Rue de Clichy

9e arrt
Rue de Clichy
La rue de Clichy vue en direction de l'église de la Trinité.
La rue de Clichy vue en direction de l'église de la Trinité.
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Saint-Georges
Début 5, place d'Estienne-d'Orves
Fin 14, place de Clichy
Morphologie
Longueur 770 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination Avant 1843
Géocodification
Ville de Paris 2116
DGI 2116

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Clichy
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Clichy est une voie à sens unique située dans le 9e arrondissement de Paris. Elle relie la place de Clichy à la rue Saint-Lazare.

Situation et accès

La rue a pour particularité d'avoir une grande richesse architecturale : au nord, près de la place de Clichy, on trouve de nombreux bâtiments au style contemporain, tandis que dans sa partie sud se trouvent principalement des bâtiments de type haussmannien.

La rue comptait un lycée catholique sous contrat avec l'État fermé en 2012 : le lycée Saint-Louis (à ne pas confondre avec le lycée Saint-Louis, situé dans le 6e arrondissement de Paris et qui est un lycée public d'enseignement supérieur).

Longeant l'église de la Trinité, elle abrite entre autres le Casino de Paris et le théâtre de l'Œuvre.

Origine du nom

Cette rue doit son nom à la ville de Clichy à laquelle elle mène.

Historique

Cette rue suit presque exactement le tracé de l'ancienne voie romaine allant de Lutèce à Harfleur (Caracotinum)[1] et appelée la « voie de la mer[2],[3],,[5] ».

C'était originairement, avant qu'elle fût bâtie, le « chemin de Clichy » comme l'indique le plan de Jouvin de Rochefort de 1672. Indiqué sur le plan de Turgot de 1734 sous le nom de « rue du Coq », le plan de Jaillot de 1775 l'indique sous la dénomination de « rue du Cocq » car elle aboutissait à un château appelé château ou l'hôtel du Coq (ou du Cocq), dit aussi des Porcherons et dont l'entrée se trouvait dans la rue Saint-Lazare.

C'est de la rue de Clichy, où se tenait le célèbre club royaliste, que partit le signal du mouvement insurrectionnel du 13 vendémiaire[5].

C'est également dans un local situé en bas de cette rue que les Conventionnels sortis de prison, et des Thermidoriens cherchant à élaborer une politique, prirent l'habitude de se retrouver après la chute de Robespierre.

C'est de la caserne des Gardes françaises, devenue caserne d'infanterie, que les soldats partirent le 13 juillet 1789, pour se joindre au peuple, après avoir culbuté les dragons du prince de Lambèze[5].

Les « folies » de la rue de Clichy et les jardins de Tivoli

Plusieurs folies, lieu d'agrément et de libertinage de la bonne société, ont été construites autour de la rue de Clichy et sont restées en activité de 1730 à 1842.

Article détaillé : Tivoli (Paris).

La Folie-Boutin

En 1766, Simon-Gabriel Boutin, fils d'un fermier général, aménage un vaste jardin, dont l'entrée se situe alors entre les nos  66 et 110 de la rue Saint-Lazare, qu'il baptise « Tivoli » en référence aux célèbres jardins de la ville italienne. Il y fait édifier plusieurs folies et parsème le terrain de rochers et de fausses ruines.

Une seconde entrée est pratiquée au no 27 de la rue de Clichy. Un club contre-révolutionnaire, dit « de Clichy », occupe ce pavillon de 1796 à 1797. Après la déportation de la plupart des « Clichiens », le banquier Hainguerlot puis la légation d'Espagne s'y installent.

Le jardin devient rapidement le lieu de villégiature et de divertissement préféré de la bonne société parisienne. Il ferme en 1810 pour se transporter en face, sur l'emplacement plus modeste de la Folie-Richelieu, puis rouvrir encore plus somptueux en 1812, avec différentes attractions comme des montagnes russes, une grande roue, etc. Le maître-artificier Ruggieri y organise de grands spectacles pyrotechniques. Il ferme définitivement le 7 juin 1825 pour réapparaître au no 88 de la même rue.

Les rues de Londres et d'Athènes (ancienne rue de Tivoli) sont percées à son emplacement.

La Folie-Richelieu

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le maréchal de Richelieu la fait construire en 1730 pour ses divertissements personnels, entre les nos  18 et 38 de la rue de Clichy. Ses jardins s'étendent jusqu'à la rue Blanche. Il s'y tient des réunions assez osées, tels ces repas nudistes, servis dans un pavillon isolé au milieu d'un parc arboré. Louis XV vient y souper avec Mme de Pompadour. Le maréchal la conserve jusqu'en 1765.

Sous le Directoire, la Folie-Richelieu devient la propriété d'une Merveilleuse réputée, Fortunée Hamelin, belle et spirituelle créole, déesse de la valse, dont les banquiers Ouvrad et Perrégaux sont les plus fervents adorateurs.

