Sélection de la ville hôte pour les Jeux olympiques de 2024

Sélection de la ville hôte pour les Jeux olympiques et paralympiques d'été de 2024
Détails
Comité CIO
Session du CIO (ville) 131e session (Drapeau : Pérou Lima)
Villes candidates
Vainqueur (votes) Inconnu
Finaliste (votes) Actuellement Drapeau de la France Paris et Drapeau des États-Unis Los Angeles
Dates importantes
Inscription des villes requérantes
Envoi des dossiers de candidature (partie 1)
(partie 2)
(partie 3)
Liste des villes candidates
Élection

Pour l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques d'été de 2024, deux villes sont candidates depuis septembre 2015.

Échéancier de sélection

Le calendrier de sélection de la ville hôte est le suivant[1] :

  • 15 septembre 2015 : liste des villes candidates
  • 23 au 25 septembre 2015 : réunion de lancement de la procédure de candidature olympique avec chaque ville candidate et CNO (par visioconférence)
  • 16 octobre 2015 : signature de la procédure de candidature 2024 par la ville et le CNO
  • 17 février 2016 : date limite de dépôt par les villes candidates pour : Partie 1 du dossier de candidature : Vision, concept des Jeux et stratégie
  • Juin 2016 : la commission exécutive du CIO confirme le nom des villes candidates qui passent à l’étape suivante
  • 5 au 21 août 2016 : programme des observateurs aux Jeux olympiques – Rio de Janeiro
  • 7 octobre 2016 : date limite de dépôt par les villes candidates pour : Partie 2 du dossier de candidature : Gouvernance, aspects juridiques et financement des sites
  • Décembre 2016 : la commission exécutive du CIO confirme le nom des villes candidates qui passent à l’étape suivante
  • 3 février 2017 : date limite de dépôt par les villes candidates pour : Partie 3 du dossier de candidature : Livraison des Jeux, expérience et héritage en termes de sites olympiques
  • Mai 2017 : visites de la Commission d'évaluation du CIO[2], présidée par Patrick Baumann, remplaçant de Frankie Fredericks après la démission de ce dernier, dans les deux villes candidates :
  • Juillet 2017 : publication du rapport de la commission d’évaluation sur www.olympic.org
  • Juillet 2017 : droit de réponse des villes candidates après la publication du rapport de la commission d’évaluation.
  • 13 septembre 2017 : élection de la ville hôte des Jeux olympiques de 2024 lors de la 131e session du CIO à Lima (Pérou)[5],[6]

Nouvelle procédure de candidature

Thomas Bach annonce dans le cadre de l'agenda olympique 2020, lors de la 127e session du CIO qui s'est déroulée fin 2014 à Monaco, que les candidatures conjointes de deux villes ou deux pays seraient acceptées[7]. La mesure doit permettre au CIO d'enrayer la diminution du nombre de candidatures[8],[9]. À l'issue du processus de candidature pour les Jeux de 2020, seules trois ont en effet été retenues, soit le nombre le plus faible depuis l'édition de 1988.

Villes candidates

Los Angeles (États-Unis)

Logotype de la candidature de Los Angeles.

En 2024, cela fera 28 ans que les États-Unis ont organisé les Jeux olympiques d'été à Atlanta en 1996. New York a été candidate pour organiser les Jeux olympiques d'été de 2012 mais a recueilli moins de suffrages que Madrid, Londres et Paris lors du second tour de scrutin. Chicago a été candidate pour les Jeux de 2016 mais a perdu devant Rio de Janeiro. Les États-Unis n'ont pas présenté de candidature pour les Jeux de 2020. En , le comité olympique américain a exclu de présenter une candidature pour les Jeux olympiques d'hiver de 2022 et de se concentrer sur les Jeux olympiques d'été de 2024 ou les Jeux d'hiver de 2026[10]. Outre les villes listées ci-dessous qui ont lancé une campagne active pour mettre en place une candidature, Chicago[11],[12],[13], New York[11],[14], San Diego, et MinneapolisSaint Paul[15], ont été mentionnées pour leur intérêt potentiel envers une candidature, mais n'ont pas formellement annoncé leur intention d'explorer cette éventualité.

