
1 × Turboméca 'Artouste' II (360 ch)
Nombre de pales 3
Dimensions
Diamètre du rotor 11.20 m
Longueur 11.30 m
Hauteur 3.30 m
Masses
À vide 995 kg
Carburant 440 kg
Maximale 1510 kg
Performances
Vitesse de croisière 240 km/h
Vitesse maximale 250 km/h
Plafond 3 000 m
Distance franchissable 400 km

Le SNCASO SO.1310 Farfadet est un girodyne expérimental construit par la Société nationale des constructions aéronautiques du sud-ouest dans les années 1950. Le développement de cet appareil s'inscrit dans le prolongement de la série « Ariel »[2].

Conception

Le Farfadet est un girodyne à fuselage conventionnel, ce qui lui permet de décoller et d'atterrir verticalement comme un hélicoptère avec son rotor entraîné par un turbocompresseur logé derrière le poste de pilotage, et en croisière d'utiliser la turbine logée à l'avant, entraînant une hélice tractive. Dans cette configuration, le rotor tourne en autorotation, tel celui d'un autogire. La voilure fixe contribue à la sustentation. Cette configuration permet au Farfadet d'atteindre des vitesse supérieures aux hélicoptères classiques en croisière. La voilure fixe a une envergure de 6,3 m. Elle contient 400 litres de carburant, et supporte les roues principales du train d'atterrissage tricycle (il y aussi une roulette de nez).

Développement

En décembre 1951, l'État signe un marché pour deux prototypes. Le développement est ralenti car les turbines sont elles aussi des prototypes, en cours de développement chez Turbomeca. Le premier vol est effectué le par Jean Dabos, avec un turbocompresseur « Arrius I » de 275 ch, la turbine absente étant remplacée par du lest dans la pointe avant. Dans le courant de l'été 1954, la turbine « Artouste II » enfin disponible est montée sur l'appareil. La première transition (passage du vol vertical au vol horizontal) complète est réalisée le [4]. Sa configuration en girodyne permet au Farfadet de battre les records de vitesse des appareils à voilure tournante[2].

Malheureusement le programme est interrompu quelques mois plus tard, quand au cours d'un essai à 260 km/h (une vitesse exceptionnelle pour un aéronef à voilure tournante) les deux sources de puissance tombent en panne simultanément. L'atterrissage en autorotation est un peu brutal. Pas de blessé, mais les turbines (exemplaires uniques) sont irréparables. Le prototype no 01 ne volera plus. Le no 02 n'a pas encore volé quand, au cours d'un essai au point fixe du nouveau compresseur de 260 ch, toute la partie arrière du fuselage est détruite. Techniquement, les deux prototypes seraient réparables, mais le budget "essais" est épuisé, le constructeur ne peut procéder à leur remise en état. En raison des « évènements » d'Algérie, qu'on n'appelle pas encore « guerre », tous les efforts sont consacrés aux matériels pouvant être rapidement opérationnels, dont les combattants ont besoin, notamment l'hélicoptère SNCASO SO.1221 Djinn. Le programme du Farfadet est donc abandonné[4].

Références

  1. Bruno Parmentier, « S.N.C.A.S.O. SO-1310 'Farfadet' », sur aviafrance, (consulté le 23 mai 2016).
  2. a et b « L'hélicoptère SO "Ariel III" », Science et Vie, no HS « Aviation 1953 »,‎ , p. 30
  3. a et b Roland de Narbonne, 2013, p. 77
  • Roland de Narbonne, « Il y a 60 ans : mai 1953, dans l'aéronautique française. Les SNCASO SO.1310 et Leduc 021. À l'avant-garde », Le Fana de l'Aviation, no 522,‎ , p. 76-77.