De 1810 à 1812[réf. nécessaire], elle abrite le parc d'attraction du Tivoli, chassé de la Folie-Boutin. Elle passe ensuite de mains en mains. La rue Moncey est percée en 1842, à la limite nord de ses dépendances. L'église de la Sainte-Trinité y est édifiée en 1851 pour être déplacée en 1861 quelques centaines de mètres plus bas. Un hall de loisirs est ensuite installé avec, entre autres, un skating (grande patinoire pour patins à roulettes). En 1880, une partie de l'établissement est aménagée en salle de spectacles : le Palace-Théâtre. La patinoire, dont l'accès se fait désormais par la rue Blanche, est à son tour démolie pour faire place au Nouveau-Théâtre, futur théâtre de Paris.

Le Palace-Théâtre devient quant à lui le Casino de Paris. Le music-hall de l'Apollo est construit au no 20.

La Folie-Bouxière

Cette folie est construite au no 88 de la rue de Clichy vers 1760 pour le fermier général de la Bouxière. Véritable Petit Trianon, avec ses jardins, son parc, ses charmilles, il devint en 1826 le Nouveau-Tivoli, troisième du nom. Parc d'attractions, on y pratique notamment le tir aux pigeons, importé d'Angleterre en 1831. En dix ans, on en tua plus de 300 000.

Il disparaît en 1842 en raison du percement de la rue Ballu, la rue Moncey, la rue de Bruxelles, la rue de Calais, la rue de Vintimille, la rue de Douai, la place Adolphe-Max et du square Hector-Berlioz[6],[7],[8].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

  • No 6 : emplacement de la caserne des Gardes françaises qui y existait encore en 1855 en tant que caserne d'infanterie.
  • No 10  : hôtel de Wendel. L’illustre famille de Wendel, richissimes maîtres de forges devenus encore plus fortunés au XIXe siècle, s’était fait construire un somptueux hôtel particulier rue de Clichy en 1864 par l’architecte Maurice Sidoine Storez, doté de 36 pièces, dans le style Louis XV. Racheté par la ville de Paris, il a fait l’objet d’une restructuration complète en 2010-2011 afin d’accueillir une école élémentaire de onze classes. En 1883, alors que l'Alsace-Moselle, dont est originaire la famille De Wendel, est annexée à l'Empire allemand, la nécessité se pose de reconstruire l'église de la ville d'Hayange, ancien fief de la famille. Afin d'exprimer la francophilie de la population, la famille De Wendel, qui finance la construction, demande à l'architecte de s'inspirer de leur église paroissiale, l'église de la Sainte-Trinité de Paris.
  • Nos 16-18 : première église de la Trinité. En 1894, la salle est transformée en une patinoire appelée Le Pôle Nord[9] devenue ensuite le Casino de Paris.
  • No 20 : music-hall de l'Apollo (aujourd'hui disparu).
  • No 21 : Victor Hugo habita au quatrième étage quatre années durant, de 1874 jusqu'au 10 novembre 1878 (il s'installe alors avenue d'Eylau). Il y écrivit son roman Quatre-vingt-treize. L'immeuble, qui comporte quatre étages avec des mansardes, est à l'angle de la rue d'Athènes et de la rue de Clichy. Construit au XIXe siècle, cet édifice sobre, sans balcon, possède une belle porte cochère.
  • Nos 18-27 : la maison Sullivan, fuite de Varennes.
  • No 39 : l'anarchiste Ravachol fit en partie sauter cette maison le 27 mars 1892.
  • No 40 : La Grande Comédie.
  • No 47 : maison du Protestantisme.
  • No 49 bis : Ernest Feydeau (1821-1873), père de Georges Feydeau, y habita.
  • No 54-68 : emplacement de la prison de Clichy, dite « prison de la Dette », qui succéda à la prison Sainte-Pélagie en 1826.
  • No 55 : le théâtre de l'Œuvre s'y installe en 1892.
  • No 62 : domicile du journaliste républicain, polémiste et romancier Édouard Ducret (1854-1900), impliqué dans l'affaire Norton en 1893. Il y mourut le .
  • No 84 : académie de billard Clichy-Montmartre.

Accès

Elle est accessible par les stations de métro Place de Clichy (2), Trinité - d'Estienne d'Orves (12) et Liège (13).

Notes et références

  1. En passant par Les Andelys (Andeleius), Pitres (Pistis), Rouen (Rotomagus), Caudebec-en-Caux (Lotum), Lillebonne (Juliobona).
  2. « La Normandie gauloise », www.cndp.fr.
  3. « Des villes gauloises, Lotum, Juliobona et Caracotinum, appartenant au pays des Calètes », www.persee.fr.
  4. a, b et c Gustave Pessard, Nouveau dictionnaire historique de Paris.
  5. Jacques Hillairet, Connaissance du vieux Paris, 1951.
  6. Gilbert-Antoine Langlois, Folies, Tivolis et attractions, délégation à l'Action artistique de la ville de Paris, Paris, juin 1991 (ISBN 978-2905118356).
  7. Bruno Centorame (dir.), La Nouvelle Athènes. Haut-lieu du romantisme, délégation à l'Action artistique de la ville de Paris, Paris, 2001 (ISBN 978-2-913246-35-5).
  8. Cf. l'affiche de Georges Ripart.