Le , le comité olympique américain a envoyé des lettres aux maires de 36 villes afin d'évaluer leur intérêt pour une candidature aux Jeux de 2024. Certaines des villes concernées étaient : Atlanta, Boston, New York, Chicago, Philadelphie, Indianapolis, Austin, San Antonio, Houston, Memphis, Minneapolis, Saint Paul, La Nouvelle-Orléans, Pittsburgh, Jacksonville, Miami, Saint-Louis, San Diego, San Francisco, Sacramento, Seattle, Charlotte, Portland, Phoenix, Columbus, Orlando, Nashville, Rochester, et Tampa[16].

En , le comité olympique américain a annoncé qu'il prévoyait d'établir une présélection de deux à trois villes possibles en , le choix final de la ville requérante étant prévu pour la fin de l'année 2014[17]. En juin, ce choix a été restreint par le comité olympique américain à quatre villes : Boston, Los Angeles, San Francisco et Washington.

Le 8 janvier 2015, le comité olympique américain sélectionne initialement Boston comme ville américaine candidate aux jeux[18]. Boston possède un avantage, vu que les États-Unis n'ont plus accueilli les Jeux depuis 1996, mais la population de la ville est plutôt contre les Jeux olympiques[19]. Le 27 juillet 2015, le maire de Boston refuse de signer un engagement de sa ville pour garantir les pertes éventuelles du comité d'organisation entrainant de facto une suspension de la candidature de la ville. Il déclare à ce sujet refuser « d'engager la responsabilité de Boston pour des dépassements des couts »[20]. Le même jour, le Comité olympique des États-Unis annonce officiellement que la ville renonce à sa candidature[21]. Le CIO se dit cependant confiant quant à un dépôt de dossier de candidature des États-Unis en septembre 2015 et se déclare plutôt enclin à présenter Los Angeles comme ville hôte[22].

Le comité olympique américain recontacte alors les trois autres villes sélectionnées et affirme sa préférence pour Los Angeles, qui a déjà organisé les Jeux olympiques en 1932 et 1984[23]. La candidature californienne est officialisée par le conseil municipal de la ville le 1er septembre 2015[23].

Projet de la ville

Los Angeles a été la ville hôte des Jeux olympiques d'été de 1932 et 1984. Los Angeles a été candidate pour devenir la ville requérante des États-Unis pour les Jeux de 2016, mais le comité olympique américain a choisi Chicago. En septembre 2011, Los Angeles s'est vu attribuer les Jeux olympiques spéciaux de 2015[24]. En novembre 2011, une délégation de Los Angeles a participé à un séminaire organisé au siège du CIO à Lausanne pour les villes intéressées par une candidature à de futurs Jeux olympiques[25]. En février 2012, Los Angeles a accueilli la cinquième conférence du CIO sur les femmes et le sport. Lors de la conférence, le maire de Los Angeles Antonio Villaraigosa et la membre du CIO Anita DeFrantz ont déclaré que la ville désirait accueillir les Jeux pour la troisième fois[26]. Le 17 août 2012, le conseiller Tom LaBonge a annoncé qu'il présenterait une motion qui permettrait de lancer le processus de candidature pour organiser les Jeux olympiques à Los Angeles. La motion demande à mettre en place un comité de Californie du sud pour les Jeux olympiques et d'explorer une future candidature, potentiellement en 2024[27],[28]. En mars 2013, Villaraigosa a envoyé officiellement une lettre au comité olympique américain annonçant que la ville était intéressée par une candidature aux Jeux de 2024[29]. Le 17 septembre 2013, le L.A. County Board of Supervisors a unanimement approuvé une résolution déclarant l'intérêt pour les Jeux[30].

Le projet de Los Angeles prévoit un budget de 4,1 milliards de dollars, soit 3,6 milliards d'euros et table sur 4,8 milliards de dollars de recette, notamment grâce aux partenariats, droits TV et billetterie[23]. Le Coliseum, stade qui avait déjà accueilli des épreuves des JO de 1984, serait modernisé avec un budget de 300 millions de dollars[23]. Le Staples Center, le Dodger Stadium et le Rose Bowl seraient également mobilisés[23].

Paris (France)

Logo de la candidature de Paris, dévoilé le à 20 h 24 par projection sur l'Arc de Triomphe. Il s'agit d'un mélange stylisé entre la Tour Eiffel et le nombre 24.

Ville ayant retiré sa candidature

Hambourg (Allemagne)

Logotype de la candidature d'Hambourg.

