Rue des Bons-Enfants (Paris)

1er arrt
Rue des Bons-Enfants
image illustrative de l’article Rue des Bons-Enfants (Paris)
La rue des Bons-Enfants vue en direction de la rue du Colonel-Driant.
Situation
Arrondissement 1er
Quartier Palais-Royal
Début 192, rue Saint-Honoré
Fin 13, rue du Colonel-Driant
Morphologie
Longueur 134 m
Largeur 10 m
Géocodification
Ville de Paris 1110
DGI 1105

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue des Bons-Enfants
Images sur Wikimedia Commons

La rue des Bons-Enfants est une rue située dans le premier arrondissement de Paris, proche du Palais-Royal et du Louvre.

Situation et accès

Origine du nom

Elle est ainsi nommée car cette voie menait au collège des Bons-Enfants.

Historique

Urbanisme et odonymie

Au XIIe siècle, la rue est nommée « chemin qui va à Clichy[1] ». Elle prend son nom actuel au XIIIe siècle car elle mène au collège des Bons-Enfants, fondé en 1208, en faveur de treize écoliers pauvres. Cet odonyme a son contraire exact, la rue des Mauvais-Garçons[2]. La rue était alors plus longue ; elle continuait plus au nord jusqu'aux jardins de l'hôtel de Toulouse. Elle était prolongée jusqu'à la rue Croix-des-Petits-Champs par la rue Baillif (rue disparue). En 1640, la rue Neuve-des-Bons-Enfants (actuelle rue Radziwill) est ouverte entre la rue des Bons-Enfants et l'actuelle rue des Petits-Champs[1],[3]. Dans les années 1790, la rue Montesquieu est percée entre le débouché du passage Vérité sur la rue des Bons-Enfants et le carrefour de la rue des Petits-Champs et de la rue du Bouloi.

L'explosion de 1892

Le , l'anarchiste Émile Henry, pose une bombe dans l'usine de la Compagnie des mines de Carmaux. Le concierge trouve la bombe et la rapporte au commissariat de la rue des Bons-Enfants, où elle explose, y tuant cinq personnes. Une sixième décède d'une crise cardiaque[4].

Guy Debord (1931-1994) composa une chanson sur cet attentat, La Java des Bons-Enfants, l’attribuant par fantaisie à Raymond Callemin dit « Raymond la Science », un des membres de la bande à Bonnot. Cette chanson fait partie de Pour en finir avec le travail, un recueil de chansons du prolétariat révolutionnaire paru sous forme de disque vinyle produit en 1974 par Jacques Le Glou et réédité en CD en 1998.

L'emprise des administrations

Au début du XXe siècle, la moitié nord de la rue est supprimée afin de permettre l'extension de la Banque de France jusqu'à la rue du Colonel-Driant nouvellement percée. Afin de créer cette rue, la Chancellerie d'Orléans (au no 19) est détruite. En 1919, les immeubles à l'angle avec la rue Saint-Honoré sont détruits et Georges Vaudoyer construit un immeuble afin d'abriter les réserves des Grands Magasins du Louvre. En 1945, l'État fait raser les immeubles compris entre ce bâtiment (acquis par l'État en 1941), la rue Montesquieu, la rue des Bons-Enfants et la rue Croix-des-Petits-Champs.

Entre juin 1956 et octobre 1961, Olivier Lahalle y édifie une nouvelle cité administrative. Réhabilité en 2000-2004, cet ensemble abrite actuellement des services du ministère de la Culture (site des Bons-Enfants)[5]. Il a été construit à l'emplacement de l'ancien cloître Saint-Honoré, accessible depuis la rue des Bons-Enfants par un passage sous le no 8[6].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

Notes et références

  1. a et b Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 195–196 [lire en ligne].
  2. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 214.
  3. Analyse diachronique de l'espace urbain parisien : approche géomatique (ALPAGE).
  4. « Anarchistes au XIXe siècle : la propagande par le fait », sur paris-luttes.info, (consulté le 13 mai 2016).
  5. « L’installation des services financiers dans le quartier Saint-Honoré. « L’îlot C » (1961-1989) », sur http://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/caef/Documents/Expositions_virtuelles/ministere_ville/ (consulté le 17 novembre 2016).
  6. Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIXe siècle) , plan 3e quartier « Palais Royal », 2e feuille, cote PP/11860/D.
  7. « Immeuble », notice no PA00085960, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. « Immeuble », notice no PA00085962, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. « Immeuble », notice no PA00085963, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Immeuble », notice no PA00085961, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Immeuble », notice no PA00085967, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. Nouvelles archives de l'art français, volumes 5 à 6, Société de l'histoire de l'art français, 1877, p. 184ff (voir en ligne)

Voir aussi