Rupture sino-albanaise

La rupture sino-albanaise désigne, à la fin des années 1970, la rupture politique et idéologique entre la République populaire de Chine et la République populaire socialiste d'Albanie.

Historique

Années 1960 : formation [Quoi ?]

Lors de la rupture sino-soviétique, le Parti du Travail d'Albanie est le seul parti communiste d’Europe de l’Est à condamner la déstalinisation et le « révisionnisme » de Khrouchtchev, en s’alignant sur les positions « anti-révisionnistes » chinoises. Ce choix s'explique par le rapprochement récent entre Josip Broz Tito et Moscou dans lequel le président albanais Enver Hoxha craignait de perdre son influence régionale au profit de la Yougoslavie[1].

Lors du XXIIe congrès du Parti communiste de l'Union soviétique d'octobre 1961, l'Albanie n'est pas invitée à participer[2]. En décembre 1961, l’Albanie se retire de l’aide économique soviétique. La Chine de Mao Zedong prend alors le relais de l’Union soviétique en fournissant des aides financières et des conseillers techniques à l’Albanie. L’Albanie est ainsi l’unique allié de la Chine en Europe et son soutien le plus ferme au sein du mouvement communiste international. Une purge contre les Soviétiques résidant en Albanie a alors lieu en représailles à plusieurs tentatives de destabilisation du bloc soviétique[1].

Le . suite à l'invasion de la Tchécoslovaquie par le Pacte de Varsovie, la Chine publie un communiqué à l'attention de l'Albanie pour affirmer son soutien armé en cas d'agression. Vers la fin des années 1960, des rumeurs circulent sur l'intention de la Chine d'installer ses fusées sur le territoire albanais[1]

Début des années 1970 : stagnation des relations sino-albanaises

Les relations sino-albanaises commencent cependant à stagner dès le début des années 1970. À partir de cette époque, la Chine tente de sortir de son isolement international en cherchant à développer ses relations diplomatiques avec les autres pays. En ce sens, elle entame une politique de rapprochement avec la Yougoslavie de Tito et avec les États-Unis (diplomatie du ping-pong), ce qui irrite fortement l’Albanie. Les médias albanais s'abstiennent ainsi de relater la visite de Richard Nixon en Chine en 1972.

Pour compenser le déclin de son alliance avec la Chine, l’Albanie tente de diversifier ses relations internationales. Elle entreprend des accords économiques avec des pays d’Europe occidentale (France, Italie) ainsi qu’avec certains pays d’Afrique. En outre, elle normalise ses relations avec la Grèce et la Yougoslavie. Toutefois, l’Albanie demeure un soutien fort de la Chine (parrainage de la résolution 2758 à l’ONU permettant à la République populaire de Chine de remplacer Taïwan au sein des Nations unies) et l’ouverture relative du régime d’Enver Hoxha à l’international reste très limitée comme en atteste sa non participation à la Conférence d'Helsinki (l’Albanie est, avec la principauté d'Andorre, le seul État européen à ne pas participer à cette conférence).

Fin des années 1970 : rupture

La mort de Mao Zedong en 1976 accélère la rupture. Les nouveaux dirigeants chinois proclament officiellement la fin de la Révolution culturelle et s’orientent vers un abandon du maoïsme orthodoxe. Les tensions s’accroissent entre la Chine, qui s’engage dans une politique d’ouverture et de réformes économiques progressives, et l’Albanie, qui demeure attachée à un marxisme-léninisme « anti-révisionniste » et au stalinisme.

En 1977, Enver Hoxha dénonce la nouvelle direction chinoise et condamne la théorie des trois mondes. En réponse le dirigeant yougoslave Tito, perçu comme un adversaire par l’Albanie, est officiellement invité en Chine. Enfin, en 1978, la Chine décide d’annuler ses programmes d’aide à destination de l’Albanie. La rupture sino-albanaise est alors consommée.

Dès lors isolée et privée d’aide économique, l’Albanie choisit d’élargir ses relations internationales avec les pays d’Europe occidentale. Les résultats de cette ouverture seront cependant très modestes en raison du faible poids géopolitique de l’Albanie. Le régime d'Enver Hoxha va alors opter pour une politique d'« auto-suffisance » pour son développement économique : « Nous mangerons de l'herbe s'il le faut, mais nous ne trahirons pas les principes du marxisme-léninisme »[3].

Parti du travail d'Albanie

Conséquences idéologiques

Si elle n’a que peu d’importance au niveau diplomatique, la rupture sino-albanaise ébranle en revanche les partis et organisations d'extrême gauche « anti-révisionnistes » qui s’étaient détachés des partis communistes liés à Moscou après la rupture sino-soviétique et avaient opté pour le maoïsme.

L'extrême-gauche pro-chinoise se fractionne entre les pro-chinois, qui restent fidèles à Pékin, et le courant pro-albanais, qui reprend les accusations d'Enver Hoxha à l’encontre de la Chine, rejette la théorie des trois mondes et adopte la République populaire socialiste d’Albanie comme nouvelle référence. Le courant pro-albanais sera parfois qualifié d’hoxhaiste (ou hodjadiste).

Notes et références

  1. a, b et c Marian Dziewanowski, « La Chine et l'Europe de l'Est », Revue d'études comparatives Est-Ouest,‎ (lire en ligne)
  2. Bernard Féron, « L’évolution des rapports russo-albanais a fidèlement reflété l’état des relations Moscou-Pékin », Le Monde Diplomatique,‎ (lire en ligne)
  3. Marc Semo, « ARTE, 20H45. «L'Albanie d'Enver Hoxha», documentaire des «Mercredis de l'Histoire». La parano meurtrière de «l'oncle Enver» », Libération,‎ (lire en ligne)

Articles connexes