Compétition entre Berlin et Hambourg

L'Allemagne annonce officiellement sa candidature aux Jeux olympiques d'été de 2024 le 28 octobre 2014[31], une décision prise à l'unanimité[32] des membres de la direction du comité olympique allemand.

Les villes de Berlin et de Hambourg se déclarent ensuite candidates pour l’organisation des Jeux olympiques auprès de la confédération olympique et sportive allemande, ceci même si les habitants des deux villes adhèrent peu au projet olympique à l'époque. En décembre 2014, 49 % des habitants de Berlin et 44 % des habitants d'Hambourg se déclarent en effet contre la tenue de Jeux olympiques dans leur ville en 2024[31].

En mars 2015, un nouveau sondage est réalisé afin de déterminer quelle ville sera la plus soutenue par ses habitants. L'adhésion de la population hambourgeoise à la candidature olympique est plus forte qu’à Berlin[33]. 64 % des habitants de Hambourg et sa région sont alors favorables à la candidature de leur ville[34] pour les Jeux olympiques 2024.

Le projet hambourgeois

En mars 2015, la candidature allemande est attribuée à la ville de Hambourg[35]. Elle recueille 18 voix, contre 11 à Berlin, et 4 pour une candidature commune. La population de Hambourg doit être consultée lors d'un référendum le 29 novembre 2015[34] afin de confirmer son adhésion au projet[36].

En attendant, divers sondages sont réalisés fréquemment. En avril 2015, un sondage de l'Institut Penn Schoen Berland (PSB)[37] dévoile que 77 % des Allemands sont favorables à la candidature de l'Allemagne pour les Jeux olympiques de 2024.

La ville propose un projet qualifié de « compact », à taille humaine, où tout est accessible à pied ou à vélo. Le quartier portuaire de Kleiner Grasbook[37], une friche industrielle, est choisi pour accueillir les infrastructures olympiques[34].

En juin 2015, le coût du dossier de candidature de Hambourg représente 15 millions d'euros[34].

À l'issue du référendum, le non à la candidature l'emporte avec 51,6 %. Le maire de Hambourg et le président du Comité olympique allemand annoncent le retrait de la candidature[38],[39].

Rome (Italie)

Logotype de la candidature de Rome.

Après s'être retirée de la course des Jeux de 2020 la veille du verrouillage des candidatures, l'Italie veut retenter sa chance et est la première ville à annoncer officiellement sa candidature pour l'organisation des Jeux olympiques d'été de 2024[40],[41]. Le Conseil municipal de Rome approuve officiellement cette candidature le , à 38 voix contre 6[42] ; il est suivi par le Comité national olympique italien (CONI) le , avec un vote unanime[43].

En situation de crise, la candidature romaine prévoit d'utiliser des sites des Jeux de 1960 à Rome[19]. À l'inverse de Hambourg, le dossier de candidature de la capitale italienne prévoit une zone géographique assez large pour accueillir les différentes épreuves. Les villes de Milan, Florence et Naples sont ainsi mobilisées[34].

Le dossier de candidature est soutenu par plusieurs personnalités du monde du sport, notamment par Luca di Montezemolo (organisateur de la Coupe du monde de football de 1990 et ancien directeur de Ferrari) qui accepte de le conduire[34].

La maire de Rome décide de retirer la candidature de sa ville le .

Budapest (Hongrie)

Logotype de la candidature de Budapest.

En juin 2015, le conseil municipal de Budapest vote à 25 voix contre 1, l'engagement de la capitale hongroise pour les Jeux, qu'elle n'a jamais accueillis[44], sa dernière candidature datant de 1960[34]. Le projet Budapest 2024 se targue de son « petit budget » prévisionnel (2,4 milliards d'euros)[45]. Budapest peut s'appuyer sur les installations qui sont un test grandeur nature avec les championnats du monde de judo en 2017 et de natation en 2017[19].

Le , la mairie de Budapest a évoqué un possible retrait de la course à l'organisation des JO 2024, alors que des opposants ont annoncé avoir recueilli assez de signatures pour déclencher l'organisation d'un référendum permettant aux citoyens de se prononcer pour ou contre cette candidature.

Le , les médias officiels annoncent le retrait de Budapest[46].

Villes ayant envisagé une candidature

Durban (Afrique du Sud)

Après la Coupe du monde de football de 2010, Durban était la candidate sud-africaine la plus probable pour les Jeux olympiques d'été de 2020, avant que l'Afrique du Sud ne retire sa candidature[47]. En août 2012, le comité national olympique sud-africain (Sascoc) a annoncé qu'il avait mis en place une étude de faisabilité pour une candidature aux Jeux de 2024, y compris le choix de la ville la plus appropriée pour une candidature[48]. Lors des Jeux de Sotchi, le ministre sud-africain des sports, Fikile Mibabula, a déclaré que le pays présentera une candidature, qui avait l'accord du président sud-africain. Toutefois, peu de temps après, le ministre déclare la candidature comme « irréaliste », vu que l'Afrique du Sud devrait accueillir les Jeux du Commonwealth 2022[49].

Berlin (Allemagne)

Les villes allemandes de Berlin et Hambourg envisagent d'accueillir les Jeux olympiques de 2024. Les mouvements NOlympia et (N)Olympia-Hamburg, soutenus entre autres par le parti Die Linke, s'opposent au projet. Selon les sondages organisés dans les deux villes, la population de Hambourg est plus favorable à l'organisation des Jeux[50]. Le projet berlinois s'appuie sur des infrastructures existantes dispersées à travers la ville, comme le stade olympique, le Friedrich-Ludwig-Jahn-Sportpark et la Max-Schmeling-Halle. Le village olympique doit être construit sur le site de l'aéroport de Berlin-Tegel après sa fermeture et son remplacement par le futur aéroport de Berlin-Brandenburg. Il est prévu que les bâtiments du village servent ensuite de logements sociaux[51],[52]. En mars 2015, la DOSB approuve la candidature de Hambourg[36].

Melbourne (Australie)

Melbourne a déjà organisé les Jeux olympiques en 1956. Ce serait donc la deuxième fois que la ville australienne organiserait les Jeux et la troisième fois pour l'Australie, après les Jeux olympiques d'été de 2000 à Sydney.

Bakou (Azerbaïdjan)

Bakou a organisé avec succès les premiers Jeux européens et envisage de présenter sa candidature[53].

Toronto (Canada)

Les derniers Jeux d'été organisés au Canada datent de 1976, à Montréal[54]. Cette fois-ci, le pays a décidé de miser sur une ville différente : Toronto. Le 25 juillet 2015, le président du Comité olympique canadien, Marcel Aubut annonce en effet lors des jeux Panaméricains à la télévision publique d'ICI Radio-Canada Télé que le COC déposera la candidature de la métropole canadienne aux JO de 2024. Ce sera la 3e candidature de la ville de Toronto, après les échecs de 2004 et de 2008. L'ancien maire de Toronto, Rob Ford avait refusé la candidature de sa ville à cause du coût trop élevé d'une candidature. La conjoncture étant plus favorable en 2015, avec l'arrivée d'un nouveau maire, John Tory et du succès des Jeux panaméricains de 2015. John Tory annonce finalement le 15 septembre 2015 que la ville renonce à postuler pour ces Jeux[55].

Washington (États-Unis)[56]

Logo de la candidature de Washington.

Le 5 août 2012, il a été annoncé que Dan Knise, président et CEO de la Washington-Baltimore 2012 Regional Coalition, qui a été candidate, sans succès, pour les Jeux olympiques de 2012 qui ont été gagnés par Londres, était en train d'évaluer le niveau d'intérêt pour une candidature conjointe de Washington et Baltimore pour les Jeux olympiques de 2024. Selon le Baltimore Sun, Knise estime "qu'il y a une petite étincelle" pour une autre tentative visant à créer une candidature[57]. Le Sun citait aussi John Moag Jr., un ancien président de la Maryland Stadium Authority, estimant que la zone de Baltimore - Washington « a la plus grande infrastructure sportive groupée dans un rayon de 40 miles »[58],[59]. Le 27 août 2013, Bob Sweeney, président du groupe a but non lucratif D.C. 2024, a annoncé que le groupe mettra en place une candidature pour que Washington accueille les Jeux olympiques d'été de 2024[60]. DC 2024 s'enorgueillit que Washington a « davantage d'installations sportives dans un rayon de 40 miles qu'aucune autre ville des États-Unis » et « plus de 100 000 chambres d'hôtel ». Sweeney a dit que les épreuves s'étendraient de Baltimore à Richmond, mais seraient principalement concentrées autour de Washington[61].

Boston (États-Unis)[62]

Logo de la candidature de Boston

Le 7 mai 2013, une réunion s'est tenue au sujet des chances de Boston et de la Nouvelle-Angleterre d'accueillir les Jeux olympiques en 2024[63]. Un groupe important de dirigeants et de politiciens soutient la candidature. Les sites des épreuves pourraient comprendre le TD Garden, Fenway Park, le Gillette Stadium, l'Agganis Arena, le Dunkin' Donuts Center, et la Verizon Wireless Arena[64]. D'autres villes à travers la Nouvelle-Angleterre pourraient participer à la candidature en accueillant certaines épreuves comme Manchester (New Hampshire), Portland et Providence. Le comité pour amener les Jeux à Boston a déclaré qu'il utiliserait la Nouvelle-Angleterre et la zone urbaine de Boston pour accueillir les épreuves. Le comité pour Boston 2024 a un site internet officiel[65], un compte Twitter[66], et une page Facebook[67]. Le 31 juillet 2013 le Massachusetts Senate a passé une loi qui permettrait à Boston de financer les études pour accueillir les Jeux de 2024. Elle a été envoyée à la Chambre des représentants du Massachusetts. Un groupe de dirigeants de la ville (qui comprend l'ancien président du comité d'organisation des Jeux olympiques d'hiver de 2002, ancien gouverneur du Massachusetts et ancien candidat à la présidence des États-Unis Mitt Romney) fait à présent partie du comité pour les Jeux Boston 2024[68]. Les autres dirigeants comprennent le propriétaire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre Robert Kraft. En octobre, Deval Patrick a signé une loi pour permettre au groupe d'examiner la candidature[69]. La ville de Boston devrait construire un Stade olympique qui devrait avoir une capacité d'au moins 80 000 spectateurs. En revanche Boston a beaucoup d'autres sites et stades pour accueillir la plupart des autres épreuves. Le 14 janvier 2014, le comité olympique de Boston a organisé une audience sur la sécurité des Jeux à Boston. L'ancien chef de la police de Boston Ed Davis y assistait pour parler de la sécurité, si Boston devait accueillir les Jeux[70].

San Francisco (États-Unis)

Logo de la candidature de San Francisco.

San Francisco explore une candidature. Il a été annoncé que si San Francisco était candidate, son plan s'étendrait probablement à Sacramento pour contribuer à remplir les besoins en installations sportives, notamment pour les sports en salle[71],[72],[73].

Les candidatures de deux autres villes, Dallas et San Diego, n'ont pas été retenues. Le comité américain annonça début 2015 la victoire de Boston.

Nairobi (Kenya)

Le Kenya envisageait une candidature pour les Jeux de 2024, mais a finalement renoncé et pourrait souhaiter accueillir les jeux en 2028 ou 2032[19].

Casablanca (Maroc)

La candidature marocaine veut s'appuyer sur son futur stade de 80 000 places à Casablanca pour les Jeux de 2024 ou 2028[19].

Doha (Qatar)

Istanbul (Turquie)

La ville d'Istanbul après de nombreux échecs, se déclare candidate le 19 août 2014[réf. nécessaire]. Toutefois, la ville turque semble plutôt se tourner vers la volonté d'organiser l'Euro de football 2024[19].

New Delhi (Inde)

Une candidature indienne aurait été envisagée[74] mais Thomas Bach, président du CIO, déclara qu'elle serait prématurée[75]. L'enjeu pour l'Inde était de figurer sur la scène sportive mondiale et d'effacer l'image des Jeux du Commonwealth 2010, dont les nombreux défauts organisationnels furent très critiqués[76].

Voir aussi

Notes et références

  1. [PDF]« Procédure de candidature aux Jeux olympiques de 2024 », Comité international olympique,
  2. M.V., à Lausanne, « JO 2024 : La commission d'évaluation à Paris du 14 au 16 mai », L'Equipe.fr,‎ (lire en ligne)
  3. « Olympic News - Official Source of Olympic News », International Olympic Committee,‎ (lire en ligne)
  4. « Olympic News - Official Source of Olympic News », International Olympic Committee,‎ (lire en ligne)
  5. « Fin des travaux de la 127e Session du CIO à Monaco », International Olympic Committee,‎ (lire en ligne)
  6. « Olympic News - Official Source of Olympic News », International Olympic Committee,‎ (lire en ligne)
  7. « Agenda olympique 2020 », Comité international olympique
  8. « JO : le CIO ouvre la voie à des candidatures à plusieurs », Le Monde,
  9. Oanna Favennec, Xavier Monferran, « JO d'hiver 2022 plus que deux villes en lice », France Inter,
  10. « US set to bid for 2024 Olympics after ruling out campaign for 2022 Winter Games | 2022 Winter Olympics », insidethegames.biz, (consulté le 2 août 2012)
  11. a et b « IOC agrees revenue-sharing deal with USOC | Latest », insidethegames.biz, (consulté le 2 août 2012)
  12. « Olympics deal revives talk about Chicago games », Chicago Tribune, (consulté le 2 août 2012)
  13. « IOC, USOC resolve differences over revenues - ESPN », Espn.go.com, (consulté le 2 août 2012)
  14. « A New York City Olympic Games Considered », GamesBids.com (consulté le 2 août 2012)
  15. Steve Ericson, « Push Underway for Twin Cities to Host 2024 Olympics », CTN News,‎ (lire en ligne)
  16. Lynn Zinser, « Trolling for a Summer 2024 Host, the U.S.O.C. Casts a 35-City Net », New York Times,‎ (lire en ligne)
  17. « USOC Bid To Be Shortlisted By June », gamesbids.com, (consulté le 29 avril 2014)
  18. « Les états-unis misent sur Boston », sur Sport24.com et Le Figaro, (consulté le 7 février 2015)
  19. a, b, c, d, e et f Guillaume Nibert, « JO 2024 : Quels adversaires pour Paris ? », sur sport24.lefigaro.fr, (consulté le 23 juin 2015)
  20. « JO-2024: Boston renonce à sa candidature - JO 2024 » (consulté le 7 septembre 2015)
  21. « JO 2024 : Boston renonce à sa candidature, faute de soutien populaire », Le Monde,
  22. « JO 2024 : Los Angeles adversaire de Paris, ça se précise » (consulté le 7 septembre 2015)
  23. a, b, c, d et e « JO 2024: Los Angeles candidate, une nouvelle rivale pour Paris » (consulté le 7 septembre 2015)
  24. « Los Angeles 2015 », Special Olympics, (consulté le 1er novembre 2011)
  25. On the Scene -- Olympic Hopefuls Seek Wisdom in Lausanne
  26. Women and Sport Opens with Jeers for FIFA, Cheers for Trophy Winners
  27. Councilman Tom LaBonge announced that he would introduce a motion that would get the ball rolling on a bid to host the Summer Olympics in Los Angeles.
  28. Video of LA future vote
  29. LA letter to USOC
  30. « Los Angeles Board Formally States Interest In Hosting 2024 Olympics », CBS Los Angeles (consulté le 17 septembre 2013)
  31. a et b « L'Allemagne veut accueillir les JO 2024. Les Allemands, moins » (consulté le 12 août 2015)
  32. Le Point, magazine, « JO-2024: le comité olympique allemand pour une candidature de l'Allemagne » (consulté le 12 août 2015)
  33. (de) Rainer Grünberg, Martin Kopp, « Mehrheit der Hamburger will Olympia – Berliner sind dagegen », Hamburger Abendblatt,
  34. a, b, c, d, e, f et g « JO 2024 : Hambourg, Rome, Boston … Peuvent-ils faire peur à Paris ? » (consulté le 12 août 2015)
  35. (de) « Olympia-Bewerbung: Hamburg soll Sommerspiele 2024 nach Deutschland holen », Der Spiegel,
  36. a et b (de) Jens Anker, « Nein zu Berlin – So fiel die Entscheidung für Hamburg », Berliner Morgenpost,
  37. a et b « JO 2024 : "Le CIO est atteint par la mégalomanie, le manque de transparence et la corruption" » (consulté le 12 août 2015)
  38. « JO 2024 / Référendum à Hambourg : Le DIRECT : Le "Non" l'emporte et entraîne le retrait de la candidature allemande » (consulté le 29 novembre 2015)
  39. « La population de Hambourg vote non aux JO 2024 », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 29 novembre 2015).
  40. « Rome candidate pour accueillir les JO 2024 », sur Le Monde, (consulté le 12 août 2015).
  41. « JO-2024: la candidature de Rome confirmée lundi | Olympisme » (consulté le 12 août 2015).
  42. « JO 2024 : Le Conseil Municipal de Rome approuve la candidature olympique » (consulté le 12 août 2015).
  43. Kevin Bernardi, « JO 2024 : Le Comité Olympique Italien ratifie à l'unanimité la candidature de Rome », (consulté le 12 août 2015).
  44. « Budapest candidat », sur sport24.lefigaro.fr, (consulté le 23 juin 2015)
  45. « JO-2024: Budapest, l'outsider qui veut défier Paris et Boston », sur eurosport.fr, (consulté le 23 juin 2015)
  46. AFP, « ALERTE-2024 - Budapest retire sa candidature (média officiel) » (consulté le 30 juin 2017)
  47. « Bid cash is needed for service delivery », Sowetan LIVE, (consulté le 21 juillet 2012)
  48. « Study On South African Olympic Bid », Gamesbids.org, (consulté le 17 août 2012)
  49. (en) Nick Zaccardi, « South Africa 2024 Olympic bid ‘unrealistic,’ official says », sur olympictalk.nbcsports.com, (consulté le 23 juin 2015)
  50. Annabelle Georgen, « L'Allemagne veut accueillir les JO 2024. Les Allemands, moins », Slate.fr,
  51. (de) Regine Zylka, « Olympiabewerbung von Berlin und Hamburg im Vergleich », Berliner Zeitung,
  52. (de) Sabine Beikler, « Ganz Berlin würde zur Arena werden », Der Tagesspiegel,
  53. Ministre : L’Azerbaïdjan peut faire appel jusqu'au 15 septembre pour accueillir les Jeux olympiques d'été 2024
  54. « Le Comité olympique canadien veut Toronto pour les JO 2024 - JO 2024 » (consulté le 26 août 2015)
  55. « JO 2024: Toronto renonce » (consulté le 16 septembre 2015)
  56. Site officiel du Washington, D.C. 2024 exploratory committee
  57. Candus Thomson, « Past Baltimore-Washington organizer considers 2024 Olympic bid », Baltimore Sun (consulté le 7 août 2012)
  58. Candus Thomson, « Past Baltimore-Washington organizer considers 2024 Olympic bid », Baltimore Sun,‎ (lire en ligne)
  59. « Cities with the Most College-Educated Residents », New York Times,‎ (lire en ligne)
  60. « D.C. 2024 Announces Plan to Bid on 2024 Summer Olympic Games », NBC4 Washington,‎ (lire en ligne)
  61. « Washington DC to Bid for 2024 Summer Olympics », ABC News,‎ (lire en ligne)
  62. Site officiel du Boston 2024 exploratory committee
  63. Area leaders warm to Olympic bid as lawmaker seeks study - North - The Boston Globe
  64. Private group explores possible Boston bid for 2024 summer Olympics - Boston.com
  65. Boston 2024
  66. Boston 2024 (Boston2024) on Twitter
  67. « Boston 2024 Organizing Committee », Facebook (consulté le 13 février 2014)
  68. Catalina Camia, « Romney helping with Boston's 2024 Olympics bid », Usatoday.com, (consulté le 13 février 2014)
  69. « Group of Boston leaders looks to bring 2024 Olympics to Boston, recruits Mitt Romney as adviser », masslive.com (consulté le 13 février 2014)
  70. Katie Lannan, « Boston Olympics bid fuels visions on Mass. future - Lowell Sun Online », Lowellsun.com, (consulté le 13 février 2014)
  71. http://lda.ucdavis.edu/people/2013/MChagniot.pdf
  72. Elena Kadvany, « San Francisco: 2024 Olympic host? », Sfbay.ca, (consulté le 13 février 2014)
  73. « Sacramento likely to pass on U.S. Olympic bid », News10.net, (consulté le 13 février 2014)
  74. « JO 2024 : L'Inde veut se racheter une conduite après le fiasco des Jeux du Commonwealth en 2010 », sur Sport & Société,
  75. « JO 2024 : Une candidature de l'Inde jugée « trop prématurée » par Thomas Bach et Narendra Modi », sur Sport & Société,
  76. « L'humiliation des Jeux du Commonwealth », sur L'Express,